vendredi 4 janvier 2019

Comme chien et chat


Il arrive assez fréquemment, comme ici, que Charlus et Cosmos s'offrent une petite sieste rapprochée ; cela ne peut marcher que si l'initiative vient du chat, on ne sait trop pourquoi. De même, Charlus passe la plupart de ses nuits sur le canapé du second salon, collé contre Golo, l'autre chat (lequel est, en ce moment même, lové sur le fauteuil dont on aperçoit un bras au bord droit de la photo). Mais jamais on ne verra les deux chats venir se coucher l'un contre l'autre ; de fait, ils ne font guère que se tolérer mutuellement, et encore : jamais de trop près ; Charlus est en quelque sorte leur trait d'union. Le chat est un animal qui s'entend en général fort bien avec les représentants des autres espèces vivantes, dès lors qu'il ne les regarde pas comme des proies, mais qui semble toujours avoir un certain mal à supporter la promiscuité de ses congénères.

Un peu comme moi, en somme.

48 commentaires:

  1. J'ai vu des chats attaquer des gros chiens avec une agressivité de dominants,et les molosses s'enfuir la queue entre les jambes sans demander leur reste et en jetant quelques kai!kai!kai! dans leur fuite...
    Vous parlez de proies adaptées à nos petits félidés,mais imaginez ce qui aurait pu se passer pour l'homme si nos chats avaient fait,disons,30 kilos et un mètre de plus...
    Dans ce cas,comme avec nos frères loups,c'eût été une lutte à mort,entre les chats et nous,pour les éliminer d'un territoire partagé.

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, bien sûr ! mais vous parlez là de chiens et de chats qui ne se connaissent pas

      Supprimer
    2. On a vu une chatte qui pour défendre ses bébés chats s'est jetée comme une furie sur l'arrière train de mon immense Berger Allemand, en lui plantant ses griffes bien profond.

      Tout le monde a pu observer pétrifié, un équipage digne de l'enfer où Belzebuth chevauché par Satan a traversé la propriété avec des hurlements à faire fuir tous les damnés de la terre.

      Les chats sont des créatures surnaturelles 😬

      Merci pour cette douce photo d'animaux civilisés. Un bécot au punk Charlus.

      Hélène dici

      Supprimer
    3. Oui, mais, là, l'espèce n'entre plus qu'accessoirement en jeu : il s'agit d'une mère protégeant sa portée, c'est très différent. Cela dit, les chiens se méfient presque toujours des chats : les poursuivre à la course, d'accord, mais si le chat se retourne et se met en position et attitude de combat, le chien file doux (en général).

      Supprimer
  2. Et, parmi les espèces vivantes, quelles sont vos proies?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les animaux de ferme. Bien dorés si possible…

      Supprimer
    2. À propos: comment se portent vos poules? Font-elles aussi la sieste avec vos chats?

      Supprimer
    3. Vous ne croyez pas si bien dire : jusqu'à récemment, Golo allait régulièrement faire sa sieste dans l'enclos, ce qui ne perturbait nullement les gallinacés.

      Supprimer
  3. Vous ne semblez pas avoir reçu votre "Sérotonine" non plus ! Na-na-na-na-nère, moi j'ai reçu le mien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Houllebecq est arrivé hier en fin de matinée… et sa lecture a été achevée il y a exactement vingt-cinq minutes.

      Alors, hein : na-na-na-na- nère vous-même !

      Supprimer
    2. En 2 mots, avant les longs billets que vous lui consacrerez : le Houellebecq, il est vraiment meilleur que les précédents, ou c'est du marketing ?

      Supprimer
    3. Marketing. (Mais je puis me tromper.)

      Supprimer
    4. Je n'en suis qu'à la page 39, mais arrivée à la page 20, Dieu sait pourquoi, je me suis mise à souligner certaines bribes de phrases que voici :

      "c'était vraiment un coin à Belges", "il faut simplifier sinon on n'arrive à rien", "elle était revenue sauver d'un seul mouvement ma bite, mon être et mon âme", "on pouvait déjà considérer les producteurs d'abricots du Roussillon comme virtuellement morts, il n'en resterait pas un, pas un seul, même pas un survivant pour compter les cadavres", "l'idée de "hautes études commerciales" était à mes yeux une profanation de la notion même d'études", "la négociation est un univers autonome, qui obéit à ses propres lois, un univers à jamais inaccessible aux non-négociateurs", "quant aux Hollandais c'étaient vraiment des putes ils s'asseyaient n'importe où, une race de commençants polyglottes et opportunistes les Hollandais on ne le dira jamais assez", "on ne peut jamais être bien accueilli par l'Anglais", "il aurait au fond suffi d'une fille, il suffit toujours d'une fille", "Je regardais les mouvements du soleil sur les dalles, je descendais des bouteilles de brandy Cardenal Mendoza, et c'était à peu près tout".

      Supprimer
    5. Cela relève de l'humour à la fois mordant et désenchanté de Houellebecq ; humour qui, souvent, est à peine perceptible, bien que restant – à mes yeux en tout cas – hénaurme.

      Supprimer
    6. Marketing. (Mais je puis me tromper.)
      Aïe...
      Déçu alors ?
      Le livre de trop ? (Je m'apprête à l'acheter).

      Supprimer
    7. "Marketing" disiez-vous ! Ou peut-être que l'humour de Houellebecq "à peine perceptible" quand on le lit à 300 à l'heure, redevient "hénaurme" quand on veut bien lui consacrer un peu plus de temps ?

      Supprimer
    8. Bon, je sens poindre le malentendu ! M. Arié me demandait si ce roman était vraiment meilleur que le précédent ou bien s'il s'agissait d'une annonce commerciale. N'ayant pas trouvé que celui-ci fût meilleur que les précédents, je lui ai répondu qu'il s'agissait bien, à mon sens, d'un "truc publicitaire". Mais cela n'entachait pas, dans mon esprit, le roman lui-même. Qui, par ailleurs, ne me semble être ni le sommet de l'œuvre, ni indigne d'elle.

      On verra à la seconde lecture, d'ici quelques mois : j'ai appris à me méfier de ma première impression, avec cet homme-là.

      Supprimer
  4. Ce blog devient n'importe quoi ? les chats ? a quand les recettes pour faire du maquillage bio ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons allons, un grand garçon comme vous devrait savoir qu'il est parfois urgent de changer de sujet, ce qui donne des billets dont l'idéee de fond...n'est pas forcément très...comment dire...

      Supprimer
  5. Faut nous préparer à la purge houellebequienne...

    RépondreSupprimer
  6. Comment Florent-Claude peut-il être informé (p. 291) des modalités de la conception du fils de Camille ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux rien vous en dire car je n'ai atteint que la page 78. Mais à tout hasard j'avais noté, page 74 :"je savais bien que par malheur l'humanité occidentale en venait à séparer effectivement la procréation du sexe (), elle condamnerait du même coup non seulement la procréation mais le sexe". Et lorsque sa "réflexion s'approfondit" il écrit, page 75 : "je ne nourrissais aucune ambition particulière à l'égard de ma bite, il suffisait qu'on l'aime et je l'aimerais moi aussi, voilà où j'en étais, par rapport à ma bite."
      Je n'ai pas l'impression que cela réponde à votre question, mais je vous assure que j'essaierai de faire mieux la prochaine fois.

      Supprimer
    2. Si tout est du même niveau, je me demande quelles seraient les chances d'un auteur dont ce serait le premier roman de le faire publier...

      Supprimer
    3. Je n'en suis qu'à la page 88 (sur 347 pages) qui commence ainsi : "Étais-je capable d'être heureux dans la solitude ?" et j'avoue - mais comme dit l'autre je puis me tromper - c'est surtout un sentiment d'ennui qui domine ! Je ne trouve même plus rien à souligner ! Je vous tiendrai au courant si ça s'arrange, mais il vous faudra être patient que je n'ai pas que ça à foutre !

      Supprimer
    4. Sautez à la centième page en venant chez moi :
      https://demainalaurore.blogspot.com/2019/01/page-turner.html?m=0

      Supprimer
  7. Si tout est du même niveau, je me demande quelles seraient les chances d'un auteur dont ce serait le premier roman de le faire publier...
    On sous-estime souvent les talents d'humoriste d'Elie Arié. Mais c'est compréhensible car c'est de l'humour à la fois juif et involontaire.
    Dans un registre similaire, je lis souvent sur le site AlloCiné des commentaires à propos d'une bouse française dans le style Mais comment peut-on trouver le financement pour un pareil étron ?
    Sans se demander si le réalisateur et toute l'équipe du film ne font pas partie d'une même communauté, sauf Elie Arié comme de bien entendu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. jazzman, vous me faites peur ! Etes-vous sûr de bien prendre tous vos médicaments en ce moment ?

      Supprimer
    2. Et vous Mildred, quand vous faites un commentaire à la première personne du pluriel comme ici, vous êtes sûre d'avoir bien pris vos pilules ?
      Si vous pouvez me citer quelques réalisateurs français vivants qui soient goy ainsi que leur femme, je suis preneur. Tout le monde sait que le cinéma, la littérature, le showbiz sont aux...ah non pas les mains...euh...sont dirigés par la commuauté de lumière.
      Donc qu'est-ce qui vous fait peur finalement ? Que je dise ce que tout le monde sait, ou devrait savoir ?

      Supprimer
    3. « Si vous pouvez me citer quelques réalisateurs français vivants qui soient goy ainsi que leur femme, je suis preneur »

      Ah, là, vous exagérez ! Il y a tout de même, entre autres, Yvan Attal et Élie Chouraqui.

      Supprimer
    4. J'avoue qu'avec Elie Chouraqui vous avez fait très fort. Je ne savais même pas que je connaissais pour avoir téléchargé son film Les Marmottes, le genre de film qui permet d'offrir des vacances à Chamonix aux potes de la communauté.
      J'ai une excuse : on y voit Marie Trintignant à poil. Je l'ai presque vu en entier, mais pas en une fois, la résistance humaine a ses limites. Ce type est une caricature séfarade vivante, son CV sur Wiki est allucinant.
      Il a osé déclarer : avec mon premier film, j'ai perdu un gros paquet de fric, ça tombait bien, je n'en avais pas...
      Que ceux qui ne connaissent pas le mécanisme judéo-franchouillard d'avance sur recette s'achètent un tube de vaseline avant de se renseigner.

      Supprimer
  8. Costa Gavras, Bertrand Blier, Jean Luc Godard, Jean Marie poiré etc. En même temps les critères de qualités ne se trouvent pas derrière un nom de quelque origine qu'il soit.
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  9. Ce n'est pas pour faire de la pub.
    Paru cette semaine en kiosque Le 1 : La France de Houellebecq.

    RépondreSupprimer
  10. Il est fascinant de voir comment les monomaniaques comme jazzman,, fixés sur une seule idée, loin d'être des spécialistes de la question comme on auraitpu l'espérer, débouchent sur les absurdités les plus farfelues : il n' est pourtant pas difficile de trouver la liste des principaux réalisateurs français vivants sur Internet.

    Quant à leurs femmes, souvent plus nombreuses que celles du Français moyen, elles ne participent jamais,à la réalisation : confusion entre réalisateurs et producteurs ?

    RépondreSupprimer
  11. Quant aux principaux réalisateurs français vovants, qu'on les aime ou pas: Bertrand Blier, Jacques Audiard,Patrice Lecomte, Arnaud Desplechin, Bertrand Tavernier, Michel Gaudry, Quentin Duplex, Alain Cavalier, Luc Besson, Jacques Becker, Michel Delville, Jean-Pierre Mocky, François Ozon,Raymond Depardon, Maïnnewenn, Philippe Lioret,Mathieu Amalric, Claire Denis, Jean-Pierre Jeunet, André Téchiné, Robert Guédiguian, le franco-suisse Jean-Luc Godard ...
    Il vous en faut davantage?
    Quel cinéphile, ce jazzman !!!

    RépondreSupprimer
  12. J'ai oublié Claude Chabrol, que j'aime bien...Et quel dommage que Jean Yanne et et François Truffaut soient morts !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « quel dommage que Jean Yanne et et François Truffaut soient morts ! »

      Une amusante particularité qu'ils partagent d'ailleurs avec… Claude Chabrol.

      Supprimer
    2. Mais pourquoi on ne me dit jamais rien ?

      Supprimer
  13. Hélène dici et Elie Arié ont le même problème de compréhencitude...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui, je viens de relire monseigneur dans le texte. J'ai donc compris :
      - pas dans "les mains " mais y penser très fort, communauté, argent, soutien financier quelle que soit la qualité du produit.

      Évidemment si on devait trouver un financement pour les "pensées de Jazzman", il n'y aurait pas foule et ce serait sans doute à cause de la "communauté" non ? 😉
      Hélène dici

      Supprimer
    2. Quand on veut faire un commentaire caustique alors qu'on n'est capable que de haineuse mesquinerie, on termine par un smiley qui est le sceau des sots. Au masculin, parce que je vous soupçonne en plus d'avoir été aidée sur ce coup-là puisque vous ne savez toujours pas utiliser la boîte de dialogue des commentaires pour cesser d'être Anonyme.

      Supprimer
  14. Réponses
    1. "Mildred Oh la la", vous ne croyez pas si bien dire car elle en est restée aux frères Lumière et à l'arrivée du train en gare de la Ciotat !
      Tiens et voilà que je parle de moi à la troisième personne, oh, la, la, ça ne s'arrange pas !

      Supprimer
  15. Dites m. Goux : nous nous languissons un peu sur votre blog.
    Pourriez pas nous faire un petit topo sur le dernier Houellebecq ?
    Ou ce qui vous fera plaisir hein ! Mais un petit billet serait le bienvenu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un petit topo d'une quinzaine de pages sur V.A., peut-être sera-ce suffisant pour prendre votre mal en patience ?

      Supprimer
    2. Suffisait de demander, mon cher…

      Supprimer
    3. Je l'ai lu le petit topo de VA.
      Très bien.

      Supprimer
  16. Pour faire plaisir à Fredi, surtout parce qu'on ne sait jamais, il transmet peut-être un vif souhait venu de très haut...Donc, vous pourriez parler de l'Automobile Club de France qui organise chaque année un dîner de C...très prisé ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.