mercredi 2 juillet 2008

C'est pas du Verlaine, ni même du Ramuz...

L'expérience est bizarre. Vous êtes occupé à boire votre café matinal, devant l'ordinateur, branché sur votre radio suisse romande favorite (je sais, on me voit venir...). Soudain, la jeune femme qui anime la tranche (oui, on dit comme ça) et le monsieur qui lui renvoie la balle prononcent votre nom et commencent à parler de vous et de votre 'tiblog. Vous vous faites alors l'effet d'être Louis de Funès dans Pouic-Pouic (chef-d'oeuvre scandaleusement sous-évalué du cinéma français, et même mondial), lorsque Christian Marin et Roger Dumas, depuis la grange voisine, se mettent à causer dans le poste : sentiment d'irréalité, plutôt réjouissant somme toute.

L'affaire se gâte lorsque la demoiselle (ou la dame : il faudra que je me renseigne) entreprend de lire des extraits de votre dernier billet. Là, soudain, vous prenez conscience que votre petite prose ne vaut pas un clou (certes, vous vous en doutiez, mais tout de même...), que les phrases tombent comme des fruits de leur arbre, déjà blets avant de toucher le sol.

Finalement, ce que vous preniez pour une minute d'auto-gloriole se mue en une implacable leçon de modestie, assénée sans trop de précaution, ni cellule de soutien psychologique. Lorsque la voix s'est tue, vous vous retrouvez seul devant l'écran. Et vous vous surprenez à regarder votre page d'accueil de travers, avec un mauvais petit sourire.

36 commentaires:

  1. La dame a lu des extraits de la Saint-Wikio ?

    "Nuages à la Saint-Wikio, bouillon à la radio"

    RépondreSupprimer
  2. Patrick le Grillon2 juillet 2008 à 13:25

    Le pire est que vous semblez absolument sincère en écrivant ça, et que vous vous contrefoutez qu'on vous rassure en commentaire avec des propos mielleux...

    Vous voulez qu'on leur envoie un "meilleur de", à vos amis des ondes ?

    RépondreSupprimer
  3. Le billet d'aujourd'hui vous sauvera demain.

    Marcel

    RépondreSupprimer
  4. Merdalors, quand j'avais été lue sur la même radio, je m'avais trouvée bien moi, mon dieu, mais ça veut dire que je suis immodeste, donc écrivaine?
    Putain, ça craint, je vas me désinfecter à l'eau de Javel.
    Des bizettes

    RépondreSupprimer
  5. J'espère qu'ils ont lu une phrase où vous parliez en bien de mes blogs. S'il y en a.

    RépondreSupprimer
  6. Allez, ne vous faites pas prier, et dites ce qui a était lu, vous voulez bien ?

    RépondreSupprimer
  7. Didier: continuez à vous déprécier comme ça, et la radio suisse romande va vous délaisser au profit d'Irène Delse qui donnera ensuite des conseils aux blogueurs pour se faire miscellaner par les radios littéraires étrangères.
    D'ailleurs, c'est une idée chafouine que je ne vous soufflerai pas. Après, vous nous ouvririez un billet du jour: "Il m’arrive de donner des conseils à des blogueurs débutants, de m’interroger sur le pourquoi philosophique des blablatologies, de donner dans la défense de la Normandie normande et de pester contre la classification par genres."

    RépondreSupprimer
  8. Dire que c'est à la radio que les français libres remontaient le moral des français restés sur le sol métropolitain, tout fout le camp, mon bon Didier !
    Ou alors les suisses sont des pervers qui s'ignorent qui font tout pour démoraliser le socalio-français de base en lui faisant des lectures de blog de droite !

    iPidiblue citoyen de base, non encarté.

    RépondreSupprimer
  9. On écrit soit pour être "lu", soit pour être "dit". Les styles diffèrent.
    Je sais bien, il y a les antécédents de Flaubert et de son "gueuloir". Mais, bon, Flaubert ...

    RépondreSupprimer
  10. Geneviève, qu'aurait écrit Flaubert ? ("ce qui a été lu", milles excuses madame, c'était une atroce faute, dans mon message, vraiment un truc incroyable, dû à la chaleur).C'est trop tard, je sais, tant pis.

    RépondreSupprimer
  11. Rassurez-vous, on ne vous lit pas à voix haute.

    RépondreSupprimer
  12. Si c’est le billet sur le pétrole qui a eu droit à la diction, c’était de l’humour parfaitement helvète. Ils devaient avoir l’info avant l’AFP :

    « Dépêche AFP datée de ce jour 15 h 26 : d’importants gisements de pétrole en Guyane Française connus de Total depuis 2004 mais placés en réserve stratégique, vont, à la demande de Nicolas Sarkozy, être mis en exploitation pour peser sur le Brent ».

    Marcel News

    RépondreSupprimer
  13. Le billet (partiellement) lu était L'HELVÉTIE À LA LANTERNE...

    RépondreSupprimer
  14. @ emma
    Ce n'est pas grave. Vous me copierez 100 fois la règle du passé composé avec "Etre" :-)

    Quant à ce qu'aurait écrit Flaubert s'il avait tenu le blog à la place de Didier... Une chose est certaine, cela aurait été beaucoup moins drôle !

    RépondreSupprimer
  15. Didider Goux porte gravement atteinte aux relations franco-helvètes par son snobisme !
    En effet jusqu'à présent les français snobs comme Carla Bruni se disait épidermiquement de gauche et allaient planquer leurs sous en Suisse, maintenant la nouvelle mode lancée par Mister Goux c'est de se dire snob de droite et de garder ses sous chez soi ... une honte ressentie pour nos amis banquiers d'outre-Rhône !

    iPidiblue contre les gruyères à trous larges (signez la pétition).

    RépondreSupprimer
  16. « Quant à ce qu'aurait écrit Flaubert s'il avait tenu le blog à la place de Didier... Une chose est certaine, cela aurait été beaucoup moins drôle ! »

    Ah oui, décidément, on ne s'ennuie pas une seconde, ici !

    RépondreSupprimer
  17. C'est complexe la modestie, ça pousse à se critiquer alors qu'on prend le temps de s'écouter !
    :-)

    RépondreSupprimer
  18. Nous sommes bien peu de choses, mais tout de même, je suis sure que la bave du crapaud ne peut vous atteindre car de toute façons, vous valez mieux que les petites mesquineries dont on vous abreuve.
    J'aime bien votre style quoi qu'il en soit!

    RépondreSupprimer
  19. Non, Didier, ne suicidez pas votre blog une fois de plus!

    POUIC POUIC - jouissance seventies!

    RépondreSupprimer
  20. En même temps vous placez la barre assez haut : Pouic Pouic jouissance absolue.

    RépondreSupprimer
  21. Vous vous traitez de folliculaire dans votre profil et maintenant vous dites que vous écrivez mal. Des crises de sous-estime ? Je lis pourtant des sujets intéressants sur ce blog et lire, je n'ai fait que cela toute ma vie. Quand à vos traits d'esprits, vos points de vue, ils me donnent envie de revenir chaque jour. Vous vous accordez à merveille avec votre homophonie.
    Allons, je vous prescris du thon rouge et autres poissons gras au moins trois fois par semaine (non fumés pour ne pas perdre les omégas 3), une demi-heure de marche vive par jour et une relecture de la femme de trente ans et de Festivus-festivus. En trois semaines, le moral est de retour.

    RépondreSupprimer
  22. Alors la dame de la radio est franchement désolée du cruel impact de cette écoute sur votre moral! Alors sachez que si je prends la peine de lire quelques extraits, c'est parce que vos textes le méritent!
    Bonne journée tout de même
    Joëlle

    RépondreSupprimer
  23. @Joëlle, la dame de la radio : si ce n'est pas un hommage, c'est quoi alors ? Peut-on vous écouter dans le sud-est de la France ?

    RépondreSupprimer
  24. Emma, vous pouvez écouter RTN depuis votre ordinateur, en cliquant ici. La chronique me concernant passe (jusqu'à demain seulement !) entre 8 h et 8 h 15.

    RépondreSupprimer
  25. "Alors sachez que si je prends la peine de lire quelques extraits, c'est parce que vos textes le méritent!
    Bonne journée tout de même
    Joëlle"

    Madame Joëlle,

    Ça, ça s’appelle enfoncer le clou !

    Marcel

    RépondreSupprimer
  26. Patrick le Grillon3 juillet 2008 à 12:00

    "entre 8 h et 8 h 15." Encore une émission pour la France qui se lève tôt. Triste effet collatéral du Sarkozysme.

    RépondreSupprimer
  27. Vous commencez à nous emmerder sérieusement avec votre Sarkozy. Laissez-le faire son travail, et faites le vôtre.

    RépondreSupprimer
  28. Bien envoyé, Georges !

    RépondreSupprimer
  29. Epitre au Roi en strophes de douze vers et en alexandrins, titre :
    "Le chevalier Saint-Georges qui sauva le pauvre Nicolas des griffes de l'abominable Patrick un jeudi à midi."

    Vous composerez dans les règles de l'art, un poème épique avec ballet d'hélicoptères, meute de photographes et des caméramens dans tous les coins, les habits seront de jolis treillis très seyant en cette saison;

    iPidiblue compositeur de musique d'ambiance médiatique

    RépondreSupprimer
  30. Patrick le Grillon3 juillet 2008 à 13:01

    Georges, vous nous aviez habitués à plus d'humour ! Je regrette néanmoins que depuis son accession au pouvoir, les émissions culturelles suisses soient programmées si tôt, à l'intention des travailleurs de Rungis.

    RépondreSupprimer
  31. C'est son côté Vallet des Grands, que voulez-vous ! Il faut qu'il montre son cul dès qu'il voit une tête qui dépasse ...

    iPidiblue valet de pique

    RépondreSupprimer
  32. La légende veut que Nicolas Sarkozy ayant vu "Le grand restaurant" où Louis de Funès incarne un odieux patron, le petit homme dit à la fin "quand je serais au pouvoir, je serais pareil, dégoûtant de platitude avec les puissants et infects avec les petits";
    Il faut bien soigner son image ...

    iPidiblue et la légende des dieux

    RépondreSupprimer
  33. "Manquer de coffreS", "tourner l'alpage", je ne l'ai pas entendue le dire, mais j'imagine que l'exercice est délicat.

    La lecture que Patrick le grillon fait de votre billet est saisissante de justesse, hélas, alors écoutez bien Elise, pas de blague !

    RépondreSupprimer
  34. Je n'ai aucun humour et je vous emmerde, Ipide et vous !

    RépondreSupprimer
  35. Joëlle et Julien font équipe dans l'émission "La Matinale"
    de 06h30 à 08h30 sur la meilleure radio suisse RTN.CH
    En plus au bord d'un magnifique lac - le lac de Neuchâtel.

    Meilleures pensées des petits suisses, pays du bon chocolat ;o))

    Une fan "Naftaline" qui a du goût et qui écoute RTN chaque jour ;o))

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.