jeudi 11 avril 2013

Liqueur de prune japonaise ou les charmes de la civilisation

À Chihiro.

Adrien nous est arrivé hier de Tokyo (via la Franche-Comté et le cloaque marseillais : comprenne qui peut) avec ceci : une bouteille de liqueur de prune, spécialité niponne. Comme notre soirée fut franco-française (Gewurztraminer, chablis, côtes de Nuits…), nous laissâmes en paix cette fille du Soleil levant.

En revanche, ce soir, j'ai proposé à Catherine d'y goûter ; ce qui, sous couvert d'ouverture-à-la-culture-de-l'Autre bien dans l'air du temps, était une excellente excuse pour se poivrer un peu les naseaux. Poivrage raisonnable : le breuvage est des plus doux en alcool (12° avons-nous cru déchiffrer sur l'étiquette). Le goût est surprenant, car, au premier contact avec les papilles, ce qui frappe est l'acidité ; or, nous ne sommes guère habitués, sous nos latitudes, aux alcools acides – déclenchant, à la première gorgée, exactement les même fourmillements dans les maxillaires qu'une giclée de citron vert.  Or, je viens d'apprendre que, du citron vert, précisément il y avait – en plus de la prune qui fournit l'excuse principale à l'alcoolisation douce du consommateur.

Il y a autre chose : la bouteille renfermant ce breuvage extrême-oriental est d'une élégance parfaite (beaucoup plus que la seule que j'ai pu trouver sur internet, je vous en demande excuse), ainsi que la boîte la contenant ; c'est évidemment à ce genre de détail que l'on repère une grande civilisation, une nation supérieure : capacité à produire de la beauté inutile, pour le simple plaisir de le faire, par déférence envers l'inconnu qui va sortir quelques yens de sa poche pour acquérir l'objet.

Les peuples qui boivent autre chose que du thé à la menthe et du lait de chèvre tourné, et sont en outre capables de vous présenter les choses avec une discrète élégance, ces peuples-là méritent respect et considération.

10 commentaires:

  1. Arrêtez de stigmatiser les musulmans pour touver un prétexte pour prendre une cuite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme si j'avais besoin de prétextes…

      Supprimer
  2. "du citron vert, précisément il y avait"
    Et d'la pomme, y'en avait-y d'la pomme ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai connu une polonaise qui en prenait au petit déjeuner...

      Supprimer
  3. Je ne sais si cet alcool de prune est excellent mais les japonais produisent le meilleur blend au monde en 2013 grâce à au groupe Suntory et son assemblage de luxe Hibiki, version 21 ans.

    Dans un restaurant coréen, j'ai bu un liquide incolore dans une petite bouteille moche, je n' ai jamais su ce que c'était mais les coréens qui étaient à côté de moi s'en jetaient des dizaines pourtant j'ai trouvé cela infect, acide, on aurait du White Spirit.

    Un truc inventé par les ligues anti-alcoolique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est du Soju. Alcool favori des Coréens. A boire en mangeant mais surtout pas avant.

      Supprimer
    2. Plutôt que leurs blended, je préfère leurs single malts. Même leurs bières sont très buvables et n'ont pas à rougir à côté de certaines productions européennes. Je ne parle même pas des bières chinoises qui, comme le canoë se rapprochent dangereusement de l'eau.

      Supprimer
  4. Merci pour le renseignement , le pire c'est que je mangeais et je l'ai quand même trouvé immonde.

    RépondreSupprimer
  5. Vous écrivez, cher Didier, "c'est évidemment à ce genre de détail que l'on repère une grande civilisation, une nation supérieure : capacité à produire de la beauté inutile"...
    Or justement c'est ce qui me frappe dans l'architecture proche-orientale et nord africaine.

    Volutes, lignes arrondies, subtiles reliefs et discrets ornements sont observés à peu près partout, et notamment dans les ouvrages les plus ordinaires de la vie quotidienne où seule la nécessité fonctionnelle invite l'utilisateur, au contraire de ce que l'on observe dans les civilisations occidentales. En effet, en Occident on ne trouvera dans les mêmes types d'ouvrages que de tristes lignes droites et sécantes à angle droit, pour n'aller qu'à l'essentiel et à l'économie...

    Je suis donc en parfait accord avec votre assertion.

    RépondreSupprimer
  6. Ce qui m'étonne c'est qu'Adrien ait pu passer cette bouteille malgré les contrôles actuels.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.