lundi 7 mars 2011

L'amusant fabliau des cocus de l'athéisme

Au fond, j'éprouve une espèce de tendresse, fortement teintée d'amusement, pour tous ces athées que la religion rend littéralement amok. Même pas la religion, d'ailleurs, mais simplement les mots qui se rattachent à elle. Vous prenez un garçon qui, dans les circonstances habituelles de l'existence, fait montre de réactions à peu près normales, et vous lui glissez à l'oreille Dieu ou église, ou péché, ou prêtre ou n'importe quel autre vocable courant ressortissant à ce domaine particulier ; aussitôt, vous allez voir sa figure virer au violacé, ses tempes ruisseler d'une sueur aigre, sa bouche se tordre, la bave lui venir aux lèvres, des propos sans suite et d'une insigne bêtise jaillir de sa gorge, etc. : il est devenu fou. Comme ça, d'une seconde sur l'autre, simplement parce que vous avez actionné son ressort secret : la religion. La religion catholique, naturellement. Car, les gens atteints de cette pathologie étant très majoritairement de gauche, il va sans dire qu'ils sont tout mansuétude et indulgence pour l'islam, le bouddhisme, l'hindouisme, etc.

Peut-être faut-il chercher le secret de cette haine toujours prête à se dégueuler elle-même dans la conscience plus ou moins nette que ces amusants personnages ont de leur incurable infériorité par rapport à ces croyants qu'ils espèrent en vain atteindre (aussi en vain que Goudurix frappant sur le crâne du chef dans Astérix et les Normands) et qui se moquent bien de leurs prévisibles éructances. Penser que jamais ils ne pourront démontrer que ce sont eux qui ont raison, se dire que personne ne pourra, chez le catho d'en face, infirmer cette foi qui les fait trépigner de fureur, on comprend bien que cela doit leur être insupportable. Et c'est pourtant ainsi : si Dieu existe, les athées militants auront l'air de cons au moment de leur mort ; et s'il n'existe pas, nul n'en saura rien et personne ne viendra détromper le croyant, qui raflera donc la mise. Pour de petits jeunes gens qui, comme Modernœud, sont habitués à avoir toujours raison simplement parce qu'ils l'ont décrété, il y a là quelque chose de fort douloureux, pour ne pas dire d'inacceptable.

Se retrouver cocu devant l'éternité quand on l'est déjà politiquement avec une si belle régularité, vous avouerez…

78 commentaires:

  1. Un billet très pascalien finalement.

    RépondreSupprimer
  2. La religion c'est l'opium du peuple (avec un petit p, peuple). Na !

    RépondreSupprimer
  3. Et c'est pourtant ainsi : si Dieu existe, les athées militants auront l'air de cons au moment de leur mort

    Je suis devenu athée. Sans doute par facilité. Et aussi par dégout d'une certaine bigoterie. Mais de ma culture chrétienne j'ai retenu que le Dieu que je devais prier chaque jour était un Dieu qui pardonne.
    Je vérifierai bien ça un jour.

    RépondreSupprimer
  4. Moi je m'en fous, je suis agnostique. Ceci dit, le pari de Pascal est quand même très calculateur (normal, dans son cas), donc assez hypocrite. :0)
    Et faut quand même avouer que les religions s'y connaissent bien, question carottes et bâtons.

    RépondreSupprimer
  5. Dieu reconnaîtra les siens, alors ne vous en faites donc pas.
    Si, tout de même, vous pourriez vous inquiéter, le paradis auquel vous avez l'air de postuler sera peut-être rempli de musulmans, tant pis pour vous!

    RépondreSupprimer
  6. Dieu ne me fait ni chaud ni froid.. si il existe tant mieux pour lui, pour vous (et des millions d'autres) et tant pis pour moi :)

    La religion c'est autre chose cher Didier.. La religion c'est quand même affirmer à des enfants que la terre a été créér en 7 jours, il y a 4 000 ans. Que toutes les espèces se sont retrouvées sur l'arche de Noé, et que l'immaculée conception nous a donné Jésus.

    Alors Dieu, oui peut être, pourquoi pas, sûrement, et encore, sait-on jamais, bof. Mais la religion, l'inquisition, la confession... et tout ça?

    Je me suis retrouvé à table avec une jeune évangéliste anglicane (il y en a de plus en plus) qui m'a expliqué que la Bible était à prendre au premier degré et que les Pyrénées ne pouvaient pas avoir été créées il y a 30 millions d'années, parceque c'est Dieu qui les a créées! etc.. Que la science était une théorie.

    Attention quand même non?

    RépondreSupprimer
  7. C'est quoi un athée militant ? Je ne milite en rien pour la non existence de Dieu, je m'en fous...

    RépondreSupprimer
  8. Bien vu. J 'ai longtemps été vexée pour ma part de constater que je ne pourrai jamais avoir le dernier mot pour les raisons que vous évoquez.
    Par contre j 'ai fini par me dire que tout compte fait si les cathos avaient raison ça ne serait pas si désagréable et que bon, ce serait le moment de dire " au temps pour moi".
    j 'en connais qui préféreraient crever... c 'est le cas de le dire.

    RépondreSupprimer
  9. Chouette on a encore eu droit à une pensée profonde de Nicolas…

    RépondreSupprimer
  10. Julie,

    Mémère, ça fait deux billets chez Didier et un chez moi où tu me harcèles. Cela dit, si c'est pour parler de pensée profonde, on voit mal ce que tu aurais à dire sur le sujet.

    RépondreSupprimer
  11. "La religion c'est autre chose cher Didier.. La religion c'est quand même affirmer à des enfants que la terre a été créér en 7 jours, il y a 4 000 ans. Que toutes les espèces se sont retrouvées sur l'arche de Noé, et que l'immaculée conception nous a donné Jésus."

    lg,

    Vous dites n'importe quoi. Toutes les grandes familles chrétiennes enseignent l'Ancien Testament selon une approche allégorique. Il se trouve même des théologiens pour concevoir que Darwin n'est pas incompatible avec la Création. Je n'ai rien contre les athées mais ils font très souvent de la désinformation.

    RépondreSupprimer
  12. Dorham, merci. Lire de telles conneries de si bon matin, c'est dur. Même pas envie de répondre à IG.

    RépondreSupprimer
  13. Chacun est libre d'etre athée, chacun est libre de croire que ses proches (et soi-même)ne sont que du futur engrais écologique (nécrophagie ?) mais encore faut-il laisser aux autres la liberté de rêver ou de croire à autre chose de moins glauque. L'athéisme militant, c'est une église comme une autre, et de l'animalité complaisante.

    RépondreSupprimer
  14. Boutros,

    Oui et non. Les "cathos" (et autres religieux) sont formés. Ils vont ont catéchisme, ... En fait, ils n'ont pas la liberté de croire ou non, puisqu'on leur enseigne la religion.

    Je suis athée. On ne m'a jamais enseigné la non existence de la religion... L'athéisme militant n'existe pas mais on pourrait en discuter. Mais en aucun cas, l'athéisme ne pourrait être comparé à une religion.

    Dans un famille catho, on parle de Dieu aux gamins. On ne m'a jamais parlé de la non existence de Dieu (mais on m'a appris à taper sur les curés, ce qui est autre chose).

    RépondreSupprimer
  15. Didier, j'ai envie de dire que si, parfois on est atteint par l'athéisme virulent, militant, du type d'en face.

    Quand le type est d'une mauvaise foi à toute épreuve, qu'il est incapable de penser autrement le fait religieux que par l'équation Inquisition-caca-croisades. Qu'on a beau lui expliquer tout ce qu'on veut, ça revient toujours à la conclusion suivante : "de toute façon, les cathos sont des dégénérés pédophiles".

    L'insulte, souvent on s'en fout, mais parfois, on n'en peut plus.

    RépondreSupprimer
  16. Catherine,

    Je crois que c'est là que Didier se trompe (légèrement). Malgré tout, ces attaques répétées nous touchent. Elles ne nous font pas véritablement mal, n'infléchissent pas notre Foi mais elles sont quand même lassantes à la longue, comme lorsque l'on se fait piquer plusieurs fois de suite par le même cure-dents.

    Il y en a d'autres dans le même genre. La pire de toutes : celle qui fait dire aux athées que la religion est née d'une peur puérile de la mort. Comme si 1 - la Foi nous immunisait tout à fait contre cette peur ; 2 - le doute nous était inconnu ; 3 - la transcendance n'était qu'un vain mot.

    Bref, c'est très énervant, en plus de toutes les conneries mensongères et malhonnêtes que l'on peut dire sur l'Eglise, le Pape et autres joyeusetés. Bref, le catholique doit avoir le cuir tanné...

    RépondreSupprimer
  17. Je souscris à ce que vient d'écrire Artémise.

    RépondreSupprimer
  18. Nicolas, c'est une belle brochette de bêtise que vous nous offrez là.
    Il y a toute sorte de cathos alors évitez de les mettre tous dans le même sac.
    Il y a notamment un nombre certain d'athées et d'agnostiques en tout genre qui se convertissent à 20, 30, 40 ou 50 ans.
    Il y a aussi ceux qui plaquent leur héritage chrétien arrivé à l'âge adulte.
    Alors épargnez nous le couplet sur l'absence de liberté du catho.
    Vous pouvez nier le caractère religieux de l'athéisme, il reste qu'il repose bien sur une croyance. En outre, là où les religions font preuve d'une certaine humilité quant à leur connaissance de Dieu, l'athéisme ne prend pas ces précautions en affirmant que Dieu est néant, ce qui revient à le définir entièrement.

    RépondreSupprimer
  19. Ddier: Je crois que c'est plutôt cette haine, dans la recherche d'une posture de pseudos rebelle face à une religion qu'il est facile et sans trop de conséquences perçues, de hair. De la rébellion pas cher.

    RépondreSupprimer
  20. Mamaluje,

    Ce n'est pas une brochette de bêtises, nier une vérité ne changera rien.

    Sauf le respect et tout ça, c'est vous qui en sortez une belle de bêtise : comment qualifier de croyance l'absence de croyance ?

    Trop facile de balayer l'argumentation de l'autre en disant que c'est "une bêtise".

    En outre, aucun athée ne dira que "Dieu est néant". Le fait que vous puissiez le penser montre votre total méconnaissance du sujet.

    L'Athée dira que "Dieu n'existe pas" par que "Dieu est néant", ce qui ne veut rien dire, pour un athée.

    J'adore comment les croyants veulent se mettre à la place des athées pour essayer de comprendre. Je n'ai pas, pour ma part, besoin de me mettre à la place des cathos pour tenter de les comprendre.

    Cela dit, continuez à faire des théories sur les 1% des cathos (comme Dorham, par exemple) qui se convertissent à l'âge adulte...

    RépondreSupprimer
  21. Pour rebondir sur les messages de Dorham et Artémise, de dirais que les piques athées ne me font rien (peut être parce que je ne m'en prend pas tant que ça dans la figure, ceci dit).
    Non, en réalité, si je peux parfois me laisser tenter par une confrontation virile (mais verbale) avec l'athée importun, je suis plutôt dans la compassion. Je les aime, comme le Christ nous l'a commandé, c'est bien moins stérile.

    RépondreSupprimer
  22. Mamaluje,

    On a tous nos faiblesses.

    RépondreSupprimer
  23. Attention,mamaluje, un message d'amour, de compassion pour le prochain quel qu'il soit n'est pas bienvenu sur ce site.
    La religion oui, mais la confraternité aveugle, non!

    RépondreSupprimer
  24. Pierre,

    Parfois, vous êtes un peu con. Et je vous le dis sans réelle animosité.

    RépondreSupprimer
  25. Nicolas,

    Je crois que Dieu existe.
    Vous croyez que Dieu n'existe pas.

    L'absence de croyance c'est encore autre chose.

    RépondreSupprimer
  26. "L'Athée dira que "Dieu n'existe pas""

    On en a déjà parlé, Nicolas, mais comme tu ne peux pas savoir que ce que tu dis là est vrai, tu ne peux que le croire.

    Par ailleurs, je précise que le nombre de convertis augmente chaque année. L'avenir de cette Foi est là, à mon sens, car ceux-là élèveront leurs enfants dans la Foi, contrairement à leurs parents.

    RépondreSupprimer
  27. "On a tous nos faiblesses"

    On est d'accord là dessus ;)

    RépondreSupprimer
  28. Dorham,

    Oui on en a déjà parlé.

    Mamaluje,

    Ca ne veut rien dire. Je ne crois pas que Dieu n'existe pas, je m'en fous.

    Personne ne m'a jamais dit que Dieu existe ou Dieu n'existe pas.

    Arrêtez de dire que la "non croyance" est une croyance (toi aussi, Dorham...). C'est absurde.

    RépondreSupprimer
  29. Je ne dis pas que la "non-croyance" est une croyance, je dis que l'athéisme n'est pas une "non croyance". Pas formulé comme tu l'as formulé en tout cas. La croyance est une réponse donnée sans possibilité de vérification. Chacun a ses arguments pour faire valoir ses positions. Par exemple, un croyant s'appuiera sur son expérience de pratiquant, sur ce qu'il vit, notamment à travers les sacrements, le non croyant s'appuiera sur d'autres arguments.

    La seule position qui à mon avis ne relève pas de la croyance, c'est l'agnostisme. Ce n'est pas une mise en cause de la position qui est la tienne, cela me semble seulement indéniable.

    RépondreSupprimer
  30. Nicolas,

    Ne vous emportez pas, c'est vous qui vous êtes revendiqué athée. Ce mot à un sens précis.
    Mais j'ai bien compris désormais que vous étiez jemenfoutiste et non athée.


    Dorham,

    Il me semble, au contraire, que l'agnosticisme est une croyance aussi.
    L'agnostique croit que l'on ne peut rien connaître quant à l'existence ou la non-existence de Dieu. La non-croyance c'est ne même pas croire en cela.

    RépondreSupprimer
  31. Dorham,

    "Non croyance" me parait pourtant une bonne définition de l'athéisme...

    Quant à l'agnosticisme, j'ai souvent considéré ça comme une espèce de posture réservée à quelques intellos (cela dit sans la moindre méchanceté, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit). Il n'existe que par les textes...

    RépondreSupprimer
  32. Bonjour à tous,

    je ne fais qu'intervenir subrepticement, sans préjuger du fond, pour dénoncer un des plus vieux sophismes de la pensée circulaire : sur le plan logique, si je dis "croire en l'existence des licornes roses à poil dru", la charge de la preuve me revient. Quelqu'un me contredisant, je serais bien ridicule de lui rétorquer "mais mon bon monsieur, prouvez-moi qu'elles n'existent pas ! En attendant, vous croyez à leur non-existence". Disons que si nous acceptions la logique de mon argument ici, nous serions pris dans une avalanche de croyances soudaines, toutes plus fantaisistes les unes que les autres, qui consisterait en la longue énumération de toutes les choses, non qui n'existent pas, mais en la non-existence desquelles nous croyons. Ainsi, aucun de nous ici, du moins je présume, ne porte en lui la croyance en la non-existence des mille deux cents dieux du panthéon hindou. Et pourtant, pour un authentique hindou, nous sommes d'incorrigibles incrédules. On peut tourner ceci de la façon suivante : un catholique ne croit pas aux dieux grecs, à Babayaga ni à Zarathoustra. Un authentique athée ne fait qu'en ajouter un à la liste. De même, un Papou croit-il, selon vous, à la non-existence de Dieu ? Ou n'en a-t-il tout simplement pas la moindre idée ?

    (Cela dit, l'athéisme peut parfaitement devenir croyance positive, selon les cas ; seulement, il ne l'est pas "par définition". Par définition, comme le dit Nicolas, il suffit de ne jamais avoir été "informé" de la venue du Christ, ou de Shiva, pour "ne pas y croire". Après, tenir une position ferme face à certains faits, sur la création du cosmos par exemple, peut être une autre histoire, si des faits précis sont envisagés.)

    RépondreSupprimer
  33. "Si, tout de même, vous pourriez vous inquiéter, le paradis auquel vous avez l'air de postuler sera peut-être rempli de musulmans, tant pis pour vous!"
    AAAAhh mais je ne veux pas y aller dans ce cas ! Je leur laisse de bon coeur, leur paradis. Mais pas mon pays.

    RépondreSupprimer
  34. Tcheni,

    Je pense que vous confondez la croyance en Dieu et la Foi.

    ---

    Mamaluje,

    J'ai pris la précaution de ne dire que ce n'était qu'un avis. Ce que vous écrivez se défend très bien. Je pense pourtant que l'agnosticisme est une forme d'abstention sur la question. Une posture comme le dit Nicolas, mais dénuée de sens péjoratif, qui considère qu'il y a là une question sans possibilité de réponse. Je pense que ce n'est pas une croyance en tant que telle mais que cela peut éventuellement déporter la croyance en quelque sorte, sur un autre objet, notamment sur la toute-puissance de la Raison et/ou de la science.

    RépondreSupprimer
  35. Carine, outre les musulmans dans ce paradis, il y aura des communistes, des sans logis, des assistés, des fonctionnaires fainéants, des jeunes à cagoule, etc. je comprends que ça ne vous intéresse guère...
    La religion ce n'est pas ça voyons, c'est ergoter sur l'existence ou la non existence de Dieu, le reste on s'en tape, sans doute.

    RépondreSupprimer
  36. Mamajule,

    Arrêtez donc la fumette et la rhétorique... Vous essayez de définir ce qu'est un athée sans même savoir à quoi ça peut ressembler.

    Si c'est uniquement pour justifier votre croyance, j'espère que Dieu vous accueillera correctement, malgré tout...

    RépondreSupprimer
  37. @Pierre

    Et Robin des Bois alias Henri, il y sera?

    RépondreSupprimer
  38. Pierre croit encore à un paradis sous forme de verts pâturages, avec des ptits vieux en grande robe blanche, sur leur petit nuage individuel.
    XP, laissez-le rêver !

    RépondreSupprimer
  39. D'accord avec Artémise aussi.

    RépondreSupprimer
  40. Il faut aussi arrêter de croire que tous les athées passent leur temps à cracher sur les catholiques et à dire qu'ils sont débiles. La plupart des athées n'en ont strictement rien à foutre que d'autres personnes croient en Dieu.

    Mais oui, il y a peu de personnes plus insupportables qu'un athée essayant de convaincre un croyant de sa connerie.

    RépondreSupprimer
  41. "Mais oui, il y a peu de personnes plus insupportables qu'un athée essayant de convaincre un croyant de sa connerie."

    Un commentaire utile, qui démonte l'assertion précédente. Bravo.

    RépondreSupprimer
  42. Dieu que vous êtes bête.

    Quand je dis "de sa connerie", je parle du point de vue de l'athée insupportable.

    RépondreSupprimer
  43. Dorham me l'a enlevé du clavier.
    Etes-vous sûrs de bien parler de la même chose. Chez l'un, c'est la croyance (crédulité, crédibilité) et chez l'autre il s'agit de foi ( confiance fidélité). C'est important les chaines lexicales, surtout sur le net.
    "Je suis athée, Dieu merci" ?

    RépondreSupprimer
  44. Hé-ho, Guillaume, doucement, on n'a pas élevé les cochons ensemble. La fin du commentaire n'était pas utile, voilà tout.

    RépondreSupprimer
  45. Boutros,

    Ce n'est pas tout à fait cela que je voulais dire. Il y a la croyance en Dieu, c'est une chose, et il y a la Foi religieuse, qui constitue encore autre chose. On peut donc tout à fait penser (et ceci, sans influence) qu'il existe un Dieu sans jamais avoir entendu parler de religion. C'est ce que je voulais dire.

    RépondreSupprimer
  46. Il fallait lire ma première ligne avec la voix de Desproges.

    RépondreSupprimer
  47. Mais non Carine, moi vous le savez bien, c'est le "paradis socialiste" qui m'attire, vous viendrez bien faire un tour avec moi?

    RépondreSupprimer
  48. J'arrive un peu après la bataille je le sens bien, mais tant pis. Je voulais juste rebondir sur l'argument du pari, emprunté à Pascal. Cet argument prouve sans conteste qu'il est plus rationnel de croire en Dieu (rien à perdre et tout à gagner). Mais ce n'est que la moitié du chemin. La question en effet n'est pas seulement de croire en Dieu mais de savoir en quel Dieu l'on croit. Pascal avance bien sûr cet argument en faveur du Dieu chrétien mais, comme l'on très vite fait remarquer un certain nombre de ses lecteurs, il prouve également en faveur de tous les Dieux. Il faut croire en Dieu, soit, mais lequel? car le Dieu des chrétiens n'est pas tout à fait le même que celui des juifs ou des musulmans, sans même parler des différents polythéisme. Les différents Dieux n'ont pas les mêmes caractéristiques et n'exigent pas les mêmes choses de nous. Or c'est cela qu'il importe de savoir. L'argument du pari est purement formel, le Dieu de la Bible n'en découle pas.
    Je précise immédiatement que cela n'ôte rien à la foi chrétienne et que cela n'ajoute rien non plus à l'athéisme, qui affirme plus qu'il ne peut prouver.

    RépondreSupprimer
  49. Allons bon ! L'argument le plus bête et le plus vieux du monde : l'athée ne peut rien prouver.

    Je ne voulais pas entrer dans ce débat mais Aristide, tout fier de connaitre le pari de Pascal alors qu'il n'y a peut-être pas de tiercé cette après-midi me force.

    Si je vous dis "plllefs;md,j" veut dire "jeune fraise des bois délicatement cueillie dans la rosée matinale" en portugais, vous aurez tendance à me dire : heu, prouvez le du con.

    Si je réponds, à non, c'est à vous de me prouver la non existence de "plllefs;md,j" dans la langue Portugaise, vous me prendrez pour un con assez peu objectif.

    Alors ne me demandez pas de prouver la non existence de Dieu, ça revient au même.

    RépondreSupprimer
  50. "Et c'est pourtant ainsi : si Dieu existe, les athées militants auront l'air de cons au moment de leur mort ; et s'il n'existe pas, nul n'en saura rien et personne ne viendra détromper le croyant, qui raflera donc la mise. "

    Mais mon voyons. S'il existe, pour les athées se sera une bonne surprise. Et s'il n'existe pas, les croyants en seront pour leurs frais (mais ils ont d'avance toute ma sympathie quand meme, et meme ma compassion en guise de viatique).

    Vous voyez bien: c'est très égalitaire.

    RépondreSupprimer
  51. Nicolas, je ne me souviens pas de m’être adressé à vous. Pourtant vous m’interpellez avec mauvaise humeur. Soit, c’est votre droit. Mais je ne m’explique pas cette agressivité : si vous êtes persuadé d’avoir raison et que j’ai tort vous devriez plutôt me plaindre et m’expliquer patiemment pourquoi j’ai tort. Quelqu’un qui sait ce qu’il dit et qui a de bons arguments n’a pas à hausser la voix. Moi, par exemple, je suis bien persuadé que votre position ne tient pas la route et pourtant je ne m’énerve pas contre vous. Faites attention, vous allez finir par donner raison à Didier au sujet de ces athées qui deviennent fou dès qu’on leur parle de religion.
    Quant à votre argument au sujet de la langue portugaise...je suis sûr que vous pouvez comprendre qu’il est des questions qui sont plus importantes que d’autres. Que la question de savoir si tel mot existe en portugais est dénuée d’importance et que par conséquent vous pouvez la laisser en suspens. Mais que la question de l’existence de Dieu engage toute votre vie et par conséquent qu’il est impossible de ne pas y répondre. Il n’est possible de dire « je m’en fous » que si l’on est persuadé au fond de soi que Dieu n’existe pas. Mais puisqu’il est impossible de prouver que Dieu n’existe pas cela revient à un acte de foi.
    Si vous aviez lu Pascal vous sauriez cela, mais il est probable que, comme la plupart des athées, vous ne pouvez même pas imaginer que la religion chrétienne n’est pas seulement une affaire de foi mais qu’il y a réellement des choses à connaitre avant de pouvoir se prononcer. S’il n’y a pas de tiercé cet après-midi, peut-être pourriez-vous vous renseigner un peu. Cela rendrait sûrement vos prochains messages plus pertinents.

    RépondreSupprimer
  52. Pierre:
    mais oui, attendez-moi, j'arrive !

    RépondreSupprimer
  53. Il y a ici plusieurs personnes qui n'ont, manifestement pas idée de ce qu'est la foi chrétienne. Et pour cause, si l'on a pas soi même la foi ou pris le temps de discuter avec quelqu'un qui l'a, il est naturel de ne rien n'y comprendre.

    Je note que la foi en Jésus Christ a été successivement renvoyé dos à dos avec la croyance en des licornes roses et dans le fait que "qfkjsqflk9" a une signification en Portugais.
    Pour nous prouver la pertinence de vos rapprochements, messieurs, je vous propose d'essayer de convertir, autour de vous, au culte de la licorne rose. Nous verrons dans 1500 ans si le monde a entièrement changé de visage grâce à vos efforts. Et, dans deux millénaires, nous saurons si autant d'énergie est dépensée pour démonter votre religion qu'il n'en a été et n'en est toujours pour réduire la foi chrétienne en miettes.

    RépondreSupprimer
  54. "Il n’est possible de dire « je m’en fous » que si l’on est persuadé au fond de soi que Dieu n’existe pas."

    Pas du tout. Il n'existe aucun moyen de répondre à la question. Aucun. Alors, c'est inutile de se broyer les boyaux de la tête pour trouver une réponse "avant de pouvoir se prononcer" ou d'agir.

    Ou bien Dieu existe, et ce sera une bonne (?) surprise (rien ne peut exclure que ce soit un paranoïaque sadique), ou bien il n'existe pas et ça n'a aucune importance puisque nous n'existerons plus.

    C'est la position de l'agnostique : je ne sais pas, et comme je ne peux pas savoir, je laisse tomber. La vie, c'est ici et maintenant.

    Et j'ai eu une éducation très chrétienne, très catho. Et j'ai cru croire, un temps. Et je m'en fous. Et je suis de la droite nauséabonde et hétérosexuelle.

    Le pari de Pascal est un calcul de boutiquier. Se priver de vivre, toute sa vie, dans l'espoir du bingo dans l'au-delà. Grotesque.

    RépondreSupprimer
  55. Bonjour mamaluje,

    dans les deux cas, il s'agissait de mettre en évidence une logique et plus précisément, le ridicule d'une position logique consistant à faire peser le poids de la preuve sur l'incrédule dans les questions d'existence, en aucun cas de mettre les choses "dos à dos" (il ne suffit pas de parler de deux choses différentes dans un même pargraphe pur les mettre dos à dos : c'est ici le concept de preuve de non-existence qui m'intéressait, pas son objet, ce pour quoi j'ai pris un exemple fictif). Par ailleurs, Jésus lui-même considéra qu'il n'était pas inutile de fournir des preuves à qui en demandait. Aurait-il un instant songé laisser Didyme prouver qu'Il n'était pas ressuscité ?

    Cela n'épuise pas le problème, je vous l'accorde, mais il existe bien d'autres arguments à disposition du croyant, si argument il fallait, pour qu'il n'ait pas à recourir à un sophisme aussi bas dans la gamme pourtant riche des artifices de discours.

    Par ailleurs, je vous remercierais de ne pas préjuger de ma foi. Après tout, vous n'avez pas de preuve de sa non-existence, n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer
  56. "Par ailleurs, Jésus lui-même considéra qu'il n'était pas inutile de fournir des preuves à qui en demandait."

    ...

    Tout en insistant sur le fait qu'il est bien plus louable de n'en pas demander.

    RépondreSupprimer
  57. "Tout en insistant sur le fait qu'il est bien plus louable de n'en pas demander."

    ... et en n'ayant jamais eu l'idée grotesque que de ne pas croire était un acte de foi, à mettre sur le même plan que la Foi.

    RépondreSupprimer
  58. tcheni flaubertien8 mars 2011 16:45

    benj, c'est moi.

    RépondreSupprimer
  59. Qui a dit que ne pas croire était un acte de foi ? Certainement pas moi. Pour ma part, j'ai précisément dit que l'athéisme n'était pas une non croyance. Et je ne mets aucunement la simple croyance (quelle qu'elle soit) et la foi sur le même plan. Donc, cela ne s'adresse pas à moi, je suppose.

    RépondreSupprimer
  60. tcheni,

    Je pense avoir compris ce que vous avez voulu dire en évoquant la licorne rose. Mais je ne suis pas d'accord avec vous.
    Pour ma part si quelqu'un qui croit aux licornes roses me soutient qu'en n'y croyant pas je suis aussi un croyant, je l'admettrais volontiers. La question de leur existence n'a aucune espèce d'importance.
    Vous dites que c'est la porte ouverte à toutes sortes de croyance farfelue. Vous avez raison et je les attends de pied ferme, mais je ne les vois pas venir. En fait, ça intéresse très peu de gens de faire le malin en prétendant croire aux Tortues Ninjas tout en ajoutant qu'il n'y a pas de preuve de leur non-existence.

    En outre, contrairement à ce que vous semblez penser, personne, ici, n'a demandé aux athées de prouver la non-existence de Dieu, puisqu'il leur a été précisément rétorqué que cette preuve n'existe pas (et que ce sont donc des croyants).

    RépondreSupprimer
  61. Mamaluje,

    Il faut quand même rappeler que la Foi ne se base pas sur rien. Les croyants ont des raisons particulières et collectives de croire en Dieu, dont certaines ont presque valeur de preuves à leurs yeux. Il ne faut pas avoir honte de dire par exemple qu'il se passe quelque chose lorsque l'on reçoit un sacrement. C'est impossible à expliquer à quelqu'un qui ne les reçoit pas mais cela a une authentique valeur. D'une certaine manière, je me considère moins loin de la possibilité d'une certitude qu'un athée.

    RépondreSupprimer
  62. "La religion catholique"

    La religion, c'est le christianisme ou l'Eglise catholique ?

    Anonyme de Valladolid.

    RépondreSupprimer
  63. Aristide,

    vous ne vous adressiez en effet à personne mais si vous refusez les réponses, il faut arrêter de fréquenter les blogs...

    Par contre, votre deuxième commentaire s'adresse à moi, je vais répondre à deux points.

    "la question de l’existence de Dieu engage toute votre vie"

    C'est ridicule. Cette question ne m'engage pas puisque je ne me la pose pas. Si vous vous la posez, très bien, ça fait un élément de réponse.

    "il est probable que, comme la plupart des athées, vous ne pouvez même pas imaginer que la religion chrétienne n’est pas seulement une affaire de foi mais qu’il y a réellement des choses à connaitre avant de pouvoir se prononcer."

    D'accord ! Sauf que c'est du fascisme : ça m'oblige à connaitre une religion pour discuter de l'existence de Dieu ? Or comment me forcer à connaitre quelque chose dont je nie l'existence ? Pourquoi aurais-je besoin d'étudier (de "connaitre") pour ne pas croire ? Est-ce que je demande aux non musulmans de connaitre tous les textes avant de se prononcer contre le port de la burqa ?

    Surtout, alors que nous parlons de croyance, pourquoi me sortir maintenant que la religion (on parlait croyance...) ne se limite pas à la foi ?

    Enfin, raconter n'importe quoi et prétendre que c'est l'autre qui s'énerve est une vieille tactique, mais j'ai quelques années d'expériences de tenue de blog...

    RépondreSupprimer
  64. À tous : désolé de ma non participation, mais j'étais pris ailleurs. Dans un scanner, pour être précis…

    RépondreSupprimer
  65. @ Nicolas
    Vos arguments se tiennent, et ceux des autres aussi sinon il n'y aurait pas débat.
    Mais vous n'en avez pas un peu marre de mettre le mot fascisme à toutes les sauces dès que quelqu'un fait mine de lever un sourcil. Les mots ont un sens, non ?

    RépondreSupprimer
  66. Dorham,

    Je suis bien d'accord que la foi ne repose pas sur rien, au contraire. Mais comme vous le rappelez dans votre commentaire au sujet des sacrements, "c'est impossible à expliquer à quelqu'un qui ne les reçoit pas".

    RépondreSupprimer
  67. Pareil que Jacques Étienne : je lis tout mais je ferme ma gueule.

    RépondreSupprimer
  68. Boutros,

    Ca n'est qu'un mot. On m'oblige à des lectures avant de réfléchir. Je préfère les cocos, ils nous mettent directement en camp de rééducation.

    RépondreSupprimer
  69. "L’idée que l’ordre et la précision de l’univers, dans ses aspects innombrables, seraient le résultat d’un hasard aveugle, est aussi crédible que si, après l’explosion d’une imprimerie, tous les caractères retombaient à terre dans l’ordre d’un dictionnaire "

    Albert Einstein.

    RépondreSupprimer
  70. Dans un scanner, pour être précis…

    Oui ben ne vous dépêcher pas trop de vous rapprocher de Dieu tout de même: il a tout son temps le bougre.

    RépondreSupprimer
  71. Nicolas, pardonnez moi. J'avais oublié que l'en-tête de votre blog fait l'éloge de l'ignorance. Et moi qui essayais d'échanger des arguments avec vous, mais où avais-je la tête? Rassurez-vous ça n'arrivera plus.

    RépondreSupprimer
  72. Ne nous dites pas que vous avez eu un near death experience pendant votre scanner !;)
    j 'espère que tout va bien en tout cas.

    RépondreSupprimer
  73. J'aime les imbéciles qui décrètent leur supériorité.

    RépondreSupprimer
  74. Anonyme : Certes, mais Einstein n'admettait pas l'aléatoire, qui l'empêchait de réconcilier quantique et cantiques, justement.

    (Désolée, pas pu m'empêcher.)

    RépondreSupprimer
  75. Athées, croyants, croyants athées. Sommes nous égaux devant le marché ? Quelle est sa préférence ?

    RépondreSupprimer
  76. Fredi Maque & dxdiag : tout baigne, merci !

    RépondreSupprimer
  77. Il faudrait cesser d'employer le mot "Dieu" à tort et à travers, comme si l'on savait précisément de quoi l'on parle...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.