vendredi 16 avril 2010

Amarcord défendant

Je n'aime pas Fellini. Fellini m'emmerde, profondément. Ses chefs-d'œuvre m'assoupissent de façon immanquable. Ses “délires” et ses “ambiances de fête” me plongent chaque fois dans des abîmes d'ennui, quand ce n'est pas de tristesse : ça s'agite sur l'écran et j'attends que ça se termine – toujours.

Pourtant, je me souviens être allé voir Amarcord à sa sortie, dans je ne sais plus quel cinéma d'Orléans – avec Denis, et peut-être Carlos, mais de Denis je suis sûr. Et j'avais ri, et j'avais aimé, mais j'avais 18 ans, alors...

Amarcord passe ce soir sur l'une des chaînes mises gentiment à ma disposition par je ne sais qui. Comme il commence à neuf heures moins vingt et tous les autres films (dont pas un vraiment désirable) à neuf heures, je vais accorder à Fellini une dernière chance de vingt minutes.

Être un artiste mort doit être bien pénible, si on s'en trouve réduit à cela : qu'un homuncule blogosphéreux daigne vous accorder vingt minutes de révision de procès – et pas une de plus.

13 commentaires:

  1. Ah non, moi j'aime bien les gros culs.

    RépondreSupprimer
  2. Comme il commence à neuf heures moins vingt et tous les autres films (dont pas un vraiment désirable) à neuf heures, je vais accorder à Fellini une dernière chance de vingt minutes.

    Bouquins, films, décidemment vous ne finissez jamais rien vous!!
    Sauf votre verre bien entendu.

    RépondreSupprimer
  3. Putain, Fredi, t'es un putain de comique, toi, hein !

    RépondreSupprimer
  4. Putain, Fredi, t'es un putain de comique, toi, hein !

    Une sorte de Séraphin Lampion vous voulez dire?
    Ou bien un Mister Bean en pire?
    Choisissez!!
    Qu'entendiez-vous par créature?
    Allez-y je ne suis pas susceptible pour deux sous.

    RépondreSupprimer
  5. Ceci dit pour en revenir aux trucs que l'on ne finit pas j'ai exactement le même problème:
    Même préfacé par BHL je n'ai jamais pu terminer un roman de Botul.

    RépondreSupprimer
  6. (dont pas un vraiment désirable)
    Ce cul enveloppé de laine vierge l'est assez.

    RépondreSupprimer
  7. Ca m'apprendra à tout prendre au premier degré...
    Le taulier s'est endormi sur Fellini.

    RépondreSupprimer
  8. Lâchez nous la basquette Fredo ...

    RépondreSupprimer
  9. Geargies a dit...
    Lâchez nous la basquette Fredo ...
    Didier Goux a dit...
    Rien ne s'arrange, sur ce blog...

    Soit...
    Je vous épargnerai dorénavant mes commentaires à 12°5 .

    RépondreSupprimer
  10. Mon Basile (6 ans) qui voulait voir Elstir est plié de rire devant ces bonnes fesses.

    RépondreSupprimer
  11. Dans ma jeunesse, je m'étais sérieusement emmerdé en regardant "Huit et demi". Par contre, à l'autre bout de sa filmographie, j'ai pris beaucoup de plaisir avec "E la nave va"…

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.