dimanche 16 décembre 2012

Adieu, veau, vache, cochon, couvée, Depardieu…


Grâce soit rendue à Gérard Depardieu, nom d'un évadé fiscal ! Ce n'est tout de même pas donné à tout le monde d'afficher sa liberté avec une aussi belle insolence, de décocher un bras d'honneur qui, depuis quelques jours, fait baver de fureur impuissante tout ce que la gauche compte de bas envieux hâtivement grimés en patriotes de la vingt-cinquième heure. Se faire donner des leçons de patriotisme par un ramassis de blogueurs qui passe son temps à bêler en faveur de l'universel, à couiner contre l'État-nation qui est si méchant qu'il provoque des guerre, à sangloter de tendresse pour tous ces gens qui quittent leurs pays afin de venir s'installer clandestinement dans d'autres pour de simples questions de bien-être matériel : il doit bien rire, le gros Depardieu, d'avoir provoqué le barouf à lui tout seul ; je l'espère, en tout cas. Moi, dans mon petit coin, j'en profite jusqu'à satiété : quel bonheur de les voir tomber le masque les uns après les autres, sans même qu'ils s'en avisent ! Ils croient sincèrement afficher le noble visage de l'intégrité, de la solidarité, de la citoyenneté en acier chromé, alors que ce sont les pustules de l'aigreur qui éclatent sur leurs faces tordues de rictus haineux – car haineux ils sont, mais fort heureusement tout à fait chétifs et stériles. Et ça trépigne, ça Madame, voyez comme ça trépigne ! S'ils pouvaient le lyncher comme un pauvre nègre de l'Alabama, on sent bien qu'ils auraient du mal à résister à leurs petites pulsions purificatrices. Mais rien à faire : hors d'atteinte, le Gérard. Alors, ils lynchent dans le symbolique et l'imprécatoire ; celui-ci parle de déchoir le monstre de sa nationalité (cette nationalité qui, d'ordinaire, est l'objet de tous leurs mépris d'oiseaux sans tête) ; celui-là clame très fort un mépris que personne n'entend ; cet autre exige qu'on lui ratisse tout ce qu'il a avant qu'il ne soit définitivement hors de portée des petites mains de l'État socialiste et redistributeur.

Oui, décidément, tout cela est bien divertissant. Mais je me demande si le plus comique n'est pas justement cette expression d'évadé fiscal. Car tout de même, de quoi s'évade-t-on d'ordinaire, si ce n'est d'une prison ? D'un cul de basse fosse ? À la rigueur d'un bagne, si on a le culte du passé ? Employer le mot fait comprendre qu'ils admettent, au fond, le caractère carcéral de ce système de spoliation vertueuse. Ce qu'ils veulent, ce n'est évidemment pas la liberté, cette notion de droite, pouah ! Non, leur idéal c'est qu'on les nomme gardiens de l'établissement, avec casquette sur la tête et trousseau de clé à la ceinture : telle est leur ambition.

Et surtout, surtout, que l'on fasse tout ce qui est humainement possible pour rattraper ceux qui ont eu l'audace et l'ingéniosité de tenter la belle.

49 commentaires:

  1. Par contre lorsque Yannick Noah, "évadé fiscal" en Suisse depuis au moins quinze ans est venue soutenir Hollande, toute la gauche ne s'en est pas tellement ému…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hollande a même effacé la "dette" de Noah envers le fisc, à titre de bons et loyaux services.
      Si on retire la nationalité française à Depardieu (ce qui ne se fera pas), il pourra ainsi s'installer à Monaco, sous le doux soleil du midi que tout le monde nous envie, pas si loin que ça de Mougins où Hollande a une propriété à la valeur largement sous-estimée pour le calcul de l'ISF.
      En tant que non-Français, Depardieu à Monaco sera exonéré d'impôts ; quel régal pour lui ! Et quel pied de nez à ceux qui en appellent, comme il est si bien écrit ci-dessus, au civisme et au sentiment national qu'ils sont habituellement les premiers à mépriser.

      Supprimer
  2. Moi, je n'aime pas Depardieu. C'est un ivrogne. Manquerait plus qu'il soit nègre avec une barbe blanche.

    RépondreSupprimer
  3. Le coté emmerdant c'est que les tauliers de bars vont demander des subventions pour le manque à gagner.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais plus qui suggérais de parler de "réfugié fiscal" pour désigner les gens comme Depardieu. Ca me semble une excellente idée, bien propre à faire rager les gauchistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parlons clair : il s'agit de réfugiés politiques.

      Ils fuient le communisme.

      Il fut un temps où ceux qui avaient la carte officielle de réfugié politique, décernée par les médias, étaient blancs, chrétiens et anti-communistes.

      Aujourd'hui ils sont marron, musulmans et socialistes.

      Supprimer
    2. "Acte de légitime défense fiscale" selon un avocat suisse (lui-même évadé aux Bahamas) :

      http://www.rts.ch/pages-speciales/moments-forts/4512916-depardieu-a-eu-un-acte-de-legitime-defense-fiscale.html

      Qui dit mieux ?

      Supprimer
  5. Comme disaient les Snuls, la Belgique est un plaisir et doit le rester. Nous avons la faiblesse, bien que moyennement cinéphile, de préférer un évadé fiscal français de ce vin-là à n'importe nègre pauvre de l'Alabama. Gégé, tu es chez nous chez toi. Prends tes aises, godverdomme !

    RépondreSupprimer
  6. La prison fiscale ça mène à ça.

    Pour payer leurs impôts, de plus en plus d’épargnants sont contraints de céder des actifs. Cette logique atteindra vite ses limites. « D’un point de vue pratique, imagine-t-on céder chaque année quelques mètres carrés de son logement pour payer ses impôts ? », s’interroge Aldo Cardoso, membre du conseil de surveillance du think thank Fondapol. À ses yeux, « une telle politique fiscale produit des effets qui s’apparentent à de la confiscation ».

    Il a bien de la chance le Gégé de pouvoir s'en évader. Et que l'on vienne pas nous parler de solidarité; il s'agit plus surement de spoliation et personne n'y échappe sauf le bienheureux qui ne possède rien.

    RépondreSupprimer
  7. Excellent billet ! je souhaite que tout ce que la blogosphère compte de gauchistes bas du front puissent le lire et, si la chose est possible, réfléchissent un peu plus sérieusement à ce que révèle le départ de Depardiou !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai réfléchi: un gros con de moins en France.

      Supprimer
    2. Si tous les gros cons quittaient la France, ce pays serait un désert. Que pensez vous de votre camarade de combat , ce cher Noah?

      Supprimer
    3. Moi vous savez la chanson française...

      Supprimer
    4. Vous appelez ce type un chanteur, chacun ses goûts , mauvais sportif et comme pour le reste tout aussi misérable.

      Supprimer
    5. Un gros con qui a permis à de nombreux assistés de couver 8 gosses pendant des années, sans travailler.
      Incroyable cette gauche, elle n'est bonne qu'à encaisser les sous, incapable de farbriquer des richesses.
      Ah si, de la repentance...
      Gérard est pour moi un héros.

      Les p'tits gauchiasses, ils n'ont rien à dire sur Omar Sy?

      Supprimer
    6. Misérable ou minable comme le gros néo-belge?

      Supprimer
    7. Parce que vous Fil. vous en créez de la richesse?

      Supprimer
    8. Quand on est de gauche, tout est permis surtout d'insulter les autres mais faut le comprendre le Ayrault, les impôts de Depardieu lui ont payés 810 mois de salaire annuel ( 178 920 euros); tout ce salaire pour un gros branleur qui comme sont président n' a jamais rien fait même en allemand il fut mauvais, bien entourés nous sommes.

      Noah, où en est il ?

      Supprimer
    9. Oui, je crée de la richesse, mon travail fait que j'en créée. Je suis désolé.
      Symboliquement, prendre les 3/4 du fruit d'un travail, c'est une honte.
      En plus de ça, avec des insultes si vous avez le malheur de ne pas venir de la diversité,
      oui, je dis que la gauche n'a jamais créé de richesses. Leurs mots sont contre-productifs.

      Les socialos ont un peu tendance à oublier combien de fric les riches leur ont déjà filé.
      Un riche apporte bien plus au pays qu'un couple de chômeurs avec 7 enfants.
      Pour ça aussi, je suis désolé. La gentillesse n'a jamais rien apporté de concret,
      A part des festivals et l'illusion qu'à plusieurs on va changer le monde.

      Didier, merci pour cette tribune consacrée à Gégé.

      La gauche est aux Français ce que l'indigestion est à l'organisme.
      Prenez, prenez, gens de gauche, mais surtout ne créez rien, ne soyez
      surtout pas créatifs. Faîtes bien gaffe à ce que les Français s'étouffent,
      et qu'ils gardent le sourire. Sinon insultes en public!

      Même Djamel Debouze l'a dit hier, faut pas l'emmerder Obélix!!

      Comment ,ne pas nous réjouir, chers amis, de cette absurdité?
      Tout ça est génial, et nous donne bien raison!!

      Ah! AH! AH!
      C'est une excellent semaine qui commence!

      Supprimer
  8. Ce billet manque de liens pour juger sur pièces de la prose des blogueurs dont "les pustules de l'aigreur" "éclatent sur leurs faces tordues de rictus haineux".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les liens, parcourez rapidement la blogroll de Nicolas : vous allez en trouver dix…

      Supprimer
  9. Les "minables" ne sont pas forcément ceux que l'on dit si j'en crois cette info :

    316/12 - Popularité – F. Hollande et J.M. Ayrault chutent : François Hollande accuse une baisse de 4 points de popularité, et Jean-Marc Ayrault une chute de 8 points, la proportion des satisfaits s'élevant respectivement à 37% et 35%, selon un sondage Ifop-JDDdu mois de décembre publié samedi.

    Le tandem de l'exécutif atteint ainsi un nouveau record d'impopularité."

    Commentaire perso : Chic, ils ne vont pas tarder à nous trouver du pétrole... ou peut-être du gaz de schiste, qui sait ?

    RépondreSupprimer
  10. Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, actuellement en mission dans la région du Golfe, a souligné, dans le cadre des remous suscités en France sur l’exil fiscal vers notre pays, que la Belgique n’a rien fait pour attirer les riches Français.

    Il a également renvoyé la balle. « Beaucoup de nos sportifs s’installent dans le sud de la France (Monaco, ndlr) pour s’y entraîner. Nous devons également l’accepter. »

    Didier Reynders estime que les Français doivent chercher les causes de ces déménagements, comme celui de l’acteur Gérard Depardieu, chez eux.

    « Nous n’avons depuis 1830 aucun impôt sur la plus-value ou impôt sur la fortune en Belgique (...). J’ai été ministre des Finances pendant 12 ans et je ne sais pas quelle mesure j’aurais pu prendre pour attirer les Français. » Ce sont plutôt les récentes mesures françaises qui chassent les fortunés, même si le ministre belge des Affaires étrangères ne veut pas « critiquer la politique fiscale en France ».

    Didier Reynders souligne que l’Union européenne autorise la libre circulation des personnes. « Des Belges vont également faire du shopping en France car la TVA y est plus basse. Et des Français du nord viennent travailler dans la région de Courtrai car c’est plus avantageux pour eux. »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "l'Union Européenne autorise la libre circulation des personnes"
      votre ministre a bien fait de le préciser car on commençait sérieusement à en douter.

      Supprimer
  11. Voilà un billet comme je les aime !

    RépondreSupprimer
  12. Si j'avais les moyens, je partirai cultiver mon potager à Fukushima. Cela aurait une autre gueule que la Belgique !

    RépondreSupprimer
  13. La solidarité à la socialiste mérite un joli majeur en l'air, de la part de la France Libre.
    C'est une horreur le socialisme, depuis combien de temps ils ont les rênes du pouvoir,
    depuis quand il est évident qu'ils sont incapables d'enrayer la misère?

    Le socialisme est une escroquerie intellectuelle.
    L'impôt venant d'eux est un racket qui ne dit pas son nom.

    Qu'ils attaquent Omar Sy, qu'on se marre un peu.

    Merde, qui a eu l'idée d'inventer un tel courant idéologique?
    Faut vraiment avoir le cerveau qui a vrillé.

    Véronique Genest et Depardieu sont mes deux idoles en ce moment.

    Un grand bravo! à eux. Ils me font un bien fou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Emmanuelle Béard, soutien de Hollande, en Belgique… ça ne scandalise personne?
      http://pasidupes.blogspot.fr/2011/02/emmanuelle-beart-citoyenne-solidaire.html

      Supprimer
    2. Ah, si en plus Sœur Emmanuelle entre dans la danse, on a pas fini de jouir !

      Supprimer
    3. Je ne savais même pas qu'elle était résidente Belge.
      Oui, encore, c'est ça le Socialisme!

      Quel savoureux début de semaine.

      Supprimer
  14. Didier, je voulais vous dire qu'entre le billet d'hier, sur la baisse de 30% des ventes
    de Libé, et votre tribune sur Gégé aujourd'hui, j'ai l'impression d'aller un peu mieux.
    Même si ce n'est qu'une illusion, tout n'est peut-être pas foutu.

    Les Valseuses, le retour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez donc voir celui que je viens de publier à l'instant : il n'est pas mal non plus, dans le genre je-rends-le-sourire-aux-vilains-réacs…

      Supprimer
  15. Je dois avouer que j'ai beaucoup de mal à en avoir quelque chose à foutre de Depardieu, de Yannick Noah ou de je ne sais quel émigration starifiée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dirait que ce n'est pas le cas de tous vos amis…

      Supprimer
    2. Ni celui des vôtres si l'on en croit les commentaires suivant votre billet.

      Supprimer
    3. Vous avez mal lu, mon cher : dans les commentaires précédents, tout le monde applaudit Depardieu, sauf le camarade Camino, qui se trouve plutôt être (politiquement parlant) de vos amis que des m:iens.

      Supprimer
    4. Eh oh, je suis ami avec tout le monde moi.

      Supprimer
    5. Didier,

      Si ils applaudissent, c'est qu'ils s'intéressent. Or, moi, je m'en fous complètement. Absolument complètement. Il ne me viendrait à l'idée ni d'applaudir ni de vitupérer.

      Supprimer
    6. Ah oui, vu comme cela d'accord. Je dois dire que, si l'information n'avait pas entraîné les trépignements frustrés que j'évoque, il ne me serais pas venu à l'idée non plus d'en faire un billet.

      Supprimer
    7. Je l'avais compris comme ça, je vous rassure...

      Supprimer
  16. Et, à dire vrai, je trouve que l'exil fiscal de grands patrons de grandes entreprises françaises est nettement plus contestable, vu qu'ils vivent (eux et leurs entreprises) souvent de largesses de l’État et de subventions scandaleuses...

    Depardieu, je crois que lâché le jour où je l'ai vu en costume d'Obélix. Je veux dire...un peu de dignité quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce qui concerne l'évolution de la carrière cinématographique du Belge en question, je crois que nous sommes à peu près d'accord.

      Supprimer
    2. Tiens, c'est curieux cette réaction, c'est pourtant un très beau personnage, Obélix !

      Supprimer
    3. Vous dites ça parce qu'il est bedonnant et porte moustache ?

      Supprimer
    4. Ah oui, il y a du Falstaff chez Obélix ! Et cette affaire de "dignité" de l'acteur me semble totalement à côté de la plaque. Tout comédien est aussi un clown (au sens de Grock ou des Fratellini), et Woody Allen déguisé en spermatozoïde ou De Funès transformé en chewing-gum géant dans "Rabbi Jacob" n'en ont pas pour autant perdu leur dignité !

      Supprimer
    5. C'est une façon de voir qui n'est pas sans attrait ni mérite, en effet. Il reste que l'idée de voir une adaptation d'Astérix avec de vrais personnages de chair et d'os ne m'a jamais effleuré un tant soit peu. Peut-être en raison du souvenir que je conserve des films tournés à partir de Tintin…

      Supprimer
  17. Grande forme mon Cher! Bonne fin d'année à tous les cinq!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.