mercredi 23 mars 2011

Le Conseil d'État donne un p'tit coup d'pouce à Marine Le Pen


Trouvant probablement que le Front national n'est pas encore au top du top et qu'il devrait pouvoir faire mieux dimanche, le Conseil d'État a décidé de lui venir en aide entre les deux tours. En prescrivant que, désormais, les immigrés clandestins en passe d'être expulsés en soient avertis une semaine à l'avance, pour leur permettre de rentrer sagement chez eux par leurs propres moyens, et en refermant soigneusement la porte derrière eux. C'est expliqué très clairement ici.

Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi on devrait limiter cette mesure aux seuls clandestins. Il est d'une timidité, ce Conseil ! Et discriminant avec ça ! Ç'aurait pourtant de la gueule d'entendre un juge déclarer en plein tribunal : « Monsieur Machin, vous êtes condamné à vingt-huit ans de prison pour le viol, le meurtre et le dépeçage suivant les pointillés de Ginette Lacaze, votre voisine de palier. Par conséquent vous disposerez, à compter de ce jour, de trois semaines pour vous présenter à la centrale de Saint-Modernœud-le-Haut, dans le but de vous y faire incarcérer. N'hésitez pas à sonner plusieurs fois, le gardien est un peu dur d'oreille. »

46 commentaires:

  1. Si vous voyez les expulsions comme une condamnation pour une faute et plus comme la conséquence du fait d'être illégalement dans le territoire...

    RépondreSupprimer
  2. (cela dit, on est d'accord que la mesure permettra surtout aux clandestins de se cacher un peu mieux)

    RépondreSupprimer
  3. Mais vous rigolez, Didier... C'est exactement comme ça que ça se passe, pour la prison.

    Vous n'avez pas remarqué, dans les chroniques judiciaires, qu'il est parfois question d'un "mandat de dépôt à l'audience" ? Et que, lorsque le tribunal prend cette décision, c'est interprété par le journaliste comme une sévérité toute particulière ?

    Eh bien, quand il n'y a pas de "mandat de dépôt à l'audience", ça veut dire que le condamné à de la prison ferme repart... libre.

    En attendant que le jugement devienne "exécutoire". Et que le condamné veuille bien se faire enfermer.

    Ce qui n'arrive qu'une fois sur deux. La moitié des peines de prison ferme ne sont pas exécutées.

    D'autre part, une loi récente a entériné cette situation en stipulant qu'en pratique, les peines de moins de deux ans de prison ferme sont... du théâtre. Le juges d'application des peines repasse derrière et les transforme en bracelet électronique, ou un autre truc tout aussi virtuel.

    Vous imaginez donc le nombre de gens condamnés à deux ans de prison "ferme" qui sont officiellement libres. Pour être condamné à deux ans de prison ferme, en France, il faut vraiment avoir fait quelque chose de très sérieux...

    L'impunité des délinquants est tout à fait réelle.

    RépondreSupprimer
  4. "Si vous voyez les expulsions comme une condamnation pour une faute et plus comme la conséquence du fait d'être illégalement dans le territoire..." (Nicolas)

    Bah oui. Violer la loi, c'est une faute qui mérite condamnation. C'est la base de tout droit et de toute vie en société.

    Jadis, même l'idiot du village analphabète le savait.

    Mais les gauchistes ont tellement cru à leur propre propagande que cela ne les gêne plus de revendiquer en public leur totale immoralité.

    Tout en donnant des leçons de morale à la terre entière, bien entendu...

    RépondreSupprimer
  5. Robert,

    Votre QI d'huitre me fatigue d'autant que vous passez votre temps à donner des leçons aux autres en leur reprochant de donner des leçons.

    Vous venez encore de le faire.

    Prenons votre premier commentaire, puisque vous critiquez les "gauchistes" : c'était dans le projet des socialos de 2007 de doubler le budget de la justice parce que, justement, la plupart des peines ne sont pas purgées faute de moyen...

    Vous avez probablement soutenu les propos de l'actuel chef de l'état et cru en ses déclarations. Mais seuls les socialos avaient un budget chiffré.

    En outre, violer la loi est une faute qui mérite condamnation. Certes. Mais l'expulsion n'est pas une condamnation ordonnée par la justice.

    Alors continuez à donner des leçons de morale... Ca vous occupe.

    RépondreSupprimer
  6. Nicolas : je ne comprends pas bien votre premier commentaire.

    R. Marchenoir : je dois être encore un peu trop naïf, donc.

    RépondreSupprimer
  7. Didier,

    Il ne sont pas expulsés par une condamnation de justice, devant un tribunal, mais juste foutu dehors parce qu'il n'ont rien à y faire. Un peu comme vous virez le chat du voisin qui rentre dans votre jardin et excite les chiens. Ils ne "purgent" pas une peine...

    Ainsi, je comprends la décision du Conseil d'Etat (vous ne vous jetez pas sur le chat pour le balancer derrière la clôture, vous lui faites comprendre en courant de manière ridicule derrière lui qu'il n'est pas le bienvenu ici... Pire même : vous lui parlez...), même si elle a le côté loufoque que vous signalez...

    RépondreSupprimer
  8. Ah, d'accord. Enfin, d'accord, non, du reste ! Pourquoi n'y a-t-il pas condamnation ? Si je pénètre par effraction chez mon voisin, il y en aura bien une, non ?

    RépondreSupprimer
  9. Marchenoir,

    Interro écrite : La loi doit-elle être morale ?

    RépondreSupprimer
  10. Didier,

    La condamnation du mec qui rentre chez vous ne se résume pas à son expulsion de chez vous. Le gugusse sera arrêté par nos valeureuses forces de l'ordre puis jugé et condamné.

    Comment voulez-vous que la justice française puisse juger un type qui a été expulsé du territoire ?

    (cela dit, on ne fait que papoter, le but de loi est d'expulser les gugusses dont la présence n'est pas légale, pas de les condamner, ce qui serait d'ailleurs assez cocasse puisqu'ils seraient condamnés alors qu'ils n'ont pas d'existence légale, sur la base de textes qu'on n'est pas censés leurs "appliquer" (puisqu'on ne considère pas que la présence sur le territoire est légitime...).

    RépondreSupprimer
  11. ça y est je comprends, merci Nicolas.

    RépondreSupprimer
  12. Pour une fois, Didier, c'est vous qui parlez comme Modernoeud. Le Conseil d'Etat ne fait qu'appliquer le droit et il ne peut pas faire autre chose. Le problème, c'est que les règles de droit (directives européennes, convention des droits de l'homme et lois françaises) sont faites pour assurer le succès de Marrine Le Pen. Ce sont les lois qu'il faudrait changer, le système européen qu'il faudrait revoir de fond en comble et les conventions protectrices des droits de l'homme qu'il faudrait dénoncer. Mais tant qu'on ne l'a pas fait, on peut difficilement reprocher au Conseil d'Etat de faire son travail.

    RépondreSupprimer
  13. Vous êtes un connard inconséquent, Nicolas.

    Je n'ai jamais entendu un gauchiste réclamer un "grand plan Marshall" pour construire massivement des prisons au lieu de logements "sociaux" -- ce qu'il faudrait pourtant faire.

    Je n'ai jamais entendu un gauchiste réclamer qu'on diminue le budget de la "culture" pour augmenter celui de la justice -- ce qu'il faudrait pourtant faire.

    Je n'ai jamais entendu un gauchiste réclamer qu'on licencie en masse des fonctionnaires qui ne branlent rien afin de trouver l'argent nécessaire pour doubler ou tripler le nombre de prisons en France -- ce qu'il faudrait pourtant faire.

    Je n'ai jamais entendu un gauchiste réclamer l'arrêt de l'immigration et l'expulsion des clandestins -- ce qui économiserait, déjà, une partie significative du budget de la police et de la justice consacré à courir après les immigrés qui s'illustrent de façon parfaitement disproportionnée dans la délinquance.

    Oui, parce que j'ai oublié de vous dire, l'argent ne pousse pas sur un arbre planté dans la cour de l'Elysée.

    L'argent dépensé pour construire des prisons, il faut bien le prendre quelque part ; donc dépenser moins ailleurs.

    Mais le programme des socialauds en 2007 se gardait bien de nous dire où il allait le prendre, cet argent, pour "le budget de la justice"...

    Quant aux leçons de morale, bien sûr que je vous en donne. Parce que vous les méritez. Parce que vous êtes un malhonnête.

    Comme tout bon gauchiste, vous passez votre temps à donner des leçons de morale à la terre entière, tout en prétendant vous mettre à l'abri de vos édits. Ce qui est bon pour les autres n'est pas bon pour vous.

    Dès lors que l'on commet le crimepensée de porter la contradiction à la religion Degauche, vous insultez, vous tentez de censurer ; vous l'avouez vous-même.

    Je vous prends sur le fait. Je dévoile votre bluff. Et ce n'est pas bien difficile. Le roi est nu, et seule l'intimidation constante de la gauche interdisait de le dire jusqu'à présent. Mais c'est en train de changer. Les peuples européens se réveillent, et basculent à droite.

    Il est du plus haut comique de vous voir vous étrangler, vous agiter désespérément parce que l'on ose retourner contre vous l'arme de la morale, celle que vous et les vôtres n'avez cessé de brandir contre la vérité, le bon sens et la justice depuis un demi-siècle.

    Car la justice n'est pas seulement une question de "budget", comme le croient les gauchistes qui n'aiment pas les riches mais vénèrent l'argent, sous le nom de "moyens".

    L'argent des autres, bien entendu. L'argent confisqué par l'Etat, sous forme d'impôts.

    Vous autres gauchistes passez votre temps à vous prétendre moralement supérieurs à autrui. Il n'est que temps que l'on vous applique vos propres critères à vous-mêmes.

    Prenez-en l'habitude ; cela ne fait que commencer.

    RépondreSupprimer
  14. Fidel,

    Si je peux rendre service.

    Bob,

    Prenez votre Lexomyl, ça ira mieux.

    Je ne sais pas, par contre, si c'est efficace contre la haine du fonctionnaire.

    Préparation H serait sans doute plus adapté.

    RépondreSupprimer
  15. Finalement, cette haine de l'autre est assez amusante et facilement compréhensible chez un gugusse d'extrême droite.

    RépondreSupprimer
  16. L'intersidérale et sidérante bouillie que voilà... Qui est Robert Marchenoir. Bob Dole ?

    RépondreSupprimer
  17. Te moque pas. C'est avec nos impôts qu'il va falloir le soigner.

    RépondreSupprimer
  18. "Car la justice n'est pas seulement une question de "budget", comme le croient les gauchistes qui n'aiment pas les riches mais vénèrent l'argent, sous le nom de "moyens".

    L'argent des autres, bien entendu. L'argent confisqué par l'Etat, sous forme d'impôts."

    Ah ça, j'aime. Non, j'adore. Des mecs qui disent ça, j'en connais des pelletées. Au premier pépin, ils sont aussi les premiers à pleurnicher et à quémander de l'aide, à dire que tout cela est trop injuste.

    Marchenoir, vous n'avez rien compris et ne comprendrez jamais rien. Comme vos compères, vous ne savez pas ce qu'est la Morale et en quoi elle constitue la seule chose digne d'intérêt. La Morale, c'est l'exigence, et vous n'en avez aucune : même pas envers vous-même.

    RépondreSupprimer
  19. "Te moque pas. C'est avec nos impôts qu'il va falloir le soigner."

    Nos commentaires se sont croisés. On pense la même chose.

    RépondreSupprimer
  20. (et oui, j'ai mis une majuscule à "morale" au cas où vous seriez à nouveau - comme toujours - tenté de confondre morale et moralisme)

    RépondreSupprimer
  21. Dorham... il n'y a que les anglais qui peuvent vous qualifier... self-righteous pomposity...

    "vous ne savez pas ce qu'est la Morale et en quoi elle constitue la seule chose digne d'intérêt."

    sombre crétin...

    RépondreSupprimer
  22. Pardon, puisque vous croyez donner un sens à vos déjections en leur mettant des majuscules, j'en fais autant.

    Sombre Crétin.

    Continuez, Marchenoir... Pilonnez...

    RépondreSupprimer
  23. NV,

    Vous êtes le gars qui écrit 10 mots tout en étant persuadé qu'ils signifient la même chose. Vous n'êtes même pas mon orteil, NV. Allez donc jardiner, il fait beau.

    RépondreSupprimer
  24. Mieux vaudrait pour cet homme qu'il ne soit pas né...

    RépondreSupprimer
  25. Quant au pilonnage de Marchenoir, enfin, nous en rions encore. Son pilonnage est vieux de 40 ans. Des obus rouillés rebondissent sur les toits sans exploser. Des agents d'assurance montaient des associations vantant la même idéologie il y a près de 30 ans. Aujourd'hui, ils pleurent et ont fait un procès aux présidents de leurs associations. Heureusement qu'il y a des lois, sinon, ils les auraient sans doute lynchés. Les effets de cette parodie de pensée vous reviennent toujours inéluctablement en pleine gueule.

    Ce n'est pas encore Dresde, en somme.

    RépondreSupprimer
  26. Nicolas,

    C'est ce que je voulais dire mais je vais m'en tenir là parce que je crois savoir que les successions de commentaires où l'on s'insulte à qui mieux-mieux ont un petit coté lassant.

    RépondreSupprimer
  27. Dorham,

    Oui, mais quand on a rien à faire au bureau (même que je ne suis pas fonctionnaire, nananère), ça occupe.

    RépondreSupprimer
  28. Pour une fois nous sommes d'accord, mais avec un type comme vous, on voit difficilement quoi faire d'autre.

    RépondreSupprimer
  29. @Robert Marchenoir, dans votre long commentaire( 13h38), si vous remplacez:
    "Je n'ai jamais entendu un gauchiste" par
    "J'ai souvent entendu un droitiste" cela a le mérite de vérifier que depuis 2002, c'est la droite qui est au pouvoir.
    La droite est comme un crocodile, une grande gueule, des petits bras et la peau dure, et comme elle bouge beaucoup et surtout ne regarde pas devant, mais derrière, difficile de tirer entre les 2 yeux.

    RépondreSupprimer
  30. Moi je propos l'envoi d'une force internationale sous le commandement de Didier Goux pour mettre un terme rapido au conflit qui oppose Bob, Dorham et Nicolas.
    Les 2 derniers , je les aime bien, il faut donc les préserver.

    RépondreSupprimer
  31. Désolé, les gens, mais Liz Taylor vient de mourir et j'ai huit pages de Fd à “repiquer”. Donc, continuez l'entre-étripage sans moi.

    RépondreSupprimer
  32. Un suicide après avoir lu un commentaire de Bob ?

    RépondreSupprimer
  33. La pauvre femme ne devait connaître ni Dorham, ni Marchenoir, ni XP ni vous, puisque, d'après son agent, elle est morte PAISIBLEMENT

    RépondreSupprimer
  34. Robert Bidule :
    "L'argent dépensé pour construire des prisons, il faut bien le prendre quelque part ; donc dépenser moins ailleurs."

    Voyons voir :
    Les 5 milliards d'aide à la proporiété dont l'effet est mathématiquement nul ?

    Les 4milliards de défiscalisation des heures supp, qui financent massivement le chomage ?
    Ou encore les 5,5 milliards distribués chaque année aux 3% de français les plus riches, milliards qui ne participent pas à l'économie puisqu'ils sont systématiquement épargnés ?

    Ou alors, peut-être, les 3milliards perdus tous les ans avec la baisse de la TVA sur la restauration, qui n'a crée aucun emploi et à fait à peine baisser les prix ?

    Ce ne sont que quelques exemples d'endroits où on pourrait trouver des moyens, ou de l'argent, si vous préférez...

    RépondreSupprimer
  35. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  36. NV,

    Vous êtes marrant à la fin. Comme un gosse, quoi. Pour que les choses soient bien claires, j'éprouve à votre égard un mépris similaire, à la différence près que j'ai sans aucun doute de meilleures justificactions que vous.

    La différence entre vous et moi, toutefois, entre autres, c'est que je ne m'adresse jamais à vous sauf s'il me faut répondre à une de vos attaques puériles, parce que je sais pertinemment qu'il n'en peut rien ressortir et que vous ne m'intéressez pas vraiment. A l'inverse, vous ne manquez pas une occasion de faire référence à moi, y compris à la suite de billets à propos desquels je ne suis même pas intervenu. Dans ce dernier cas, je ne prends bien sûr pas la peine de répondre. Cela me passe 4 bornes au-dessus de la tête.

    Vous avez peut-être besoin d'attention mais je ne suis pas assistante sociale, voyez-vous...

    RépondreSupprimer
  37. "La pauvre femme ne devait connaître ni Dorham, ni Marchenoir, ni XP ni vous, puisque, d'après son agent, elle est morte PAISIBLEMENT…"

    Très drôle. (sincèrement hein, c'est pour ne pas écrire "lol")

    RépondreSupprimer
  38. ce rital est vraiment à vomir...

    RépondreSupprimer
  39. Benjii,

    La TVA dans la restauration comme ailleurs est impôt sur la consommation. Sa baisse est toujours juste.

    RépondreSupprimer
  40. Nicolas :

    Certes, mais avec un petit bémol. La restauration était une part du revenu des ménages qui tend justement à augmenter avec le revenu. Quitte à baisser la TVA sur un produit de consommation, autant le faire sur un produit qui pèse lourd sur les petits budgets.

    De plus, n'ayant presque pas amené à une baisse des prix, disons qu'elle n'était pas prioritaire par rapport à l'attribution de moyens à la justice. C'est là où je voulais en venir, puisque de toute façon, il est hors de question de revenir dessus (les restaurateurs en profiteraient pour augmenter leurs prix, et tous, cette fois-ci).

    RépondreSupprimer
  41. Benjii,

    Elle était aussi prioritaire que tout mais nous sommes hors sujet par rapport au billet de Didier (la part des cartes bancaires et des chèques restaurants dans les recettes des restaurants augmentant et arrivant maintenant à 85% des recettes, les restaurateurs sont obligés de déclarer environ 95% de leur chiffre d'affaire, ce qui fait qu'ils payent plus de TVA et d'impôts qu'avant... Par ailleurs, ils ont de moins en moins de revenus "au noir" et arrive de moins en moins à dégager des liquidités pour payer des compléments de salaires - payer une partie des salaires au noir, c'est mal, je sais, mais c'est une réalité économique...).

    RépondreSupprimer
  42. Oui, cessons de faire du hors sujet.
    (J'ignorais pour les chèques et les cartes bancaires. La prochaine fois, je paierai par espèce ^^
    Je n'ai strictement rien contre le travail au black dans l'état actuel de la fiscalité française.
    Et aussi, c'est gonflé de me dire qu'on est hors sujet, pour ensuite faire une parenthèse longue comme deux fois mon bras pour continuer à faire du hors sujet)

    RépondreSupprimer
  43. Nicolas, 13h45, à Marchenoir : "Prenez votre Lexomyl, ça ira mieux.

    Je ne sais pas, par contre, si c'est efficace contre la haine du fonctionnaire.

    Préparation H serait sans doute plus adapté."


    Quoi ! Vous voulez dire ques les fonctionnaires nous enculent, et qu'ils s'y prennent si mal qu'ils nous donnent des hémorroïdes? C'est mal ça, c'est proprement stigmatisant.

    RépondreSupprimer
  44. Dom,

    C'est ce que je me disais en rédigeant le commentaire...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.