samedi 20 juillet 2019

Léautaud futurologue


C'est la guerre, l'envahisseur est partout. Non, ne bougez pas, restez tranquillement installés devant votre écran : je veux dire que, où je suis rendu du Journal littéraire, août 1940, les lou-ou-ou-ou-oups sont entrés dans Paris, également dans Fontenay-aux-Roses. Paul Léautaud, qui bien entendu n'a pas bougé de chez lui durant ce qu'on a appelé l'exode, se déclare lui-même très excité par les événements ; et, de fait, ses notations quotidiennes deviennent de plus en plus nombreuses et fournies. Son journal, s'il ne l'était déjà, devient passionnant, en ceci qu'il se fait la caisse de résonance de tous les bruits et rumeurs que son auteur attrape au vol ici ou là, et qu'il permet donc de se faire une idée assez juste de ce que pouvait être, en ces premières semaines d'occupation allemande, l'étonnant tissu d'informations vraies et de théories délirantes dans lequel les gens – et lui comme les autres – essayaient de retrouver quelques repères, deux ou trois points fixes. Léautaud a souvent des idées absurdes, en tout cas fausses, lorsqu'il se mêle de conjecturer au sujet de l'avenir, immédiat ou plus lointain. Cependant, il lui arrive de lire correctement dans sa boule de cristal ; comme ce 6 août, par exemple :

« L'aviateur Lindbergh a donné son opinion sur la guerre actuelle, la question de l'Angleterre et celle de l'Amérique. Le Matin publie cela. Parce qu'il a traversé l'Atlantique, cet individu se croit un grand politique. Il tranche des problèmes les plus importants aujourd'hui, universellement. C'est à se tordre ! […] À ce train, nous verrons un jour un champion de boxe, une vedette de cinéma ou un coureur automobile s'ériger en grand diplomate. Ce sera la dégringolade qui continuera, commencée avec les bavards de la Révolution française. »

Ce n'était pas si mal pressenti. On se souvient que, deux ou trois ans plus tôt, Ortega y Gasset avait roidement “ramassé” Albert Einstein, lui disant en substance qu'être un grand physicien ne lui conférait pas automatiquement la capacité de comprendre mieux que le premier quidam la guerre civile espagnole, ni par conséquent le droit de raconter n'importe quelles sottises à son sujet, comme il venait de le faire par voie de presse.

Tous les deux étaient simplement en avance de quelques décennies sur les événements, et surtout Léautaud : il fallait encore attendre que les Ardisson et les Ruquier viennent à maturité pour que s'ouvrent grand les micros et que se déversent sans barrage les flots de la bêtise péremptoire.

8 commentaires:

  1. Je dois avouer que ni Ruquier, ni Ardisson, n'ont jamais été mes tasses de thé. Et si j'en étais restée là j'aurais pu dire comme vous, qu'avec eux "s'ouvrent grand les micros et que se déversent sans barrage les flots de la bêtise péremptoire".
    Sauf que je viens de tomber sur une interview d'Ardisson sur V.A. et force m'est de reconnaître que cet homme ne dit pas que des bêtises. Ainsi ceci :

    "...La France c'est Intervilles : 50% des gens tirent dans un sens, 50% dans l'autre, et le centre de la corde ne bouge jamais.
    Et ça ne s'arrange pas avec Macron. Ce nouveau monde est plus que jamais l'ancien. La France st une vieille société qui s'est pris un jeune gérant. Mais la société est la même.
    C'est ce qui m'a particulièrement choqué au moment de l'irruption des "gilets jaunes". On a tous réagi pareil : "Ah, putain, mais c'est vrai qu'ils sont là !..."

    Ardisson : "La confession incorrecte" - V.A. N°4310 du 4 au 10 juillet 2019

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ardisson n'est certainement pas un imbécile : ce sont les émissions produites et présentées par lui qui le sont.

      En revanche, je pense que Ruquier, lui, est réellement un imbécile. Mais je puis me tromper, évidemment.

      Supprimer
    2. Enfin, quelqu'un qui a dit “Si on est obligé de cloner des brebis, c’est parce qu’il n’y a plus suffisamment de légionnaires.” ne peut pas être complètement sot ! Si ? Ah bon… Je me disais, aussi…

      Supprimer
  2. Un homme (Ardisson) qui dit ne pas vouloir faire de la télévision low-cost ne peut pas être entièrement mauvais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute ; mais entre ce qu'il dit et ce qu'il fait…

      De toute façon, je suis persuadé qu'il ne peut y avoir de télévision que “low cost”. Le reste est une vue de l'esprit, un vœu pieux.

      Supprimer
  3. Sur la dégringolade entamée avec la Révolution française, en dépit de quelques trompe-l’œil de surface pouvant faire croire le contraire, je rejoins.

    Quant aux Ardisson & Cie, ce genre de montreurs de foire, ils peuvent bien exprimer l'opinion qu'ils veulent, d'un bord comme de l'autre, il n'en reste pas moins qu'ils font leur beurre avec l'époque. Tout est bon : faut bien vivre et faire bouillir la marmite, hein ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je crois qu'elle doit bouillir assez joliment ! Je l'espère pour eux, en tout cas.

      Supprimer
    2. Ardisson ? Ruquier ? Mais qui sont ces gens-là ?
      Non, donnez-nous de vrais pros de l'analyse politique comme Alain Duhamel, issu de Sciences Po, qui la pratique depuis un demi-siècle, qui connaît tout le monde de ce milieu, et qui avait sorti quelques mois avant mai 2007 un bouquin sur les présidentiables, en oubliant de citer Ségolène Royal : des vrais pros, quoi !

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.