vendredi 25 mars 2011

Ces petits métiers qui disparaissent – ou pas

Ce matin, traversant Neuilly par le quai de Seine qui tapis-roule jusqu'à Levallois, je me suis retrouvé derrière un camion d'entreprise qui avait eu à cœur d'informer ses éventuels suiveurs qu'il était partenaire de façadiers. Vous imaginez ?

« Et sinon, vous faites quoi ? Dans la vie, j'veux dire…

– Je suis partenaire de façadiers, Monsieur !

– Ah ouais, quand même… »

Une minute plus tard, je roulais au train d'un autre camion qui, par voie d'affichette culière, a exigé de savoir ce que, moi, je faisais pour la planète. Je lui ai mentalement adressé un doigt d'honneur et j'ai tourné à droite sans mettre mon clignotant.

10 commentaires:

  1. Jacques Etienne25 mars 2011 à 13:06

    Etant vous même du bâtiment, je m'étonne que la noble profession de partenaire de façadier vous laisse perplexe.

    RépondreSupprimer
  2. Vous tournez de plus en plus à droite.

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas : je ne l'ai même pas fait exprès ! Mais il est vrai que, lorsqu'on est sur le quai, à Neuilly, en direction de Levallois, on est obligé de tourner à droite.

    Jacques Étienne : ça ne devait pas exister quand j'ai débuté.

    RépondreSupprimer
  4. Mis à part le doigt d'honneur, vous pouviez lui signaler que vous, vous faites circuler votre production via internet et non dans de gros bahuts poussifs et polluants. Non mais !

    Barbara

    RépondreSupprimer
  5. J'aime bien quand vous êtes badin comme ça cher Didier.

    RépondreSupprimer
  6. @Didier

    Décidément, sur la route, vous ne prenez aucun risque.

    RépondreSupprimer
  7. "j'ai tourné à droite sans mettre mon clignotant."

    Vous êtes un rebelle, un vrai !

    RépondreSupprimer
  8. Ah, si vous saviez ce que moi, je fais pour la planète !

    ■ j'ai deux voitures, que j'utilise en même temps, pour em...bêter les écolos ;

    ■ j'ai deux maisons, que je surchauffe, pour em...bêter les défenseurs de la planète (c'est-à-dire la Terre) ;

    ■ j'ai deux chats, que je nourris à en crever pour em...bêter les défenseurs des bêtes (non mais !) ;

    ■ j'ai deux députés, à qui je donne des enveloppes (vides) pour qu'ils postillonnent à l'Assemblée, pour em...bêêêter les Verts ;

    ■ j'ai deux ..., mais ça je ne vous le dis pas, dont j'use et abuse, pour em... bêter les tristes sires.

    Voilà, je convie les défenseurs de la Planète à utiliser leur droit de rote.

     

    RépondreSupprimer
  9. Aux USA, quand on suit un camion c'est plutôt "comment trouvez-vous ma conduite?" ou "on embauche". Farpaitement. Enfin, c'était il y a deux ans, maintenant je ne sais plus. J'y retourne bientôt pour vous dire ^^
    SylvieMoorea

    RépondreSupprimer
  10. Façadier, ça sonne quand même délicieusement rétro. Ca fait penser à limonadier.
    Alors voilà, j'imagine le façadier, vêtu d'une blouse de grosse toile et d'un pantalon de velours, en galoches, une caisse à outils en bois accrochée sur l'épaule par une sangle de cuir, déambulant par les rues de la ville. De temps en temps, une ménagère qui le guettait depuis le pas de sa porte l'arrête. Ils conviennent du prix et le façadier commence à officier, il sort une brosse de chiendent pour éliminer le salpêtre, ou un ciseau pour tailler un motif sur le linteau de la porte.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.