jeudi 15 avril 2010

Et vas-y que je te reprends goût à l'existence !

Il y suffit d'un déjeuner.

11 commentaires:

  1. Jetez moi ça à la poubelle et foncez à l'Ambiance d'à côté !

    RépondreSupprimer
  2. Nicolas, après des conseils pareils, ne vous étonnez pas sir Catherine débarque à La Comète, une bière dans une main et une bombe lacrymo dans l'autre !

    (Et les petits hamburgers de thon, c'est un vrai délice...)

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas, ma vengeance sera terrible la prochaine fois que vous viendrez dîner à la maison !

    RépondreSupprimer
  4. Oui évidemment...
    Dans un stent ça doit mieux passer!

    RépondreSupprimer
  5. Une fois n'est pas coutume : le Taulier affiche une page de pub vers un blog où il n'y a strictement rien à jeter.

    RépondreSupprimer
  6. Rien à jeter ? A part la bouffe. (smiley, Catherine).

    Au fait, Didier,

    Dans le temps, vous conchiez les verrines et maintenant vous mangez dans des machins en plastique ?

    Vous critiquez les erreurs de Français des autres et vous mangez des "hamburgers de thon" ?

    RépondreSupprimer
  7. Fredi Maque : ça passe très bien, en effet...

    Christophe : flatteur, va !

    Nicolas : l'homme n'est qu'un tissu de contradictions...

    RépondreSupprimer
  8. Et le magnifique persil à feuilles plates, c'est vraiment très bon.
    Il doit y avoir des passants qui lancent des regards concupiscents vers le contenu de vos plats non ?

    RépondreSupprimer
  9. Emma : oui, il est arrivé que j'aie droit à un mini-défilé dans mon bureau, sur les coups de midi !

    RépondreSupprimer
  10. Christophe est gentil, lui !
    Emma, vous avez reconnu le pot dans lequel j'ai posé le persil ?

    RépondreSupprimer
  11. Catherine, j'ai répondu chez toi, sorry.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.