mercredi 18 juillet 2012

« Repentance, mon cul ! », s'écria alors le bon Jacques Étienne


Son billet est lisible par là-bas. Je n'ai rien à y redire, mais j'y ai tout de même laissé le commentaire suivant, qui prouverait bien mon mauvais fond, si mon mauvais fond était encore à prouver :

« On notera aussi que, parmi les noirs qui vivent grassement de notre “repentance”, par le biais de leurs associations subventionnées, bon nombre viennent d'Afrique. Ce qui signifie que leurs ancêtres non seulement n'ont pas été réduits en esclavage, mais que, s'il se trouve, ils se sont peut-être enrichis en vendant leurs frères de brousse aux méchants marchands blancs qui venaient régulièrement chez eux faire leurs courses. »

Le cas le plus réjouissant de cela est bien évidemment le camarade Dieudonné. Son père étant camerounais, ses ancêtres n'ont donc jamais été réduits en esclavage, en tout cas nullement transportés aux Amériques les chaînes aux chevilles. Mais comme sa mère est bretonne, il n'est pas interdit d'imaginer que ses aïeux à elle auraient très bien pu s'enrichir dans le trafic de matériel humain, celui qui a fait la fortune des braves gens de Nantes et autres ports, à la grande époque.

Bref, emboîtant le pas à Maître Étienne, je clamerai à mon tour : « Repentance, mon cul ! »

61 commentaires:

  1. Je vais poser la question aux seuls gros noirs que je connais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais il en connaît d'autres ! En plus, si j'ai bien compris, vous n'êtes même pas gros…

      Supprimer
  2. Et ceux qui ont eu parmi leurs ancêtres un paisible missionnaire dévoré par des cannibales obscurément noirs et fameusement affamés, ont-ils droit à la repentance retentissante des descendants desdits cannibaux ? Nenni, je parie.

    RépondreSupprimer
  3. Vous devriez venir par ici visiter le mémorial machin, vous seriez...

    saisi ? Je crois qu'il y a même un chêne (enchaîné), dit "de l'abolition de l'esclavage" ou je-ne-sais quoi.

    RépondreSupprimer
  4. c'est not' faute
    c'est not' faute
    c'est not' très grande faute…
    (Surtout vous! moi encore ça va…)

    RépondreSupprimer
  5. L'histoire du Liberia est d'ailleurs assez amusante. A l'issue de la guerre entre les Etats, le terme "sécession" leur est étranger, des sociétés philanthropiques américaines réunir suffisamment d'argent pour acheter des terres afin de créer un pays où les anciens esclaves qui désireraient retourner en Afrique pourraient s'installer. Ce fut d'ailleurs la première république noire de l'histoire. Que firent les afro-américains revenus sur leur sol ? Ils réduisirent en esclavage les populations locales pour les louer ou les vendre aux planteurs de caoutchouc des pays environnants. Ces locaux n'accédèrent à la citoyenneté que dans les années 70.

    Qu'ils commencent déjà par faire le ménage chez eux. Les premiers marchands d'esclaves ont été africains, puis arabes, les occidentaux arrivant sur le tard et pour peu de temps. D'ailleurs l'esclavage existe encore en Afrique et dans certains pays arabes.

    Repentance, mon cul ! Effectivement.

    RépondreSupprimer
  6. @ koltchak91120, il me semble que la première république noire fut plutôt Haïti (fin des années 1840 si ma mémoire fonctionne encore)... remarquez, c'est une histoire très divertissante aussi.

    RépondreSupprimer
  7. Esclave vient de l' anglais "slave" et d' après vous monsieur Bembelly où vivent le slaves?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grandpas, désolé de t'agresser en permanence (puisque tu te plains dans différents blogs de mon comportement) mais tu devrais vérifier sur Google ce que tu avances, ça nous éviterait des crises de rire.

      Supprimer
    2. Alors là cher juste Juste c'est un rire qui devrait t'étouffer pour quelques temps !

      Supprimer
    3. Juste en passant : Le terme moderne « esclavage » vient du latin médiéval sclavus déformation du mot latin slavus (le slave). Le mot « esclave » serait apparu au Haut Moyen Âge à Venise, où la plupart des esclaves étaient des Slaves des Balkans, « une région qui s'appelait autrefois « Esclavonie », puis Slavonie, et qui est récemment devenue indépendante, sous le nom de « Croatie » ». La même racine se retrouve dans le mot arabe saqaliba, ce qui n'a rien d'étonnant puisque les Turcs se procuraient leurs futurs janissaires en achetant ou capturant des enfants chrétiens dans la même région.
      Rome pratiquant l'esclavage, comme tous les peuples antiques, le latin disposait évidemment d'un terme pour désigner l'esclave : servus, qui a conduit aux termes « servile » et « servilité », relatifs à l'esclave et à sa condition. Ce mot a aussi donné naissance aux termes « serf » du Moyen Âge et aux modernes « service », « serviteur »

      Supprimer
    4. C'est assez rigolo de voir que Léon défend Grandpas pour me casser et que Kol vienne tenter de rétablir une vérité.

      Amen.

      Supprimer
    5. Mais ici, monsieur Nicolas Dublog, vous ne m'agressez pas en termes discourtois.

      Google n'est pas la référence en tout et comme Koltchak91120 vous le démontre, donc vous ne savez pas tout.

      Le terme vient donc bien du mot slave qui désigne bien une ethnie européenne,mot certainement repris par les anglais.

      Les mamelouks étaient aussi des soldats-esclaves venus de Russie ou Circassie, leurs enfants ne devenaient pas mamelouks car musulmans de naissance, ils ne pouvaient combattre d'autres musulmans, ils étaient aussi considérés comme moins résistants.

      Quant à Léon, on ne sait qui est l'un et qui est l'autre.

      Supprimer
    6. Le mot a été "certainement repris par les anglais" et ça fait de "esclave" un mot d'origine anglaise...

      Supprimer
    7. Une erreur comme toi mais en moins en gros et puis cela fait les misérables, devines ce que tu es?

      Supprimer
    8. Ah ! L'attaque du physique du type qui ne sait plus quoi dire... Et qui répond n'importe quoi. Garde ton calme, tu as dit des conneries, il suffit de répondre "ah merde, je me suis planté".

      Et arrête de nous faire croire que tu es moins gros que moi, on a des témoins.

      Supprimer
    9. Je suis moins encombrant mais certainement plus lourd et un peu plus âgé car avec l' âge on prend du poids enfin c'est que disait une pub dans les années 70.

      Supprimer
    10. « Esclave vient de l' anglais "slave" »

      Esclave vient de l'ancien mot français "esclavon", emprunt au latin médiéval sclavus : slave. Les Slaves ont été réduits en servage au Xe siècle lors des guerres entre les populations germaniques et les peuples slaves. L'anglais n'a rien à voir ici.

      Il est à noter que les Russes n'ont été libérés du servage qu'en 1860. Le mot fait donc allusion à un état de fait européen, et non africain.

      Supprimer
  8. Bon, de retour d'un vernissage ABSOLUMENT jubilatoire je reviens aux affaires de ce bas monde. SEUL l'Occident avait établi l'esclavage sur des critères raciaux, et voilà pourquoi la repentance ne peut vous tenir lieu de fondement Monsieur Goux bien qu'elle puisse servir d'appui à votre élévation vers le pardon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! La tribus d'à côté n'est pas un critère racial, c'est probable. Ce n'est pas plus brillant pour autant et si tu pouvais défendre d'autres causes ça nous arrangerait bien.

      Supprimer
    2. Cher juste Juste, je ne suis pas là pour t'artranger mais pour t'aider à préciser les choses qui peuvent légitimement prendre place dans ton rectum ou non.

      Supprimer
    3. Bah ! J'ai le cul large mais les efforts que tu fais pour paraître de plus en plus ridicule à chaque commentaire me surprennent toujours.
      Gloire à toi.

      Supprimer
    4. Tiens c'est presque au niveau de Gaston. Sur les excellents conseils de petula il a ouvert un blog qui entend rivaliser avec le vôtre, cher juste Juste. Je conserve à mon ridicule et à ma nullité la confidentialité de quelques commentaires en ces lieux quand vous-même vous répandez en sottises à longueur de blogs. Le ridicule est toujours affaire de public. Le vôtre est aussi large que votre cul.

      Supprimer
    5. Tu as raison de rester confidentiel.

      Supprimer
    6. Faux Léon, vous saoûlez un peu, si je peux me permettre.

      Supprimer
    7. À sa décharge, Léon : j'arrive à me saouler tout seul.

      Supprimer
  9. Quelle classe ce Léon, décidément je fonds rien qu'en le lisant.
    Léon ! Léon !

    RépondreSupprimer
  10. "parmi les noirs qui vivent grassement de notre repentance par le biais de leurs associations subventionnées"
    Cette phrase est une vraie bouffonerie. Donnez nous donc les chiffres qu'on rigole un peu.
    Et la presse, généreusement subventionnée, qui vous a nourrit grassement de longues années et continue de remplir votre gamelle pour quelques heures de travail par semaine, vous n'en parlez pas beaucoup...
    Ensuite, on s'étonne que l'Occident soit le seul à être invité à la repentance, mais pourtant c'est fort logique, depuis le siècle des Lumières, l'Occident se targue d'être le phare des nations, la lumière du monde, le seul à proclamer des droits de l'homme universel, il est bien logique qu'il soit renvoyé à ses propres fautes et charger en premier lieu de corriger les siennes avant de s'intéresser à celle des autres.
    On peut dire ce qu'on veut sur les peuples d'Afrique, et leur conduite amorale, mais ils ne se sont jamais présentés comme les civilisateurs du monde barbare que nous sommes.
    Assumer son héritage, c'est cela, assumer la grandeur de l'Occident, c'est aussi assumer ses fautes. Vous autres, conservateurs de pacotilles et réac de comptoirs, voulez vous glorifier de la grandeur Occidentale et de ses valeurs, mais vous refusez obstinément de reconnaitre que ses valeurs furent souillées et piétinées par des actes barbares. Quelle hypocrisie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher dsl, bravo on dirait du moi de la meilleure facture. Et je dois bien concéder que je n'arrive pas toujours à insérer juste ce qu'il faut d'imbécillité et de fautes d'orthographe mineures (il y tout de même du lourd grammatical chez vous) pour donner la crédibilité "léonesque" à mes commentaires. Bon votre "texte" est encore un peu grossier, une ébauche je suppose. "...le phare des nations, la lumière du monde" c'est pas mal, à garder peut-être pour la version définitive. J'aime bien que vous préserviez le doute sur le phare : carré ou rond, elliptique ? Ou cet autre phrase pleine d'une ambiguïté millimétrée "...mais ils ne se sont jamais présentés comme les civilisateurs du monde barbare que nous sommes." Chapeau l'artiste ! Par contre les fautes sont déjà bien. Gardez-les ! Mais alors "conservateurs de pacotilles et réac de comptoirs", alors là non, c'est pas digne. Enfin ça ressemble à du faux Léon. Comme dirait Gaston -une de mes références littéraires constantes-, ça fait nouveau riche de la blogosphère, parvenu du copié/collé.

      Supprimer
    2. Je n'ai pas de temps à perdre avec un abruti usurpateur qui croit être drôle.
      Si ça vous amuse de corriger mes fautes, allez y, je suppose que vos élèves que vous vous plaisez à mépriser du haut de votre grandeur intellectuelle, doivent vous manquer cruellement, et je serais heureux de vous permettre d'employer utilement ce temps libre que vous alloue l'éducation nationale.

      Supprimer
    3. Dsl, les conservateurs de pacotilles et réac de comptoirs se glorifient de la grandeur de l'Occident ? Si vous avez un peu de temps, j'aimerais bien que vous m'expliquiez cela.

      Supprimer
    4. Il n'y a rien à expliquer, je caricature bien évidemment, les conservateurs et les réacs n'existent pas en réalité, tous appartiennent à ce théâtre où chacun s'amuse à jouer un rôle qui n'a pas plus de substance que la feuille de papier journal ou le ticket de caisse de la semaine dernière.
      De temps en temps, moi aussi, las de voir mes congénères s'agiter, je gonfle un ballon que je perçe afin de distraire quelques secondes cette bruyante assemblée. Voilà qui est fait !
      Ce que je voulais dire tient en une phrase : on ne peut pas choisir son héritage..

      Supprimer
  11. Léon est un abruti, c'est vrai, mais pas un usurpateur. Léon n'est jamais drôle intentionnellement. Léon n'est pas enseignant, il fréquente assidûment les vernissages, c'est tout ! Léon ne méprise personne et ne corrige aucune faute, il veille simplement à ce que tous les Léon(s) du net soient reconnaissables et harmonisent leur "expression". C'était l'objet de mon mot que je voulais bienveillant à votre égard. Mon espoir, inatteignable peut-être, serait que tous les Léon(s) du monde se donnent la main et forment une holding influente sur le net (Léon(s).net). J'avais cru reconnaître en vous un possible compagnon de route (abruti mais sincère, pas drôle etc...), mais la marque dsl semble douée de suffisamment de qualités pour avoir un rayonnement autonome. Ne perdez pas de temps à me répondre, préservez ce trésor précieux pour la rédaction de commentaires aussi édifiants que celui publié ci-dessus.

    RépondreSupprimer
  12. Il est devenu hilarant ce blog, je trouve ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez rigolo, il y a tous les "DegauchesMoimossieu" et autres partisans de MoiPrésident" qui s'étripent entre eux…
      Y pourraient aller faire ça ailleurs quand même, c'est dégoûtant!

      Supprimer
    2. Oui, c'est franchement pénible.

      Supprimer
    3. Je parlais des faux "Léons" et autres Pierre arrivés récemment, et qui foutent la merde pour le plaisir. On ne plus discuter.

      Supprimer
    4. Le rajout de 12:00 signé Gaston c'est du Léon non ?

      Supprimer
    5. Je ne suis pas celui de juste dessus.
      Mais pour les autres c'est moi.
      Mon intention n'était pas du tout de foutre la merde, mais je voulais juste réagir à certains messages degôche. Je reconnais que ce n'était pas proprement écrit.
      Néanmoins je ne veux pas gâcher l'ambiance qu'il pouvait y avoir ici avant, jcroix d'bois croix d'fer, et n'aurez plus à me citer parmi les léon ou gaston dans vos commentaires, car même si j'ai laissé plein de messages, mon but n'était pas d'emmerder les habitués de ce blog.

      Supprimer
  13. Moi je trouve ça pénible aussi. Non pas parce que je suis le "troll officiel" mais parce que effectivement on ne peut plus discuter. Je suppose que c'est la même personne qui se fait appeler Pierre ou Léon, peut-être même d'autres encore utiles à quelques pauvres commentaires d'un humour douteux. Le rire est un souffle diabolique qui ruine toute possibilité de dialogue constructif puisqu'on ne sait jamais si le commentaire ne recèle pas une imbécillité intentionnelle ou si son auteur est identifiable de façon continue. J'en viens parfois à me demander si des commentaires apparemment aussi identifiables que ceux de Marchenoir sont bien de lui, tant ils sont parfois caricaturaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut même plus rester entre vils nauséabonds et xénophobes… on est envahi par les immigrés blogueurs de gauche qui s'ennuient chez eux… ils sont la banlieue de ce blog…
      (bon d'accord, je vais m'coucher!)

      Supprimer
    2. Non, ce sera mon dernier message de la journée, car je commence à souler.
      Mais Pierre, à part pour le message de 12:38, c'est toujours moi.
      Je ne suis pas Léon, et il n'est pas moi.

      Supprimer
  14. « Moi je trouve ça pénible aussi. Non pas parce que je suis le "troll officiel" mais parce que effectivement on ne peut plus discuter. Je suppose que c'est la même personne qui se fait appeler Pierre ou Léon, peut-être même d'autres encore utiles à quelques pauvres commentaires d'un humour douteux. Le rire est un souffle diabolique qui ruine toute possibilité de dialogue constructif puisqu'on ne sait jamais si le commentaire ne recèle pas une imbécillité intentionnelle ou si son auteur est identifiable de façon continue. J'en viens parfois à me demander si des commentaires apparemment aussi identifiables que ceux de Marchenoir sont bien de lui, tant ils sont parfois caricaturaux. »

    Fabuleux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en connais qui ont eu la sagesse de fermer les commentaires et qui, donc, ont bien raison de ricaner.

      Supprimer
    2. La Bloge est un système extrêmement vicieux dont on ne peut se sortir qu'à cette condition radicale. Mais vous le savez parfaitement. Léon est sans aucun doute le symptôme le plus précisément éclairant de votre blog. Rien que ce terme détestable de "troll" est éminemment révélateur d'un processus sans issue où c'est la parole elle-même qui dévitalise la parole, la rend impuissante et infertile. La Bloge est le SIDA du logos.

      Supprimer
    3. Je pense que je suis dans la situation de l'alcoolique qui n'est pas encore tout à fait prêt à admettre qu'il l'est, et qui va répétant qu'il prend juste quelques petits verres de temps en temps, « mais j'arrête quand j'veux, hein ! »…

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    6. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  15. Et voilà ! Georges vient foutre sa merde habituelle avec ses pseudos classiques (Gato Montès, petula claque, peut-être Léon ou d'autres, etc...) en reprochant à la bloge d'être le sida du logos (rien que ça !) et aussitôt Sancho nettoie l'écurie selon les voeux du maître.

    RépondreSupprimer
  16. Robert Marchenoir20 juillet 2012 à 10:40

    "Partout dominait en profondeur ce superbe marron que montrent les plus beaux êtres humains."

    (Jean-Luc Mélenchon -- homme de gauche, communiste, multiculturaliste, anti-fasciste, anti-raciste.)

    Répétez après moi : la couleur de peau n'a aucune importance, les races n'existent pas, il faut s'ouvrir à l'Autre.

    Compilation réalisée par Xyr-Hordalf-Matricule ici :

    http://lesheureslesplusclaires.blogspot.fr/2012/07/de-la-haine-raciale-de-gauche.html

    A partir notamment de ce montage vidéo :

    https://www.youtube.com/watch?v=YrSp5ONGHOU

    Notez de quelle façon Mélanchon imite délibérément les intonations de de Gaulle dans son discours de Marseille.

    La citation ci-dessus figure sur le blog officiel de Jean-Cul Méchancon (paragraphe commençant par "Les nôtres") :

    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/07/16/no-volveran/

    Mélanchon, ou le visage contemporain du nazisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, les gens ont du mal à l'admettre.

      Supprimer
  17. C'est amusant, ce que vous dites sur Dieudonné est presque au mot près ce qu'écrivait Soral sur lui avant qu'ils ne deviennent les meilleurs amis antisioni-sémites du monde.

    RépondreSupprimer
  18. Robert Marchenoir20 juillet 2012 à 17:06

    Laure Adler, conseillère de François Mitterrand, ex-directrice de France-Culture : un membre de plus du club très secret des hommes de pouvoir français qui sont nés en Afrique, et qui ne se sont jamais consolés d'avoir dû la quitter :

    -- Vous avez vécu dix-sept années en Afrique.

    Je suis arrivée en Afrique à l’âge de six jours et je me définis comme africaine. J’en porte des traces dans mon corps, ma langue, mon imaginaire. J’ai été élevée par un homme nommé Wait. Il me racontait la terre et le ciel dans sa langue.

    Je suis retournée récemment en Guinée. J’ai tout retrouvé. Ma maison et mon école. J’ai ressenti une collision des émotions et des sentiments. Je suis persuadée que je mourrai en Afrique.

    -- Le deuxième retour en France, à 17 ans, en 1967, a-t-il été plus facile?

    On vivait avec notre mère la perte de la liberté, d’un continent, de sensations, de nos amis.

    Je suis tombée amoureuse, huit mois après, d’un ethnologue africaniste. La majorité était alors à 21 ans et j’avais 18 ans. J’ai fui pour le retrouver à Paris, en mars-avril 1968. J’habitais chez une amie. Il m’a pris dans ses bagages pour me faire vivre un temps au rythme d’un petit village du Tchad.


    http://www.lejdd.fr/Culture/Livres/Actualite/Laure-Adler-J-ai-besoin-de-vivre-dansle-risque-interview-527151

    Demain, j'en suis convaincu, les historiens expliqueront le poids insoupçonné de ce lobby africain dans la propagande qui a permis l'immigration de masse en France.

    Ces gens-là ont tout simplement sacrifié l'avenir de leur pays et vendu leur peuple dans l'espoir illusoire de retrouver, l'espace de quelques années, la nostalgie de leur enfance. D'un côté, un rêve infantile ; de l'autre, le génocide d'une nation.

    La folie criminelle du "moi d'abord" issu de Mai-68 n'aura jamais été aussi tragiquement illustrée que par cette disproportion grotesque.

    RépondreSupprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  20. Demain, j'en suis convaincu, les historiens expliqueront le poids insoupçonné de ce lobby africain dans la propagande qui a permis l'immigration de masse en France.

    Oui, exactement! Je n'ai jamais fait le compte, mais à vue de nez la proportion des "africains" dans la classe d'âge 50-60 ans parmi les hauts responsables administratifs et politiques me semble énorme.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.