samedi 17 avril 2010

Vol au-dessus d'un double nid de blogo-coucous

Depuis quelques jours (ou semaines : le temps passe si vite, à nos âges...), j'ai une nouvelle lectrice, d'un type pour moi tout à fait inédit. Appelons-la Mildred.

Donc, Mildred passe par ici très régulièrement, au minimum une fois par jour, lit avec attention ce qui est proposé à son entendement et se forge un avis autorisé. Ensuite, elle se fend d'un commentaire pour exprimer cette opinion. Opinion volontiers sarcastique, ce qui est son droit le plus élémentaire. Jusque-là, rien que de très courant, n'est-ce pas ?

Sauf que notre Mildred, demeurant toujours silencieuse ici, s'en va livrer le dit commentaire sur un autre blog que le mien. Chez un brave garçon – lui-même lecteur de ce blog – qui n'en peut mais. Lequel, par gentillesse ou indulgence ou parce qu'il sait que cette étrange façon de se comporter fait partie du protocole thérapeutique de la dame, la laisse obligeamment déposer ses œufs dans ce nid où il n'ont pas leur place. Le drôle de l'affaire est que, s'il m'arrive de vouloir répondre aux persiflages de Mildred, je suis bien obligé à mon tour d'aller le faire chez notre hôte forcé.

Car Mildred persifle, et plus souvent qu'à son tour. Elle semble même y prendre un réel plaisir, ce dont je me félicite à chaque fois, car ce n'est pas si souvent qu'on a l'occasion de faire jouir les dames. Peut-être espère-t-elle me voir sortir de mes gonds ? Me rouler par terre en bavant ? Je ne sais. Un de ces jours, je vais feindre la colère éructante. Pour voir.

30 commentaires:

  1. Cette infirmière du Vol m'a toujours glacé les sangs.
    Vous croyez qu'elle illustre bien la situation, Didier?
    Sinon, oui, pourquoi ne pas dire ce que l'on pense ici, chez vous.
    Ptet pour ne pas se faire traiter de con à chaque ligne. Et pas par vous, soyons clairs.

    RépondreSupprimer
  2. Des liens, borde ! Qu'on puisse se faire une idée...

    RépondreSupprimer
  3. J'irais même jusqu'à : des liens! bordeL!!

    RépondreSupprimer
  4. Tiens ! Oui, c'est mieux. Un bordel sans elle, c'est pas terrible.

    RépondreSupprimer
  5. Sauf que notre Mildred, demeurant toujours silencieuse ici, s'en va livrer le dit commentaire sur un autre blog que le mien.

    Quel manque de savoir vivre quand on y songe....

    RépondreSupprimer
  6. Carine : non, j'en rajoute, évidemment !

    Nicolas : mais quand j'en mets, des liens, vous m'engueulez après !

    Geargies : voir juste au-dessus...

    Henri : nous l'avons regardé jusqu'au bout. il y a de bonnes et belles choses, c'est certain, une mise en scène d'une incroyable fluidité, m'a-t-il semblé, mais cela n'a pas suffi à me convertir en bloc à Fellini. J'essaierai son Casanova la semaine prochaine (si Catherine est d'accord...)

    RépondreSupprimer
  7. J'adore Mildred. Mais Carine ne sera pas surprise.

    RépondreSupprimer
  8. moi j'aime quand le vieux dans l'arbre crie : voglio una donna ! Et plein d'autres choses aussi.

    RépondreSupprimer
  9. Votre Mildred, là, vous ne voulez pas me l'envoyer, j'ai la pelouse à tondre et la vaisselle à faire.

    Si elle est aussi sexy que Miss Ratchet, je l'embauche.

    RépondreSupprimer
  10. "J'essaierai son Casanova la semaine prochaine (si Catherine est d'accord...)"

    La vision fellinienne de Casanova est d'une tristesse... d'une angoisse... mon Dieu... de quoi jeter l'opprobrium sur tout esprit léger, vif et libertin.

    RépondreSupprimer
  11. Vol au dessus d'un nid de concon ?

    RépondreSupprimer
  12. Mère Castor : tiens, j'ai une petite anecdote personnelle amusante, à propos de ce Voglio una donna !. Je crois l'avoir déjà évoquée, mais il y a longtemps, peut-être même du temps du premier blog. Je vais en refaire un billet demain ou après-demain...

    RépondreSupprimer
  13. Vous pourriez aller déposer vos répliques chez un troisième larron… (ah, le Casanova! Celui-ci aussi, je l'ai beaucoup aimé, avec Sutherland… J'ai vérifié parce que je le mélange avec "un adolescent à Venise", de Comencini. Rien à voir, pourtant, mais les deux se sont rejoints dans ma mémoire… )

    RépondreSupprimer
  14. merci Carine...pour votre dernière ligne......c'est tout à fait ça!!!!!! et je me débine vite fait avant de prendre encore des coups........

    RépondreSupprimer
  15. Le Coucou : j'y avais pensé ! Une sorte de chaîne où plus personne ne saurait qui parle à qui...

    Pour les deux Casanovas, je crois que je les mélange un peu également.

    Boutfil : vous voyez bien, personne ne vous a mordue ! Ah, les filles et leur paranoïa, alors...

    RépondreSupprimer
  16. Le coup classique : aller dire des petites choses déplaisantes chez le voisin, c'est une tacatique ; Mildred venez donc raconter vos problèmes, on ne va pas vous manger...

    RépondreSupprimer
  17. Lire tout ça, ça me donne des tacaticardies nocturnes. Mais Mildred est à mon chevet.

    RépondreSupprimer
  18. Le coucou a dit...
    Dans ma jeunesse, je m'étais sérieusement emmerdé en regardant "Huit et demi".


    Ouais.
    Pis c'est encore un truc pas fini.
    Un sacré bordel.
    Enfin non: un beau désordre.

    RépondreSupprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  20. Vindieu, NR, vindieu ! Au niveau de mon ressenti perso, j'ai envie de dire que c'est une expérience super-intense de te lire. Tu serais comment dire le grand autre de mon altérité extime et néanmoins authentiquement plurielle que ça m'étonnerait pas, tu vois. Franchement, je ne savais pas que des nanas comme toi ça existait. Et sinon, vous êtes combien, à peu près ? Ya des heures de visite ? C'est cher, l'entrée ?

    RépondreSupprimer
  21. C'que j'adore, c'est que le blog de NR se nomme "œil de tigre".

    Putain, la bloge, c'est vraiment de la balle !

    RépondreSupprimer
  22. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  23. Les 2 Mildred dont l'évocation est faite m'ont l'air finalement for sympathique, n'est-il pas ? :)

    RépondreSupprimer
  24. Corto : mais oui ! Et amusantes, en plus !

    RépondreSupprimer
  25. Bon, alors, qui c'est, cette vilaine hypocrite ? Vous n'avez pas réussi à l'attirer ici, en tout cas.
    Je vois qu'une commentatrice vexée ou blessée a effacé ses messages, et que Georges-et-son-Beuche s'épanouit dans la méchanceté, as use. Froide bise de novembre.

    RépondreSupprimer
  26. Suzanne : ah oui, tiens, je n'avais même pas vu que NR avait viré ses commentaires ! Il faut dire que j'ai suivi tout cela d'assez loin...

    RépondreSupprimer
  27. Allez, quoi, NR, reviens ! Quand on lit un billet de cette trempe, on se dit que vous êtes aussi irremplaçable que… je ne trouve pas.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.