mercredi 22 juin 2011

Nous n'irons pas à Jumièges aujourd'hui


C'est pourtant ce qu'hier soir, à l'heure où les écrivains en bâtiment s'affaissent dans leur fauteuil, assommés par le travail qu'ils n'ont pas fourni, nous avions prévu de faire. Parce que ce n'est pas très loin, et pour le plaisir enfantin de traverser la Seine sur un bac plutôt que sur un pont – la période des ponts étant close et celle du bac battant son plein. Mais si vous vivez dans la partie nord de la France et que vous jetez un rapide coup d'œil par la fenêtre la plus proche, vous comprendrez que nous ayons renoncé à la promenade : non seulement le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle, mais en outre il dégouline telle une vieille passoire de ménage. Par conséquent, en guise de fleuves impassibles je n'aurai que la flaque qui se forme régulièrement au pied de l'escalier montant à la terrasse, et en fait de ruines majestueuses je pourrai toujours contempler mon âge dans les miroirs disponibles, tout en traversant morosement un chapitre de Brigade : on a les Ponts-de-Cé qu'on peut.


(Le titre de ce billet est à fredonner pour soi-même, sur l'air de la chanson de Piaf écrite par Francis Blanche : Le prisonnier de la tour s'est tué ce matin/Grand-mère/Nous n'irons pas à la messe demain…)

23 commentaires:

  1. Je vous ai connu meilleur pour trouver en urgence des prétextes de remplacement pour ne pas bosser.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, bon ! Il pleut !
    Vous n'allez tout de même pas en faire une névrose d'angoisse !

    RépondreSupprimer
  3. Mildred : Nicolas a tout compris : cette saloperie de flotte me prive de ma dernière excuse pour NE PAS bosser…

    RépondreSupprimer
  4. Ainsi vous pourrez prendre le temps pour faire des phrases qui ne veulent pas dire le contraire de ce que vous aviez l'intention de leur faire dire.
    Oui, je reconnais c'est mesquin comme réflexion et même assez bas : mais j'ai du mal à résister à ce genre de bassesse !

    RépondreSupprimer
  5. c'est marrant , si j'ose employer cette expression ici ^^, à propos de ruine ,j'ai eu la même remarque hier , en m'apercevant dans le reflet du métro de la 7b, on a les miroirs qu'on peut ;.)

    RépondreSupprimer
  6. Et dire que nous étions en pleine sécheresse ! Les mois de juin sont rarement ensoleillés dans nos campagnes euroises !

    RépondreSupprimer
  7. Mildred, je n'aurai qu'un mot : pfff !

    Petit Louis : Mortelle, la 7b, mortelle !

    Denis : ouais, en attendant je me retrouve dans l'obligation de travailler…

    RépondreSupprimer
  8. Billet hors classe, vous vous surpassez, bravo !

    RépondreSupprimer
  9. Le plus drôle est que le ciel vient brusquement de se dégager et que nous allons probablement y aller tout de même…

    RépondreSupprimer
  10. Pont de Cé? Je vois que nous avons les mêmes lectures; ou même , abominable coïncidence , les mêmes écritures... Geargies.

    RépondreSupprimer
  11. J'allais relever : "qu'est-ce que vous avez contre les Ponts de Cé ?

    Merci à Géargies ou à Disier d'éclairer un Plouc Littéraire sur la source...

    RépondreSupprimer
  12. Un poème d' Aragon pour moi, parlant d'une bataille de la guerre de 14/18 je pense, ça qui saccorderait avec Jumieges.. Geargies

    RépondreSupprimer
  13. C'est quoi, le magnifique machin en ruines sur la photo ?

    RépondreSupprimer
  14. Marchenoir : ce sont les restes de l'abbaye de Jumièges, “plus belle ruine de France” d'après Hugo. Finalement, nous y sommes allés : billet demain avec des photos de Catherine…

    RépondreSupprimer
  15. Rhâââ... c'est bô...

    Pour ceux qui aiment ça, je recommande le bouquin "Les abbayes cisterciennes" de Gaux et Leroux-Dhuys, mais attention ! il ne faut surtout pas acheter la dernière édition, imprimée en Chine, où les photos sont littéralement massacrées.

    Les extraordinaires photos à la chambre, prises à travers toute l'Europe, sont l'une des premières raisons d'acheter ce livre. Mais l'impression de l'édition actuellement en vente est tellement dégueulasse qu'elles sont méconnaissables.

    RépondreSupprimer
  16. je viens d 'intercepter un texto :
    "Didier
    puisque tu me dis pas que tu m 'aimes plus que Bob je m 'en vais poster des coms chez Corto.
    j 'en profiterai pour dire du mal des filles qui font que m 'embêter.
    si tu arrêtes tout je reviens.
    ton Nico"

    RépondreSupprimer
  17. Ah ! Carine a appelé Dxmachin à la rescousse suite à mes commentaires chez Corto. Sont trop mignonnes.

    RépondreSupprimer
  18. @dxmachin et carine: hé dites donc les filles, mon blog n'est pas un refouloir pour refoulées de chez nico ou de chez Didier !
    Après on va dire que je suis aussi réac que vous...; ce qui n'est pas tt a fait vrai ! ni tt a fait faux
    bisous les filles

    RépondreSupprimer
  19. Corto,
    Les vire pas tout de suite, quand même. Faut respecter les vieux.

    RépondreSupprimer
  20. Corto, tu n'es pas juste.
    Tu n'as pas vu qui a porté l'attaque.
    Et dx, elle a un nom. Nom de nom.
    Corto, Nicolas fait la loi sur ton blog?
    C'est très bien. Continuez.

    RépondreSupprimer
  21. Carine est indignée. Elle finira gauchiste.

    RépondreSupprimer
  22. @Corto : je peux comprendre que Nico vous plaise plus que moi mais vous êtes tout de même un peu gonflé de me reprocher de venir lui répondre quand il parle de moi sur votre blog .
    Vous pouviez aussi vous dispenser d'être désagréable: je ne m' attendais pas à un tel accueil chez vous.

    @Nico : la voie est libre ... chez Corto, par contre je vous emmerderai régulièrement ici jusqu' à ce que Didier me foute dehors.

    RépondreSupprimer
  23. Bon ! Hier vous avez joué à "J'y vas-t'y ? J'y vas-t'y pas ?" toute la journée.
    Pour aujourd'hui vous nous aviez promis un billet avec photos et tout le tra-la-la !
    Je n'ai qu'une question : alors, ça vient ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.