mercredi 15 juin 2011

La mixité a comme un coup de mou


Comme le fait très justement remarquer mon amie Élisabeth (mais avec d'autres mots…), à chaque fois que vous mariez un couple de gouines, c'est la parité qui trinque.

(Existe aussi en version pédés.)

36 commentaires:

  1. Histoire d'en rajouter une couche :

    http://corto74.unblog.fr/2011/01/25/gay-gay-ne-nous-marions-pas/

    RépondreSupprimer
  2. Elisabeth dit:
    "D’ailleurs, à en croire les sondages, 58 % des Français y seraient favorables: bizarre, je n’avais pas remarqué que les désirs des Français étaient des ordres."

    Il me semble me souvenir que plus de 58% des Français voulaient conserver la retraite à 60 ans, avec 40 annuités. Ca n'a pas eu l'air d'être un ordre. En tout cas, si c'en était un, cet ordre n'a pas été respecté.

    "puisque je veux ceci ou cela, il est bien normal que la société se débrouille pour me le procurer. Je vous enverrai ma petite liste."
    Moi aussi, j'ai la mienne.

    RépondreSupprimer
  3. EL nous dit: "Refuser de s’enthousiasmer pour cette avancée incontestable au sens le plus strict du terme, c’est afficher non pas son homophobie mais pire, sa ringarditude indécrottable."

    J'aimerai être sur que tous ceux qui refusent le mariage gay ne soient pas homophobes ou accrochés à une notion très "catho" du mariage.

    Hélas, je n'en suis pas sur. les gays ne sont-ils pas après tout des aberrations anthropologiques ? (Député Vanneste, elu de la république) et si on se mettait a accorder les mêmes droits aux aberrations qu'aux individus normaux, ou irait-on ?

    RépondreSupprimer
  4. "J'aimerai être sur que tous ceux qui refusent le mariage gay ne soient pas homophobes ou accrochés à une notion très 'catho' du mariage."

    Allez, Corto, expliquez-nous donc ce que signifient "homophobe" et "une notion très catho du mariage" (par opoosition, par exemple, à une notion un peu catho du mariage, ou à une notion hindouiste du mariage).

    RépondreSupprimer
  5. Corto a raison, le problème c'est que les opposants ardents au mariage gay sont en général très cons. Récemment une députée UMP a lancé un truc du genre "et pourquoi pas avec les animaux". Quand j'entends ce genre de truc, j'ai soudain très envie que le mariage gay soit légalisé (alors que je m'en contrefiche) juste pour la voir tirer la tronche.

    Robert Marchenoir : les homophobes ce sont les gens qui pensent que l'homosexualité est une maladie honteuse, comme la pédophilie ou de la zoophilie. C'est une vision qui en vaut une autre après tout, mais étant donné que la majorité de la société française n'est pas homophobe, ces derniers se retrouvent pointés du doigt ! Alors qu'ils ont sûrement raison ! Quel drame !

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  12. Désolé pour le spam, google a buggé il a posté vingt fois mon commentaire.

    RépondreSupprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  14. Paul :

    "Le problème c'est que les opposants ardents au mariage gay sont en général très cons."

    Cette phrase ne veut strictement rien dire.

    Soit les opposants au prétendu mariage homosexuel ont raison d'y être opposés, et alors ils ne sont pas "cons", en tous cas pas sur ce sujet ; soit ils ont tort, et alors il se peut qu'ils le soient.

    Cependant, si vous vous contentez de qualifier de "cons" tous ceux qui ont des opinions erronées (d'après vous, je suppose), eh bien votre niveau intellectuel est assez bas, vous n'avez aucun argument à fournir, et la discussion va s'arrêter assez vite faute de participants qualifiés.

    En somme, vous nous dites que, par principe, il ne faut pas critiquer l'homosexualité, et que si on la critique, on est "con".

    Vous comprenez bien, je suppose, que ce faisant, vous ne dites strictement rien. Vous vous contentez de faire du bruit avec votre bouche (ou avec votre clavier).

    "Les homophobes ce sont les gens qui pensent que l'homosexualité est une maladie honteuse, comme la pédophilie ou de la zoophilie."

    Même question : qu'est-ce qu'une maladie honteuse, dans votre bouche ? A l'époque où cette expression était utilisée (c'est à dire il y a longtemps), elle signifiait maladie vénérienne.

    Cela n'a donc strictement rien à voir, ni avec l'homosexualité, ni avec la pédophilie, ni avec la zoophilie.

    Personne n'a jamais prétendu que l'homosexualité était une maladie microbienne, qui pouvait s'attraper par le biais de relations sexuelles.

    Ma question tient toujours : qu'est-ce que "l'homophobie" ?

    RépondreSupprimer
  15. Ma question tient toujours : qu'est-ce que "l'homophobie" ?


    dans le cas de Marchenoir,je suppose que c'est lorsqu'on déteste le genre humain, surtout s'il n'est pas blanc, catho et de droite!

    RépondreSupprimer
  16. Hé bien mon commentaire devait être génial pour être copié autant de fois.
    N'en déplaise à M. Marchenoir qui fait semblant de ne pas comprendre ce qu'est l'homophobie. Vous avez qu'à faire un tour en Iran ou au Sénégal et vous afficher publiquement comme homo !
    Et, oui, je trouve "cons" les gens qui me rappellent les zeurléplusombres de l'homophobie d’État, voilà, c'est comme ça, du non-argument comme on l'aime !
    On peut "critiquer" l'homosexualité (bouh la sodomie c'est caca ! embrasser un garçon c'est sale !) mais quand on est député on ne dit pas "les homos sont une menace pour la survie de l'humanité" ou bien "et pourquoi pas avec les animaux".

    RépondreSupprimer
  17. Ah oui, je vois. Nous sommes donc confrontés une fois de plus à une attaque en piqué de trolls homosexualistes bas du front.

    Si l'homophobie, c'est "Vous avez qu'à faire un tour en Iran ou au Sénégal et vous afficher publiquement comme homo !" (définition de Paul), eh bien il paraît évident que 0 % des Français (environ, hein, on n'est pas à un poil de cul près) sont homophobes.

    Je ne connais pas la situation au Sénégal, mais en Iran, c'est la justice qui condamne les homosexuels à la pendaison.

    Absolument personne ne réclame cela en France.

    Donc, c'est bien ce que je pensais : "l'homophobie" n'existe pas en France. Merci de m'avoir aidé à le démontrer.

    Cela m'intéresse toujours de savoir ce que serait "une notion très catho du mariage". Par opposition, je le répète, à une notion très hindouiste du mariage, une notion très shintoïste du mariage, une notion très américaine du mariage, une notion très estonienne du mariage, etc.

    RépondreSupprimer
  18. Pour savoir ce qu'est "l'homophobie" il me semble que le mieux est encore de consulter ceux qui ont popularisé cette notion.
    Ainsi par exemple dans un Que-sais-je intitulé "L'homophobie", écrit par Daniel Borrillo - un monsieur très, très intéressé par cette question à en juger par le nombre d'articles qu'il a publié - je trouve la définition suivante : "l'homophobie cognitive (sociale)prétend simplement maintenir la différence homo/hétéro, en prônant à cet égard la tolérance, forme policée de la clémence des orthodoxes envers les hérétiques. Dans ce dernier registre, nul ne rejette les homosexuels mais personne ne trouve choquant qu’ils ne jouissent pas des mêmes droits que les hétérosexuels".
    Autrement dit, celui qui s'oppose aux revendications des associations homosexuelles est un homophobe. Dis comme ça, c'est parfaitement clair.

    RépondreSupprimer
  19. Ah Robert, c'est comme pour l'augmentation des capacités de la pénitentiaire, décidément votre optimisme vous perdra : " eh bien il paraît évident que 0 % des Français (environ, hein, on n'est pas à un poil de cul près) sont homophobes". Parce que les Français, comvouzémoi, ne sont nullement issus des glorieuses civilisations sénégalaises, perses et plus généralement musulmanes ? Ou alors vous les stigmatisez en les réduisant à un poil de vous savez quoi près, et ça c'est pas bien, pas bien du tout?

    Paul, je n'ai rien contre vous mais votre commentaire dit bien les contradictions et les fêlures des progressistes. Plus vous vous voudrez aller vers l'ultime libération, vers l'abolition des frontières et de leurs consubstantielles aliénations, plus les éléments les plus rétrogrades, et - donc - importés (puisque vous le dites vous-même), vous mettront en devoir de choisir. C'est comme la bataille rangée entre le Paris foot gay et les musulmans de je ne sais plus quelle bourgade francilienne, c'est-y vraiment Marchenoir et ses semblables qui ont fait le coup ? Ses frères à cagoule et lui-même sont-ils les plus rétrogrades, les pires Samson, les plus méchants cathos ? Vous venez de pointer malgré vous le nord de l'obscurantisme mais ce sont les gens comme Marchenoir qui nuisent à l'épanouissement des homosexuels ?

    En revanche, sur la stupidité des députés UMP je suis d'accord, je viens d'entendre Eric Raoult bredouiller quant à la dépénalisation de la jeanne - et pourtant ce ne sont pas les arguments qui manquent - et si je pouvais pendre le gros Vaillant avec les tripes de Raoult (qui remplissent assurément la brouette d'un honnête homme), je suis votre femme - pas de concession à la réaction femmophobe.

    RépondreSupprimer
  20. Corto, les relations policées ne nécessitent ni amour ni compréhension a priori. Que votre entourage soit motivé par une tradition obsolète de tolérance condescendante (odieusement chrétienne en plus), par l'égalitarisme le plus pur, ou par l'hypocrisie nécessaire à toute interaction humaine débarassée de ses scories primaires, on s'en fout.

    Nous vivons dans une société de droit et les homosexuels ont les mêmes droits que les hétérosexuels.

    Vous devriez cependant réfléchir à un point de droit justement. Le législateur ne précise pas dans l'article relatif au mariage que cette union concerne 1 homme et 1 femme, il faut aller lire les articles annexes (perles et dentelles etc.) pour comprendre ce qui, à l'époque de la rédaction du code, était une évidence.

    Evidence, Corto. Mais, pour faire plaisir aux activistes et socialistes associés, de l'évidence faisons table rase et observons ! De l'équation de base, 1 homme + 1 femme, passons à 2 êtres qui s'aiment. Je trouve ça stigmatisant et pour tout dire réducteur. Pourquoi pas 3, 4, mieux encore, 5 êtres qui s'aiment ? Et ce seront 1 homme et 4 femelles ; Raoult, Juppé, Vaillant et toute cette vermine s'inclineront et vous l'aurez dans le.... Et moi avec, assaisonnée de l'amertume de la lucidité que vous n'avez pas, mais ça ne changera rien à mon sort de femme autrefois libre.

    Il faut vous y faire Corto, nous n'évoluons plus au sein d'un club de gentlemen cultivés qui pouvaient gentiment, et pour le plus grand bien de tous, passer leur temps à critiquer leurs prédécesseurs. L'ennemi est à l'intérieur et il vous regarde.

    RépondreSupprimer
  21. "L'homophobie cognitive (sociale)prétend simplement maintenir la différence homo/hétéro" (feu les Presses universitaires de France)

    Bienvenue chez les fous furieux.

    Il n'y a pas de différence entre les homos et les hétéros, mais il convient pourtant de glorifier la différence et les gens différents -- les homosexuels en particulier.

    Il n'y a pas de différence entre les homos et les hétéros, c'est d'ailleurs pour ça qu'il y a des mots différents pour les désigner. Des mots qu'on n'entendait pratiquement jamais avant que les zomosessuels ne viennent nous casser les burnes avec leurs "droits", leur "différence" et la prétendue "homophobie" qui serait le grand, l'unique problème de notre temps.

    Avez-vous jamais entendu parler d'hétérosexualité avant que les militants homosexuels ne viennent nous fourrer leurs habitudes intimes sous le nez ?

    Non ! Ce sont bien les homosexuels qui ont imposé l'usage de ces mots différents : hétérosexuel, homosexuel.

    Et ce sont encore les momosexuels qui viennent nous dire, maintenant, que c'est "homophobe" de vouloir "maintenir une différence" entre homosexuels et hétérosexuels !

    Ces gens-là sont gravement dérangés.

    Tous pareils, tous différents.

    C'est comme l'anti-racisme, hein. Faut s'ouvrir à l'autre et à ses différences, la diversité c'est le top, mais alors tout le monde est pareil, hein, les races n'existent pas.

    Quand est-ce qu'ils vont arrêter de se foutre de notre gueule ?

    Ca commence à se voir un peu beaucoup.

    RépondreSupprimer
  22. Alors maintenant, selon Robert Marchenoir, c'est l'homosexualité qui n'existe pas. Une invention des homos !
    L'homophobie ne peut donc exister. CQFD.

    RépondreSupprimer
  23. Robert : Je sens que ça vous a plu. Ca tombe bien, j'en ai encore beaucoup du même tonneau. Apprenez donc que « l’homophobie cognitive » trouve sa racine dans «l’hétérosexisme », c'est-à-dire dans l’idée qu’il existe des différences biologiques entre les hommes et les femmes, et que par ailleurs la différence homosexuel/hétérosexuel repose sur « des subtilités métaphysiques » (Daniel Borrillo).
    Je pourrais également citer Didier Eribon, Pierre Lascoumes, Louis-George Tin, Eric Fassin, etc. Tous ces messieurs ayant bien sûr pignon sur rue, médiatique et universitaire, et publiant à tour de bras.
    Vous avez raison nous vivons dans un asile de fous, mais ce sont les fous qui ont les clefs et les gens sains d'esprit qui sont derrière les barreaux.

    RépondreSupprimer
  24. "Alors maintenant, selon Robert Marchenoir, c'est l'homosexualité qui n'existe pas."

    Vous êtes con, Paul, ou vous le faites exprès ? Vous savez lire ? Vous avez huit ans ? Vous êtes atteint d'un grave handicap mental ?

    Evidemment que l'homosexualité existe. Je n'ai jamais dit le contraire. Achetez-vous des lunettes et un cerveau.

    RépondreSupprimer
  25. Aristide : tous ces messieurs sont homosexuels, je suppose ?

    RépondreSupprimer
  26. Qu'est-ce que vous allez insinuer ? Tsss...
    Mais pour répondre à votre question : pour certains d'entre eux le doute n'est pas permis, mais je ne saurais exclure qu'un ou deux hétérosexuels se soient glissés dans le tas (si je puis dire...).
    Ah, j'oubliais de mentionner leur maître à tous : Michel Foucault. Mais là vous n'avez pas besoin de me poser la question.

    RépondreSupprimer
  27. Aristide : je n'insinue rien du tout. Je dis, et c'est une évidence, qu'un lobby d'homosexuels très puissant dans la vie culturelle et politique impose ses idées absurdes dans l'unique but de gagner du pouvoir et de l'argent.

    Avec comme dégât collatéral de détruire la société, mais ces messieurs s'en foutent.

    RépondreSupprimer
  28. Ne vous étouffez pas Robert !
    Alors reprenons :
    - qu'est-ce que l'homosexualité ?
    - quelle est la différence entre homo et hétéro ? (s'il y en a une !)
    - qu'est-ce que l'homophobie ?
    - qui sont ces lobbies homosexuels ?

    RépondreSupprimer
  29. Robert : d’accord avec vous - of course - sauf sur un point : leurs motivations. Vous évoquez le pouvoir et l’argent. Certes ils ont l’un et l’autre et je ne doute pas qu’ils en tirent satisfaction, mais il me semble que leur ressort le plus profond n’est pas celui-là. Je crois que ce qui les meut véritablement c’est l’indignation morale. Dans le fond ces messieurs (et dames) dont nous parlons sont des moralistes, et c’est ce qui les rend si dangereux. S’ils étaient intéressés il suffirait de les acheter pour les faire taire, mais non, ils sont en croisade contre « l’injustice ». Ce qu’ils recherchent c’est « l’acceptation » et la « reconnaissance » de l’homosexualité. Il faut à la fois que tout le monde devienne indifférent à l’homosexualité et que tout le monde reconnaisse sa « dignité ». On nous ordonne à la fois de ne pas voir l’homosexualité et de l’approuver.
    Comme ces objectifs sont contradictoires ils ne peuvent pas être atteints. Bien sûr aussi « l’hétérosexisme » est indéracinable, par conséquent « l’homophobie » est partout et la croisade n’a jamais de fin, l’inquisition ne va jamais assez profond. Qui sait quelles pensées inavouables cachent les sourires de façades ? Si vous êtes indifférent à l’homosexualité c’est peut-être parce que dans le fond vous y êtes hostile. Si vous l’approuvez bruyamment (sans être homosexuel) c’est que vous la voyez, et si vous la voyez vous risquez de « discriminer ».

    RépondreSupprimer
  30. Vous inversez les rôles, Paul. C'est moi qui pose les questions. Et notamment celle-ci : qu'est-ce que "l'homophobie" ?

    C'est un concept que vous avez utilisé, c'est donc à vous de le définir.

    Vous avez répondu, dans un commentaire fort confus, mais vous avez répondu quand même : l'homophobie, c'est de considérer que l'homosexualité doit être punie de mort.

    La question est donc réglée. Si Corto a une définition différente du concept de "l'homophobie", il peut nous la donner.

    Moi, je n'utilise pas ce concept. Je considère qu'il n'est pas pertinent. Je ne le revendique pas. Je n'ai donc pas à le définir.

    Quant à vos autres questions, vous vous foutez du monde. Tout le monde sait ce qu'est l'homosexualité, et donc la différence entre les homosexuels et les autres. Enfin, à partir de l'âge de huit ans, mettons -- raison pour laquelle je vous demandais votre âge.

    Quant à la définition du lobby homosexuel, eh bien, ceux qui connaissent la langue française comprennent ce que cela veut dire. Quant aux autres, désolé, mais je ne suis pas chargé de refaire leur éducation à partir de zéro.

    En revanche, il y a une question à laquelle il serait utile que vous répondiez, pour la pertinence du, hum, débat : êtes-vous homosexuel ?

    Vous savez, genre "d'où tu parles", comme on dit chez les socialauds.

    RépondreSupprimer
  31. Oui, bien sûr, Aristide. Le discours des homosexualistes n'a pas seulement pour but la recherche du pouvoir et de l'argent, il cherche à régler un dérangement psychologique sur le dos de la société.

    Il cherche à se venger, au détriment des gens normaux, de la souffrance et du conflit mental provoqués par une sexualité anormale.

    Les homosexuels qui font preuve d'une certaine sagesse savent que leur état n'est ni un "choix", ni une faute dont ils seraient responsables. Ils savent aussi que, à plus forte raison, le reste de la société n'en est nullement responsable, et n'a évidemment pas à en subir les conséquences.

    Ils ne cassent donc les couilles de personne avec leurs inclinations. Ils sont honnêtes. Contrairement aux militants homosexualistes, qui sont à la fois malhonnêtes, pervers et atteints de confusion mentale.

    Faire chier les autres au prétexte de sa propre souffrance (toute relative dans nos contrées en 2011, hein...), c'est un sport qui se porte très bien en Occident, et pas seulement chez les homosexualistes.

    RépondreSupprimer
  32. Homophobie = hostilité envers les homosexuels

    "En revanche, il y a une question à laquelle il serait utile que vous répondiez, pour la pertinence du, hum, débat : êtes-vous homosexuel ?"

    Oui et tous les jours je souffre de devoir enculer mon prochain. Et j'envie les gens comme vous qui ont une sexualité normale. J'aimerai ne pas être névrosé...

    RépondreSupprimer
  33. Je ne voudrais pas la ramener encore avec Freud Lacan et les autres mais nosographiquement si j'ose dire l'homosexualité est référé a la structure perverse et non pas à la structure névrotique ni psychotique d'ailleurs ... Et non tous les gens normaux ne sont pas des névrosés ( haha me souffle antonin Artaud, maispassons) ... et tous les homos ne sont pas normaux ( Gilles de Rais toussa) mais je dois dire que je vais finir par devenir homophobe ( oké c'est bien entamé) à force d'être obligé de considérer les êtres par leur trouduk ou leur teub ou le clyto en avant.
    Pour aller dans le sens de Marchenoir ( oui une fois de plus) j'ai été élevé avec l'idée " qu'on ne parlait pas de ces chses là à table".... Ça m'est resté. La pornographie toute la journée : Assez...
    Qd au mariage catho j'ai plein d'idées , ouais mystiques même, mais on se mélange pas...
    Et puis Paul un conseil: essayer de penser à vous en tant qu'être humain, laisser le sexe de côté, vous allez voir, c'est reposant...

    RépondreSupprimer
  34. "Et puis Paul un conseil: essayez de penser à vous en tant qu'être humain, laisser le sexe de côté, vous allez voir, c'est reposant... " (Geargies)

    En effet. A lire les revendications des uns et des autres, ici et ailleurs, on finirait par croire que la sexualité est le premier objet de préoccupation de la politique Degauche.

    Il fut un temps où la politique parlait avant tout de grandeur. Puis, on est passé à la liberté. Après, sont venus les moyens de subsistance. Désormais, nous en sommes à deviser des fonds de culotte.

    Le niveau baisse.

    RépondreSupprimer
  35. Pour Robert Marchenoir :

    http://www.liberation.fr/societe/01012344926-il-faut-deconstruire-l-heterosexisme

    RépondreSupprimer
  36. "Beleb beleb beleb" disait la stroumphette bleue... Si vous ne publiez pas, vous êtes stroumphobes.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.