mercredi 5 décembre 2012

Some like it hotte


La semaine prochaine, en l'auditorium Jean-Prouvost, légitime fierté de l'entreprise qui m'emploie, le magazine Elle organisera un Marché de Noël solidaire. Évidemment, en recevant le choc de cette information,  la première question qui vient aux dernières personnes encore à peu près saines d'esprit est : comment un marché peut-il être solidaire ? La seconde, qui suit immédiatement, est plus intéressante : de qui ce marché entend-il se montrer solidaire ? Du Monoprix de la place Pompidou ? De l'épicerie arabe de la rue Anatole-France ? De l'échoppe à sandwichs de l'avenue de l'Europe ? Du restaurant d'entreprise qui se trouve au bout du hall ? Et, une fois acquise, comment cette solidarité va-t-elle se manifester ? Par un échange de bonnets rouges doublés de fourrure entre ces différents commerces de proximité ? Une location de traîneaux commune afin de casser les prix ? Un grand méchoui de renne autour d'un feu citoyen ? Rien de tout cela n'est bien sûr précisé sur l'affichette apposée dans tous les ascenseurs (qui eux-mêmes ont récemment introduit en haut lieu une requête afin d'être promus ascenseurs sociaux) : ces demoiselles d'Elle ne font rien, mais alors là rien, tu vois, pour apaiser les âmes inquiètes ni tempérer les esprits en surchauffe.

29 commentaires:

  1. Ca veut dire qu'une partie des bénéfices sera reversée au profit de telle ou telle association caritative; jargon modernoeud qui donne du baume au coeur des insiders qui se découvrent un brin d'humanité une fois l'an.
    Et ne pensent qu'à leur c...le reste du temps.
    Variante de la charité chrétienne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Variante de la charité chrétienne."

      Fredi, vous n'en avez pas marre de dire des conneries ?

      Supprimer
    2. Fredi m., mais d'où vous vient donc toute cette science de la vie ?

      Supprimer
    3. @ Dorham:


      Dans le langage ordinaire, la charité est une vertu qui porte à désirer et à faire le bien du prochain. C'est un acte inspiré par l'amour du prochain, bienfait, aumône1. Dans le langage des théologiens, amour surnaturel de Dieu pour lui-même et du prochain comme créature de Dieu.
      La charité est l'une des trois vertus théologales dans le christianisme, (aux côtés de la foi et de l'espérance). C'est la vertu reine des vertus : l'amour de Dieu et du prochain. Thomas d'Aquin ira jusqu'à dire qu'elle est la forme de toutes les vertus théologales.

      La mise en pratique de la vertu de charité à l'égard du prochain est une œuvre de bienfaisance, un don, une aumône. Il s'agit alors d'une initiative privée désintéressée, dictée par la foi (chrétienne ou autre). Elle consiste à décider d'offrir du temps, un service, de l'amour, de l'argent... à une personne dans le besoin. Le terme désigne d'une façon générale la vertu qui porte à faire le bien d'autrui.





      Supprimer
    4. Et c'est exactement comparable à l'exemple pathétique que vous évoquez juste avant...

      Arrêtez la fumette, Fredi. Je vois bien que vous avez un besoin de tout rabaisser, de tout salir mais tout de même... Un peu de lucidité, que diable !

      Supprimer
    5. Je ne fume rien, je n'ai aucun besoin de salir, mais vous en revanche vous êtes bien incapable de voir ce qui est devenu de la parodie.

      Supprimer
    6. Bon anniversaire et bisous ensoleillés.

      Supprimer
  2. Pour ne pas être emm..bêtées par telle ou telle association jalouse de n'avoir pas été retenue et en l'absence de tout drâme mondial ( tremblement de terre à Haïti , annulation de la gay pride en raison du mauvais temps , etc ) faisant l'unanimité , ces demoiselles préfèrent dirent "solidaire" tout court plutôt que "par solidarité avec les indiens Mapuches " ou " par solidarité envers le peuple Israelien " .

    RépondreSupprimer
  3. Quand je vois des trucs pareils, j'ai qu'une idée : garder mes sous !

    RépondreSupprimer
  4. Ici, je me rends compte que je n'ai jamais mangé de rennes...

    RépondreSupprimer
  5. De quoi vous plaignez vous. Votre marché solidaire est encore " de Noël "; l'année prochaine, vous verrez les mêmes affichettes indiquant " marché d'hiver solidaire "

    RépondreSupprimer
  6. Eh bien voyez-vous c'est précisément cette question qui vous caractérise. La solidarité est comme la liberté ; elle ne se détaille pas en destinataires ! Moi quand on me demande d'être solidaire, je le suis ! Et peu m'importe que le fruit soit versé à des personnes ou des institutions dont je ne partage pas la cause. Par exemple je paie bien des impôts dans ce pays. La solidarité c'est un impôt universel de gauche, juste et consenti. C'est accessoirement le moyen le plus sûr d'identifier les réacs, les racistes et les pauvres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et une fois identifiés , hop , tout ça en camp , les reacs , les racistes et les pauvres

      Supprimer
    2. "Moi quand on me demande d'être solidaire, je le suis !"
      Fort de cela, j'espère recevoir bientôt votre contribution à l’œuvre pour le soutien et le développement des idées racisto-fascito-nauséabondes que je m'apprête à fonder.
      Adresse sur demande. Remerciements anticipés.

      Supprimer
    3. La solidarité est silencieuse, elle est dans les actes, quand elle est parole elle est une escroquerie.
      Tus les Français sont des humanistes vu le niveau de taxe qu'on se mange au quotidien, vu qu'on est forcés
      d'être solidaires, même le plus avare des Français est un humaniste.
      Vous oubliez qu'elle permet d'identifier les trous de cul également.
      Qui crie à la solidarité est un arnaqueur!

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir5 décembre 2012 à 17:28

      "L'impôt est accessoirement le moyen le plus sûr d'identifier les réacs, les racistes et les pauvres."

      Magnifique profession de foi de gauche.

      Quand je pense que Woland est allé jusqu'en Inde pour recruter du troll de qualité, alors que la production FRANCAISE, Môssieur, est d'un niveau incomparable !

      Délocaliseur ! Ultra-libéral ! Mondialiste !

      Halte au dumping ! Réindustrialisons la filière trollage françouése !

      Supprimer
    5. Qui trop embrasse mal étreint...

      ESA

      Supprimer
  7. Ah Monsieur Marchenoir ! C'est tout ce que vous inspire la noble idée de ne pas détailler la solidarité ? Du trollage ! Alors-même que vous êtes incapable d'une telle pensée et encore moins d'une aussi percutante expression ? Je veux bien prendre à mon endroit ce beau compliment "Magnifique profession de foi de gauche". Eh oui, car être solidaire de l'Autre aujourd'hui, c'est pouvoir compter sur sa solidarité demain. Tout cela n'est ni libéral ni catholique ! C'est la fraternité des hommes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir5 décembre 2012 à 22:46

      Je commence vraiment à me demander si Léon ne fait pas de l'écossaise. C'est pas possible d'être bête et vaniteux à ce point. Avouez-le, Léon : vous êtes payé par Le Front national pour discréditer définitivement la gauche.

      Supprimer
  8. Marchés solidaires = vente à prix cassants de trucs innommables (provenances variées : tribus indonésiennes luttant pour leur survie, tribus amazoniennes défendant leurs arbres, esquimaux défendant leurs phoques, LGBT défendant leur renommée, trisomiques défendant leur droit à la différence, parents d'enfants atteints de l'azimuth cérébro-spinal défendant la subvention des artistes venus divertir leurss chers petits dans l'hopital, ad lib...)
    Les stands sont tenus par des mochetés sans nom qui militent pour la cause , néanmoins ayant quelque notion de marketing, elles recrutent généralement(pardon demandent l'aide bénévole)d'une blonde opulente ou une brunette pétillante pour piéger le chaland...(voire d'une rousse ensorcelante)
    Lieux maudits à éviter absolument.
    5

    RépondreSupprimer
  9. Hé ho ho!! Moi je suis pour la solidarité à l'unique condition qu'elle soit participative et citoyenne… sinon pas question!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et républicaine, M. Y, ! Il est essentiel qu'elle le soit !

      Supprimer
    2. Oh excusez ma distraction! et j'oubliai aussi : Ludique! Sinon à quoi bon!

      Supprimer
    3. Voilà les mots-clefs que je vomis: participatif, citoyen et solidaire! Ras-le-bol!

      Supprimer
  10. Marché de Noël solidaire, quand on voit les personnes faisant la queue devant ces étales, on se pose des question, Noël serait il devenue une fête musulmane?

    Cela oit être par solidarité que ces charmantes personnes viennent soulager les étals de ces marchés de quelques victuailles que nous avons en trop pour nos tables festives.

    Un collègue de travail s'étonna du nombre de femmes voilées venues assister au spectacle de Noël de l'entreprise La Poste Dimanche dernier, je lui ai expliqué qu'il avait une mauvaise vision de cet accoutrement, c'était des religieuses s'occupant d'enfants nécessiteux, le barbu qui les accompagnait, était lui aussi un prêtre orthodoxe car ces derniers ont le droit de se marier.

    Il fut confus de son erreur et heureux de se retour de la foi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo grandpas! C'était à la foi participatif, citoyen et solidaire! Vous ave gagné votre auréole (ou vos 77 vierges plus tard)

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.