mardi 23 avril 2013

Étude en queue de poisson


Les chercheurs sont des gens indispensables ; notamment parce – et par ce – qu'ils parviennent toujours à trouver, apportant ainsi un éclairage neuf sur ce dont l'homme moyen pensait sincèrement avoir déjà fait trois fois le tour.  C'est ainsi que des crânes d'œuf (de saumon, sans doute) américains ont établi que le refus du mariage guignol et la détestation des sushis étaient fortement et étroitement corrélés. Si vous n'aimez pas le thon cru, vous n'apprécierez pas davantage le mariage à plume dans le cul – c'est comme ça, ne cherchez pas à vous singulariser en essayant de dissocier les deux choses. Il reste qu'on n'aimerait pas être dans la peau de deux homosexuels déterminés à passer devant M. le maire et persistant malgré cela à détester les petites bouchées nipponnes : il y aurait là un écartèlement psychologique risquant de conduire tout droit les impétrants aux confins de la démence. Ce qui, du reste, pourrait leur permettre d'échapper aux sushis qu'ils détestent, car, comme chacun le sait, plus on est de fous, moins il y a de riz.

11 commentaires:

  1. Il semblerait que la célèbre expression plus on est de fous, moins il y a de riz est devenue plus on est de trous plus on chie.

    RépondreSupprimer
  2. D'où l'expression "rire jaune".

    RépondreSupprimer
  3. Ils auront des sushis à se faire.

    RépondreSupprimer
  4. Surprenante affirmation. S'il apparait clairement que les lesbiennes apprécient forcément de manger des sashimis sur le sol du coiffeur, il peut en être dit autant de nombreux hétéros mâles mais surement pas des paydays.

    RépondreSupprimer
  5. Merde, je suis Français de Sushi.

    RépondreSupprimer
  6. Robert Marchenoir23 avril 2013 à 15:48

    Il était temps que l'almanach Vermot passe sur le Web.

    RépondreSupprimer
  7. Du coup, je ne vais plus oser dire que je déteste les sushis...
    Geneviève

    RépondreSupprimer
  8. Les deux homosessouels dont vous parlez ne peuvent en fait qu'être des hétérophobes refoulés. Moi j'dis !

    RépondreSupprimer
  9. Il me semble que "nipon" prend deux "P" comme dans "nippon ni mauvais"
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus amusant est que j'ai hésité une bonne minute entre un seul n et deux n ! Et je m'étonnais que le correcteur d'orthographe me souligne le mot dans les deux cas.

      C'est pas beau de vieillir, je vous le dis…

      Supprimer
  10. Des sushis toujours des sushis tout cela finira en queue de poisson.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.