mercredi 3 septembre 2008

Par temps humide...

À Nicolas, fan de parapluie...


« Connaissez-vous, interrompit Aurelle, l'immortel raisonnement de notre Courteline ? Pourquoi donnerais-je douze francs pour un parapluie quand je puis avoir un bock pour six sous ? »

André Maurois, Les Silences du colonel Bramble.

11 commentaires:

  1. Racontez pas de connerie ! Vu le prix de la bière en terrasse à la Comète, heureusement que les parapluies ne sont pas chers.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. hoplite,

    un bock est par nature un petit verre ballon. comme pour boire du rouge...

    RépondreSupprimer
  4. Temps qu'ils ne nous importent pas massivement de la bière chinoise...

    RépondreSupprimer
  5. Je profite du temps humide qui rend mélancolique pour vous relater une conversation professionnelle vécue l'autre jour :

    Lui (l’urgentiste) : je voudrais vous adresser en réanimation une malade âgée de 101 ans , comateuse, atteinte d'un cancer en phase terminale.

    Moi, réanimateur de garde éberlué : elle est la fille de Jeanne Calment ? Et si on lui fichait la paix, qu'on la laisse s'en aller dans la dignité, sans souffrance ? Vous tenez vraiment à ce qu’elle profite encore de ses métastases ?

    Lui, énervé : mais vous pouvez bien lui proposer un projet thérapeutique tout de même ! (admirez le terme, technocratique à souhait)

    Moi, accablé et cynique : euh, plutôt un projet immobilier...

    Je suis passé pour le dernier des connards !

    Désinvolte me direz-vous, certes, mais Pluton abhorre ces tortionnaires de très grands vieillards, bien-pensants de mes deux, techniciens sans âme œuvrant au nom de la vie et de la Médecine et surtout incapables d’assumer ce que tout médecin peut et doit octroyer aux patients gravement atteints : une fin de vie digne et paisible ! Coup de gueule donc mais fallait que je le dise !

    La vieille dame s'est éteinte paisiblement, dans une chambre, entourée de sa famille. L'humanité a gagné, pour cette fois...

    P.S : message un peu longuet mais croyez moi, je n'ai rien rajouté.

    Pluton vague à l'âme :-(

    RépondreSupprimer
  6. Pluton, merci pour elle. Si je dois mourir dans un hôpital, j'espère que vous ou l'un de vos semblables sera là.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Catherine et Fdoun : merci mais j'ai bien peur que mon espèce soit menacée de disparition. Je finirai dans une réserve... ;))

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour bonjour,

    Pluton : merci d'exister.

    Bonne journée à tous

    RépondreSupprimer
  10. Au moins deux êtres sensés : Courteline et M. Pluton !
    Fabienne (cartésienne)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.