mardi 31 juillet 2012

Ras l'occiput, des léons !


Le vrai, les faux, les bios, les industriels, les élevés sous la mère, les finis au pipi, les durs de la comprenette ou les mous du glands : j'en ai marre des léons. Par conséquent, je leur demande de se retirer, de se soumettre ou de se démettre, de s'esbigner en loucedé – bref : de ne plus encombrer ma boitamel de leurs incessants et souvent pénibles commentaires. Lesquels, s'ils persistent à apparaître, seront systématiquement supprimés.

Quant à Jean Reno, ce n'est pas la peine qu'il se pointe non plus.

15 commentaires:

  1. Copiteur !!!
    J'écrivais à midi sur mon blog :

    "Bon, les Léon... Un seul Léon, l'originel de préférence, pourquoi pas, mais la valse des Léon, non.

    Je n'ai rien contre les critiques, même caustiques, même méchantes, bien au contraire.

    Je n'ai rien contre les fêlés, les troublés de l'humeur, les mégalomanes et les paranoïaques jusqu'à un certain point. J'ai de la compassion pour eux, de la pitié aussi et du dégoût parfois, plus que pour les clodos pullulants. Surtout s'ils n'ont pas d'amis, que leur psy est mort, ou leur maman, ou leur chien.
    Je ne lis pas les Léon chez Didier Goux, ça ne m'intéresse pas de démêler le vrai du faux Léon, pour ce qu'ils ont à écrire, de toute façon, aucune envie de faire un effort.
    Ce n'est pas difficile de s'offrir un petit pseudonyme ou prénonyme identifiable.
    En gros, j'emmerde les Léon, quoi."

    Bon sang !


    On va se faire taxer de léonicide !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, tiens, c'est amusant ! J'avions point vu…

      Cela étant, moi non plus, je ne les lis pas, les léons. Mais ils encombrent ma boîte aux lettres et ça m'énerve. Un peu comme les publicités innombrables dans les véritables boîtes aux lettres.

      Les léons sont le nom moderne des prospectus.

      Supprimer
    2. Marcel Dépliant2 août 2012 à 09:29

      Chez vous, chère Suzanne, il n'y a eu qu'un seul Léon, je peux vous le certifier.

      "Je ne lis pas les Léon chez Didier Goux, ça ne m'intéresse pas de démêler le vrai du faux Léon, pour ce qu'ils ont à écrire, de toute façon, aucune envie de faire un effort."


      hihihihi....

      Supprimer
    3. Tiens, je vous la remets ici Suzanne. Belle chute n'est-ce pas ? Le Glandon en serait tout pâmoisi s'il la lisait sous votre noire plume.

      "Quand les merles fuient le persiflage et préfèrent la compagnie des flatteurs c’est qu’ils ont changé de catégorie ornithologique."

      Supprimer
  2. Vous êtes chiés, les deux ! Qui va les récupérer maintenant ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et en plus le vieux a viré un de mes commentaires. Je ne viendrai plus sur ce blog. Sauf si le vieux m'invite préventivement à dîner chez lui (voire à déjeuner si le taux d'alcoolémie est trop élevé le matin).

      Supprimer
    2. Chacun pour soi et les léons pour tous : c'est la guerre de tous contre tous.

      Supprimer
    3. Et en plus vous avez gagné. Léon s'appelle Jean Réno, maintenant.

      Supprimer
  3. Y a un problème, Goux ?

    RépondreSupprimer
  4. Robert Marchenoir (le vrai)31 juillet 2012 à 21:38

    Ah ? Le faux Léon avait du talent, je trouve. Et puis c'était du léonicide écologique, un peu comme lorsqu'on lutte contre les sales petites bêtes, dans les champs, en procédant à un lâcher de petites bêtes. (Gentilles.) (Mais méchantes.) (Voilà que je me mets à écrire comme DX-Diag.) (Enfin je me comprends.) (Et c'est bien l'essentiel.)

    RépondreSupprimer
  5. C'est de la discrimination…

    RépondreSupprimer
  6. La photo est forte.
    Aussi forte que ce que vous pensiez au moment ou vous l'avez mise en ligne?

    RépondreSupprimer
  7. Faut que je vérifie la date de péremption de mon Doléthal tiens...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.