vendredi 19 avril 2013

Suis-je vraiment un droitard costaud ? Autotest

En plus de son programme pour sauver la France, la Droite forte vous offre une boîte de cassoulet bio.

En lisant Valeurs actuelles – je sais : c'est très vilain –, je suis tombé, au détour de la page 21 du dernier numéro paru, sur les propositions de la Droite forte, destinées à changer la France (dont la couche serait souillée, je suppose). Bon. C'était le moment où jamais de faire mon examen de conscience, de vérifier si, oui ou non, je suis moi-même un droitard costaud. On va les prendre une par une :

– Supprimer à vie les allocations sociales pour tout fraudeur récidiviste : Le “à vie” est peut-être un tantinet exagéré, mais que les fraudeurs soient sanctionnés ne me paraît pas être un scandale, en effet.

– Supprimer la couverture maladie universelle (CMU) et l'aide médicale d'État (AME) : C'est le bon sens même ; toute mesure ayant pour effet de rendre la France moins “attirante” aux grands yeux candides des populations extérieures me semble une bonne chose. D'autant qu'en cette époque de hausse massive et généralisée des charges, il va devenir de plus en plus difficile d'expliquer aux Français qu'ils doivent consentir à payer leurs soins plus cher, afin que ceux-ci puissent demeurer gratuits pour tout visiteur n'ayant eu que le mal de pousser la porte.

– Supprimer les remises de peine automatiques : Ça va de soi ; et si ça ne va pas de soi, il convient de le faire quand même. Mais on pourra garder les portillons de même nature ainsi que les distributeurs de billets de banque, qui sont tout de même bien pratiques.

– Supprimer l'automaticité de l'acquisition de la nationalité française : en dehors du fait que cet “automaticité” me semble ressortir à une sorte de jargon ministériel, évidemment oui. C'est même le minimum que l'on puisse attendre : je serais assez partisan d'une suspension totale et assez longue de toutes les naturalisations – à condition bien entendu qu'elle s'accompagne d'une étude enfin sérieuse et libre des effets et conséquences (positives comme négatives) de l'immigration de masse.

– Instaurer la semaine des 40 heures : Cela aussi semble relever du bon sens. Je note, à ce propos, que l'un des arguments massues des partisans du mariage guignol est de dire : « Mais nos voisins z'européens l'ont fait ! on ne peut pas se permettre de rester à la traîne ! » Fort well, Angelina : comme beaucoup ont également rallongé la durée hebdomadaire du travail, la voie est donc toute tracée. Et puis, instaurer la semaine de 40 heures permettrait à François Hollande de se donner des allures de Léon Blum, qui a fait la même chose en 1936.

– Obliger les banques à prêter en priorité aux PME : On discerne à peu près l'intérêt économique de l'idée, mais on se demande si c'est bien à l'État d'obliger les banques à prêter à Pierre plutôt qu'à Paul. Accessoirement, on se demande  aussi comment il s'y prendrait.

– Aligner tous les régimes sociaux du public sur ceux du privé : Comme il s'agit-là d'une mesure égalitaire, on s'étonne que les socialistes ne l'aient pas déjà fait. Et on se refuse à suivre les esprits pervers insinuant qu'ils ne veulent pas mécontenter les privilégiés qui leur servent de vivier électoral.

– Instaurer l'âge de départ légal à la retraite à 65 ans : Simple bon sens, là encore ; même si ça ne m'arrange pas du tout. Mais alors là, tu vois, pas du tout du tout.

– Supprimer le droit de grève des professeurs : Mesure très étrange : pourquoi aux professeurs spécialement ? Pourquoi pas à l'ensemble des fonctionnaires, dont les professeurs font partie ? Me semblent bien mollassons, ces droitards costauds…

– Créer la “Charte républicaine des musulmans de France” : Pour quoi faire ? On y met quoi, dans cette charte ? Sera-t-elle un assortiment de vœux pieux (!) ou un ensemble de mesures sévèrement coercitives ? En gros, s'agira-t-il d'une arme pour intimer le silence aux musulmans ou bien d'un simple cadre légal à l'intérieur duquel ils pourront continuer de geindre, récriminer, menacer ? Bref, l'idée me paraît foireuse, inadaptée, en tout cas bien tardive.

– Garantir l'embauche de journalistes de droite sur les radios et télévisions publiques : Là, on sombre dans le n'importe quoi. D'abord, il me paraîtrait préférable d'embaucher des journalistes dans ces radios et télévisions plutôt que sur. Mais surtout, il s'agit d'établir une parité supplémentaire, comme si la France n'était pas déjà assez encombrée de cette notion absurde ! Ce n'est pas tout : s'il est (encore) relativement facile de distinguer un homme d'une femme, comment fait-on pour distinguer à coup sûr le journaliste de droite de son confrère de gauche ? Il faudra présenter sa carte d'un parti ? Répondre à un questionnaire sous sérum de vérité ? Et, une fois embauché, on n'aura plus le droit de changer d'avis, de regard sur le monde et les choses, sous peine de parjure ? De toute façon, on aura beau se tortiller dans tous les sens, il restera ce fait indubitable : les trois quarts des journalistes français sont ou se disent de gauche. Il faudrait donc établir, là aussi, une discrimination positive à l'embauche, comme on a commencé à le faire à l'entrée des grandes écoles pour les jeunes-à-guillemets ? Ridicule.

– Instaurer le référendum national d'initiative populaire : Là, j'avoue que je ne sais pas trop. Après un examen rapide de la question, j'y vois à peu près autant d'inconvénients que d'avantages, sans parvenir à déterminer qui, des deux “paquets” l'emporte sur l'autre dans mon esprit.

– Supprimer le financement public des syndicats : Of course, my dear ! Et aussi celui de la presse, du cinéma, de la “culture” en général, des associations à but délétère, des quatre cinquièmes des agences supra-nationales, etc.

Il s'agit là d'un florilège, bien entendu, et je suppose que les droitards costauds ont d'autres propositions que celles-ci pour la France. Mais je ne vais pas non plus aller fouiller le net pour les dénicher : j'ai déjà gaspillé assez de temps comme ça sur ce sujet. Sans parler de celui que je viens de vous faire perdre.

49 commentaires:

  1. En tout cas on a envie d'y croire...

    RépondreSupprimer
  2. Ça me parait mou pour un programme de droite rigide.

    RépondreSupprimer
  3. Sont un peu gringalets je trouve. Ils ne parlent pas de lapider quelques profs de socio en place publique, histoire d'encourager les autres, ni d'envoyer les tanks dans les "quartiers sensibles"?
    J'hésiterais à voter pour eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben voilà : je me pose la question aussi…

      Supprimer
  4. Sur le droit de grève, je suis tout à fait d'accord avec vous, bien que fonctionnaire moi-même. Je me suis déjà exprimé là-dessus sur quelques blogs et cela m'a valu quelques franches inimitiés de la part de types de droite, les leftards étant persuadés que je suis un pur salaud. Pourtant, quand on y pense, voter, c'est donner son avis sur la manière dont l'impôt sera utilisé. Les fonctionnaires étant payés par l'argent public, ils sont donc dans ce cas à la fois juge et partie. Certains pourraient y voir comme une sorte de conflit d'intérêt, s'ils n'étaient pas de cette gauche bêlante. Un actif sur cinq bosse pour l'Etat, autant dire que tant qu'ils pourront voter, aucun parti, quel qu'il soit, n'engagera une véritable réforme de peur de se mettre cette clientèle à dos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je propose qu'on retire le droit de vote aux fonctionnaires pour le donner aux étrangers : comme ça, on sera fâché avec tout le monde.

      Supprimer
    2. @ Kolchack, "Un actif sur cinq bosse pour l'Etat". Cela ne fait donc plus que quatre actifs... (jeplésannnnnteee)

      Supprimer
    3. Votre argumentation est un peu faible, il me semble. Il faudrait alors aussi retirer le droit de vote à tous ceux qui touchent de l'argent public, à commencer par tous les parents qui reçoivent les allocations familiales. Quant aux médecins, que feraient-il sans la sécurité sociale ? Hop, interdit de vote !

      J'ajoute que le droit de vote n'a rien à voir avec les impôts, mais avec la citoyenneté. Vous reprenez, Koltchak, l'argument étrange de ceux qui veulent donner le droit de vote aux étrangers, lesquels, pauvres malheureux, paient des impôts en France et auraient donc bien le droit de dire comment ils veulent qu'on le dépense...

      N'est-il pas très contestable également d'accorder le droit de vote aux chomeurs et de le retirer aux fonctionnaires ?

      Aussi loin que je pousse la réflexion, je ne trouve que des inconvénients à cette proposition, qui n'a visiblement qu'un seul but : faire plaisir à Marchenoir.

      Supprimer
    4. Eh ! dites : vouloir faire plaisir à Marchenoir dénote déjà une assez belle ambition !

      Supprimer
    5. Marco, il y a une différence entre percevoir être payé par l'Etat et percevoir l'allocation familiale. D'un côté vous avez un salaire, de l'autre une compensation de charge, l'Etat reconnaissant de ce que vous assurez la pérennité de la société française cherche à alléger la charge que représente un enfant pour le budget d'une famille.

      Etre au chômage n'a pas vocation à durer, c'est un accident comme tant d'autres qui peuvent arriver dans la vie d'un homme. D'ailleurs, pour percevoir le chomedu, le salarié a cotisé, il a participé à l'élaboration de ce qu'il touche.

      Le médecin n'a pas le choix, il est captif de la sécu, comme nous tous, les assujettis comme ils disent. Et en dépit de deux directives européennes qui ont mis fin au monopole de la sécurité sociale, l'Etat bien qu'ayant versé ces directives dans notre droit, continue à vouloir nous garder captifs. Des fois que nous filerions attirés par les sirènes du privé qui vous prennent en charge à 100% au leu des 70% de la SS, et qui au final coûtent moins cher à l'année.

      Si vous m'aviez lu, je n'ai pas dit que le droit de vote était lié à l'impôt, mais que voter revient à donner son avis sur la manière dont l'argent public va être dépensé. Vous saisissez la nuance ?

      Et vous me parlez de faiblesse d'argumentation !

      Quant à Marchenoir, je n'ai aucune raison de chercher à lui complaire. Ce serait même le contraire. Si parfois je ne suis pas insensible à certaines de ses envolées, son systématisme libéral, son admiration servile pour le stars and stripes qui lui interdit de reconnaître que ses héros puissent faire ou dire des conneries, sa brutalité chronique, tout cela donc me gonfle plutôt. Il a fait le choix d'être brut de décoffrage. Ce n'est pas ma came.

      Supprimer
    6. Robert Marchenoir19 avril 2013 à 18:31

      "Voter, c'est donner son avis sur la manière dont l'impôt sera utilisé. Les fonctionnaires étant payés par l'argent public, ils sont donc dans ce cas à la fois juge et partie."

      Exactement. Le fait que les fonctionnaires aient le droit de vote est précisément ce qui explique le blocage complet de la société.

      De la même façon, n'avez-vous jamais été choqués par le spectacle de Sarkozy et Hollande (ou d'autres, bien sûr) votant pour eux-mêmes sous le regard complaisant des caméras ? Beau symbole de la façon dont fonctionne la "démocratie" en France.

      Supprimer
    7. Robert Marchenoir19 avril 2013 à 18:38

      "N'est-il pas très contestable également d'accorder le droit de vote aux chomeurs et de le retirer aux fonctionnaires ?"

      Non. Cela n'a rien à voir. Vous suggérez que les chômeurs reçoivent de l'argent de l'Etat. Mais c'est faux. Certains chômeurs reçoivent un peu d'argent de l'Etat de façon tout à fait temporaire.

      Les fonctionnaires reçoivent un traitement qui leur permet de vivre, bénéficient de l'emploi à vie, d'une retraite dorée, de privilèges innombrables... et ils disposent du pouvoir d'agir directement sur le fonctionnement de l'administration -- en plus du droit de vote.

      Maintenant, si votre argument consiste à défendre le suffrage censitaire, je pourrais être d'accord avec vous : ne peuvent voter que ceux qui contribuent à la prospérité de la société, c'est à dire ceux qui ont des revenus supérieurs à un certain montant, tirés de l'activité productive et donc du marché.

      Ce qui excluerait tous les fonctionnaires, toutes les personnes vivant des subsides de l'Etat et tous ceux qui ne produisent pas assez de richesses pour avoir leur mot à dire dans la conduite de la société.

      Supprimer
    8. Robert Marchenoir19 avril 2013 à 18:45

      "L'argument étrange de ceux qui veulent donner le droit de vote aux étrangers, lesquels, pauvres malheureux, paient des impôts en France et auraient donc bien le droit de dire comment ils veulent qu'on le dépense..."

      Les étrangers sont par définition des étrangers, et donc par définition ils n'ont pas le droit de vote. Si les étrangers ont le droit de vote, la France n'est plus la France, elle devient le Mali, la Tchétchénie ou les Etats-Unis.

      Les étrangers bénéficient d'une tolérance, d'une exception, en étant autorisés à séjourner en France. Normalement, un étranger n'a pas le droit de s'installer en France. Par définition, puisqu'il est étranger.

      Cette tolérance s'accompagne, selon les pays, de conditions : l'une de ces conditions est de payer des impôts. D'autres conditions peuvent consister à pointer régulièrement au commissariat de police, à prouver régulièrement que l'on possède telle somme sur son compte en banque, etc.

      De même que ce n'est pas aux étrangers de décider à quelles conditions ils seront autorisés à séjourner en France, ce n'est pas à eux de décider qui doit payer des impôts et pour quoi.

      Les étrangers ont juste le droit de dire merci, et qu'ils s'estiment heureux si avec ça on les autorise à rester tout de même.

      Supprimer
    9. Les chômeurs paient aussi des impôts...

      Supprimer
    10. Sur les étrangers, d'accord avec Robert, bien sûr : ils ne devraient avoir d'autre droit que celui de dire merci (et d'être respectés en tant qu'humains, certes).
      Athéna : d'accord également, les chômeurs paient des impôts (ne serait-ce qu'en consommant), et il est bien normal, s'ils sont Français, qu'ils aient le droit de vote.

      Sur le fond : tout citoyen français doit avoir le droit de vote, quelle que soit sa situation, fonctionnaire, chômeur, retraité, etc., non parce qu'il contribue à la prospérité du pays ou qu'il paie des impôts, mais parce qu'il est Français, parce qu'il est descendant de ceux qui ont construit ce pays.

      Koltchak, j'ai bien compris votre phrase, mais dans le contexte elle ne pouvait vouloir dire autre chose que ceci : il y a un lien essentiel entre voter et payer des impôts, ce que je conteste. Le vote est affaire de citoyenneté (et de nationalité, pour l'instant), pas d'imposition.

      Supprimer
    11. Avez-vous entendu parler des accords de réciprocité, entre pays, sur les conditions de résidence de leurs nationaux?
      Et savez-vous qu'une fois à l'étranger, un Français devient un étranger? C'est scandaleux, mais c'est comme ça.

      Supprimer
    12. A Robert Marchenoir, vous dîtes : "Maintenant, si votre argument consiste à défendre le suffrage censitaire, je pourrais être d'accord avec vous : ne peuvent voter que ceux qui contribuent à la prospérité de la société, c'est à dire ceux qui ont des revenus supérieurs à un certain montant, tirés de l'activité productive et donc du marché."

      Je trouve qu'il serait dommage de se priver des voix des Français de souche qui donnent leur force de travail à la France et de ne laisser la parole qu'à leurs exploiteurs qui continueront à voter pour les guignols judéo-européens qui nous gouvernent depuis des décennies, et qui prennent autant profit, voire plus, de la dégringolade de l'économie du pays... Si une telle mesure avait été appliquée aux dernières élections nous aurions eu les résultats suivants au premier tour : Sarkozy 49.8%, Hollande : 49,8%, autres candidats (dont la vraie droite propre et républicaine) : 0.2% des suffrages exprimés.

      Supprimer
    13. les 0.2% qui manquent dans ma démonstration précédente sont restés collés au fond des urnes.

      Supprimer
    14. Et une assemblée contributive ?

      Dans la théorie, je vote pour un député, qui au parlement, vote un budget, couvert par nos impôts.
      Dans la réalité, je vote pour un exécutif, qui me fait signer un blanc seing, pour faire alimenter une machinerie qui grossie, grossie...
      ---
      Ne serait-il pas adéquat de voter pour une assemblée contributive : les "représentants" auraient mandat de leurs électeurs pour l'affectation d'enveloppes de budget, et surtout leur contrôle...
      Certains voudraient exclure des charges (libéraux), d'autres en rajouteraient (socialaux)...
      Je pense que cela aiderait beaucoup plus les votants à mettre leur vote en perspective de leur avenir, plutôt que le système actuel...

      En tout cas, il y aurait séparation entre celui qui emploie et contrôle .

      Amike

      Supprimer
    15. Robert Marchenoir20 avril 2013 à 12:57

      Elie Arié20 avril 2013 00:56

      Avez-vous entendu parler des accords de réciprocité, entre pays, sur les conditions de résidence de leurs nationaux ?

      ****
      Non. Ca n'existe pas.

      Des hordes de Somaliens sont admis dans les pays occidentaux en tant que réfugiés. Aucun Occidental ne cherche à se réfugier en Somalie.

      Supprimer
    16. Robert Marchenoir20 avril 2013 à 13:03

      "Si [le suffrage censitaire] avait été appliquée aux dernières élections nous aurions eu les résultats suivants au premier tour : Sarkozy 49.8%, Hollande : 49,8%, autres candidats (dont la vraie droite propre et républicaine) : 0.2% des suffrages exprimés."

      Faux. De nombreux petits patrons votent FN.

      Quant à dire que le FN, c'est la droite propre... Il a les mains propres, parce qu'il n'a pas de mains. Et même sans avoir été au pouvoir, le catalogue de ses saloperies n'est pas mince.

      "Tous pourris, sauf moi"... A d'autres.

      Supprimer
  5. Avec joie je constate que je suis une pure et dure droitarde, pas matinée d'un zest de gauche grand coeur! Ya qu'un truc qui m'chiffonne, la mesure sur l’embauche de journalistes de droite, ça va être très compliqué de trouver de vrais journalistes pour les radios et les télés^^^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison. Après, qu'ils soient de gauche ou de droite, c'est une question assez secondaire.

      Supprimer
  6. Pour info: la CMU n'est absolument pas gratuite, les cotisations sont fonction des revenus, et peuvent être très élevées; elle est réservée aux résidents en règle qui n'y ont pas droit à titre professionnel (par exemple. quelqu'un qui gagnerait des fortunes en spéculant tout seul en Bourse, ce qui n'est pas considéré comme une profession; mais il cotiserait lourd!)
    Confusion classique avec la CMU-C : financement par la Sécu d'une mutuelle pour les très faibles revenus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me serais-je un tantinet emmêlé les pinceaux dans les sigles ?

      Supprimer
  7. Je sais que c'est une chose sur laquelle il ne faut pas trop s'étendre parce que personne ne veut en entendre parler, mais les sanctions contre les fraudeurs aux allocs, c'est de la poudre aux yeux, du pipeau intégral.

    Que cela soit clair: On ne peut pas sanctionner les fraudeurs, parce que l'on n'a pas les moyens de les détecter, il n'y a pas assez de personnel au Pôle emploi pour cela, et de loin.

    Yis

    RépondreSupprimer
  8. Et le budget de l'armée, hein ! Vous en faites quoi ? Fait il construite immédiatement une demi douzaine de porte avions. ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un porte-avions dans chaque port : telle doit être désormais la devise de la France !

      Supprimer
    2. Un porte-avion pour tous, ouais !

      Supprimer
  9. Robert Marchenoir, plus je vous lis et plus vous m'êtes sympathique car grâce je vais à mon travail avec joie et bonne humeur, le simple fait de savoir que je vous vole du pognon de votre porte-monnaies me suffit pour paraître avec un sourire béât sur mon visage de fonctionnaire et pour vôtre information les postiers ne sont pas payés par vos impôts mais par le chiffre d'affaires de cette entreprise mais quand même je suis joueur donc pourriez vous nous envoyer une photographie ou j' inscrirais dessus, je suis Marchenoir et je déteste les fonctionnaires.

    RépondreSupprimer
  10. Robert Marchenoir20 avril 2013 à 13:22

    "Pour vôtre information les postiers ne sont pas payés par vos impôts mais par le chiffre d'affaires de cette entreprise."

    ****

    Vous mentez. La Poste a reçu 1,9 milliard de subventions entre 2008 et 2012. La Poste est une entreprise communiste dont les capitaux sont à 100 % fournis par l'Etat.

    Pour le reste, vous confirmez que vous avez la mentalité du fonctionnaire français, lequel se réjouit d'emmerder ceux qu'il est censé servir. Si vous travailliez dans une vraie entreprise privée, et non dans un magma d'Etat qui s'autorise les vices du secteur privé tout en conservant ceux du secteur public, vous ne pourriez pas dire ça, car vous auriez déjà été licencié depuis longtemps.

    C'est l'autre forme de subvention déguisée dont bénéficie la Poste : le statut des postiers. Ne pas pouvoir licencier des employés malfaisants qui ont votre sale mentalité à l'égard des clients, c'est un énorme boulet, dont pâtissent tous les Français.

    A la Poste, par exemple, les employés peuvent impunément piller les colis des clients sans être jamais inquiétés -- ou alors exceptionnellement. Dans n'importe quelle entreprise privée, ils seraient licenciés et poursuivis dans l'heure.

    RépondreSupprimer
  11. Avant d'enlever le droit de vote aux fonctionnaires, une mesure de bon sens consisterait à les obliger à réellement démissionner
    - lorsqu'ils sont élus : mesure douce
    - lorsqu'ils se présentent à une élection : mesure sévère

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pourrait surtout mettre fin à ce statut qui impose de conserver les cossards, invirables à moins d'aller à la faute professionnelle. Et encore, il faut qu'ils y aillent franco, parce que sinon ce n'est pas gagné.

      On pourrait imaginer des contrats de 5 ans avec des objectifs qualitatifs et/ou quantitatifs qui serviraient non seulement à évaluer annuellement et surtout individuellement le type, et donc de décider ou pas de son avancement et d'une possible augmentation.

      Au bout des 5 ans, bilan. S'il est positif, on reconduit si l'effectif ne doit pas être revu à la baisse, s'il est négatif : dehors le clampin.

      Je connais un service dans une collectivité locale, qui pour un effectif de quatre personnes totalise sur 4 ans pas moins de 453 jours d'arrêt, hors congés annuels bien entendu. Vous croyez qu'ils ont fait l'objet de mesures disciplinaires ? Que dalle, wallou, peau d'zob. Bien sûr, le chef de service a demandé une ou deux fois qu'une visite à domicile par un médecin de la sécu soit effectuée pour vérifier la réalité de l'arrêt maladie. Résultat : que t'chi. Et c'est normal, au lieu de se pointer à l'improviste histoire de voir si le malade respecte au moins les plages horaires de sorties autorisées, il est tenu de prendre rendez-vous avec le gazier qui bien sûr sera chez lui. Et après on vient nous beurrer la raie avec les contrôles, etc.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir20 avril 2013 à 19:48

      Bien sûr. Il faut supprimer le staut de la fonction publique. Il n'y a aucune raison que des fonctionnaires aient la garantie de l'emploi, des retraites plus avantageuses que les non-fonctionnaires, la garantie (bien souvent) que la qualité de leur travail n'aura aucune incidence sur leur carrière, etc.

      Des pays libres et prospères ont supprimé ce statut, ou ne le conservent qu'à titre résiduel, comme la Suisse ou l'Allemagne.

      La raison pour laquelle un pays se dote de fonctionnaires n'est évidemment pas de leur offrir un emploi garanti à vie. Il le fait pour remplir des tâches que l'Etat est seul à pouvoir assurer, ou est le mieux placé pour accomplir.

      Ces tâches nécessitant un niveau de performance au moins équivalent à celui du secteur privé, il est évidemment absurde d'accorder aux fonctionnaires un statut qui, en pratique, les incite à être largement moins performants que les travailleurs du privé.

      Bien entendu, il faut aussi interdire la grève aux fonctionnaires. A tous les fonctionnaires. Il est inadmissible que des fonctionnaires puissent paralyser les fonctions vitales d'un Etat, qu'ils exercent, par définition, de façon plus ou moins monopolistique.

      Là encore, c'est une mesure qui a cours dans des pays développés qui ne sont pas dirigés par des nazis.

      Supprimer
    3. Comme je répondais à une discussion relative au droit de vote, je n'ai abordé que le fait que les fonctionnaires élus puis virés retrouvent automatiquement leur poste.
      Par ailleurs, en ce qui concerne la fonction régalienne de chez régalienne de l'état, deux tiers des personnels sont en CDD.
      C'est dans l'armée que l'on trouve le plus de contractuels
      - Tous les militaires du rang, dont la quasi totalité est virée avant d'avoir obtenu un droit à pension à jouissance immédiate (ils sont traités comme des kleenex mais la hiérarchie s'étonne d'avoir un recrutementde merde)
      - la majorité des sous officiers
      - un tiers des officiers

      Supprimer
    4. Marchenoir, vos informations datent car il y a bien longtemps que la Poste n'est plus une entreprise d'état mais une société privée de plus en plus de ces employés sont des employés sous contrat, votre facteur fait partie de ces contractuels , ils sont recrutés dans le vivier local.

      Pour les vols commis à la Poste, je n'ai jamais écrit qu' il n' y en avait pas et je peux vous assurer que votre phrase "les employés peuvent impunément piller les colis des clients sans être jamais inquiétés -- ou alors exceptionnellement." est une calembredaine.

      Les employés privés sont licenciés sans autre procès et les fonctionnaires dont suspendus de leurs fonctions sans salaire et après passage au comité disciplinaire , révoqués sans droits à la retraite, de nos jours ils ne perdent plus leurs droits à la retraite mais révoqués sans ambages.

      Le temps où tout était pardonné, est bien terminé s' il a existé un jour mais bon comme vous êtes un haineux génétique, je ne peux rien pour vous.

      Pour terminer quand je suis rentré aux P.T.T à l' époque, les gars dans votre genre se moquaient de moi en me disant que je n'avais pas d'ambition car je choisissais la facilité, un petit salaire pour la sécurité de l’emploi et maintenant les aigris de votre genre viennent me reprocher cette sécurité car ils sont perdu leur emploi du à la crise, ou ma retraite de fonctionnaire et bien allez vous faire "empapahouter chez les merles à plumes".

      Marchenoir vous êtes un bolos

      Supprimer
    5. Robert Marchenoir21 avril 2013 à 15:29

      "Marchenoir vous êtes un bolos." (Grandpas)

      Voilà. On y vient. Les Français de souche, ou présumés tels, assimilent les valeurs des racailles immigrées et les reprennent à leur compte. Remarquez, c'est normal. Vous avez épousé une Noire (vous vous en êtes assez vanté pour qu'on vous le rappelle), eh bien maintenant vous adoptez les mœurs africaines, c'est bien normal.

      Ce sont les racailles africaines et arabes qui traitent les élèves blancs de "boloss" à l'école, autrement dit de Français, honnêtes, travailleurs, respectueux des lois et de leur prochain.

      Après quarante ans d'immigration massive et de lâcheté socialiste, eh bien ce sont les Français à leur tour qui se transforment en whiggers, c'est à dire en nègres blancs, en loques humaines, en kapos sociaux, qui se soumettent à leurs nouveaux maîtres en croyant, faussement, que se retourner contre leurs frères de race leur vaudra d'être épargnés par les envahisseurs.

      Maintenant, démontons une fois de plus vos mensonges sur la Poste.

      Supprimer
    6. Robert Marchenoir21 avril 2013 à 15:31

      "Vos informations datent car il y a bien longtemps que la Poste n'est plus une entreprise d'état mais une société privée."

      ****

      Voyons voir :

      Vingt ans après avoir été constituée sous forme d’établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), La Poste est devenue une société anonyme (SA) le 1er mars 2010. Le 12 mai 2010, l’Assemblée générale des actionnaires de La Poste s’est réunie pour la première fois. Bruno Bézard représentait l’État, actionnaire unique de La Poste, au cours de cette séance ordinaire consacrée à l’arrêté des comptes et à l’examen des différents rapports légaux.

      Source : site officiel de La Poste.

      Conformément aux dispositions de l’article 1er-2 de la loi du 2 juillet 1990 précitée, le capital social est détenu par l’Etat, actionnaire majoritaire, et par d’autres personnes morales de droit public, à l’exception de la part du capital pouvant être détenue au titre de l’actionnariat des personnels dans les conditions prévues par la même loi.

      Source : article 7 du titre II des statuts de La Poste tels que modifiés par l'assemblée générale du 7 juin 2012.

      Prétendre qu'une société anonyme dont l'Etat est l'unique actionnaire est une société privée, alors que la seule ouverture du capital autorisée est en direction de personnes morales de droit public et des personnels, c'est se foutre de la gueule du monde.

      Le président du conseil d’administration de La Poste recrute et nomme les fonctionnaires sur les emplois de la société ; il assure la gestion des personnels fonctionnaires.

      Source : article 5 du décret du 26 février 2010, version consolidée au 18 mars 2011.

      Prétendre qu'une société qui emploie et recrute des fonctionnaires est une société privée, c'est se foutre de la gueule du monde.

      Il est institué auprès de La Poste un commissaire du Gouvernement, nommé par arrêté du ministre chargé des postes. Il s’assure que la politique générale de La Poste et les orientations du groupe sont définies par le conseil d’administration conformément aux orientations fixées par le Gouvernement.

      Source : article 7 du décret ci-dessus.

      Prétendre qu'une société est une société privée, alors que ses orientations sont fixées par le gouvernement, et qu'elle est contrainte d'employer un commissaire du gouvernement pour s'assurer que ces orientations sont bien suivies, c'est se foutre de la gueule du monde.

      La Poste et ses filiales communiquent au ministre chargé des postes tout projet de cession ou d’apport d’un immeuble leur appartenant, accompagné du projet de convention avec le cessionnaire ou le destinataire de l’apport. Le ministre chargé des postes peut, dans le délai d’un mois à compter de la réception du projet, notifier à La Poste son opposition à l’opération.

      Source : article 8 du décret ci-dessus.

      Prétendre qu'une société est une société privée, alors qu'elle ne peut même pas acheter ou vendre une baraque de jardin sans l'autorisation du gouvernement, c'est se foutre de la gueule du monde.

      Le président du conseil d’administration de la Société est nommé par décret, parmi les administrateurs, sur proposition du conseil d’administration.

      Source : article 14 des statuts de La Poste modifiés le 7 juin 2012.

      Prétendre qu'une société dont le patron est nommé par le gouvernement est une société privée, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.

      Maintenant que nous avons vu que vous ne savez même pas dans quel genre d'entreprise vous travaillez, ni qui est votre patron, voyons ce qui reste de la crédibilité de vos autres affirmations.

      Supprimer
    7. Robert Marchenoir21 avril 2013 à 15:32

      "De plus en plus de ces employés sont des employés sous contrat."

      Evidemment. Et des contrats précaires, en plus. Des CDD qui s'enchaînent les uns après les autres en pulvérisant toutes les limites légales, de nombre et de durée, qui s'imposent aux entreprises normales, c'est-à-dire privées.

      Dans une "société anonyme" dont le président est nommé par le gouvernement, on peut employer une même personne en lui renouvelant son CDD 22 ans durant :

      http://www.liberation.fr/societe/2013/04/01/la-poste-condamnee-pour-22-ans-de-cdd-abusifs_892776

      Jamais une entreprise privée ne pourrait faire une chose pareille. Elle serait lourdement condamnée bien plus tôt. Le "service public", c'est : faites ce que je dis, pas ce que je fais.

      Bien évidemment, il ne serait pas nécessaire, pour La Poste, de recourir à de telles méthodes esclavagistes, si les syndicats, et les Français, en général, n'insistaient pas pour conserver le statut des fonctionnaires qui en fait des poussahs inamovibles. Quand vous avez une "entreprise privée" qui est contrainte d'employer une pléthore de fonctionnaires dotés de l'emploi à vie, bien évidemment, pour que le boulot soit fait, il faut embaucher à côté de vrais travailleurs, qui seront d'autant plus exploités que les fonctionnaires, eux, se la coulent douce.

      Mais, bien sûr, c'est la faute de "l'ultra-libéralisme", des "patrons du CAC 40", des Américains et des Juifs.

      Supprimer
    8. Robert Marchenoir21 avril 2013 à 15:34

      "Pour les vols commis à la Poste, je n'ai jamais écrit qu' il n' y en avait pas et je peux vous assurer que votre phrase "les employés peuvent impunément piller les colis des clients sans être jamais inquiétés -- ou alors exceptionnellement" est une calembredaine."

      Vous seriez plus crédible si vous pouviez m'assurer que les lettres, les lettres recommandées et les paquets que je reçois ne seront pas systématiquement ouverts, en centre de tri, pour voir s'ils ne contiennent pas des objets intéressants à voler.

      Or, vous ne le pouvez pas, car ils le sont. Comme le sont ceux de milliers de destinataires en France, dont les témoignages fleurissent sur Internet.

      Il y a quelque temps, la police s'est vantée d'avoir arrêté l'un de ces voleurs en région parisienne.

      Problème : il volait au moins une fois par semaine, il a mis un an à être arrêté, et il n'a été possible de le coincer qu'en insérant des colis piégés dans le circuit, qui laissaient des traces visibles quand ils étaient ouverts.

      Avec les moyens technologiques dont on dispose aujourd'hui, s'il faut un an d'enquête, plus des colis piégés par la police pour coincer un voleur, c'est forcément qu'il y a une négligence coupable dans la pose de caméras et d'autres dispositifs anti-vol, qu'il y a des complicités étendues et actives jusque dans la hiérarchie, et probablement les deux.

      Un supermarché n'a pas besoin d'un an d'enquête, avec l'assistance de la police, pour démasquer une employée qui pique dans la caisse, ou qui fait des faveurs à des acheteurs complices. La différence ? Le supermarché est une véritable entreprise privée, lui. Ni les fonctionnaires, ni les syndicats, ni le gouvernement n'y font la loi.

      Deux liens au hasard :

      http://m.sfr.fr/home/u/news/s/france/a/urn:pwpid:1337743/article-news.html

      https://sellercentral.amazon.fr/forums/thread.jspa?threadID=20435&tstart=240

      "Le temps où tout était pardonné, est bien terminé s' il a existé un jour mais bon comme vous êtes un haineux génétique, je ne peux rien pour vous."

      Mais oui, bien sûr. S'opposer au vol systématique des colis par les postiers, c'est être "un haineux génétique". On se demande d'ailleurs pourquoi vous fréquentez tant de blogs réactionnaires, qui sont tous "génétiquement haineux", comme vous dites.

      Le vol systématique à la poste est un phénomène récent. Avant, cela n'existait tout simplement pas. Pour protéger votre confortable petite sinécure de fonctionnaire à vie, La Poste a bien dû embaucher des paquets de Noirs et d'Arabes payés au lance-pierre et employés avec des contrats précaires. Comme, de plus, à l'origine, leur honnêteté est quelque peu problématique, il ne faut pas s'étonner du résultat.

      Naturellement, je ne prétends pas que la totalité des vols à La Poste soient imputables aux personnels d'origine étrangère. Votre utilisation de l'insulte "boloss" prouve amplement que quantité de Français de souche (si tant est que vous en soyez un) adoptent les anti-valeurs et les mœurs douteuses des esclaves qu'ils ont fait ou laissé importer, puisqu'il fallait bien que quelqu'un fasse le boulot qu'ils ne voulaient pas faire – tout en étant payés à vie pour le faire.

      Supprimer
    9. Marchenoir, vous êtes vraiment une caricature, je perds mon temps avec un bouffon tel que vous et je savais qu'en vous traitant de bolos, vous réagiriez comme tel un taureau au chiffon rouge du toréador.

      Pour votre information, bolos veut dire Bourgeois Lobotomisé et vous en êtes un exemple parfait.

      Le service public n'existe plus et demain vous irez chercher votre courrier dans de gros bureau postaux, le facteur allant amener son courrier aux personnes vivant dans des hameaux mais vous serez heureux car il n' y aura plus de fonctionnaires fainéants et surpayés, voleurs de retraites qu'ils n'ont pas méritées.

      Quanta vos propos " les mœurs douteuses des esclaves "; je vous laisse à vos délires, vous un pauvre type aigri sans avenir, vous êtes à plaindre.

      Supprimer
    10. Robert Marchenoir22 avril 2013 à 21:44

      Autrement dit, vous avouez que vous êtes un troll. Oui, en général, quand on insulte les gens, ils réagissent, et c'est parfaitement légitime. Belle découverte.

      Bolos ne veut dire bourgeois lobotomisé que dans votre tête, et vous le savez très bien. Bolos veut dire Blanc, Français de souche que se laisse taper dessus par les Noirs et les Arabes. Au demeurant, si le mot bourgeois a encore un sens en France, le bourgeois, c'est vous. La classe bourgeoise qui exploite toute les autres, en France, aujourd'hui, c'est bien la classe fonctionnariale.

      Je constate que vous utilisez ce grotesque truc gauchiste qui consiste à "argumenter" dans un débat en accusant son interlocuteur d'être aigri, ce qui a à peu près autant de sens que si je vous disais, moi, que vous êtes un petit retraité minable qui se venge de sa pension ridicule en passant son temps à insulter les gens sur Internet, au lieu d'avoir la dignité qui convient à son âge.

      Au fait, Grandpas, pas trop humilié d'avoir vu pulvériser de A à Z votre thèse grotesque selon laquelle La Poste serait une entreprise privée ? Voulez-vous encore essayer de nous démontrer que ce serait le cas ? Voulez-vous encore essayer de nous démontrer que les postiers ne sont pas des voleurs et qu'il n'y a aucun problème de pillage de colis à La Poste ?

      S'il y a un bouffon ici, c'est bien vous. Vous adoptez tellement le vocabulaire et les manières de la racaille immigrée que je vais finir par me demander si vous n'en faites pas partie.

      Supprimer
    11. Si la Poste était encore un entreprise de droit public, elle embaucherait des personnes après concours ce qui n'est plus le cas car la majorité des employés de la Poste sont de droit privé.

      Vous ne savez rien de cette entreprise, vous ne faîtes que rechercher vos information sur le net et apparemment vous n'avez que cela à faire..

      Marchenoir, vous êtes vraiment un bolos, pour votre information je suis toujours en activité enfin puisque vous accusez les employés de la Poste d'être tous des voleurs, faites le à visage découvert.

      Vous êtes un haineux aigri et le plus mauvais exemple de défenseur de l' Occident maintenant je ne vais ennuyer Monsieur Goux en vous répondant à vos âneries.

      Allez rester donc votre ignorance.

      Il y a quelques années encore la Poste était une EPIC depuis grâce à l' Europe, la Poste n' a plus monopôle mais j'oubliais que vous êtes un parfait en tout.

      Supprimer
    12. La Poste est une société anonyme depuis 2010 et même si l' Etat est majoritaire, il est de plus en question d'ouvrir le son capital à des actionnaires privés comme je vous l' avais écrit plus haut, L Poste n'est plus une entreprise de droit public donc les fonctionnaires ne sont plus majoritaires comme employés et la notion de service public n' existe plus en espérant pour vous que vous habitez une grande ville.

      Supprimer
    13. Robert Marchenoir25 avril 2013 à 00:37

      Bien sûr que les employés de la Poste sont tous des voleurs, Grandpas. Vous en êtes la preuve. Le fait qu'une seule personne puisse travailler à la Poste, et dire ce que vous dites, prouve que la Poste est une entreprise mafieuse, une entreprise dont les valeurs sont celles des voyous, une entreprise dont tous les employés profitent d'une mentalité et d'un système criminels, quand ils ne l'organisent pas directement.

      Aujourd'hui encore, je viens de recevoir un colis soigneusement ouvert au cutter, afin de voir s'il ne contenait rien d'intéressant à voler. Un de plus.

      Je ne demande pas mieux que de me plaindre à visage découvert. Vous pouvez me donner une adresse ? Un numéro de téléphone ? Un site Web ? Allez-y, rendez-vous utile, pour une fois. Votre "entreprise" est soigneusement organisée pour défendre les voleurs et empêcher toute plainte d'être déposée. C'est votre mafia stato-gauchiste qui refuse d'assumer ses responsabilités à visage découvert, pas moi !

      Le site de Colissimo INTERDIT toute plainte pour vol ou tentative de vol. C'est impossible. La rubrique réclamations comprend une liste limitative d'options, où le vol ne figure pas. J'ai essayé de déposer une réclamation en utilisant l'espace réservé aux annotations. J'ai reçu une réponse me disant que j'avais bien reçu mon colis. Démonstration est faite que personne ne lit ce qu'écrivent les clients.

      J'ai hâte que la Poste soit complètement privatisée, figurez-vous. Les voleurs et les maîtres chanteurs dans votre genre passent leur temps à menacer les Français, en tentant de leur expliquer que si jamais ils continuent à se plaindre du mauvais service de la poste, eh bien ils feront encore plus mal leur travail à l'avenir, car la Poste sera de plus en plus privatisée.

      Eh bien j'ai hâte d'y être. J'ai hâte d'avoir affaire à de vraies entreprises, des entreprises capitalistes, des entreprises privées au service extraordinaire comme Amazon, où les gens respectent le client et devancent ses désirs, au lieu de passer leur temps à le voler, à le menacer et à lui cracher dessus.

      Je peux vous dire que lorsque la poste française sera rachetée par la poste privée hollandaise, par une autre poste privée européenne ou par les Chinois, les gougnafiers dans votre style disparaîtront très vite du paysage.

      Depuis que les Chinois ont racheté le port du Pirée, les grèves ont disparu, les salaires outrageusement élevés aussi, les poils dans la main ont été rasés, l'activité économique repart, des entreprises internationales font transiter leurs marchandises par la Grèce, et l'embauche redémarre.

      Il faudra sans doute en passer par là pour éradiquer des dinosaures socialistes comme vous.

      Supprimer
    14. Marchenoir, afin de ne plus encombrer Monsieur Goux avec notre duo, je vous prose de m'envoyer une adresse mail même poubelle afin que nous puissions nous rencontrer et je peux vous assurer de vus " Faire un conduite de Grenoble" dont vous vous souviendrez.

      Dinosaure socialiste, la haine vous égare, pour vôtre information, la Poste possède des parts dans des entreprise privées européennes ensuite le transport du courrier est confié aussi à des entreprises de transport privées et pour vos plaintes il existe un numéro de téléphone pour les réclamations.

      Maintenant,je vous laisse à votre haine.

      Supprimer
  12. "Considérant que la grève, si elle est un fait pouvant se produire légalement au cours de l'exécution d'un contrat de travail réglé par les dispositions du droit privé, est, au contraire, lorsqu'elle résulte d'un refus de service concerté entre des fonctionnaires, un acte illicite, alors même qu'il ne pourrait être réprimé par l'application de la loi pénale ; que, par son acceptation de l'emploi qui lui a été conféré, le fonctionnaire s'est soumis à toutes les obligations dérivant des nécessités mêmes du service public et a renoncé à toutes facultés incompatibles avec une continuité essentielle à la vie nationale ; qu'en se mettant, en grève les agents préposés au service public, sous quelque dénomination que ce soit, ne commettent pas seulement une faute individuelle, mais qu'ils se placent eux-mêmes, par un acte collectif, en dehors de l'application des lois et règlements édictés dans le but de garantir l'exercice des droits résultant pour chacun d'eux du contrat de droit public qui les lie à l'Administration ; que, dans le cas d'abandon collectif ou concerté du service public, l'Administration est tenue de prendre des mesures d'urgence et de procéder à des remplacements immédiats"

    Conseil d'Etat, Winkell, 7 août 1909.

    RépondreSupprimer
  13. Robert Marchenoir21 avril 2013 à 21:05

    Les Anglais se payent notre fiole à cause de nos fonctionnaires :

    French bus drivers in Marseille are to strike because their new uniform trousers are too tight. The 1,600 workers at the RTM public transport company have announced their plans for a 24-hour walkout in June over the quality, colour and fit of the trousers.

    The colour of their work shirts has also changed from yellow to lavender, but union leaders are angered by the close-fitting bottoms.

    Bernard Gargiolo, leader of the CGT transport union, said: 'We reject the bottom half of this new uniform, which is the same colour as the Gendarmes [French police] wear.

    'The employees don't want to wear a uniform that was chosen unilaterally by the management, without taking into account the views of our clothing committee.'


    http://www.dailymail.co.uk/news/article-2312498/French-bus-drivers-strike-protest-new-uniform-trousers-TIGHT.html#ixzz2R7s0RNEi

    Puisqu'on vous dit que c'est la faute à lébanks et à leulibéralisme.

    Je ne suis pas du genre à vouloir du mal aux gens, mais je suis bien obligé de constater que certains ne comprendront pas avant d'avoir connu la faim, la vraie. Remarquez, il n'est même pas sûr que cela les fasse changer d'avis. Il suffit de voir les thèses d'Aube Dorée en Grèce.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.