mercredi 11 juillet 2012

Et les matelots me déposèrent endormi…


Lorsqu'il fut de retour enfin
Dans sa patrie le sage Ulysse
Son vieux chien de lui se souvint
Près d'un tapis de haute lice
Sa femme attendait qu'il revînt

Or, en effet, quand au terme d'une longue traversée de sept cents trois pages, j'abordai aux rivages du Plessis-Ithaque, Swann, Elstir et Bergotte, mes tri-Argos, me firent fête ; pour le tapis de haute lice, ma Pénélope avait dû le vendre à quelque colporteur de triste naissance afin de s'offrir de quoi boire, car je n'en trouvai trace en mes palais. Mais je ne lui garde nulle colère, sachant bien que l'attente est morose et le nectar tentateur.

40 commentaires:

  1. C’était un temps béni. Notiez-vous dans la marge
    Du soir au bon matin les phrases et les mots
    Et vite comme va la langue d’un crapaud
    Ce livre vous laissa-il plus fou ou bien plus sage ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et d'où sort-il, ce petit quatrain ?

      Supprimer
    2. C’était un temps béni nous étions sur les plages
      Va-t’en de bon matin pieds nus et sans chapeau
      Et vite comme va la langue d’un crapaud
      L’amour blessait au cœur les fous comme les sages

      Apollinaire (Les saisons)
      et je corrigerais bien le dernier vers de ma tambouille:
      Vous laissa-t-il plus fou, ce livre, ou bien plus sage ?

      Supprimer
  2. Je ne comprends rien quand vous parlez grec. Catherine a vendu le tapis pour s'acheter à boire ?

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben… j'avions point r'connu (shame on me…) !

      Supprimer
    2. Faut dire que maltraité à ce point-là...

      Supprimer
  4. Réponses
    1. C'était un bon gars du pays comme il en existe beaucoup chez nous, le Joachim (on prononce "chin" en Anjou), et la douceur angevine, ça me connaît.

      Alors, pour le plaisir...

      Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
      Ou comme celui-là qui conquit la Toison,
      Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
      Vivre entre ses parents le reste de son âge !
      Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
      Fumer la cheminée, et en quelle saison
      Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
      Qui m'est une province et beaucoup davantage ?
      Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
      Que des palais romains le font audacieux,
      Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine,
      Plus mon Loire gaulois que le Tibre latin,
      Plus mon petit Liré que le mont Palatin,
      Et plus que l'air marin la douceur angevine.

      Supprimer
    2. Heureux qui communiste.... a fini au goulag !

      Supprimer
    3. Heureux qui communiste... a fini en charbon dans la chaudière d'une locomotive chinoise !

      Supprimer
  5. et le lit taillé dans un olivier, alors ? Il y était ? Bises à Pénélope;

    RépondreSupprimer
  6. J'espère que vos tri- Argos se portent mieux que celui d'Ulysse au retour de son maître.

    RépondreSupprimer
  7. Si la transformation d'Ulysse en guerrier de l'expédition troyenne a sans doute contribué à déplacer de la mer Noire vers l'Occident méditerranéen le cadres de ses aventures, parce que de Troie il fallait bien le faire partir vers l'Ouest, on ne peut éviter de se poser à propos de ce transfert la question du rapport entre les navigations du héros et la colonisation grecque de la Sicile et de l'Italie méridionale. Ici encore deux écoles : pour l'une les visions monstrueuses et terrifiantes que l'Odyssée nous offre de cet Occident impliquent qu'il n'est pas encore exploré, pour l'autre, une telle obsession de l'Occident, totalement étrangère à l'Iliade prouve que dans l'intervalle entre les deux grands poèmes homériques l'Occident a été brusquement projeté dans l'actualité, ce qui ne peut résulter que de la colonisation.

    RépondreSupprimer
  8. Que pensez-vous du considérable travail déjà accompli par le gouvernement Ayrault ? C'est autre chose que le suivisme germano-passif de Sarko non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ayrault ? Mais c'est un don de Dieu à la France ! Qu'en dire d'autre ?

      Supprimer
    2. Ayrault, un avion sans ailes qui cherche un aéroport.

      Supprimer
  9. j'ai rarement lu un billet aussi indigent commenté par un aréopage de lèche-culs
    Quelle misère, mon cher Goux, d'être entouré de
    courtisans qui, tels des caniches'en finissent pas de faire les beaux pour montrer leur soumission !
    Ah ! La moindre parcelle de notoriété et les idolâtres sont á genoux...
    i
    Tristesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens ! T'es encore vivant, toi ?

      Supprimer
    2. Et encore, Cuicui vous n'avez pas lu le dithyrambe que je concocte en secret !

      Supprimer
    3. Vous fûtes saoul lorsque vous rédigeâtes, cher Cui-Cui ? Je viens de relire les commentaires de ce billet : pas un seul compliment à moi adressé. Où sont vos idolâtres ?

      Jacques Étienne : j'attends votre dithyrambe de pied ferme !

      Supprimer
    4. Vous pensez bien, Didier qu'un tel texte demande beaucoup de travail et donc de temps. Concentrer en quelques feuillets l'immense ensemble de vos remarquables qualité requiert un esprit de synthèse et un variété lexicale qu'on ne trouve pas sous le pied du premier cheval qui passe. Je vous tiendrai au courant de l'avancement de mes travaux sur un base trimestrielle, chaque fois que ça en vaudra la peine...

      Supprimer
    5. Ah ! que j'aime quand on me parle comme ça !

      Supprimer
    6. "Tiens ! T'es encore vivant, toi ?"

      Voilà bien la flatterie la plus osée que pouvait proposer à un tel ectoplasme un esprit aussi éveillé que Monsieur Jegoun.

      Supprimer
  10. M.Cui-cui est entré en lice pour le grand remplacement de Léon…
    (il est cependant vrai que vous êtes beau M.Goux
    Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
    Sans mentir…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le z est disponible12 juillet 2012 à 10:41

      Tiens, c'est vrai ! Où est Léon ? En vacances ?

      Supprimer
    2. Continuez, cher Y, vous êtes sur la bonne voie ! Si vous pouviez, en même temps, baisser un peu les yeux et tripoter gauchement votre casquette entre vos gros doigts gourds, ce serait parfait…

      Supprimer
    3. Je m'y emploi, je m'y emploi
      Oh votre grandeur
      entre mes doigts gourd
      ce qui vous plaira

      Supprimer
    4. Ben là, au moins, Cui-Cui va en avoir pour son argent !

      Supprimer
  11. Ulysse, comme la série animée Ulysse 31 franco-japonaise en 26 épisodes avec Nono le petit robot?

    Ou le dernier film de Fernandel:"Heureux qui comme Ulysse" réalisé par Henri Colpi sortie en 1970 dont la bande original chanté par Brassens.

    http://www.youtube.com/watch?v=GWlLNpJE1zI

    Ou encore Cette chanson par un certain Ridan, les jeunes vous font écouter de ces choses!

    http://www.youtube.com/watch?v=WefxVZLhm9U&feature=related

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  12. La perfection quasi parfaite de ce brillant billet lumineux m'incite à reconnaître enfin que chaque nuit je relis de A à Z ce blog aux beautés et subtilités nonpareilles, puis le journal tout empreint de génie, ensuite les articles de France Dimanche, incisifs, coruscants, et bien sûr les BM de Michel Brice, dont le style, la profondeur, la hauteur de vue et la verdeur inégalés eût humilié Shakespeare en le faisant paraître médiocre. Ce n'est plus à dire : Didier Goux est le plus grand écrivain de tous les temps et contrées, il est de la littérature l'ultime dieu. Je n'en veux plus adorer d'autres.

    RépondreSupprimer
  13. Réponses
    1. Bravo, c'est un bel effort ! Néanmoins, je crois deviner encore chez vous comme un reste de réticence… comme si vous ne vouliez pas vous abandonner totalement à une admiration pourtant bien naturelle…

      Supprimer
    2. Yanka et tous les autres, vous êtes trop nuls en éloges. Vraiment trop nuls. Sans me vanter, moi je fais beaucoup mieux, mais là j'ai pas l'temps.
      Et Cuicui, habitué au zinc des Rrums, a la charge sélective.

      Supprimer
    3. C'est, chère Suzanne, qu'il n'est point de mot capable de décrire la lumière irradiante qui jailli d'ici à chaque instant…
      Et Cui-cui qui l'eut cru, ne le fait plus le Cui cui puisqu'il est cuit…

      Supprimer
  14. Maître ! Vous ne répondez pas ! Votre silence m'inquiète ! Ne me méprisez point ! Vous me tueriez !

    RépondreSupprimer
  15. Guy Goux?
    Pardon, c'était nul.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.