lundi 10 décembre 2012

Délirante ou parano, l'armée française ? Les deux, mon général !


« L’armée française, qui se prépare à la guerre des cités, a construit spécialement à Sissonne, dans l’Aisne, une cité fantôme grande pour 5000 habitants, pour entraîner ses soldats.

« Le budget pour ce programme de guérilla des banlieues, nommé Scorpion, est de 400 millions d’euros par an pendant 10 ans, et il faut convaincre les décideurs politiques de son bien fondé.

« Les combats de demain ne seront pas ceux d’hier, et l’armée se battra en ville » disent-ils, c’est à dire dans les banlieues de non droit, les barres de HLM aux mains des dealers, des bandes rivales et des islamistes.

« En ville, un combat est souvent source de pièges et d’enlisement. Il y est quasiment impossible d’y développer une manœuvre sans risque de perte importante en matériels et en personnels », explique un officier supérieur du camp militaire.

«Pour cela, il faut s’adapter avec du matériel performant et du personnel bien formé. C’est tout le sens des manœuvres organisées voilà quelques jours sur ce camp, en présence du général Bertrand Ract-Madoux, chef d’état-major de l’armée de terre. »

(…)

37 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai. Ils pourraient s'entraîner dans des vraies cités.

    RépondreSupprimer
  3. N'en déplaise à Nicolas, je trouve ce billet très rassurant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'entrainement à la guerilla urbaine est un exercice standard de toutes les armées du monde. Les guerilleros peuvent très bien être des fromages blancs résistants avec saucisson et boudin.

      Supprimer
    2. (...) résistants avec saucisson et boudin. Ne me dites pas que vous faites des vernissages (joyeux) saucisson-pinard, c'est estouèmement stigmatisant !

      Supprimer
  4. Ah, enfin du concret. Ce n'est qu'un projet puisqu'il reste à convaincre les décideurs politiques, on aimerait connaître la totalité du dossier.

    RépondreSupprimer
  5. Réponses
    1. En quoi trouvez-vous cela rassurant?

      Supprimer
  6. Il y a eu toujours des combats en zone urbaine mais les derniers conflits furent le plus souvent des guerres asymétriques qui opposent des ramées régulières à des milices souvent de mieux en mieux armées.

    Les israéliens ont subit de lourdes pertes au Liban, les combattants du Hezbollah attaquaient les Merkava avec des missiles et non plus de misérables pétoires anti-char.

    Les russes durent renforcer la tourelles de leurs chars , les insurgés de Grozny lançant des charges creuses du haut des immeubles.

    De nos jours, les Taliban placent des charges de forte puissance sur les routes empruntées par les convois ce qui obligent les armées à alourdir les engins de transport, certains véhicules à roues pouvant peser 20 tonnes et jusqu'à 60 tonnes pour les engins chenillés.

    La guerre change et pour une fois , l’armée française ne sera peut être pas en retard mais tout cela coûte très cher et ce gouvernement pourra ou voudra t il accorder les crédits nécessaires

    L' Émirat du Quatar lui a les moyens, un contrat de 15 millions d' €uros pour 27 véhicules fabriqués par RTD pour leurs forces de sécurité.

    A la différence de la France, le Quatar se moque bien des droits des manifestants, il est vrai que les gauchistes ne sont pas légions chez eux.

    RépondreSupprimer

  7. C'est tout de même curieux: d'un côté on permet à 200000 personnes par an de s'installer chez nous, et de l'autre on forme nos pioupious à combattre une partie d'entre eux dans un futur proche...
    Comprenne qui pourra.

    RépondreSupprimer
  8. Tant que les mineurs n'iront pas tôle, que les profs ne pourront gifler les empoisonneurs en toute impunité,
    ce sera comme une recette dans laquelle les dirigeants s'amuseront avec les ingrédients.
    "Tiens, si j'oppose 5 mineurs délinquants face à 7 soldats, qu'est-ce que ça donne?".

    Je préconise donc, dans l'ordre, les 2 mesures à suivre:
    1. Je mets les délinquants en tôle. Je les isole.
    2. J'envoie l'armée si jamais ça ne marche pas.

    Ca sert à rien de faire de la luge tant qu'on n'a pas déblayé la piste.

    RépondreSupprimer
  9. Toujours aussi comique la 7ème compagnie, on est en droit de le dire, lorsque l'on sait à quel point l'une des fonctions régaliennes de l'Etat est soumise à restrictions et coupes claires : armée de terre (entre 5000 et 10000 recrues de moins par an), bases militaires (nombre à diviser par trois), budget du nucléaire "désanctuarisé", etc ...
    (source : Le Parisien 6/12/2012 - Défense : bases militaires, sous-marins et centres équestres dans le viseur)

    Personne ne peut croire un seul instant un Etat qui déchoit aussi éhontément dans ce qui relève de ses prérogatives fondamentales.

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Si je puis me permettre, un élément de réponse quant à votre titre.
    Je pense que cet entraînement n'est pas le fruit du hasard, mais plutôt
    lé résultat d'un faisceau d'indices (écoutes, filoches...) qui a du mettre à la justice la puce
    (d'un Iphone volé) à l'oreille sur une éventuelle rébellion des banlieues dans les jours à venir.
    Je la verrai bien le 21 décembre cette révolte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf bien entendu si la fin du monde a bien eu lieu le 12 décembre 2012, selon, toujours et bien entendu, le même faisceau d'indices et de preuves irréfutables !

      Supprimer
  12. Ceci dit, la chose ne me semble pas vraiment nouvelle. En 1985, alors que j étais chez les fous, le 4ème Rima, nous nous entrainions déjà au combat urbain au Camp de Rivesaltes de sinistre mémoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme Corto 74 et grandpas, effectivement il est bon de rappeler que l'on ne peut pas tirer de conclusions de cette nouvelle, étant donné que les combats urbains sont le lot des guerres actuelles;

      Grozny, Bagdad, bande de Gaza, Abidjan, la plupart des conflits actuels sont urbains et asymétriques.

      Supprimer
  13. Il convient de bien comprendre qu'il s'agit de démonstration dans des "quartier" francais . Je ne voyais pas cela envisageable avant une bonne dizaine d'années . Les choses semblent s'accélérer .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, justement. Cela, c'est le fantasme des réacs. Voyez mes explications ci-dessous.

      Supprimer
  14. Le combat de ville est un segment déjà ancien du marché militaire. De mémoire, deux sociétés, l'une en Suède, l'autre en Tchéquie, s'en sont fait une spécialité avec des logiciels de formation hyper-pointus ouvrant l'appétit des états-majors pour les matériels de pointe qui vont bien.
    C'est du bizness.
    Bachar el-Assad ne savait pas que c'était un bizness, il traite à la mode de chez lui.

    RépondreSupprimer
  15. Personne ne peut croire un seul instant un Etat qui s'émascule volontairement, et qui dans le même temps naturalise la racaille colonisatrice sans faiblir, la racine du mal.

    RépondreSupprimer
  16. Tout quidam qui se proclame républicain, qui croit " aux promesses et aux mensonges de la République ", est d'avance condamné.

    Tout souverainiste, à la mode Dupont et Dupond, ou à la mode Alain Soral, le " chauve qui n'a rien dans le caillou ", est fabulateur, ou pire, jobard.

    RépondreSupprimer
  17. En attendant, il y a un autre dossier sur le feu, pour notre catalan national, c'est celui de la Corse, j'ai cru comprendre qu'ils sont pas mal équipés, et que l'Ordre Républicain n'y règne pas tout à fait, mais bon, ils sont chez eux, hein, après tout...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. FLNC = Code d'urbanisme alternatif !

      Supprimer
  18. Comme souvent, Jean-Patrick Grumberg, ancien vendeur de matériel hi-fi, fait des mamalgams nauséabonds entre la réalité et ce qu'il en imagine. Grumberg a un amour tout relatif pour la vérité, je l'ai déjà pris en défaut.

    L'existence de ces manoeuvres est une réalité.

    En revanche, leur objectif est uniquement dans la tête de Grumberg, lequel se livre à une manipulation sournoise en suggérant que son interprétation toute personnelle correspond à la politique du gouvernement.

    A ma connaissance, aucun officier ni aucun responsable politique n'ont affirmé que le but de ces manoeuvres était de préparer l'armée à intervenir contre des émeutes dans les banlieues françaises.

    Il s'agit d'un entraînement au combat urbain. Figurez-vous qu'il y a des villes dans tous les pays du monde. Figurez-vous que la mission de l'armée française est d'intervenir contre un ennemi étranger, pas contre sa propre population.

    Donc, en l'absence d'informations contraires, il faut doucher les optimistes et les pessimistes (selon le point de vue), qui conclueraient de ces manoeuvres : les misilmons foutent tellement la merde que l'Etat envisage de faire intervenir l'armée, ou bien : enfin, c'est pas trop tôt, les militaires s'apprêtent à nettoyer les banlieues et le Grand Soir approche.

    http://www.lunion.presse.fr/article/aisne/diapo-larmee-se-prepare-a-la-guerre-a-sissonne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien parce que cette histoire me paraissait très bizarre que j'ai donné l'article à lire sans commentaire, et avec un titre volontairement outré. Je voyais mal un gouvernement français actuel, de droite ou de gauche, autoriser ce type de manœuvre dans un but explicitement dirigé contre des portions de territoire métropolitain.

      Supprimer
    2. Cela dit, l'entraînement pourra toujours servir, le cas échéant…

      Supprimer
    3. Ah il fallait bien la science et la crédibilité de Robert pour dissiper une information aussi sérieuse qui resurgit régulièrement un peu partout. Qu'il se soit trouvé ICI des gens assez cons pour gober ces conneries est assez déroutant...

      Supprimer
    4. "Cons"..."gober ces conneries". Pourriez-vous nous décrire les méthodes des groupes d'intervention lors des perquisitions en cités?
      Même si ce n'est pas vrai, le propos du billet n'est pas si absurde.

      Supprimer
    5. Foutu article (celui de Dreuz) où l'on mélange tout et n'importe quoi : le CENZUB (Centre d'entraînement aux actions en zone urbaine, ouvert en 2006...)qui est tout simplement un camp de manoeuvre et le programme Scorpion qui est un programme de modernisation de notre armée de terre (mise en réseau, remplacement des matériels, etc).
      Je ne sais pas pourquoi le sujet de la défense attire toujours des intervenants n'ayant aucune culture militaire et qui montrent une telle absence de réflexion.
      Autre exemple l'article du Parisien : http://www.leparisien.fr/economie/defense-bases-militaires-sous-marins-et-centres-equestres-dans-le-viseur-06-12-2012-2384737.php.
      Comment faire des économies en fermant un centre équestre et en supprimant des fanfares.....

      Supprimer
    6. des gens assez cons pour gober ces conneries valent-ils mieux que ceux assez intelligents pour les rater -vous ?

      Supprimer
  19. réponse ici

    http://leparisienliberal.blogspot.fr/2012/12/larmee-francaise-se-prepare-la-guerre.html

    sur le blog L’armée française se prépare à la guerre des cités LPL - Le Parisien Libéral

    RépondreSupprimer
  20. Par contraste, l'armée suisse se livre bien, elle, à des manoeuvres dont le but officiel et déclaré est de parer à un éventuel déferlement d'immigrés son sol, qu'ils soient européens ou extra-européens, en cas de troubles sociaux graves en Europe dûs à la crise économique.

    RépondreSupprimer
  21. D'autre part, sur le plan militaire, intervenir dans une ville étrangère contre une armée nationale, ou même contre des bandes rebelles, cela n'a strictement rien à voir avec le maintien de l'ordre dans une banlieue française.

    L'armement de l'adversaire n'est pas le même, les règles d'engagement du feu ne peuvent pas être les mêmes, les objectifs ne sont pas les mêmes...

    Donc, même dans l'hypothèse où le gouvernement maquillerait un but de maintien de l'ordre intérieur en préparation à des conflits extérieurs, il devrait être facile à des connaisseurs de la chose militaire, au vu des manoeuvres et des équipements déployés, de nous dire ce qu'il en est réellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement que Roberto est là pour remettre les pendules à l'heure.
      Il faut dire que le mot "cité" a pris un certain sens chez nous, qu'il a une connotation territoriale et éthnique qu'il n'avait pas à l'origine.
      Ce défaut d'analyse est aussi celui de Dreuz.

      Supprimer
    2. Triste tropisme.

      Supprimer
  22. Ce sont peut-être les futurs logements sociaux pour Roms.
    Ils s'entraînent en cas d'intervention prochaine, quand ils les auront bourrés. De Roms.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.