mardi 2 septembre 2008

Lire une grammaire comme un récit de voyages.

18 commentaires:

  1. Merci.

    Encore un peu, et vous nous parlez de syntaxe ludique, voire de conjugaison festive !

    RépondreSupprimer
  2. Vous vouloir a dire que quand on cause la langue dont au sujet de laquelle le pays est pourvu, ce serait être comme un espèce de tourisme pour vacanciers ?
    :-)

    RépondreSupprimer
  3. La grammaire est une chanson douce, dixit Orsenna

    RépondreSupprimer
  4. Oh tout de suite, je boucle mon sac et j'arrive, mais où prend-on son billet pour faire ce voyage au pays de Grammairie ?
    Anna R

    RépondreSupprimer
  5. Franssoit : méfiez-vous, vous devenez bavard...

    Poireau : c'est exactement qu'est-ce que je dis !

    Olivier : j'aime mieux l'idée du Voyage baudelairien :

    Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !
    Aux yeux du souvenir que le monde est petit !


    Nicolas : l'amende sera de deux bières (sans préjuger des poursuites ultérieures)...

    Emma, voyez auprès de l'agence Grévisse : ils ont des prix intéressants.

    RépondreSupprimer
  6. La seule chose pas intéressante, chez Grévisse, c'est bien le prix !

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Un petit livre qui pourrait vous plaire : "Sidonie ou le Français sans peine". Extrait de la 4ème page de couverture (rédigée par Erik Orsenna) :
    "[...] En douze missives, nous sommes promenés dans tous les coins et recoins de ce corps vivant qu'est le français. Si bien que le plus pur des esprits ne peut s'empêcher de songer à une éducation amoureuse. [...]".
    Une bien belle façon d'encourager à lire cet ouvrage, non ?

    RépondreSupprimer
  9. J'ai déjà pris le billet en effet cet été : 79 euros, pour 1530 pages grand format écrites avec de toutes petites lettres et dans les marges, certes larges, il y a des notes et des renotes (sans compter encore toute la bibliographie), on n'est pas volé sur le poids !
    Est-ce-que ce voyage sera terminé avant la mienne de terminaison, même sans être exagérément optimiste j'en doute un peu.
    Anna R voyageuse au long cours

    P.S. je viens d'apercevoir le message de Geneviève, je vois que le voyage risque de prendre des chemins de traverse...

    RépondreSupprimer
  10. Emma : z'inquiétez pas, votre ligne de vie est interminable... ;))

    RépondreSupprimer
  11. Franssoit : volez-le, bon sang !

    Geneviève : depuis l'âge de sept ou huit ans, j'adore le prénom de Sidonie, en raison d'un livre qui se trouvait à l'école primaire française de Lahr (Allemagne), où je m'initiais aux humanités au mitant des années soixante, et qui s'intitulait Sidonie et les quarante bisons. Je n'ai aucun souvenir de l'histoire, je ne sais même pas si je l'ai lu un jour (sûrement que oui), mais le titre continue de me faire rêver, allez savoir...

    Emma : Pluton a répondu à ma place : face à vous, les 1700 pages de Grévisse ne sont pas de taille !

    RépondreSupprimer
  12. Et depuis quand les médecins croient aux lignes de vie ? Alors là, j'en suis baba ! Remarquez, ça m'arrange, la mienne aussi est très longue !

    RépondreSupprimer
  13. Moi aussi, ma ligne de vit est très longue.

    (Quelqu'un aurait une corde déjà nouée à me céder ?)

    RépondreSupprimer
  14. Voler un livre est contre mes principes.

    Par contre, prélever dès leur arrivée les chêques livres généreusement offerts par le comité d'entreprise de mon boulot, chêques ne pouvant servir qu'à des achats de livres scolaires (en primaire, il n'y a pas de livres à acheter), c'est dans mes cordes.

    RépondreSupprimer
  15. Catherine : je me fie aussi à la génétique et là c'est de l'increvable ! ;))

    Didier : méfiez vous à l'apéro, quand y'a du bromure dans le pinard, y'a du mou dans la corde...en fin bref !

    RépondreSupprimer
  16. Didier et Catherine, voici le lien de l'éditeur de l'ouvrage cité plus haut (je pense qu'il vous fera sourire) :
    www.texto-legoutdelhistoire.com

    RépondreSupprimer
  17. Je crois avoir déjà signalé en ce lieu que M. Grevisse n'était pas M. Grévisse… mais vous ne parlez peut-être pas du même?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.