vendredi 15 juillet 2011

La conjonctivite idéologique et mortifère de Mme Joly

Tout le monde semble persuadé que Madame Éva Joly porte des lunettes cerclées de rouge : c'est faux. Éva Joly a des yeux cerclés de rouge, et c'est sa manière de voir le monde qui lui donne cette conjonctivite idéologique et mortifère.

Madame Joly tient absolument à ce que la France lui ressemble – elle n'est pas la seule : les vieux trous du cul fripés de Ruminances, par exemple, applaudissent des deux mains lorsque la verrue scandinave s'élève contre l'épaisseur des siècles en prétendant remplacer le défilé du 14 juillet par une procession multicolore de décervelés citoyens. Mais on s'en fout : les Ruminants ont autant d'importance et font aussi peur que ces vieilles Bretonnes qui dansent sur la place du village avec leurs coiffes bigouden que personne n'identifie plus.

Madame Joly a raison, elle est dans le sens du vent : l'épaisseur des siècles n'a plus lieu d'être. Si on lui disait être d'accord avec elle, pour la suppression du 14 juillet, au prétexte que la France, ce pays dont elle ignore absolument tout, a vécu un millénaire et demi en ignorant l'existence du 14 juillet, elle pousserait de petits cris d'orfraie en nous traitant de tous les noms qui lui passeraient par l'esprit – c'est-à-dire assez peu, finalement, et pas forcément compréhensibles.

Madame Joly a raison parce qu'elle est l'avenir – elle est même le présent, ce qui est déjà moins glamour. Les yeux rouges de Madame Joly, c'est notre présent cerclé par l'avenir qu'elle entend nous imposer. Madame Joly n'a aucun passé – ni en Norvège, ni ici –, il est encore possible qu'elle n'ait pas d'avenir – ni en Norvège ni ici. Madame Joly est un excellent porte-parole des hordes arabo-africaines, décervelées et manipulables à l'infini, qui proclament que la France c'est eux, à la suite de leurs porte-voix auto-proclamés.

Madame Joly a raison parce qu'on ne peut pas dire que Madame Joly est une pustule posée sur le visage d'un pays fatigué de lui-même. Elle sait quelle est sa profonde laideur, et son pouvoir nécrosant, mais elle sait aussi que c'est de cette défiguration qu'elle tire sa légitimité destructrice. Du moins le croit-elle.

Car Madame Joly ne détruit rien, elle n'en a pas la force ; elle est l'exacte image d'une France exsangue qui, temps et chirurgie esthétique aidant, finira par lui ressembler tout à fait – sauf si les armes sortent de dessous la paille, un de ces matins.

Je l'ai déjà dit, il me semble : il va nous falloir réapprendre rapidement la rigidité morale et la cruauté de circonstance. Ou alors accepter d'avoir tous les yeux cerclés de rouge et ce sourire terrifiant de bonté aigre.

73 commentaires:

  1. Vous me faites plaisir et en même temps vous me terrorisez !
    Sur Slate monsieur Le Boucher a écrit un article plein d'ironie, intitulé : "Profitons d'Eva Joly pour mener enfin le débat sur nos armées" où il explique que la France n'a plus les moyens d'avoir une armée telle qu'on l'a vue défiler hier.
    J'aimerais que ces journalistes nous disent de quoi nous avons encore les moyens.

    RépondreSupprimer
  2. Elle n'a jamais demandé la suppression du 14 juillet mais du défilé militaire.... revoyez votre copie. A priori, elle souhaite comme en Norvège, une fête où défilent les citoyens, les enfants.

    Bon, c'est vrai que ça permet de sortir nos chars Leclerc qui ne servent qu'à cette occasion ou presque. On ne sait jamais, si un touriste polonais ou Malgache souhaite nous en acheter un.

    Sinon, je propose à tous les fanatiques des défilés d'être réquisitionnés pour marcher au pas comme des cons, avec toutes les répétitions que cela impose...
    Je croyais qu'on était sur un blog libéral, or comme dépense inutile, on ne fait difficilement mieux. Apprendre à nos Polytechniciens à marcher en cadence, voilà un beau gâchis.

    Et comme ce blog fait aussi dans l'anticommunisme, on notera que les seuls pays à faire défiler des troupes sont la Chine, la Corée du Nord, la Russie et quelques bonnes vieilles dictatures style l'Iran.

    Et pour compléter, le premier défilé a eu lieu en 1919 pour fêter nos troupes victorieuses. On a pu passe tout le 19eme siècle sans humilier des militaires à marcher comme des robots. Ils ont mieux à faire (picoler notamment (d'après mes 10 mois passés dans cette institution)).

    RépondreSupprimer
  3. Les "défilés" qu'elle propose en remplacement de notre défilé militaire du 14 Juillet sont ceux que connaissait Moscou du temps des vieillards forcément cacochymes (?) trônant à la tribune:
    avec les étudiants, les agriculteurs, les ouvriers, les jeunes filles en fleur.
    Bref, ça ne la rajeunit pas.

    RépondreSupprimer
  4. Quelle rigolade !

    Une armée qui n'a pas gagné une guerre depuis 90 ans se doit de défiler pour montrer qu'elle existe...

    C'est la preuve rigolote que plus on de prend de danses, plus on parade.

    Que notre armée d'opérette continue à défiler en tutu au rythme du "haka" néo-zélandais : c'est la seule chose qu'elle est capable de faire.
    Défiler, c'est facile. Gagner une guerre, c'est autrement plus complexe, non ?

    Depuis que je vis, mes parents et moi n'avons jamais eu le bonheur de célébrer une victoire française.

    Pauvres nationalistes !
    Aimer la sodomie à ce point demande beaucoup d'abnégation...

    Vive le défilé ! Donc.

    RépondreSupprimer
  5. Vanessa Taprendra15 juillet 2011 à 21:56

    Cui cui si je te coince avec mon gode-ceinture tu pourras démontrer toi aussi ton abnégation multiculturelle.

    RépondreSupprimer
  6. Les verts ne pouvaient pas trouver mieux comme candidat.
    Pour faire 0,5% des voix.

    RépondreSupprimer
  7. Ca plus le destin "africain" de l'Europe...
    Ca fait beaucoup.
    Au fond ils disent ce qu'ils sont: un groupuscule d'agitateurs à la con depuis 68, la Sorbonne et DKBD.

    RépondreSupprimer
  8. Au fait: quel âge a-t-elle cette vieille peau ?
    C'est dingue, parfois, ce que ça peut mal traverser les temps une bonne femme...

    RépondreSupprimer
  9. J'ai adoré le viril haka des commandos polynésiens, et un défilé du 14 juillet aussi sexy, j'en redemande. Les Verts risquent de se mettre une partie de leur électorat à dos, sans aucune arrière pensée.

    Moderngaynoeud anonyme.

    RépondreSupprimer
  10. "Au fait: quel âge a-t-elle cette vieille peau ?
    C'est dingue, parfois, ce que ça peut mal traverser les temps une bonne femme..."

    C'est vrai que la politique devrait être réservée à Rachida Darty, Rama Yade et la non moins sublime Nadine Morano.

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  12. La vieillesse est l'enfer des moches.

    RépondreSupprimer
  13. Ninon Lenclos a dit...
    La vieillesse est l'enfer des moches.

    Vous êtes bien timide Sylvain...

    RépondreSupprimer
  14. Pour que le pseudo soit en rapport avec le commentaire, Fredi !!

    RépondreSupprimer
  15. Sylvain a dit...
    Pour que le pseudo soit en rapport avec le commentaire, Fredi !!

    Ah voilà !
    Suis-je bête...

    RépondreSupprimer
  16. "Et pour compléter, le premier défilé a eu lieu en 1919 pour fêter nos troupes victorieuses. On a pu passer tout le 19eme siècle sans humilier des militaires à marcher comme des robots". (Gai Ducon)
    Pas vraiment : les militaires défilaient tout le temps, avant, et pas seulement le 14 juillet. L'armée, bien plus présente sur le territoire, faisait partie du paysage urbain, organisait des petits concerts dans les squares, et les soldats comme les officiers se promenaient partout en tenue.
    Le 14 juillet est le dernier contact un peu sérieux entre la France et son armée, pas étonnant que Joly veuille y toucher, ou plutôt salir le symbole, car elle n'a pas les moyens de son ignominie, heureusement.
    Didier Goux a raison, c'est le genre de propos (celui de Joly) qui donne envie de tabasser une vieille femme, et rien que pour ça, cette pseudo-française mérite un mépris infini, parce que pour l'instant, c'est tout ce qu'on peut lui faire.
    Si la guerre civile devait se déclarer un jour (ce que je souhaite), elle serait aussi sale que les précédentes, et quand même, ça fait peur.

    RépondreSupprimer
  17. "rigidité morale". C'est ça ! C'est ce que je cherchais ! Une sorte de droiture dans les bottes souveraines de la réalité (pas celle de Juppé off course). Un "je vous emmerde Eva et tous les autres, j'ai des siècles avec moi et je suis rigide moralement". Une sorte de maurrassisme nouveau mais sans 1940 quand même. Faut pas déconner !

    RépondreSupprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  19. Comme c'est courageux! Si ça se trouve, c'est la grande muette qui a pris la Bastille... Je vois que Didier Goux n'a pas lu mon billet.

    (Ce Que Je Pense ...) "14 Juillet: Plaidoyer pour un JOLY défilé populaire [Imaginons]…" : http://wik.io/U4432
    De rien.

    RépondreSupprimer
  20. C'est du vent, cette Mme Joly. Qui souffle pour faire parler d'elle. Si elle sert à faire perdre la gauche, ça sera un service rendu au pays. Et ça semble bien parti pour ...

    RépondreSupprimer
  21. Enfin une 14JuilletPride!
    c'est pas Joly Joly tout ça?

    RépondreSupprimer
  22. Vieux trous du cul frippés ... mais pas vérolés nous au moins !
    Faut dire qu'en la matière vous êtes un artiste ! ... et un connaisseur.
    J'en ris encore !

    RépondreSupprimer
  23. " il va nous falloir réapprendre rapidement la rigidité morale et la cruauté de circonstance."

    La cruauté de circonstance, c'est très beau. Pouvez-vous préciser ce que vous entendez par là?

    RépondreSupprimer
  24. Mais oui Fillon, l'armée française, la Commune de Paris, je me souviens....

    RépondreSupprimer
  25. le procès fait à Eva joly vient surtout du fait qu'elle a dénoncé la voyoucratie de ce pays et c'est ce qui ennuie tous nos petits "goebbels" qui se sont levés dès potron-minet pour obéïr à leur bon maître qui les a sifflés

    RépondreSupprimer
  26. Blabator,
    Sans oublier les pioupious en pantalon garance accompagnés d'une jeune bonne du quartier, se bécotant sur les bancs publics si chers à Brassens.

    RépondreSupprimer
  27. Le défilé du 14 juillet a commencé dès 1880, à l'hippodrome de Paris.
    Faudrait voir à ne pas répéter bêtement tout ce que disent les journalistes…

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Défilé_militaire_du_14_Juillet

    RépondreSupprimer
  28. Je n'interviens jamais dans les débats politique sur ce blog.

    Aujourd'hui j'en profite pour sortir de ma réserve.

    Non... non ! qu'on ne nous retire pas notre défilé du 14juillet ! J'ai vécu ma petite enfance auprès d'un poilu de la grande guerre, brancardier dans les tranchées à Verdun. Quand je fus en âge de comprendre, faute d'avoir eu un fils ou petit fils, c'est moi qu'il emmenait au défilé du 14 juillet. Il portait toutes ses médailles au revers de son veston. A sa mort, ma mère a rangé les médailles. C'est mon fils qui les conserve aujourd'hui.

    Etant née dans le sud de l'Algérie, près d'une base de légionnaires... j'ai été bercée par ces belles brutes au coeur tendre...

    Hier, comme avant hier, et j'espère de nombreuses années encore, je les ai regardés défiler le coeur serré, la larme à l'oeil.

    RépondreSupprimer
  29. Juliette,
    "le coeur serré, la larme à l'oeil"
    et cela s'explique car en une matinée, nous voyons défiler sous nos yeux, non seulement la France qui a été, mais aussi celle qu'elle pourrait devenir, si nous n'étions pas sans cesse enjoints de toute part d'accepter notre déclin.

    RépondreSupprimer
  30. En même temps le débat fait-il si peur qu'il faille rappeler pour botter en touche la nationalité de naissance de Madame Joly ?

    RépondreSupprimer
  31. Romain Blachier,
    Et le débat mérite-t-il que madame Aubry se contredise à quelques heures de distance, prouvant que les socialistes sont loin d'être au clair sur le sujet ?

    RépondreSupprimer
  32. Bon, trop de commentaires depuis mon dernier passage pour que je puisse répondre à chacun en particulier. Et puis, répondre quoi ? Chacun est dans son rôle et personne ne convaincra personne…

    (Il fait gris et il vente : ça doit expliquer l'humeur.)

    RépondreSupprimer
  33. "... et personne ne convaincra personne."
    Alors à quoi bon commenter?
    Et du coup, à quoi bon ce blog ?
    Ne dirait-on pas que l'heure de la VRAIE littérature ait sonné pour vous ?

    RépondreSupprimer
  34. Didier,

    Vous devriez donner les clés de votre blog à Mildred.
    Vous ne voyez pas qu'elle veut que vous fassiez un VRAI livre ?
    Elle est repreneuse pour un Euro symbolique.

    RépondreSupprimer
  35. Un euro symbolique ? Mais c'est que je n'ai pas pour habitude de me brader, moi !

    Sinon, pour le reste, après trois cafés et une douche, ça va déjà beaucoup mieux : on va pouvoir recommencer à s'étriper. Sauf que j'ai tout de même mes vingt pages à écrire d'ici ce soir…

    RépondreSupprimer
  36. Corto, ne vous excitez pas bêtement : quand je parle de “pages”, il ne s'agit nullement de petits jeunes gens en justaucorps et culottes bouffantes…

    RépondreSupprimer
  37. Moi, j'ai déjà le nez rouge, alors les cernes, heu...

    RépondreSupprimer
  38. Romain Blachier, vous semblez regretter que la double nationalité de Mme Joly soit mise en cause : "En même temps, dites-vous, le débat fait-il si peur qu'il faille rappeler pour botter en touche la nationalité de naissance de Madame Joly ?"

    Eh bien oui, de toute évidence, la nationalité de naissance, et toujours actuelle, de Mme Joly, pose problème, et elle n'a pas tardé à le montrer elle-même avec sa sortie sur le défilé. Le 14 juillet est notre fête nationale, le défilé est une tradition nationale, et elle, qui n'est pas née Française, qui est Norvégienne, vient remettre en question la tradition de la principale "fête" nationale et républicaine. C'est évidemment le signe d'une volonté de dénationaliser la fête, et dès lors la nationalité réelle d'Eva Joly a tout à voir avec la question.
    je dis qu'Eva Joly est Norvégienne, de la même façon que vous diriez qu'elle est Française, puisqu'elle n'est pas plus ceci que cela, mais également les deux. j'ai donc parfaitement le droit de dire qu'elle est Norvégienne, si vous vous reconnaissez celui de dire qu'elle est Française. j'adore les Norvégiens, mais je ne les considère pas comme Français, voilà tout.

    Enfin quoi, qu'un président possible de la France soit Norvégien, ça ne vous paraît pas un peu étrange ?

    RépondreSupprimer
  39. Marco Polo,
    Vous avez tout à fait raison.
    Le problème ce n'est pas que madame Joly, candidate à la présidentielle, soit d'ORIGINE norvégienne, mais c'est qu'elle soit toujours norvégienne.
    D'ailleurs je remarque que la plupart des socialistes qui se sont exprimés de façon assez cacophonique sur le sujet, ne parlent, pour la plupart, que de son origine norvégienne et non pas de sa nationalité norvégienne.

    RépondreSupprimer
  40. J'ai peur que Carine ne fasse une projection sur moi et que ce ne soit elle qui ait des velléités à vouloir reprendre ce blog.
    Vous n'avez pas honte, Carine, offrir un euro au grand Didier Goux, comme ce qui va être demandé à un vulgaire électeur de la primaire socialiste !

    RépondreSupprimer
  41. C'est vrai que c'est honteux : je ne suis pas un RMIste socialo, quoi, merde !

    RépondreSupprimer
  42. @didier goux: c'est malin, j'en ai avalé de travers mon café !

    RépondreSupprimer
  43. Je vais paraitre bas du front ( c'est le bairet enfoncé jusqu'aux yeux ;-) mais après un président d'origine hongroise avec une femme italienne je ferais bien une pause avec un franco- français ! Pas vous? ( ou un juif pour changer, ça fait longtemps, mais un vrai alors ;) geargies.

    RépondreSupprimer
  44. bembelly dit :
    "Comme c'est courageux! Si ça se trouve, c'est la grande muette qui a pris la Bastille..." avant d'envoyer un lien vers son billet qui est un grand chelem de hors-sujet et de modernisme flamboyant.

    Je poserai juste une question : bembelly, êtes-vous au courant que la fête nationale n'est pas le 14 juillet pour célébrer la prise de la Bastille ? Vous ne savez même pas ça et ressortez l'argument entendu 10 000 fois par ceux qui ignorent l'histoire "ce n'est pas l'armée qui a pris la Bastille". Rompez.

    RépondreSupprimer
  45. Guillaume : excellemment dit ! Personnellement, j'avais gardé un silence pudique sur le fatras de M. Bembelly (ainsi que sur le ridicule qu'il y a à venir faire de la retape pour son propre blog…), mais puisque vous êtes monté au créneau… Amen !

    RépondreSupprimer
  46. La France a largement de quoi de se payer un défilé une fois par an. Compte tenu du fait que nos soldats se battent et meurent pour la liberté de gardiens de chameaux ou de récolteurs de cacao, la moindre des choses est de montrer que le peuple dont ces jeunes gens sont issus, pense a eux et à leur sacrifice.

    Je rappellerai à certains salisseurs de mémoire (qu'ils feraient mieux de fermer leur claque merde) que récemment, notre pays fut envahi par l'ennemi nazi (depuis, l'ennemi à changer de couleur de cheveux mais les intentions sont à peu près les même, seul la méthode change) et que le défilé du 14 juillet rappel également la descente des Champs-Élysée par la 2ème DB du Général Leclerc et celle de Général De Gaulle.

    J'ai du mal a accepté qu'une norvégienne tente de donner des leçon a ce pays dont l'histoire est sans commune mesure avec celle de ce pays pétrolier.

    RépondreSupprimer
  47. Oui bon, le 14 juillet n'est en France pas plus qu'un pétard mouillé depuis 1918. Quand on sait que les trois-quarts des Champs-Élysées immobiliers appartiennent désormais à "ces fils du désert" pétroliers et pets trollant. Quand on sait, que la garde d'un de ces colonels libyens — devant lui, aux côtés d'un président franchouillard — y a défilé il y a deux ou trois ans alors que l'armée française leur balance, tous les jours, maintenant, des bombes ou des missiles à cent mille euros pièce (payés par le sans-papier africain, cotisant de base, oeuf corse)
    Quand on sait que le mot "nation" ne désigne plus désormais qu'une station de métro, alors oui, moi, la légion étrangère défilant (sans se défiler) sur les champs le 14-7, j'en veux encore et toujours et à jamais.

    RépondreSupprimer
  48. Ah ! J'ai oublié : "tiens voila du boudin"
    Rompez.

    RépondreSupprimer
  49. Foutez la paix aux Bretons. Sinon rien à ajouter à cette descendante des Vikings, qui je pense aurait étée joyeusement égorgée au nom du mieux vivre éco-citoyen de l'époque.

    RépondreSupprimer
  50. "Qui sait si l'inconnu dormant sous l'arche immense
    melant sa gloire épique aux orgueils du passé, n'est pas cet étranger devenu fils de France,non par le sang reçu mais par le sang versé"
    J'emmerde Frau Joly

    RépondreSupprimer
  51. Romain Blachier,
    il ne faut pas croire que rappeler l'origine de Mme Joly soit une façon de botter en touche. Botter en touche par rapport à quoi?

    Que vous le vouliez ou non, la nationalité est autre chose qu'une situation administrative: c'est aussi l'adhésion à une culture et à une histoire.

    Le Premier ministre n'a rien voulu signifier d'autre quand il a dit qu'Eva Joly «n'a pas une culture très ancienne des traditions françaises, des valeurs françaises, de l'histoire française».
    Et là, ce qui est amusant, ce sont les réactions pavloviennes des socialistes qui se mettent, une fois de plus, à crier à la xénophobie! Harlem Désir, qui accuse Fillon de se faire «le porte-parole et le champion d'une droite lepéno-compatible». Martine Aubry qui trouve que Fillon «bafoue les fondements et les valeurs de la République» et «rejoint les thèses du Front national». Pierre Moscovici qui parle de dérapage et qui demande au Premier ministre de «retirer» ses propos sur Eva Joly.

    C'est lassant, à force, ce genre de polémique où l'on voit de la xénophobie partout. Il faut vraiment que les socialistes n'aient rien à dire... pour botter ainsi en touche.

    RépondreSupprimer
  52. "ces vieilles Bretonnes qui dansent sur la place du village avec leurs coiffes bigouden que personne n'identifie plus."

    hmmmmm...
    Il cherche la blogowar, sans défilé préliminaire, le tenancier d'Au vrai relan d'autrefois ?

    RépondreSupprimer
  53. Cui Cui l'oiseau pauvre con!

    RépondreSupprimer
  54. Mildred:
    "Vous n'avez pas honte, Carine, offrir un euro au grand Didier Goux, comme ce qui va être demandé à un vulgaire électeur de la primaire socialiste !"

    Mais c'est pas moi ! Je ne reprends rien, moi.
    Si on veut que je reprenne une entreprise, il me faut des aides de l'Etat.

    Oh zut, j'avais pas vu Robert…

    RépondreSupprimer
  55. C'est rigolo, parce que sur ce coup, la gauche ne peut pas accuser la droite de racisme. Elle est de quelle race, déjà, Eva Joly ? La même que celle de François Fillion, si je ne m'abuse.

    Donc, voilà, la démonstration est faite : "être xénophobe", "faire le jeu du Front national", ce n'est pas être raciste, c'est simplement défendre la France et les Français.

    Et grimper aux rideaux, à chaque fois, systématiquement, avec une régularité de chien de Pavlov, à chaque fois que quelqu'un ose défendre un tant soit peu l'identité nationale, la légitimité des Français à défendre leurs traditions, leur civilisation, leur patrie et leur territoire, c'est être un traître, tout simplement.

    Merci pour la confirmation, les socialauds.

    RépondreSupprimer
  56. A part ça, il est évident que quelqu'un qui a les lunettes d'Eva Joly ne devrait pas avoir le droit de vote.

    RépondreSupprimer
  57. Monsieur Goux a bien des lunettes vertes, lui !
    Après ce que vous lui avez dit, vous n'allez pas lui retirer le droit de vote !

    RépondreSupprimer
  58. Et les miennes sont rouges ! Ce qui ne m'empêche pas de vomir Eva, même que je pourrais lui dire dans sa langue natale ! Et toc !

    RépondreSupprimer
  59. Et Catherine qui est tri-nationale !
    Va falloir choisir, hein ?

    RépondreSupprimer
  60. Quelqu'un s'y connaitrait-il en bougainvillier ?
    J'ai cru faire plaisir au mien en lui apportant un peu de terreau frais et en le mettant à l'air libre et ne voilà-t-il pas qu'il me fait des feuilles noires. Faut dire qu'il pleut beaucoup à Paname, il n'aime peut-être pas trop l'eau.
    Qu'en pensez vous ?.

    RépondreSupprimer
  61. On ne dit pas : des feuilles noires, mais des feuilles issues de la diversité !

    Et puis, les feuilles noires, c'est ELLES, le bougainvillier, d'abord.

    RépondreSupprimer
  62. Hum ! Je reviens...

    C'est un vrai bordel, ce blog !

    Je n'y retrouve aucun des 3 préceptes régissant un véritable blog patriotique : Ordre, Obéissance au Chef et Patrie.

    Je suis très très déçu, les amis.

    Bon revenons à nos moutons. Joseph Staline ironisait à propos du Vatican : Le pape, combien de divisions ?

    L'humble petit citoyen de 3ème zone que je suis pose une question simple : l'armée française, combien de victoires militaires depuis 90 ans ?

    Ne répondez pas tous à la fois...

    RépondreSupprimer
  63. Cui Cui, c'est par pure charité et, peut-être, un soupçon de naïveté, que je vais vous répondre.
    Combien de victoires de l'armée française depuis 90 ans ?
    Tout dépend de ce que l'on considère comme une victoire, mais il est bien certain que, d'un strict point de vue militaire, la guerre d'Algérie fut remportée par l'armée française (je ne dis pas la France, l'Algérie en faisait partie, alors...). Tous les historiens en conviennent, et ce point ne fait pas polémique. Ce qui est fascinant, et mériterait un livre, c'est la capacité de l'Algérie algérienne à se persuader du contraire, ce qui implique un mensonge d'Etat énorme, mais aussi la connivence de la population. Tout un peuple qui se ment à lui-même en croyant avoir gagné... Comment voulez-vous qu'élevés dans une telle mythologie les jeunes franco-algériens, français-comme-vous-et-moi, ceux de notre merveilleuse "diversité", soient autre chose que des connards !
    Et quant à vous cui-cui, votre ignorance sur ce point n'est pas loin de vous classer dans la même catégorie.

    RépondreSupprimer
  64. Le soldat a parfois une solde. Le militaire aura toujours une pension.
    Rompez.

    RépondreSupprimer
  65. J'ai bien fait de lire tous les commentaires car j'allais justement demander à Catherine si du coup elle allait changer de monture de lunettes.
    Didier, vous m'avez fait rire tout haut avec vos feuilles "issues de la diversité"! C'est excellent!
    Autre chose qui me fait rigoler c'est quand je dis "un Noir" et qu'on me rabroue: "on dit un Black!"

    RépondreSupprimer
  66. Orage (ô désespoir ?) pour moi un "noir" est un café bien serré et un "black" est un boulot détaxé. Le reste n'est que cirage de pompe.
    Rompez.

    RépondreSupprimer
  67. Général Bol,
    De pompes noires, bien sûr.
    Oui, je sais, c'est pas terrible.
    Je romps tout de suite.

    RépondreSupprimer
  68. Orage, mais c'est elle la copieuse ! Du coup je me venge en mettant les papiers dans la poubelle verre et vice et versa.
    Sinon, il n'y a qu'à dire un nègre. J'en ai un à la maison, travailleur, bien propre et bien poli…

    RépondreSupprimer
  69. Au rayon des belles opérations militaires des dernières décénies il y a aussi Kolwesi, Ouvéa, Marignane. Pas des guerres certes, mais des batailles qui méritent qu'on s'en souvienne et dont l'issue a contribué à rappeler aux gars d'en face que se frotter aux commandos français n'était pas sans risque.

    Mais qu'attendre d'un magistrat qui déclarait au tout début de l'affaire Woerth : " Il est coupable, il n'y a même pas besoin d'enquête"

    Alors pas de gifle pour mme Joly, mais un visionnage non stop des Héros de Télémark, ça lui apprendra.

    RépondreSupprimer
  70. "Ce qui ne m'empêche pas de vomir Eva, même que je pourrais lui dire dans sa langue natale ! Et toc !"
    Catherine, just do it! Car cette...euh...dame a un site, avec "contact".
    J'ai lu les messages, en général dégoulinant d'admiration, mais pas tous!

    RépondreSupprimer
  71. La suppression du défilé du 14 juillet, cela nous pend au nez depuis un certain temps.

    Cela m'avait sauté aux yeux la dernière fois que je regardais une cérémonie d'ouverture des jeux olympiques - ça devait être les derniers, d'ailleurs, ceux de Pékin, en 2008. Le défilé des nations, maintenant, c'est une suite de groupes disparates, où les trois quarts des athlètes sont en train de téléphoner (allô maman ? Tu me vois à l'écran ? Allô chéri ? tu penseras à prendre du pain ?) ou de prendre des photos avec leur smartphone, certains à la traîne, d'autres en train de regrder ailleurs, bref, la joyeuse débandade.

    Il n'est pas si loin le temps où c'était un VRAI défilé. Je ne dis pas que je suis une acharnée du pas de l'oie, mais putain, ça avait plus de classe.

    RépondreSupprimer
  72. Le jour du Quatorze Juillet
    Je reste dans mon lit douillet.
    La musique qui marche au pas,
    Cela ne me regarde pas.
    Je ne fais pourtant de tort à personne,
    En n’écoutant pas le clairon qui sonne.
    Mais les braves gens n’aiment pas que
    L’on suive une autre route qu’eux,
    Non les braves gens n’aiment pas que
    L’on suive une autre route qu’eux,
    Tout le monde me montre du doigt
    Sauf les manchots, ça va de soi.
    G.B

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.