mercredi 21 avril 2010

21 avril : joyeux anniversaire, mon Lionel !

Il y a huit ans, souvenez-vous, c'était le No Jospinou Day. Lequel, contrairement à sa pâle copie d'il y a quelques semaines, avait remporté un incomparable succès populaire. Il était huit heures très précises lorsque l'orgasme électoral nous a brusquement ravagé les intérieurs. C'était clair et net : les Français refusaient le clystère qu'on avait essayé de leur refourguer. Et ces sales gros cons de beaufs nauséabonds d'électeurs n'avaient même pas eu la décence d'attendre le second tour pour prononcer leur verdict, refusant au triste frisotté, dans un grand éclat de rire sanguin, la consolation d'une défaite honorable, démocratique et citoyenne. Non, non : la déculottée publique, franche et massive ! Qu'il remballe fissa son petit programme-même-pas-socialiste et qu'il aille exercer en cuisine son droit d'inventaire de foireux majuscule !

Ah, ce qu'on a ri ! Par charité, je passerai sous silence les réflexions peu charitables que nous avaient alors inspirées les visages ravagés des madones sanglotantes, lorsque les caméras de TF1 avaient fouillé les entrailles de la rue de Solférino. Mais le rire n'en était qu'à ses balbutiements...

Car, dès le lendemain, les Bernadette Soubirous éplorées s'étaient muées en d'implacables Rosa Luxembourg – Louise Michel bien nourries offrant leur mamelles tentantes en barrage au mufle du fascisme. De fascistes, nous ne vîmes pas un seul, durant ces deux semaines de foire, mais nous ne manquâmes pas de Jean Moulin pour nous débiter leur petite farine. Ce fut la grande chaîne de la fraternité inutile, les militantes acnéiques du jour donnant la main aux vieillardes gauchistes, exténuées de combats rêvés puis perdus. Enfin, ayant assez arpenté les chaussées et les trottoirs, on se rangea sagement à l'avis des états-majors, lesquels s'égosillaient au sursaut contre la bête rampante qui relevait la tête (pas confortable comme position : essayez, rien qu'une minute).

Et c'est ainsi que l'on put voir, par un beau dimanche de mai, tous nos petits amis citoyens, de gauche comme de droite, s'aligner en silence et bon ordre à la porte des bureaux de vote, le rouge au front et le bulletin Chirac à la main, s'appliquant à être le suivant de celui qu'ils suivaient.

Au suivant !... Au suivant !...

57 commentaires:

  1. C'était un jour faste et joyeux. J'en espère beaucoup d'autres comme ça. Je sais que je suis trop optimiste mais si je pouvais espérer pareille déculottée pour la grande salope du Poitou, je mourrais heureux.

    RépondreSupprimer
  2. Mon cul oui ! Je n'ai pas manifesté et quand on me l'a demandé, j'ai envoyé sur les roses qui de droit...

    Par ailleurs, j'ai aussi gribouillé mon vote Chirac ! Voter à droite, mes couilles ! Enfin, voter à droite... voter Chirac, on n'a pas encore déterminé ce que c'était... C'est voter Samsonite, voilà !

    Votre analyse du vote est en tout cas foireuse. Il n'y a pas eu de rejet franc et massif, la France, ce 21 Avril-ci a préféré le beau temps à la politique, c'est tout. A préféré la glande au frisé...

    Enfin, tout un tas de conneries additionnées les unes aux autres qui nous a quand même valu le plaisir indicible d'entendre foison de discours d'un certain JP Raffarin... Et celui, grandiloquent jusqu'au ridicule de villepin à l'ONU !!! (un big moment of entertainement)

    La belle époque en somme !

    RépondreSupprimer
  3. Fra-ter-ni-té, Georges ! Fra-ter-ni-té !
    Et qui vous dit qu'elle sera aux élections de 2012, la déesse Chabichou ?

    Didier, votre sens du devoir de mémoire vous honore, le MRAP devrait vous canoniser.
    Mais je ne comprends pas cette phrase :
    « Par charité, je passerai sous silence les réflexions peu charitables que nous avaient alors inspirées, les visages ravagés des madones sanglotantes, lorsque les caméras de TF1 avaient fouillé les entrailles de la rue de Solférino. »
    Quel est le sujet du verbe inspirer ? N'y a-t-il pas une virgule en trop ? Et, quitte à me tromper, êtes-vous sûr de l'accord ?

    RépondreSupprimer
  4. Beuche, je n'en sais rien du tout, je l'espère seulement. Vous savez, moi et la politique, ça fait beaucoup…

    RépondreSupprimer
  5. « Mon cul oui ! Je n'ai pas manifesté et quand on me l'a demandé, j'ai envoyé sur les roses qui de droit... »

    Quel héros, ce Dorham !

    RépondreSupprimer
  6. Et encore, Georges, tu m'as pas vu au concert de Nique-Ta-Mère !

    "Vous savez, moi et la politique, ça fait beaucoup…"

    Comme quoi, Audiard visait juste : "c'est pas parce qu'on a rien à dire qu'y faut fermer sa gueule" !

    RépondreSupprimer
  7. Comme quoi oui.

    Oui oui.

    Oui oui oui.

    RépondreSupprimer
  8. « Par ailleurs, j'ai aussi gribouillé mon vote Chirac ! Voter à droite, mes couilles ! »

    Pétard ! Mais c'est qu'on en tient un vrai de vrai, là ! Et sous la torture, vous avez tenu bon ?

    Je suis tout ému d'écrire sur le même blog qu'un Résistant tel que vous. Pour votre entrée en Panthéon, vous auriez pas besoin d'un petit hymne, par hasard ? Je suis au chomedu, là, alors dès que vous avez l'info vous m'appelez, hein ? Allez on fait comme ça. Respect !

    RépondreSupprimer
  9. "Et sous la torture, vous avez tenu bon ?"

    Oui.

    "Je suis tout ému d'écrire sur le même blog qu'un Résistant tel que vous."

    Tu peux.

    RépondreSupprimer
  10. "Pour votre entrée en Panthéon, vous auriez pas besoin d'un petit hymne, par hasard ?"

    Tu es mal renseigné, Georges. Quand je serais canné, on tirera au fusil de chasse devant une église corse (en l'air, pas besoin de jouer les filles de l'air) et on bouffera du saucisson en buvant du vin de Figari?

    RépondreSupprimer
  11. Quant à tes mérites de compositeur à deux mains... permets-moi d'en douter.

    J'ai par ailleurs - au cas où - de quoi faire dans mon carnet d'adresses.

    RépondreSupprimer
  12. Moi, ce qui me fait rire - encore aujourd'hui - , c'est la Gauche votant Chirac...!

    C'est m'imaginer le cheminement intellectuel de ces gens, leur gêne, leur répugnance et leur bonne conscience, les cabrioles sophistiques du genre "Plutôt escroc que facho" pour garder leurs mains propres et leurs têtes hautes, les raccourcis, les signes entendus, les battages de culpe, les justifications, les explications, les plaintes, les j'en passe et les meilleures...

    Eh oui, les p'tits gars! Vous avez voté Chirac... Et ça, ça me fait rire - encore aujourd'hui!

    Tout ça pour quoi? Pour éviter le fascisme... pour éviter la dictature!
    Quel est le résultat?
    Un score de République bananière, de démocratie populaire, un score de Premier Secrétaire du Parti-Maréchal-Grand Timonier des Peuples Eclairés, pour le pire Président de la V° République!
    Il faut dire que la recette était éprouvée: Staline déjà - et tout au long de sa brillante carrière - s'est servi à plaisir du hochet du fascisme pour imposer le bonheur sur terre. Comme quoi, comme disent les marxistes - experts en matérialisme historique - , aux mêmes causes, les mêmes effets!


    N'empêche qu'ils ont voté Chirac! hihihihi!

    Laurent

    RépondreSupprimer
  13. Oui oui, je m'en doute, Dorham (je me ferais jamais à ce pseudo à la con), vous savez, moi je ne suis qu'un tâcheron du dimanche, je sais bien que vous connaissez de vrais compositeurs qui écrivent de la vraie musique, vous ! C'était juste que j'essayais de gagner ma croûte, vous voyez ? Si Carine ne veut pas m'épouser, je vais devenir quoi, hein ?

    Pi alors si en plus vous êtes corse, là je me tais, quoi, on va dire.

    RépondreSupprimer
  14. "je mourrais heureux."
    Le plus tard possible Georges!
    Vous nous manquerez. Enfin, à moi, en tout cas...

    RépondreSupprimer
  15. @Didier
    Ils ne savent faire que ça, suivre!

    RépondreSupprimer
  16. Au suivant !... Au suivant !...

    Je m'honore de ne pas en avoir été.

    RépondreSupprimer
  17. Je trépigne tellement ce billet est bon ! du grand didier goux, enfin, retrouvé :)

    RépondreSupprimer
  18. Ces musiciens, tous des crève-la-dalle !

    RépondreSupprimer
  19. Georges : oui, bien sûr. Mais ça n'aurais plus la divine fraîcheur de la première fois...

    Dorham : au lieu de gribouiller votre vote Chirac, vous auriez mieux fait de vous abstenir, non ?

    (Et misère de moi : les deux Corses de ce blog en plein choc frontal !)

    Beuche : vous avez raison ! dès que j'ai fini de répondre aux commentaires, j'y vais de ma petite correction...

    Le Faucon : merci bien !

    Laurent : oui, oui ! Toutes ces postures antifascistes et résistantes pour en arriver à voter Chirac, ni plus ni moins, il y avait vraiment de quoi se niquer un zygomatique ou deux !

    Carine : c'est ce qu'on appelle la discipline révolutionnaire, je crois.

    Fredi Maque : moi aussi, mais sans le moindre mérite puisque je ne vote jamais.

    Corto : ah, c'est vous qui faites trembler le parquet comme ça ?

    RépondreSupprimer
  20. Beuche : à la relecture, j'ai en effet supprimé la virgule intempestive. Mais le reste est correct : "inspirées" s'accorde avec son C.O.D, qui est "réflexions".

    RépondreSupprimer
  21. 300 fois que vous sortez le gag de la bête nauséabonde au ventre fécond mais qui rampe quand même, et ça me fait toujours rire.

    Et sinon :
    « Je trouve ridicule la manière dont l’ensemble de la gauche, extrême gauche comprise, se rallie bruyamment à Jacques Chirac, sous le prétexte d’une croisade antifasciste. Tout odieux que soit le Front national, il n’y avait pas en France de menace fasciste et la victoire du candidat de droite était absolument certaine, sans onction socialiste. »

    Lionel Jospin

    RépondreSupprimer
  22. Vous avez très certainement raison, Didier, mais, allez savoir pourquoi, je ne m'y fais pas, à cet accord.
    En revanche, « Ah, ce qu'on a rit ! »...
    Je sais, je suis casse-couilles !

    RépondreSupprimer
  23. Paul : comme quoi on peut l'avoir dans le cul et conserver toute sa tête.

    Quant à "nauséabond", je cesserai de l'utiliser pour me moquer, le jour où plus personne ne l'emploiera sérieusement. Mais pas avant.

    RépondreSupprimer
  24. Beuche : je confirme, vous êtes casse-couille ! Mais comme je le suis autant sinon plus que vous sur ce chapitre...

    RépondreSupprimer
  25. Didier,

    C'est que je votais à l'époque en cambrousse. J'aimais bien aller au bureau de vote avec mon père.

    (dans ma famille, les morts ne votent pas, je me sens obligé de le préciser)

    RépondreSupprimer
  26. D'ailleurs, mon vieux est en excellente santé. Je le dis, même si tout le monde s'en savonne la raie...

    RépondreSupprimer
  27. Le mien aussi : ça fait deux excellentes nouvelles dans une même journée, c'est presque trop, on devrait se méfier...

    RépondreSupprimer
  28. Didier, si vous ne votez point, ou plus, vous vous moquez bien de l'effondrement de ce monde , non?
    Je connais tellement de gens comme vous que je me dis que si tout ce monde là reprenait le chemin des urnes, pour dire quelque chose de concret, en attendant mieux, ptet que les choses tourneraient autrement...Allez savoir.
    Mais bon, il faut bien des spectateurs pour que le spectacle ait lieu. Il y aura des morts et vous ferez de beaux articles, et nous commenterons.
    Ainsi ira le monde.

    RépondreSupprimer
  29. Carine : durant la plus grande partie de l'histoire de l'humanité, personne n'a voté : cela n'empêchait nullement de se soucier de l'avenir du monde, si ?

    RépondreSupprimer
  30. On pourrait d'ailleurs très bien soutenir, à l'inverse, que voter c'est se désintéresser de l'avenir du monde. (« J'ai mis mon bulletin dans l'urne, maintenant qu'ils se démerdent ! »)

    RépondreSupprimer
  31. @Paul:
    Ce n'est pas le ventre de la bête immonde qui est fécond, je crois, mais le nôtre.
    mais "le ventre est encore fécond d'où la bête immonde (voire nauséabonde, mais c'est nous qui l'ajoutons^^) a surgi". Quelque chose comme ça, chez Brecht.

    RépondreSupprimer
  32. « Ce n'est pas le ventre de la bête immonde qui est fécond, je crois, mais le nôtre. »

    Ne me dites pas que vous allez en plus nous pondre des petites Carines comme s'il en pleuvait !

    RépondreSupprimer
  33. Didier, s'en "soucier" est une chose!
    Mais pour faire quoi?
    En bref, on va quoi faire?
    Je vous pose sérieusement la question.

    RépondreSupprimer
  34. Couché, Georges!
    Hum, je ne sais pas si je reste correcte là...

    RépondreSupprimer
  35. Ah mais c'est qu'elle veut du vrai dialogue, la Carine, de la discussion politique cent pour cent citoyenne ! Elle pose des questions, et elle attend des réponses, hein ! Faut arrêter de tourner autour du pot qu'elle ne casse pas, merde, faut se remonter les manches et débattre, quoi !

    Respect !

    RépondreSupprimer
  36. Bon, je préfère aller me balader.
    A plus.

    RépondreSupprimer
  37. Je suis assez dégoûtée des blogs.
    On ne peut pas parler. Juste se faire rabrouer par des parasites. Alors atchao.

    RépondreSupprimer
  38. Putain, y'a vachement de commentaires en peu de temps, ici ! Comme quoi, Jospin fait encore recette.

    RépondreSupprimer
  39. "durant la plus grande partie de l'histoire de l'humanité, personne n'a voté : cela n'empêchait nullement de se soucier de l'avenir du monde, si ?"

    Oh punaise, vous allez nous ressortir du tiroir les despotes éclairés ? Cathinou de Russie et Frédo de Prusse ? ça va faire plaisir aux adorateurs de Voltaire, ça ?

    (En fait, vous êtes comme les alters avec ce bon vieux Chavezzzzz)

    ---

    Ceci dit, c'est vrai quoi, fuck la démocratie ! No future, Anarchy in the Plessis !

    RépondreSupprimer
  40. "Je connais tellement de gens comme vous que je me dis que si tout ce monde là reprenait le chemin des urnes, pour dire quelque chose de concret, en attendant mieux, ptet que les choses tourneraient autrement...Allez savoir."

    N'empêche, ça fait flipper quand on y pense... Sincèrement ! Quand on sait ce que Carine pense être "quelque chose de concret"...

    ça donne presque envie de se refiler aux gênois... (Sampieru me chuchote tout un tas de conneries à l'oreille)

    RépondreSupprimer
  41. La démocratie, elle a tout juste deux siècles et effectivement, je vous confirme, après de nombreuses recherches, que le monde tournait sans elle et que l'intérêt général était déjà en mire des préoccupations... en tous cas pas moins qu'aujourd'hui... et probablement pas plus non plus!

    Platon, par contre, a toujours pensé que c'était le pire des régimes politiques, parce qu'il donnait le pouvoir à ceux qui n'y entendaient rien et permettait, sous le couvert de la démagogie, de faire arriver le plus performant des flatteurs à la fonction convoitée du tyran.

    Il est bien entendu que tout cela est très marqué par l'époque - l'Antiquité, dont on sait, après de nombreuses recherches, que tous les hommes avaient 2 de QI, étaient habillés de peaux de bêtes nouées à la taille, sacrifiaient des enfants innocents les nuits de pleine lune et ne se lavaient même pas les dents - et qu'il est impensable que cela arrive aujourd'hui, où le Progrès inéluctable a fait son oeuvre.

    Laurent

    RépondreSupprimer
  42. Comment va Monsieur Biche? Je n'ose pas intervenir chez l'Irrempe , mais je suis totalement pro coupecouille mais que je n'ai pas envie de me justifier?

    Ah j'aime beaucoup le délire mirbaldien! ( neol pour " inspiré à la Mirbeau ;-))

    RépondreSupprimer
  43. Bien que très peu surpris (j'avais mes sources sur les sondages de la veille), ce dimanche soir provoqua le rire le plus éclatant de toute ma vie. Après, une seule fois : le jour où ma fille se mit à crier à tue-tête dans la maison et dans la jardin, hilare car découvrant une arme fatale, les mots suivants CACA BOUDIN (sic) !

    RépondreSupprimer
  44. SoubirouS, pas Soubirou.

    (Didier Goux pensait-il à "son" Jospinou ?)

    RépondreSupprimer
  45. Didier, vous tenez décidément une forme épatante !!

    RépondreSupprimer
  46. Depuis qu'on a rendu hommage, il y a deux ou trois billets, à son talent musical, Georges est devenu tonitruant.Comme quoi il suffit de peu.
    Il commence à se prendre pour Wagner, de là qu'il se mette à rêver d'envahir la Pologne!

    RépondreSupprimer
  47. "talent musical"...

    Cher (ou chère) Anonyme, vous devriez faire des piges pour "Télé Loisirs".

    RépondreSupprimer
  48. Moi je préfère la scie musicale. De là comme quoi.

    RépondreSupprimer
  49. Encore une rumeur, Georges préfère le cornet de pôche.

    RépondreSupprimer
  50. Nonon, Dorham, Georges clame partout qu'il préfère le corned beef.

    RépondreSupprimer
  51. J'arrive bien tard pour célébrer cette journée et me joindre à vos évocations musicales.

    Dorham a dit...
    "D'ailleurs, mon vieux est en excellente santé. Je le dis, même si tout le monde s'en savonne la raie..."

    Ah "Mon vieux" de Daniel Guichard, quel interprétation hein.. ! Mais la version de Gérard Lenorman est certes moins réaliste mais c'est au profit de la musicalité de l'oeuvre.

    Pancake

    RépondreSupprimer
  52. Daniel Guichard, Gérard Lenormand, Octave Agobert, Poulou Basta y Gomez, Jessica Troude, Mamoud Berlingaud, Paulin Durci-Danglaise, Dorham de Figari et Jacques Bertin, ça fait du beau monde, ici !

    Vous devriez ouvrir un coin musique, que tous ces artistes puissent débattre avec Carine !

    RépondreSupprimer
  53. Ah mais on a aussi Georges...de ici et là...l'homme orchestre, en somme... C'est Monsieur Pallem qui va être content...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.