samedi 21 juillet 2012

Le communisme est un alcoolisme ; si tu en reprends une goutte, t'es foutu…

La scène se passe au camp de prisonniers n°1, où sont enfermés cent vingt officiers de l'armée française capturés par le Viet-Minh, et soumis régulièrement à des séances d'endoctrinement :

     « Mais Potin qui avait été communiste, qui n'était plus tenu à faire bloc avec ses camarades pour résister aux Vietminh, fut repris par l'ambiance du Parti dont les formules et le vocabulaire lui étaient déjà familiers.
     Il était comme ces chrétiens qui pendant longtemps avaient négligé leurs devoirs religieux et qu'un hasard ramène soudain dans une église quand se déroule un office. Ce petit homme brun qui portait des lunettes à monture d'acier était parfaitement honnête. Un jour il vint trouver ses camarades et leur dit :
     – Voilà : j'ai été communiste ; je ne croyais plus l'être et je le suis redevenu complètement, sans réticences. Je suis donc dès maintenant du côté du Viet-Minh. Je veux que vous le sachiez et que vous agissiez avec moi en conséquence. Je m'efforcerai de ne pas savoir ce que vous faites, les évasions que vous préparez, mais je vous en prie, ne m'en parlez pas. Cessez de me faire confiance.
     Il s'était dès lors porté volontaire pour les corvées les plus désagréables, les plus pénibles ; il avait refusé tout ce qui pouvait améliorer son sort. »

Jean Lartéguy, Les Centurions, Presses de la Cité, p. 120.


Rajout de trois heures et demie :  Et puisqu'on parle d'armée et de soldats, cette réjouissante information trouvée sur Atlantico : Les soldats américains pourront désormais défiler en uniforme à la gay pride.

26 commentaires:

  1. Ce blog vire ancien combattant.
    Avec les commentateurs casqués et bottés que vous drainez ici, vous ne tarderez pas à projeter la reprise de l'Indochine, de l'Algérie et l'invasion de la Chine populaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la Chine populaire, on va attendre un peu. Pour ce qui est de l'Algérie, je pense que cela ferait plaisir à un nombre considérable d'Algérien. Non seulement ils auraient de nouveau un pays qui fonctionne, après cinquante ans de gabegie, mais en plus ils n'auraient même plus besoin de traverser la Méditerranée pour toucher leurs allocs.

      Supprimer
  2. On rappellera au premier intervenant, un pacifiste sans doute, que Georges Boudarel, devenu professeur d'histoire de l'Asie du Sud-Est à Jussieu par le miracle du recyclage des vieilles crapules communistes en milieu universitaire, participait avec le Viet-Minh au bourrage de crâne et aux sévices infligés aux prisonniers du corps expéditionnaire français. Il ne fut pas le seul, hélas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ce que vous venez de dire...
      Aussi réel que cruel.

      Supprimer
  3. La vraie camaraderie.

    " La guerre avait beaucoup changé. Le temps de l'insouciance, des charges au clairon sur de petits rafiots pourris, le temps des prophètes poètes était révolu. Le corps expéditionnaire français en Extrême-Orient tuait et se faisait tuer dans l'indifférence générale.
    Nous avions choisi de croire à des choses simples : une cigarette, un bidon d'eau claire, une bonne paire de "jungle-boots", une boule de riz ou une boîte de ration,un verre d'alcool partagé le soir après la marche; la camaraderie! (Plus jamais dans la vie je n'ai éprouvé un tel sentiment de fraternité.) Nous avions choisi nos princes : de grands capitaines maigres. Et souvent nous les avons vus mourir; ils levaient des yeux déjà mats, avec une expression de suprême lassitude, faisant un geste comme pour nous dire que cela n'avait pas d'importance, que tout cela n'était que bêtises.

    " Adieu vieille Europe, que le Diable t'emporte!... "

    Pierre Schoendoerffer, Le Crabe-Tambour.

    RépondreSupprimer
  4. Il picole un peu ce Danny?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que du bon !... et en bonne compagnie !

      Supprimer
  5. "Pour la Chine populaire, on va attendre un peu"

    Oui j'imagine votre haine du communisme épargne assez facilement me semble-t-il le communisme chinois. Pour quelles raisons? Mystère!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le nombre, mon cher, le nombre : tout est là…

      Supprimer
    2. "Le nombre, mon cher, le nombre : tout est là"

      Peut-être aussi à cause du conservatisme: au fond les crimes de sang s'oublient facilement au profit du conservatisme où le peuple bosse et ferme sa gueule.Communisme et capitalisme mélangés, voilà un paradis aux yeux des réactionnaires.

      Supprimer
    3. Non, pas vraiment. Un bon communiste est un communiste mort. Mais Didier a raison, le nombre est décourageant. Cela ne fait aucun doute pour qui a lu les recensions de la guerre de Corée par ceux qui y ont participé. La guerre n'a pas pris fin parce que les chinois étaient supérieurs. Non, ils ont eu raison du moral de la troupe, ils ont eu raison du matériel. Les hommes étaient épuisés et dégouttés. La Chine envoyait à la mort des régiments entiers, vague après vague, les suivantes piétinant les cadavres déchiquetés des vagues précédentes. Il faut avoir un moral à toute épreuve pour supporter de voir crever des pauvres types, des heures durant, devant la bouche de votre mitrailleuse. Certains, n'en pouvant plus se tirèrent une balle dans le caberlot. Et puis il y a le matériel. Le nombre de canons de rechange pour mitrailleuses était hallucinant, l'approvisionnement en bandes de cartouches, en pièces de rechange également.

      Les communistes chinois appellent cette tactique "la submersion". C'est beau la novlangue.

      Supprimer
  6. "Les soldats américains pourront désormais défiler en uniforme à la gay pride".

    Les anglais répètent depuis longtemps : http://www.youtube.com/watch?v=ol5Dfs7jqFI

    RépondreSupprimer
  7. J'ai décidé de ne plus causer au néo-léon bien qu'il ait un peu plus de style que léon l'ancien.
    Merci à Danny d'avoir cité Le Crabe Tambour, le chef d'œuvre de Shœndœrffer, qu'on retrouve dans ce texte auquel les léons devraient être complètement imperméables:
    http://www.juanasensio.com/archive/2012/03/20/la-chanson-de-passavant-francois-sureau-elisabeth
    Danny, connaissez-vous François Sureau?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous remercie, Dame du Mt, de m'ouvrir une nouvelle piste, un nouveau terrain d'aventures livresques, c'est toujours pour moi un enchantement. Je commencerai évidemment par La chanson de Passavant.

      " Dévoué et anarchiste, homme d'action et contemplatif, farceur et grave, amateur de kat, buveur ou ascète selon les heures, serviteur provisoire ou messager, on ne sait, d'un Daniel Videau ou d'un Jean-François Deniau, frère des poètes qui l'habitent, Lautréamont, Rimbaud, Apollinaire, Cendrars, Jary, Breton, ce Passavant n'obéit qu'au seul Maître reconnu par le centurion, Celui qui libère de tous les maîtres. " nous dit Elisabeth Bart de Stalker... vous comprendrez aisément qu'un tel personnage a de quoi fasciner.

      Bien à vous.

      Supprimer
  8. Robert Marchenoir21 juillet 2012 à 19:10

    Les soldats américains pourront désormais défiler en uniforme à la gay pride.

    Du coup ça nous évitera peut-être l'épreuve de les voir défiler à poil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, évidemment, vu comme ça…

      Supprimer
    2. C'est pas pour passer pour encore plus juifôlatre que je ne suis, mais tant qu'à voir des miloufs à oilou j'aimerais autant que ce soit les petites de tsahal...

      Supprimer
    3. J'appuie cette requête des deux mains !

      Supprimer
    4. Je sens que je vais vous faire plaisir : http://koltchak91120.wordpress.com/2012/07/21/charmes-de-la-vie-militaire-3/

      Bon, elles ne sont pas dans le plus simple appareil, mais il faut bien avouer qu'elles sont bien mignonnes.

      Supprimer
  9. Alex Briley, le soldat des Village People, défilait déjà en uniforme dès 1977 !

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:VillagePeople1978.jpg

    Gayté anonyme.

    RépondreSupprimer
  10. "Le communisme est un alcoolisme; si tu en reprends une goutte t'es foutu..."

    Ne parlons même pas de l'addiction aux blogs spartakistes...

    RépondreSupprimer
  11. On voit que nous sommes dans un roman. Un vrai communiste n'aurait pas prévenu ses copains, mais serait resté auprès d'eux, en confiance, pour mieux les trahir au profit de la Cause.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que j'avais envie de dire : un communiste honnête !

      Supprimer
    2. C'est que ce communiste-là est avant tout un officier parachutiste : son sentiment d'appartenance est (pour l'instant) plus fort que sa foi retrouvée.

      Supprimer
    3. "Je m'efforcerai de ne pas savoir ce que vous faites, les évasions que vous préparez, mais je vous en prie, ne m'en parlez pas. Cessez de me faire confiance."
      Au moins, il était conscient de sa maladie, il n'était pas dans le déni.
      La guérison devenait donc à portée de sa main.

      Supprimer
  12. Je ne sais pas si les chinois savent faire la guerre mais ces derniers fileraient une crise de jalousie aux généraux russes organisant le défilé de la Place Rouge.

    http://www.youtube.com/watch?v=PsipbLijFNg&feature=related

    Vous remarquerez qu'il y des dames qui participent au défilé.

    Juste pour information, le régiment sacré de thébains était constitué de couples homosexuels

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.