mercredi 19 décembre 2012

Pour l'amiral Woland, je réédite Piaf

Deux chansons pour le prix d'une : Non, je ne regrette rien, suivi de Mon Dieu ! Et, en prime, une version public de la seconde, avec Charles Dumont au piano du riche…


6 commentaires:

  1. Ah bah voilà qui claque comme une levrette en bonne et due forme. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais, de rien ! Quand on peut rendre service à la pratique, n'est-ce pas…

      Supprimer
  2. C'est pas bientôt fini avec Piaf ?
    Mais non, je plaisante, elle est formidable !
    Quand j'avais 15 ans je l'imitais et ça faisait rigoler toute la famille !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais vous dire pour Piaf ce qu'on dit de l'alcool ou du tabac : « Demain j'arrête, promis… »

      Supprimer
  3. C'est un bel hommage; ce serait son anniversaire aujourd'hui, à Madame Piaf. Je préfère sa première inteprétation de "Mon Dieu", je trouve la voix plus belle, plus ample.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La qualité technique des deux enregistrements doit jouer aussi son rôle…

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.