dimanche 24 juillet 2011

Exceptionnellement, durant notre semaine norvégienne, l'amalgame sera autorisé à tous

La blogosphère d'extrême gauche ne se tient plus de joie, avec l'affaire de ce déséquilibré norvégien qui, à lui seul, a massacré 90 personnes. Norvégien de souche, comme on a soudain le droit de dire, et même le devoir de souligner, d'extrême droite ainsi qu'il est requis de le clamer, en n'omettant pas de préciser qu'il est tout à fait représentatif, ce garçon, de toutes les extrêmes droites européennes, sans doute mondiales, voire extra-terrestres si d'aventure il en existe. Comme ce brave CSP le balbutie, avec la fatuité naïve qui est sa marque de fabrique, on ne pourra désormais plus dire un mot sans qu'on nous rebalance les 90 Norvégiens que, d'une certaine façon, nous avons tous massacrés : vous, moi, ma voisine qui vote à droite, votre grand-père qui, entre 17 et 19 ans, a eu de la sympathie pour les Croix de feu, et ainsi de suite. Et tout ce petit monde de faire mine de ne pas s'aviser de la différence qu'il y a entre un “fondamentaliste chrétien” (mais qui semble être en même temps franc-maçon : mélange qui aurait fait se tordre de rire nos aïeux du XIXe siècle) qui prend l'initiative de décharger son fusil sur tout ce qui remue un orteil, et un “combattant d'Allah” qui exécute un attentat meurtrier dûment commandité et soigneusement préparé par une organisation bien structurée, ayant parfois pignon sur rue ou peu s'en faut.

Cela étant, dans cette gigantesque nursery féminolâtre et cousue d'immigrés que semble être devenue la Scandinavie tout entière, il ne faut pas s'étonner que certains enfants cassent leurs jouets et secouent un peu violemment les barreaux du parc où ils sont sommés de se réjouir de ce qui leur arrive pour leur bien. De tels carnages sont évidemment appelés à se reproduire. Déjà, le Premier ministre norvégien en a appelé à plus d'ouverture. (À ce propos : vous êtes-vous déjà avisés que, sur la carte, la Scandinavie ressemble à une grosse bite molle ?) Si vous avez oublié de fermer le robinet de votre baignoire et que votre salle de bain s'en trouve inondée, ouvrez plus grand le dit robinet : bientôt il y aura assez d'eau pour nager et vous vous réjouirez bruyamment de cette piscine gratuite à domicile (si vous rendez votre salle de bain accessible au public, ce que vous serez de toute façon bientôt obligé de faire, pensez à prévoir des heures d'ouverture spécifiques pour les femmes affligées de pudeur coranique). Si le robinet crache déjà à plein débit, il vous reste encore la ressource d'aller louer une lance d'incendie et d'en ouvrir grand les vannes afin d'éteindre l'inondation, comme nous y incite le guignol habillé en Premier ministre. Bonne chance.

237 commentaires:

  1. Excellent billet. L'un de vos meilleurs il me semble.

    RépondreSupprimer
  2. Arrêtez, vous allez me faire rougir !

    Du reste, désormais, je ne sortirai plus de ma léthargie intellectuelle habituelle à moins de cent personnes massacrés : y en a marre de s'agiter pour un oui ou pour un non !

    RépondreSupprimer
  3. Faut mettre un pseudo24 juillet 2011 à 12:16

    J'en étais sur de lire ici un message de compassion pour le tueur Norvégien. Vous êtes sacrement prévisibles, tout de même.

    RépondreSupprimer
  4. Oui enfin, bon. 90 jeunes de gauche passés par les armes, c'est quand même exagéré. Personnellement je me serais contentée de l'huile de ricin, mais c'est sans doute parce que je suis une grande sentimentale.

    Je crois que je vais ré-ouvrir un blog. Quitte à se faire accuser de tout et n'importe quoi, autant torcher quelques billets où ma rage homicide transparaîtra fatalement derrière mes marques d'agacement face aux heures de piscine burkini subitement apparues à ma pataugeoire locale.

    Cachez ce ventre immonde et cette bête féconde! Ou bien l'inverse, je ne sais pas.

    RépondreSupprimer
  5. Et excellente photo. Et encore, vous avez le privilège exorbitant de ne pas être blond aux yeux bleus. Ce qui n'est pas mon cas ..... J'suis cuit.

    RépondreSupprimer
  6. Il aurait mieux fait d'ouvrir un blog, "notre" grand blond. Comme le disent bien volontiers (d'habitude) les socio-psy : "la violence qui ne peut s'exprimer par des mots se manifeste par des actes".
    Quand j'ai ouvert le mien j'ai précisé que c'était ça ou l'achat d'une tenue de dark vador et d'une mitrailleuse ....voyez à quoi on a échappé!
    Donc : Juliette, vous prenez une bonne décision.

    RépondreSupprimer
  7. De la compassion ? Mais où avez-vous vu de la compassion dans ce billet ? Je n'en éprouve ni pour les victimes (que je ne connais pas, et pour cette unique raison) ni pour leur assassin, qui me semble bon à enfermer, et sans compression de peine si possible.

    Juliette : lorsque vous aurez sauté le pas, pensez à venir vous faire un peu de pub ici ! (Et bravo pour votre réponse à CSP chez PRR !)

    PRR : on devrait vous confisquer, par prudence, toutes les armes que vous planquez dans le hangar à bateaux…

    dxdiag : je vous soupçonne d'avoir quand même acheté la panoplie de Dark Vador…

    RépondreSupprimer
  8. Votre grand blond, il a laissé derrière lui un "compendium" de plus de mille pages. Où, depuis quand, comment, pourquoi, on y trouve les réponses à toutes ces questions. C'est pas trop mal écrit (sachant que l'anglais n'est pas sa langue maternelle).

    RépondreSupprimer
  9. Cette histoire commence à me fatiguer souverainement.
    Vivement qu'on puisse retourner à DSK, parce qu'à tout prendre c'est plus marrant.

    RépondreSupprimer
  10. Vanessa Taprendra24 juillet 2011 à 14:05

    Je soupçonne même Dxdiag de porter sa panoplie, pour l'ambiance, quand elle écrit ses billets. Les gros gants noirs expliqueraient les espaces surnuméraires de sa dactylographie.

    RépondreSupprimer
  11. "faut mettre un pseudo": sans même vous connaître, je dirai que votre com, lui-même était prévisible: stupide ou celui d'un qui lit beaucoup trop vite

    RépondreSupprimer
  12. Le gars est un cas unique parmi les habituels massacreurs frustrés. Il est multi-cartes (protestant déçu, sioniste, écolo, francmac, admirateur de Churchill, conservateur, libéral, anti-multicul, what else ?), il est intelligent, ses analyses politiques et historiques sont étayés, il est jeune et beau. On est loin des ados mal dans leur peau qui défouraillent pour "partir avec style", comme l'avait dit je ne sais plus lequel d'entre eux.

    Donc il n'est pas un massacreur frustré ; son acte est politique, il l'assume et on sent qu'il veut s'en expliquer, d'où l'affolement si visible des politiques et des journalistes. Ce qu'ils savent de la situation (invasion, violence, atomisation, effondrement de l'ordre public) les amène à craindre un effet de contagion par imitation de ce Norvégien "de souche" - ah ! ces guillemets pincettes brûlants.

    Il semble que l'avenir appartienne aux anges exterminateurs.

    Oui, magnifique billet !

    RépondreSupprimer
  13. Vanessa Taprendra24 juillet 2011 à 14:28

    Il n'y avait eu aucun amalgame lors du massacre de Baruch Goldstein au Tombeau des Patriarches. Ce n'était pourtant pas un petit joueur: 29 morts et une centaine de blessés.

    RépondreSupprimer
  14. Vanessa Taprendra24 juillet 2011 à 14:32

    "partir avec style"
    Qui ça ? Encore XP ? (private joke)

    RépondreSupprimer
  15. Vanessa, vous êtes cruelle...

    RépondreSupprimer
  16. J'aillais dire la même chose que Marcus Paulus…

    RépondreSupprimer
  17. Cette histoire n'est pas claire.

    Il ne suffit pas d'acheter 6 tonnes d'engrais pour fabriquer une bombe. Il faut acquérir un certain savoir-faire.

    On n'achète pas des armes à feu en Norvège comme on en achète aux Etats-Unis.

    Pour tuer 80 personnes une par une, par arme à feu, il faut beaucoup de munitions. Au moins quinze kilos, selon les calculs d'un blogueur. Comment se procure-t-on quinze kilos de cartouches pour pistolet, fusil à pompe et carabine en Norvège, quand on est agriculteur ?

    Cet attentat ressemble en partie à celui d'Oklahoma City aux Etats-Unis. Timothy McVeigh avait procédé à des explosions dans le désert pour s'assurer que sa bombe fonctionnerait.

    On notera aussi qu'un groupe islamiste a revendiqué l'attentat dans un premier temps, avant de se rétracter.

    RépondreSupprimer
  18. "ce Norvégien "de souche" - ah ! ces guillemets pincettes brûlants" (dom-the-tomboy^^)

    Eheh ! Exactement : oui ben finalement ça existe les Européens de souche... mais en fait non... mais quand même si (quand ils massacrent 90 mômes, par exemple)... mais nous sommes tous Européens, hein (en tant normal)... etc etc etc.

    Mine de rien, il y a tout le vice d'une idéologie perverse entre ces deux guillemets.

    RépondreSupprimer
  19. "en TEMPS normal" - oh la honte. Les tomboys me font perdre mes (peu de) moyens...

    RépondreSupprimer
  20. @Vanessa : pas mal (mais comment Didier a t-il SU ?)
    quoi? qu ' est ce qu -ils ont mes espaces?

    RépondreSupprimer
  21. @Vanessa

    Ma petite troll mongolienne est sortie de son trou à titre préventif, cette fois-ci. Et elle commence déjà à faire masse, puisque ce pauvre Marco Polo a déjà répondu à l'appel.

    La cour des miracles bientôt au grand complet, j'en prend le pari^^.

    RépondreSupprimer
  22. RM : apparement, le Breivik méditait cela depuis un moment déjà.

    De plus, il a l'air doté d'un assez bon cerveau (lire ses considérations assez drôles - si l'on peut dire - sur la manière dont il trompait son entourage en faisant croire qu'il était "addicted" à World of Warcraft...)

    RépondreSupprimer
  23. Dans la série histoire pas claire, c'est la question du financement qui m'a fait tiquer. Le type n'a pas de fric, le bio ça nourrit pas son homme apparemment (source fig ou monde, je ne sais plus), mais il achète un fusil d'assaut ou un pistolet mitrailleur (ou les deux plus vraisemblablement), des munitions, un bon paquet de chargeurs et il lui faut au moins deux voitures, sans parler du temps d'entraînement et de planification ; tout ça nécessite beaucoup d'argent. Mais il n'a quasiment rien déclaré au fisc en 2009 et 2010 ? La ferme bio ça fait couverture.

    Et quel tireur ! On sait beaucoup de lui, mais (encore) rien de son passé militaire.

    Vanessa, j'ai ri et j'ai honte.

    RépondreSupprimer
  24. Bon, les mongoliens et les mongoliennes, on se bouge un peu?

    Je suis venu pour m'amuser, moi!

    Allez, Marco Polo, je suis certain qu'il vous reste un peu de bile dans le fond de la gorge! Un bon gros raté comme vous^^

    RépondreSupprimer
  25. @Marco Polo

    Encore une petite chose: évitez de laisser des commentairs rageurs un peu partout,pour vous vengez des baffes que vous vous prenez ici...

    Ca ne sert à rien, ils ne seront pas publiés...Tous le monde n'a pas la patience de Didier Goux!

    RépondreSupprimer
  26. XP, apprenez à écrire le français et revenez nous voir plus tard, merci.

    RépondreSupprimer
  27. Ah ben super, CSP a trouvé du répondant, là, avec un billet presqu'aussi c... que le sien ! ça veut dire quoi un pays féminolâtre ?
    Débile votre analyse.
    Y'avait un taré et c'est tout, point à la ligne. Il aurait pu se réclamer d'Allah, comme il aurait pu se réclamer de Marx. Finalement, cela a été de l'extrême-droite. Voile des apparences, c'était unn déséquilibré, point à la ligne. Et ce n'est certainement pas dans la société norvégienne qu'il faut en trouver la cause, mais dans ses neurones ou sa famille, ou plus simplement le hasard c'est tout.

    RépondreSupprimer
  28. "pour vous vengez des baffes que vous vous prenez ici..." (XP)

    Si se faire traiter par vous d'étron, de merde, ou de caca boudin à longueur de posts c'est se prendre des baffes, apprenez que nous n'avons pas la même vision de la joute verbale. La cour de récré, c'est fini pour moi.

    RépondreSupprimer
  29. ouais com je le kasse, le marco, prand sa dans les jencive !

    RépondreSupprimer
  30. Rhoo! Le troll est tellement en colère d'avoir été démasqué qu'il radote en bavant!

    Ecrivez en français ou en Javanais, ou en ce que vous voulez, mais contentez-vous de faire le troll chez Didier Goux, sans aller éructer ailleurs des commentaires qui ne seront de toute façàn pas publiés...

    Mais cela dit, vous commencez à m'amusez. Si vous pouviez continuer à vous agiter dans tous les sens... Toujours un grand plaisir, de faire danser les petites frappes anonymes avec mon baton^^

    RépondreSupprimer
  31. XP, le gendarme du Web...

    RépondreSupprimer
  32. Rhoo!

    Le Marco de Polo essaie de nous faire croire que c'est fini pour lui, mais il va balancer des commentaires ailleurs, tellement il bave de rage...

    Et last but no least, il prend un autre pseudo ici-même

    "ouais com je le kasse, le marco, prand sa dans les jencive !"

    Ou l'histoire du troll qui donne des leçons de maintenance^^

    RépondreSupprimer
  33. J'avoue que je suis un peu dépassé par le niveau, là. Je dois donc reconnaître amèrement ma défaite. Oui, XP est le plus fort. Il m'a crucifié par son verbe éclatant et son vocabulaire choisi.

    RépondreSupprimer
  34. "XP, le gendarme du Web..."

    Il y a un peu de ça^^

    Il faut comprendre que vous en laisser un s'étaler, vous en avez dix qui arrivent...

    RépondreSupprimer
  35. @Marco Polo

    "J'avoue que je suis un peu dépassé par le niveau"

    C'est une sage décision, que celle d'arrêter de troller.
    Pour autant, vous pourrez encore surfer sur le net! Il y a des tonnes de "forums sur la toile, avec tous plein de gars comme vous^^

    RépondreSupprimer
  36. jeu :

    corrigez les fautes d'XP et gagnez le droit de vous faire traiter d'étron par le Maître.

    exercice 1 : "Il faut comprendre que vous en laisser un s'étaler, vous en avez dix qui arrivent..."

    exercice 2 : "Mais cela dit, vous commencez à m'amusez."

    question subsidiaire : en quelle classe est-on supposé maîtriser la différence entre infinitif et terminaison verbale à la deuxième personne du pluriel ?
    En vous appuyant sur la réponse précédente, déterminez l'âge mental de l'auteur.

    RépondreSupprimer
  37. Tu tournes en rond, le troll!

    Tu baves, tu te roules parterre! Tu te réponds sur trois blogs en même temps! C'est jouissif!

    RépondreSupprimer
  38. "ça veut dire quoi un pays féminolâtre ?" (L'Hérétique)

    Ca veut dire, par exemple, un pays où des parents annoncent aux journaux qu'ils garderont secret le sexe de leur enfant, pour lui éviter l'épouvantable oppression sociale des préjugés machistes.

    Comme cela s'est passé récemment en Scandinavie ; en Suède, je crois.

    RépondreSupprimer
  39. Y en a qui ont la jouissance facile, quand même...

    RépondreSupprimer
  40. "Y en a qui ont la jouissance facile, quand même..."

    Il a le sens de la répartie, notre troll qui bave de rage sur tous les blogs en même temps^^

    RépondreSupprimer
  41. Et si on devenait amis ?

    RépondreSupprimer
  42. Pourquoi faire?

    Vous êtes beaucoup plus amusant comme ça!

    RépondreSupprimer
  43. Imaginez l'équipe formidable qu'on pourrait faire, chacun dans sa spécialité.
    Vous vous occuperiez du fond, traiter les autres d'étrons, de merde molle, tout ça, et moi je corrigerais les fautes.
    Tous les deux, on serait invincibles !

    RépondreSupprimer
  44. Je comprends que vous cherchiez à sortir de votre trou à rats, c'est humain, mais les trolls comme vous n'ont jamais servi à rien.

    Sauf à faire rigoler le monde à leurs dépens, avec des répliques du genre "soigner l'orthographe c'est honorer la Fronnce"^^

    RépondreSupprimer
  45. "traiter les autres d'étrons, de merde molle"

    Je suis généralement un garçon poli et respectueux.

    Essayez d'arrêter de faire le troll et ce baver sur tous les blogs en même temps, vous verrez.

    RépondreSupprimer
  46. vous avez écrit "à leurs dépens" sans faire de fautes ! J'en déduis que vous avez trouvé un autre correcteur que moi, snif.

    Bon, blague à part, on a bien rigolé quand même, non ?

    RépondreSupprimer
  47. Vanessa Taprendra24 juillet 2011 à 17:23

    S'il faut quelqu'un pour faire la vaisselle dans l'équipe je suis prem's (option Horst Wessel sur demande).

    RépondreSupprimer
  48. Moi, oui.

    Vous, j'en doute! On ne bave pas et on ne chougne pas sur plusieurs blogs en même temps, quand on s'amuse^^

    RépondreSupprimer
  49. Oui, très bien Vanessa, et faudrait aussi quelqu'un d'autre pour la bouffe. Le partage des tâches c'est important, et moderne.

    XP : ne gâchez pas mon plaisir par pure méchanceté ! Moi je m'amuse, mais j'ai un doute pour les autres lecteurs, s'il en reste...

    RépondreSupprimer
  50. les autres lecteurs? Il fallait y penser avant.
    En évitant de profiter de de l'absence de modération pour vous étaler ici, au risque que l'on vous renvoie votre merde dans la gueule.

    Souvenez-vous de ça: il y a des forums, pour les petits bras comme vous. Celui du Nouvel Obs est très bien.

    RépondreSupprimer
  51. et comme ça en passant, ça sort d'où que je suis sur plusieurs blogs en même temps, à me rouler par terre de honte, à me mettre minable et à subir humiliation sur humiliation ? C'est une technique de déstabilisation ? Moi je veux bien rigoler, mais si des trucs m'échappent, c'est pas de jeu.

    RépondreSupprimer
  52. XP et Marco Polo,
    J'étais justement en train de me dire que comme pourrisseurs de blog vous vous posiez un peu là.
    Moi je préfère retourner chez les confestifs où l'ambiance était plus civilisée.

    RépondreSupprimer
  53. Lucien de Lacvivier24 juillet 2011 à 18:18

    One of conservatism’s most important insights is that all ideologies are wrong. Ideology
    takes an intellectual system, a product of one or more philosophers, and says, “This
    system must be true.” Inevitably, reality ends up contradicting the system, usually on a
    growing number of points. But the ideology, by its nature, cannot adjust to reality; to do
    so would be to abandon the system.
    Therefore, reality must be suppressed. If the ideology has power, it uses its power to
    undertake this suppression. It forbids writing or speaking certain facts. Its goal is to
    prevent not only expression of thoughts that contradict what “must be true,” but thinking
    such thoughts. In the end, the result is inevitably the concentration camp, the gulag and
    the grave.
    But what happens today to Europeans who suggest that there are differences among
    ethnic groups, or that the traditional social roles of men and women reflect their different
    natures, or that homosexuality is morally wrong? If they are public figures, they must
    grovel in the dirt in endless, canting apologies. If they are university students, they face
    star chamber courts and possible expulsion. If they are employees of private
    corporations, they may face loss of their jobs. What was their crime? Contradicting the
    new EUSSR ideology of “Political Correctness.

    Source : http://www.kevinislaughter.com/wp-content/uploads/2083+-+A+European+Declaration+of+Independence.pdf

    RépondreSupprimer
  54. Bin ouais, je crois qu'on a déconné. XP et moi, on est des conpafestifs.
    Juste des cons, quoi.

    RépondreSupprimer
  55. @ Robert, il me semble justement que les norvégiens peuvent s'armer très facilement et que par conséquent ils sont tous armés jusqu'aux dents. Cependant ma source n'est pas fiable à 100% puisque je crois me souvenir d'avoir vu ça dans un "documentaire" de l'horrible Moore.
    Pour ce qui est du passé militaire du bonhomme, j'ai vu une photo de lui en habit d'apparat avec tous plein de jolies décorations...

    RépondreSupprimer
  56. Sinon, pour ce qui est de son niveau d'engliche relevé par je ne sais plus qui, je peux vous assurer pour avoir bossé avec des norvégiens il y a quelques mois et avoir passé 3 semaines à Oslo par la même occasion qu'ils parlent presque tous un british à peu près parfait.

    RépondreSupprimer
  57. Marco Polo,
    Bon ! Puisque vous avez fait amende honorable, vous êtes pardonné et l'autre : au piquet !

    RépondreSupprimer
  58. Amiral, les Finlandais peuvent s'armer très facilement. Les Norvégiens et les Suédois, je ne crois pas. Cependant, je viens de lire que le gars avait un permis pour ses trois armes.

    Son uniforme militaire, je ne sais pas d'où il vient. Rien ne dit qu'il soit authentique. Il a utilisé un faux uniforme de policier pour se livrer à son massacre. Et il s'est aussi photographié en tenue de nageur de combat, qu'il n'a jamais été, sauf erreur.

    Quant à la fiabilité de Michael Moore... c'est lui qui a fait un film pour dire à quel point les hôpitaux cubains étaient meilleurs que les hôpitaux américains. Dans les hôpitaux cubains, les malades marchent littéralement dans leur merde.

    RépondreSupprimer
  59. "Moi je m'amuse, mais j'ai un doute pour les autres lecteurs, s'il en reste..."
    Si si, moi j'aime bien !

    RépondreSupprimer
  60. "But the ideology, by its nature, cannot adjust to reality; to do
    so would be to abandon the system.
    Therefore, reality must be suppressed."

    Le (moder)noeud du problème.

    RépondreSupprimer
  61. Ah ouais les finlandais c'est ça.
    Pour ce qui est du costume, on peut dire la même chose avec la tenue franc-mac...
    Et sur la fiabilité de l'immonde Moore, je l'ai rlevé moi-même.

    RépondreSupprimer
  62. "qu'ils parlent presque tous un british à peu près parfait."
    C'est d'ailleurs une des raisons de leur envahissement.
    Si les pays scandinaves avaient jalousement préservé leurs langues impossibles, je pense que les candidats à l'immigration chez eux y auraient réfléchi à deux fois.
    Mais là, c'est le tout anglais partout, alors c'est facile !

    Je pense que c'est aussi une des raisons pour lesquelles les Belges flamands ne veulent pas entendre parler Français dans leur partie de Belgique. Ca dissuade l'envahisseur. C'est la barrière linguistique qui remplace la barrière douanière. Alors que la Wallonie est ouverte à tous !

    RépondreSupprimer
  63. Merci pour votre indulgence, Mildred.

    Carine, vous êtes une coquine !

    RépondreSupprimer
  64. Marco Polo:
    je vous ai salement laissé tomber sur ce coup-là, mais c'est mon sens du partage.

    RépondreSupprimer
  65. Bon, merde, à la fin.

    Hervé : sois gentil, cesse de répondre à ces crétins et le les exciter, ça me permettra de n'avoir pas 71 commentaires à lire quand je reviens de dîner.

    Les crétins : XP vous “cherche”, vous ne le voyez pas ? Fermez votre gueule, vous êtes ridicules, à la fin !

    RépondreSupprimer
  66. Et les crétins le cherchent bien un peu aussi ^^

    RépondreSupprimer
  67. C'est ce qu'on fait, pas de panique.

    RépondreSupprimer
  68. Bon, voilà : en dehors des deux ou trois commentaires de Marchenoir, qui tente de DIRE des choses, les autres piaillent, comme toujours.

    Bref : je n'ai rien lu de vos histoires, je m'en fous. Ce type a massacré 90 personnes, et on essaie de comprendre AU NOM DE QUELLE IDÉE il l'a fait.

    Hein ? Vous vous rendez compte ? Un mec bousille près de cent personnes, il a passé deux ans à préparer son truc, et on se demande s'il est plutôt de gauche ou plutôt de droite ? Magnifique.

    RépondreSupprimer
  69. Marco Polo :

    Sortons comme des princes !

    RépondreSupprimer
  70. Didier
    Vous devriez aller lire le commentaire qu'a fait quelqu'un sous un article de Bruno Gollnish sur le site du même nom.
    Sparte est le nom du commentateur, le dernier de la liste.

    RépondreSupprimer
  71. Lucien de Lacvivier24 juillet 2011 à 21:16

    Didier Goux :

    Certes, mais un terroriste musulman est un cinglé musulman. Pourquoi est-ce que Breivik ne pourrait pas être un cinglé-quelque chose ? (Non pas de gauche ou de droite, d'ailleurs ; mais quelque chose.)

    RépondreSupprimer
  72. Merci Woland, je suis allé voir les uniformes du triste sire. Bizarre cet écusson similaire sur son grand uniforme et sa combine de nageur : tête de mort et croix de Malte. Ca existe encore chez les Norvégiens, gens si raisonnables, si "féminolâtres" ?

    En revanche la tenue des radis rose semble authentique.

    Pour ceux qui l'ont vu, ça évoque le film Simone, d'Andrew Nicholl, avec Al Pacino. Mais peut-être ce type est-il sa propre création, un "faux self" ultime, c'est sans doute ça.

    RépondreSupprimer
  73. Pardon, radis rose = franc maçon

    RépondreSupprimer
  74. Faut pas l'emmerder, m'sieur Goux...

    RépondreSupprimer
  75. Carine, enfin ! Vous avez lu le papier, vous savez qui est Paul machin Watson ? Agoravox est LE site complotiste par excellence. Vous vous souvenez de la tartine d'articles consécutifs au 11/09, dont certains de Revelli lui-même, alimentant la version conspirationniste pour relancer son site en perte d'audience ?

    Clémenceau disait quelque chose du genre "si vous hésitez (pour comprendre une situation) entre le complot et l'incompétence, dites-vous que dans neuf cas sur dix c'est l'incompétence qui prime". Dans le cas présent on a affaire à un type fou, mais pas incompétent, voilà tout.

    RépondreSupprimer
  76. Dom
    Nous sommes d'accord, mais relisez le premier comm de Robert Marchenoir: il se pose les bonnes questions.
    Ce n'est pas parce que la fameuse théorie du complot est ridicule quand elle est érigée en système qu'il est bon de ne pas se poser des questions devant l'énormité d'un meurtre et sa complexité technique.

    RépondreSupprimer
  77. Quand Didier Goux dit :
    "Ce type a massacré 90 personnes, et on essaie de comprendre AU NOM DE QUELLE IDÉE il l'a fait."

    Le type a brouillé toutes les pistes en étant un conglomérat de convictions contradictoires.
    La question n'est pas tellement "pourquoi" (si on accepte le fait qu'il soit dingue) mais plutôt "comment".

    RépondreSupprimer
  78. Gil, en l'occurence M'sieur Goux a tendance à intervertir les crétins. Sur ce fil, XP évoque un peu Elie Semoun dans les démons de Jésus. Et pourtant, Vanessa et Marco (et Carine aussi, la traîtresse), y font rien qu'à dire du mal du libéralisme, donc a priori c'est pas mes copains, mais tout de même...

    OK je sors, comme on dit.

    RépondreSupprimer
  79. Le problème du camarade CSP, c'est qu'il établit une équivalence morale entre les opinions et les actes.

    Puisque le norvégien blond a les mêmes opinions que la réacosphère française et mondiale (et en effet, elles sont les mêmes), la réacosphère est aussi coupable que le norvégien blond.

    Autrement dit, des gens qui n'ont jamais fait de mal à une mouche sont aussi condamnables qu'un type qui a tué de ses mains 90 personnes.

    Léger détail, que CSP fait mine d'ignorer, et qui résume toute la bassesse morale de la gauche.

    Pour la gauche, avoir des opinions de droite est aussi criminel que de massacrer 90 personnes. Penser et tuer, c'est pareil.

    Les opinions du norvégien blond étaient fort raisonnables, justes, lucides, et même modérées. Je n'ai pas lu l'original (1500 pages...), mais les quelques extraits vus ça et là semblent clairs.

    Là où ça commence à ne plus être modéré, c'est quand il commence à donner des conseils sur la façon de passer à la violence armée.

    CSP et les ordures dans son genre font semblant de ne pas s'apercevoir que, non seulement aucune des personnalités de la réacosphère n'a tué des gens, mais qu'aucune n'a préconisé de le faire.

    Au contraire. Tout le propos du mouvement national européen est de se protéger de la violence des envahisseurs, d'éviter les morts que nous apporte d'ores et déjà le multiculturalisme.

    La droite, c'est la loi et l'ordre, et donc la tranquillité publique. Certainement pas le massacre de dizaines de personnes sans défense au fusil semi-automatique.

    On ne peut pas en dire autant du "camarade" CSP, qui, du peu que j'ai vu de son blog, passe son temps à appeler à la révolution violente, se complaît dans un vocabulaire guerrier et agite son sabre en carton un peu à la manière d'un Jérôme Leroy.

    Quand on choisit de s'appeler Comité de salut public, il est assez culotté de venir donner des leçons de non-violence.

    On voit bien là que ce n'est pas la violence ou le massacre qui gênent CSP. C'est le massacre de droite.

    Quand des gauchistes grecs foutent délibérément le feu à une banque avec des gens dedans, et qu'ils brûlent vivantes trois personnes dont une femme enceinte, ça ne gêne pas CSP.

    Ca m'étonnerait bien que CSP se soit indigné face à l'hyposcrisie des gauchistes grecs, selon lesquels ce sont les capitalistes qui sont responsables de ces morts, puisqu'ils ont eu le culot de ne pas fermer la banque alors que "le peuple" avait décrété la grève.

    RépondreSupprimer
  80. Carine, je suis d'accord, mais n'associez pas les questions que Marchenoir se pose avec le tissu de conneries que relaie ce Sparte (rien que le pseudo signe la dinguerie). L'esprit critique ne pose pas le complot en système comme vous dites, les mêler c'est discréditer les légitimes interrogations de gens comme RM.

    RépondreSupprimer
  81. Le problème du norvégien blond, ce n'est pas d'avoir entrevu la vérité sur l'immgration, le djihad ou le néo-marxisme. Sur tout cela, il a parfaitement et banalement raison.

    Son problème, c'est d'avoir décidé de devenir un criminel à partir de ces constatations. Son comportement est la marque d'un esprit criminel, et aussi d'un esprit dérangé, car il est évident que massacrer dix fonctionnaires et quatre-vingts jeunes bisounours socialistes va faire reculer la cause qu'il prétend défendre, et non l'inverse.

    Toutefois (et là, bien sûr, il est inutile d'espérer entendre quelque chose d'honnête de la part du camarade CSP), l'idéologie que défend bec et ongles le camarade CSP, et qui rejette dans les ténèbres du fascisme et de la diabolisation la moindre critique de l'immigration, de l'islamisation, la moindre défense de l'identité nationale et ethnique des peuples européens, cette idéologie porte une lourde responsabilité dans l'action criminelle de gens comme le norvégien blond.

    Quand des opinions parfaitement légitimes et modérées, comme celles dont il fait état, sont systématiquement étouffées par tout l'appareil politico-médiatico-intellectuel pendant quarante ans, eh bien vous finissez par avoir des barges qui pètent les plombs, et qui s'imaginent jouer les héros en déclenchant un massacre.

    RépondreSupprimer
  82. dom, j'aime quand vous vous mettez en colère <3

    RépondreSupprimer
  83. Timothy McVeigh, à moins que ce ne soit Unabomber, s'est prévalu de maximes libérales -- tout comme le norvégien blond.

    Ce en quoi ils avaient parfaitement raison. Ces principes sont sages et bons.

    Il n'en découle pas que tous ceux qui croient à ces principes (à commencer par une grosse partie des Américains, et sans doute la majorité) soient des terroristes, des monstres assoiffés de sang.

    RépondreSupprimer
  84. @Dom

    Monsieur Goux a demandé aux crétins de faire un entracte, il me semble.
    Vous ne savez pas lire?

    RépondreSupprimer
  85. Vous avez raison de dénoncer l'amalgamisme de la gauche à propos de notre Norvégien "de souche", et d'ailleurs c'est la remarque systématique de tous les blogs réacs que je connais, surtout que ces mêmes gauchistes sont par ailleurs les champions du padamalgame. Mais justement, il y a une leçon à tirer, puisqu'on peut se mettre dans la peau deux minutes (pas plus, faut pas déconner) d'un musulman "modéré" et même à peu près honnête (s'il y en a), et qui peut éprouver une certaine douleur à être assimilé aux terroristes d'Al Quaida. Avec cette différence notable, il est vrai, que les médias sont alors les premiers à préciser qu'il ne faut pas généraliser, etc. N'empêche, être musulman, honnête, pacifique, et devoir supporter d'être assimilé à tous ces criminels débiles, ça doit être dur, par moment.
    Là où il y a vraiment une belle saloperie, c'est dans l'insistance à présenter notre Norvégien comme chrétien fondamentaliste, ce qu'il n'est visiblement pas, ou pas aussi clairement, en déduisant sur le fait que tous les fondamentalismes se valent, et même que les chrétiens sont pires que les musulmans, comme je l'ai lu dans pas mal de posts de Libé, par exemple. Il y a arnaque, ici, en ce qu'il n'est pas difficile de trouver des propos criminogènes dans le Coran, tandis que les évangiles sont d'un pacifisme échevelé.
    Mais dans toutes ces récupérations il y a surtout une énorme mauvaise foi, bien entendu.
    En ce qui concerne les motivations du grand blond aux yeux bleus, ne pas négliger la volonté de laisser un nom dans l'histoire, ou en tout cas dans l'actu, même pour une période limitée. Le gars se dit qu'il va forcément y avoir une guerre civile un jour ou l'autre, et qu'alors il passera pour une sorte de précurseur, de visionnaire, de modèle et de héros. Si effectivement il y a une guerre civile (ce que je souhaite, s'il faut en passer par là pour ne pas devenir musulman ou dhimmi), alors son calcul n'est peut-être pas absurde. Il témoigne seulement d'une extraordinaire faculté à mettre en oeuvre un plan osé. Les photos que notre criminel a de toute évidence préparées pour les médias iraient bien dans le sens d'une automythification.
    Aujourd'hui c'est une ordure, mais demain ?
    Si c'est là la bonne explication, alors nous voici devant une banale affaire de narcissisme médiatique.
    Banale dans les motivations, j'entends, car pour ce qui est de la mise en pratique, c'est évidemment monstrueux.
    Personnellement, même très énervé, je n'imagine pas buter ainsi de jeunes cons gauchistes.

    RépondreSupprimer
  86. Monsieur Marchenoir,

    Ce paragraphe me surprend, venant de vous :

    Quand des opinions parfaitement légitimes et modérées, comme celles dont il fait état, sont systématiquement étouffées par tout l'appareil politico-médiatico-intellectuel pendant quarante ans, eh bien vous finissez par avoir des barges qui pètent les plombs, et qui s'imaginent jouer les héros en déclenchant un massacre.

    La société aurait poussé Breivik au crime ? Une éthique de la responsabilité digne de ce nom ne saurait l'admettre, il me semble. Surtout si, de la même main, vous dédaignez examiner ce qui dans ses idées ont pu l'entraîner sur ce chemin (même si je vous accorde que "dédaigner examiner" ne se fait pas habituellement avec les mains).

    Il est intéressant de se demander ce qui le poussa au crime bien sûr, et je vous rejoins par exemple lorsque vous dissociez pensées et actes, faits et systèmes. De même, j'accorde que le personnage me paraît bien trop girouette pour qu'on lui colle une quelconque étiquette qui suffirait à le résumer, et donc à expliquer son acte. Malgré tout, un bon enseignement à tirer de cette histoire à mon sens, tout spécialement pour des gens qui partagent plusieurs de ses points de vue, est qu'aucune idéologie ne peut se croire à l'abri du mal.

    Personnellement maintenant : si je traîne beaucoup sur les pages de Didier Goux, mon phare personnel de la réacosphère (ne rougissez pas Didier, ou alors faites-le en tournant sur vous-même pour vous accorder à mon image), c'est entre autres parce que j'étais fatigué de l'absence totale de sens critique, de retour, de complexe repentir de la pensée, de morale en fait, qu'on y trouve partout ailleurs. C'était pour couper avec la vaine gloriole que tirent la plupart des gens de la beauté de leurs idées.

    J'admets pour ma part avoir des idées qui, mises en oeuvre, érigées en système, feraient bien du malheur. Je me bats constamment, et très insuffisamment bien sûr, contre mes tendances au mal (et avant qu'on en me prenne pour un psychopathe de la tendance Breivik, j'ajoute que l'horizon de mon mal est cependant bien plus proche du commun que le sien). Je ne renonce pas pour autant à toute opinion et j'en forme même, comme chacun de nous ici, bien plus qu'il n'en faudrait. Cependant, j'ai lentement appris, au fil de mes lectures, qu'une idée n'existait jamais toute pure, que lui étaient toujours adjoints une force, une portée, un motif et une cause, et que telle idée, là inoffensive, car de faible portée par exemple, devenait ici nocive ici lorsqu'on l'étendait trop. Ou encore, qu'on pouvait la défendre pour de bonnes raisons comme pour de mauvaises, et que ce n'était pas du tout indifférent. Que dans un cas peut-être on en tirera du bon, et dans l'autre un massacre tout aussi bien. Qu'elles pouvaient nous aveugler parfois, et d'autres fois éclairer notre voie.

    Évidemment, arrivé à ce point de ma trop longue tirade, certains crieront au relativisme qui gangrène le monde ma bonne dame, et ils n'auront pas tout à fait tort en un sens, et en l'autre ils seront loin du compte.

    Bref. Tout cela est un peu dense, et terriblement banal, je le crains. Résumons donc : la faute de la société, vraiment ?

    RépondreSupprimer
  87. Après, il est tout à fait possible que le Norvégien se soit, en plus, fait manipuler par des islamistes.

    On me dit que, dans l'attentat de Timothy Mc Veigh, il y avait un troisième homme, dont personne ne parle plus. Ce troisième homme était musulman. Il y a eu un livre sur lui.

    Tuer 80 jeunes socialistes norvégiens ne fait pas reculer d'un poil la menace islamiste. En revanche, cela rend la tâche beaucoup plus difficile au mouvement anti-djihadiste.

    Mais il est aussi possible que le Norvégien ait, vraiment, agi seul.

    Comme j'ai déjà eu l'occasion de l'écrire, les immigrationnistes devraient se méfier. A force de voir Hitler derrière chaque buisson, à force de se plaindre du retour des zeurléplusombres, ils pourraient finir par avoir raison.

    Oui, en effet, comme le disent les gauchistes, l'homme blanc a de très belles réussites à son actif, en termes de massacres. Oui, l'homme blanc sait faire, dans le registre de l'horreur.

    Et quand il s'y met, c'est pas du massacre artisanal à coups de machette, ou de coups de pied dans la tête de vieillards, de femmes et de handicapés.

    C'est de la belle ouvrage, du pensé, du réfléchi, du préparé. Du massacre rentable, productif, un vrai petit chef-d'oeuvre ultra-libéral : un warrior anti-communiste, quatre-vingts-dix morts.

    Le type prévoit de tuer un maximum de personnes en se suicidant (car évidemment, il est peu probable de penser qu'il imaginait en réchapper), mais il laisse derrière lui une hotline en pdf de 1500 pages, un "Deviens, toi aussi, un tueur en série pour les nuls", avec références, hyperliens et trucs et astuces informatiques.

    Toi aussi, défends la civilisation européenne avec mon kit téléchargeable gratuit sur Internet.

    Du travail de Blanc, quoi. Pas du travail d'Arabe.

    Alors oui, le Norvégien blond est un criminel et un fou, mais les socialauds semblent avoir un peu oublié le principe action / réaction. A force de négliger les opinions légitimes de la majorité des peuples européens, ils s'exposent à d'autres explosions meurtrières, toujours possibles.

    Les socialauds ont cru qu'ils pouvaient impunément nier la réalité ethnique et nationale des peuples. Ils ont cru qu'ils pouvaient impunément écraser leurs bottes fascistes sur le visage des Blancs d'Europe, chaque jour, chaque minute, sans arrêt, depuis quarante ans.

    Eh bien, on ne change pas la nature humaine, même quand on est socialiste.

    Enoch Powell was right.

    Rivers of blood,
    disait-il en 1968, déjà, citant Virgile.

    Enoch Powell avait prédit des fleuves de sang. En 1968. Il mettait ainsi en garde contre les conséquences de la première loi "anti-raciste" de l'histoire de la Grande-Bretagne.

    Pour la première fois, cette loi allait punir la discrimination raciale.

    Ne faites pas ça, avait dit Enoch Powell. Vous préparez l'horreur à vos descendants.

    Personne ne l'a écouté. Ni à gauche, ni à droite. Ni chez ses adversaires politiques, ni dans son propre parti, le parti conservateur -- on ne parle pas là de l'extrême-droite, du BNP, de néo-nazis. Enoch Powell était un facho modéré.

    Il est mort sans avoir été entendu.

    Nous y sommes. Enoch Powell avait raison.

    Les fleuves de sang qu'il avait prédits sont là.

    Et des abrutis comme CSP sont assez cons pour s'en réjouir. Pour imaginer que cela leur donne raison, à eux.

    RépondreSupprimer
  88. @Marchenoir

    Avec de l'engrais, très facile de faire une bombe, je vous l'assure. Jeune, je faisais des gros pétards (chlorate de soude). Il fallait ajouter du sucre.
    A Brest, il y a longtemps, un bateau bourré d'engrais à exploser sur le port. Des morts et des morts. Non ce n'est pas si difficile. Et ce n'est que le début.

    RépondreSupprimer
  89. "A force de négliger les opinions légitimes de la majorité des peuples européens, ils s'exposent à d'autres explosions meurtrières, toujours possibles."
    Voilà. C'est exactement ça.

    RépondreSupprimer
  90. Tcheni : le fait que Breivik soit individuellement responsable de son crime n'empêche pas de s'interroger sur la responsabilité historique et politique du totalitarisme gentil en vigueur en Europe.

    RépondreSupprimer
  91. De toutes façons, son nom est tellement imprononçable qu'on oubliera très vite cette affaire. Dans une semaine on parlera à peine d'un norvégien.....

    RépondreSupprimer
  92. Pierre, faire des pétards quand on est enfant, c'est une chose. Fabriquer une bombe dans le but de faire sauter un immeuble entier, c'en est une autre.

    Et une explosion accidentelle en est une troisième.

    RépondreSupprimer
  93. Je viens de survoler quelques pages au hasard du manifeste du Norvégien.

    Ce type est un fou furieux. Il donne les recettes de ses bombes avec tous les détails, il explique comment il a mis les commerçants en confiance, il annonce que son mouvement de "Templiers" va faire exploser des bombes nucléaires sales contre des cibles "marxistes" (mais il donne un ultimatum jusqu'en 2020 pour mettre fin au multiculturalisme...), il évoque l'hypothèse que l'accident de Techernobyl était un attentat anti-communiste, il donne un luxe de détails sur les futurs uniformes de son "armée des Templiers" (ce qui explique les photos posées parues dans les médias)...

    Bref, un authentique malade mental. Probablement très intelligent, mais auquel il manque une case (enfin, plusieurs...). Très, très dangereux. Evidemment, dit après coup, c'est un peu facile, mais à la lecture de son texte, c'est frappant.

    C'est "La Bible du terrorisme" en 1518 pages. Théorie, pratique, trucs et astuces. Encore un peu, et il y avait des pages d'exercices, avec slides Powerpoint et corrigés.

    En plus, de son point de vue, c'est idiot, puisque si son manuel est bien fait (et il a l'air de l'être), il donne des armes à ses ennemis.

    Si jamais il reste à travers le monde un terroriste islamique putatif qui n'a pas trouvé le bon lien sur Internet pour faire des bombes, eh ben là, il a l'adresse...

    On a l'impression d'un type qui a passé toute sa vie dans un jeu vidéo à sauver le monde en tuant des méchants, qui a décidé de sortir de son jeu vidéo, de le décalquer sur la vraie vie, et qui, contre toute attente, y est, hélas, arrivé.

    Comment un type à ce point coupé du réel est-il parvenu à s'y connecter suffisamment pour réussir son plan criminel ? C'est vertigineux.

    Unabomber aussi était (je suppose) très intelligent. Un ancien prof de maths d'université.

    RépondreSupprimer
  94. De mieux en mieux :

    "Anders Behring Breivik, le suspect des attaques qui ont ensanglanté la Norvège vendredi, souhaite une audience publique devant le juge qui doit se prononcer sur son placement en détention provisoire lundi et comparaître en uniforme, a indiqué son avocat dimanche soir."

    "Il a deux souhaits: le premier est que l'audience soit publique et le second est qu'il puisse être vêtu d'un uniforme", a déclaré l'avocat, Geir Lippestad, à la télévision NRK. "Je ne sais pas de quel uniforme il s'agit", a-t-il précisé."

    RépondreSupprimer
  95. Photos fun, costumes et mises en scène : la théorie du narcissisme se précise. Une façon aussi peut-être d'exalter son identité flouée par le multiculturalisme. Le gars en rajoute, en fait des tonnes, mais la folie n'explique pas tout, et peut-être rien, je parierais plutôt sur une grosse solitude doublée d'un sens pratique exacerbé. Un mélange rare, sûrement.
    Sinon, Marchenoir a raison de rappeler les prophéties d'Enoch Powell, l'un des premiers à avoir parfaitement compris le problème. Il y aura d'autres drames de ce genre. Mais on peut tirer de celui-ci une seconde leçon, plus positive. Je prie le lecteur d'excuser mon cynisme, mais après tout Marchenoir l'a déjà dit : quand l'européen se lance sérieusement dans une aventure, ça dépote ! Même en infériorité numérique, le Blanc finira toujours par gagner, pour peu bien sûr qu'il y ait une guerre...

    RépondreSupprimer
  96. Monsieur l'hérétique a bien lu le billet de Didier Goux et le résume sur son blog.
    Apprécions un peu :
    "la Scandinavie a sur une carte l'aspect d'une bite molle ce qui explique le carnage qui s'est produit près d'Oslo" !

    C'est vrai quoi, Didier, comment pouvez vous dire une chose pareille, même pas vraie, en plus.

    J'en déduis que cet "Hérétique" (hum) doit être un degauche pour manquer à ce point d'humour.
    On les repère aussi à ça, maintenant...

    RépondreSupprimer
  97. Autrement dit : Sus à la bite molle !

    RépondreSupprimer
  98. Le gars veut faire son appel du 18 Juin en grand uniforme, au cours d'une audience publique…

    RépondreSupprimer
  99. Sinon, j'ai lu soigneusement tous les commentaires (sous ce billet et ceux d'avant). Je suis globalement d'accord avec ce que développe le señor Marchenoir, mais qu'on ne compte pas sur moi pour répondre à tous dans le détail : jé pu l'âge !

    En plus, je suis en mode “grand-père” pour toute la semaine, alors…

    RépondreSupprimer
  100. @Didier

    Dis, tu me les rendras mes jouets, un de ces jours?

    J'ai envie de jouer à la toupie avec ma Carine, te temps en temps...

    RépondreSupprimer
  101. Je suis assez d'accord avec le commentaire 3h43 de Marchenoir. (Au passage, combien sont-ils en ce nom de Marchenoir, jamais il dort çui là ?)
    Bien contente aussi que le langage guerrier "choisir son camp" "sortir de la paille les fusils la mitraille les grenades" "envoyer douze balles trempées dans le suif dans la peau de nos ennemis" prenne un petit coup dans l'aile, ou baisse d'un bémol. Car il ne s'agissait que d'images, de façons de parler, n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer
  102. Passez un excellent lundi, XP !
    Dieu vous bénisse !

    RépondreSupprimer
  103. Je vais essayer, Carine.

    Mais Didier ne veux plus que je joue avec mes neuneux... Alors forcément, la vie est un peu plus dure...

    Vous me manquez! un specimen de votre espèce, ça ne se trouve pas sous les sabots d'un cheval... Enfin à bientôt, j'espère.

    Bonne journée à vous aussi...

    RépondreSupprimer
  104. "Bref, un authentique malade mental. Probablement très intelligent, mais auquel il manque une case (enfin, plusieurs...)" (RM)

    La définition de la folie de Chesterton semble s'appliquer parfaitement à ce type : "un fou est quelqu'un qui a tout perdu, sauf la raison."

    RépondreSupprimer
  105. Ah désolée pour vous, cher XP.

    Oui, c'est bien dommage, mais il ne faut vous en prendre qu'à lui, c'est pas gentil de casser vos jouets.
    Surtout avant l'âge de raison. Ca laisse des traces.

    Après, vous faites les choux gras d'un psychanalyste et ça fait des frais.

    Oui, je sais, je suis un specimen rare et je suis contente d'être appréciée de vous. Sachez que vous l'êtes tout autant de moi. Sauf que pour moi, vous n'êtes pas rare, mais d'une banalité ! Rassurez-vous, ce n'est pas grave ! Juste une année ou deux de psy supplémentaires.

    Voilà, bonne journée, je ne veux pas monopoliser…

    RépondreSupprimer
  106. Bon, allez, j'ai eu pitié et j'ai rouvert le placard à jouets…

    RépondreSupprimer
  107. Et moi, Carine, Dieu me bénisse aussi ? Non ? Même pas un petit peu, du petit doigt gauche ? Pour me consoler de l'affliction dans laquelle me plonge cette horrible nouvelle ... ?

    RépondreSupprimer
  108. "Tcheni : le fait que Breivik soit individuellement responsable de son crime n'empêche pas de s'interroger sur la responsabilité historique et politique du totalitarisme gentil en vigueur en Europe."

    N'est-ce pas exactement l'argument des pro-palestiniens ?

    "Le fait qu'Abdel-X soit individuellement responsable de son crime n'empêche pas de s'interroger sur la responsabilité historique et politique d'Israël" ?

    RépondreSupprimer
  109. Voyons, il parait que ça marche aussi avec le 11 septembre.

    RépondreSupprimer
  110. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  111. Marchenoir, où avez-vous trouvé le manifeste du Norvégien, s'il vous plaît ?

    RépondreSupprimer
  112. Suzanne, ma chère Suzanne,

    Dieu vous bénisse autant qu'il lui plaise !
    Mais comprenez-moi.
    Je lui ai déjà demandé de bénir XP, je ne peux pas non plus monopoliser son bon vouloir pour lui demander de bénir tous les gens qui ne m'aiment pas !
    Il y passerait ses journées et il a d'autres chats à câliner.
    C'était une exception !
    Pardonnez-moi.

    Sinon, sur la catastrophe qui vous occupe, bien oué, c'est trop dur. Condoléances…

    RépondreSupprimer
  113. Si j'étais complotiste, je dirais qu'il aurait été payé par nos ennemis, tant son crime profite à leur propagande! et si le psychopathe est vraiment de notre camp, il a mis magistralement une balle au but de sa propre équipe!

    RépondreSupprimer
  114. Carine: oh, vous savez, s'aimer, ne pas s'aimer, sur les blogs...

    RépondreSupprimer
  115. "Bien contente aussi que le langage guerrier "choisir son camp" "sortir de la paille les fusils la mitraille les grenades" "envoyer douze balles trempées dans le suif dans la peau de nos ennemis" prenne un petit coup dans l'aile, ou baisse d'un bémol. Car il ne s'agissait que d'images, de façons de parler, n'est-ce pas ?"

    Non, et ce langage doit continuer, Suzanne.

    Il est essentiel au réarmement moral de l'Occident.

    Il est indispensable pour que les Européens prennent conscience qu'ils ont le droit (et le devoir) de défendre leur existence même.

    Il est indispensable pour décrire la réalité, tout simplement. C'est une guerre qui est en train de se dérouler sous nos yeux, même si ses modalités inhabituelles font qu'on ne la reconnaît pas ainsi.

    Il y a une différence entre une guerre de défense et une guerre d'agression.

    Il y a une différence entre un massacre aveugle d'innocents et l'utilisation maîtrisée de la force pour défendre sa vie, sa souveraineté et sa liberté.

    Le choix n'est pas entre le massacre aveugle d'innocents et le pacifisme bêlant.

    RépondreSupprimer
  116. Dorham :

    "Tcheni : le fait que Breivik soit individuellement responsable de son crime n'empêche pas de s'interroger sur la responsabilité historique et politique du totalitarisme gentil en vigueur en Europe."

    N'est-ce pas exactement l'argument des pro-palestiniens ?

    "Le fait qu'Abdel-X soit individuellement responsable de son crime n'empêche pas de s'interroger sur la responsabilité historique et politique d'Israël" ?


    Non. Vous confondez la forme et le fond. Fausse symétrie typique du raisonnement contemporain. Je change des mots dans la phrase, le résultat devrait être le même.

    Ben, non. Si on change des mots dans la phrase, le sens se modifie. La phrase devient fausse.

    Israël a certes une responsabilité politique et historique, et la façon dont il l’exerce fait de lui un gentil, un bon, une puissance qu’il faut approuver et soutenir.

    Israël exerce sa responsabilité politique et historique avec une remarquable retenue, une remarquable absence de cynisme et une remarquable tolérance envers les intérêts de ses ennemis.

    Israël soigne, dans ses hôpitaux, des membres du peuple ennemi, qui l’insultent littéralement à peine guéris, avant de franchir la porte dans l’autre sens, et de recommencer à soutenir ceux qui bombardent des civils israéliens.

    Et malgré cela, Israël tolère des députés arabes dans son parlement.

    Malgré cela, Israël tolère, sur son sol, des "Arabes israéliens" dont rien ne dit qu'ils ne prendront pas, un jour, les commandes d'un bulldozer pour écraser un car scolaire ; et d'ailleurs, ils le font.

    Donc, oui, il faut s’interroger sur la responsabilité d’Israël, et cette interrogation aboutit à exonérer totalement Israel, et à accabler ses ennemis.

    De même, les racailles maghrébo-africaines doivent pleinement assumer, personnellement, la responsabilité des crimes qu’elles commettent, sur notre sol, à l’encontre de notre peuple. Elles doivent subir, en justice, les peines qu’elles méritent.

    Toutefois, cela ne doit pas permettre aux dirigeants politiques, aux chefs médiatiques et universitaires de s’exonérer de leur responsabilité politique et historique dans l’organisation de l’immigration-invasion.

    Ils doivent, eux aussi, répondre de leurs décisions politiques, de leur propagande, de leurs mensonges, de leur répression, de leur oppression.

    L’un n’empêche pas l’autre. Au contraire.

    Car eux sont coupables, contrairement à Israël. Eux ont organisé l'immigration-invasion. Eux ont délibérément ignoré l'opposition populaire, les innombrables avertissements qu'ils ont reçu, les innombrables preuves qui leur ont été fournies de la nocivité de leur politique.

    Ils ne peuvent pas dire qu'ils ne savaient pas. Ils savent très bien. Ils connaissent parfaitement les conséquences désastreuses de la politique qu'ils soutiennent, envers et contre tout. Et malgré tout, ils continuent.

    Malgré tout, c'est leur peuple qu'ils punissent, qu'ils matraquent de lois "anti-discriminatoires", qu'ils baîllonnent à coups de menaces et de procès, qu'ils obligent à se laisser faire, en cas d'agression, sans lui donner le droit de se défendre.

    RépondreSupprimer
  117. Anal de Nîmes : il est un peu partout sur le Net.

    Par exemple sur le World Net Daily (pdf).

    RépondreSupprimer
  118. Marchenoir: Vous ne galvaudez pas un peu le mot "guerre", là ? La guerre à la pauvreté, la guerre au terrorisme, la guerre à la vie chère, la guerre à l'illettrisme... Conflits, luttes, antagonismes (même profonds, les antagonismes, allez, je veux bien, et irrésolvables les conflits, pourquoi pas), mais GUERRE... Ce n'est pas ça, la guerre, la vraie.
    "Le choix n'est pas entre le massacre aveugle d'innocents et le pacifisme bêlant." (Marchenoir)
    Il n'y a aucune guerre sans massacre aveugle d'innocents. Vous le savez bien ! à mon tour d'employer le mot "contreproductif"; tout ce langage guerrier bloguesque flirte avec le ridicule, surtout quand on titille un peu les locuteurs. On n'est plus dans la vraie vie. Ce Norvégien intelligent a bouché la soupape de sa cocote minute, et son acte est cohérent. Imaginez que les blogueurs, les notres à nous, les blogueurs d'ici et des blogs d'à côté qui parlent de guerre contre les crouilles passent à l'acte ? Pas difficile, de mettre une bombe dans certains quartiers, pour nettoyer tout ça propre et net. Elle est où, la défense de l'occident chrétien, là dedans ? Vous aurez exalté, encouragé, promu, ceux qui demandent plus de tolérance et d'accueil de l'autre, ainsi que la juste parité de présentateurs noirs/blancs dans les émission de téléréalité sur le thème "j'ai le droit de présenter ma fille difforme et trisomique au concours des mini-miss", et augmenté la chance des associations antiracistes d'avoir des subventions de plus en plus élevées.
    Je me demande ce que font en dehors des blogs les anti-islamistes de choc.

    RépondreSupprimer
  119. "si le psychopathe est vraiment de notre camp..." (si ça se trouve, c'est un agent-double maladroit)

    RépondreSupprimer
  120. "Il n'y a aucune guerre sans massacre aveugle d'innocents." (Suzanne)

    Ah. D'accord.

    Alors que vous inspire le fait qu'en France, en Europe, aux Etats-Unis, il y ait, chaque année, un "massacre aveugle d'innocents" dû exclusivement à la criminalité extra-européenne, qui n'aurait pas existé si la cohabitation de populations européennes et non européennes n'avait pas eu lieu ?

    Serait-ce, par hasard, le signe qu'une guerre de fait nous est livrée ?

    Que vous inspire l'affaire des meurtres Z à San Francisco, entre 1972 et 1974 ? Les meurtres Z, du nom de la bande de fréquences radio exclusivement consacrée à cette affaire par la police, qui n'arrivait pas à trouver les coupables de cette série de meurtres apparemment sans motif ? Meurtres qui ont fait 71 victimes ?

    La police n'arrivait pas à trouver le motif de ces meurtres, parce que le motif de ces meurtres était inimaginable à l'époque pour les Blancs (et l'est toujours, visiblement, aujourd'hui) : le motif, c'était de tuer des Blancs, pris au hasard dans la rue.

    Et les coupables étaient, évidemment, noirs.

    Les meurtres Z avaient été planifiés par les Anges de la Mort, une organisation qui faisait partie des Black Muslims. Noirs, et musulmans.

    Les membres de cette organisation gagnaient leurs "ailes", affichées au tableau d'honneur du siège, selon un barême très parlant : pour avoir ses ailes d'Ange de la Mort, il fallait tuer 9 hommes blancs ; ou 5 femmes blanches ; ou 4 enfants blancs.

    Vous noterez qu'il s'agit de la même logique que celle employée près d'Olso par Breivik, qui a décidé de massacrer en priorité des enfants (et des jeunes gens).

    Un certain nombre de responsables de ce massacre organisé ont été arrêtés et condamnés. Les deux policiers qui ont dirigé l'enquête étaient convaincus qu'un policier noir était le complice des assassins. Ce dernier n'a jamais été confondu.

    L'une des victimes fut un SDF qui a été capturé, amené dans un local de l'organisation, déshabillé, attaché à un poteau, puis livré à la cantonade pour que chacun porte un coup avec ce qui lui tombait sous la main (hachoir de boucher, etc). Puis son corps a été jeté à la mer.

    Ca ne vous rappelle rien ? Ilan Halimi, ça vous dit quelque chose ? Un Blanc capturé par des Noirs, en France, mis à nu puis tué par des membres d'un gang, par haine raciale pure ?

    Qu'est-ce que c'est que cela, sinon une guerre ethnique ?

    Evidemment, même aux Etats-Unis, tout le monde a oublié l'affaire des meurtres Z qui pourtant est plus que jamais d'actualité, sauf quelques rares personnes qui en furent les protagonistes à l'époque.

    1968 : discours dit Rivers of Blood d'Enoch Powell en Grande-Bretagne.

    1972 : affaire des meurtres Z aux Etats-Unis.

    2011 : tuerie d'Oslo.

    A part ça, il n'y a pas de guerre raciale, et il suffira de "ne pas avoir de vocabulaire guerrier" pour régler le problème.

    RépondreSupprimer
  121. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  122. Marchenoir: alors, toutes les violences faites aux enfants dans le monde entier, c'est une guerre contre les enfants ? Et celles faitesaux femmes, un féminicide organisé, concerté?

    Prenons par exemple ces dealers noirszéarabes qui contrôlaient entrées et sorties sur leur territoire, dans je ne sais plus quelle banlieue, récemment. L'affaire avait ému l'association humanitaire dont le camion s'était trouvé bloqué comme à une frontière, comme à un barrage en temps de guerre, justement.
    Je pense que nous serons au moins d'accord sur ceci: c'est intolérable sur le territoire français, c'est comme si nous n'étions plus en temps de paix. Le hic, c'est qu'il y a de plus en plus d'intolérable toléré. oui, geint-on, mais les forces de police sont dramatiquement réduites, et bla, et bla...
    Vous, je crois (arrêtez-moi si je me trompe, hein), vous voudriez nous virer tout ça sans faire de détail. (mais où, si les gars sont français?) Moi, je voudrais qu'on les empêche de nuire immédiatement, en faisant intervenir l'armée si nécessaire (et non pas les pompiers, comme le proposait un ministre du gouvernement), et qu'on les empêche de nuire efficacement justement parce que nous sommes en temps de paix dans un pays où l'on circule librement, et que le droit doit prévaloir.
    La "guerre raciale"... Combien de divisions ?

    RépondreSupprimer
  123. C'est bien confus, ce que vous racontez, Suzanne.

    Donc, vous voulez envoyer l'armée dans les banlieues, mais vous vous offusquez quand j'affirme que nous sommes en guerre ? Une guerre unilatérale, que nous n'avons pas voulue, et dont nous sommes les victimes quasi-exclusives ?

    Sachant que Breivik, qui dit avoir voulu défendre son pays contre l'agression que je décris, s'est lui aussi attaqué à des Européens ? Et donc a ajouté au décompte des victimes, toujours dans le même camp ?

    RépondreSupprimer
  124. La guerre raciale n'est pas encore déclarée, et ne le sera peut-être jamais. S'il doit y avoir une guerre à cause de la cohabitation forcée des races (et des cultures, car racialement, on pourrait "s'entendre" avec les maghrébins), cette guerre se fera entre Blancs. Collabos d'un côté, Résistants de l'autre. Les Noirs et les Arabes compteront les points, et dépouilleront les morts des deux côtés... C'est là où le Norvégien tape juste (symboliquement, pas moralement) : il s'est attaqué aux pré-collabos.

    RépondreSupprimer
  125. "C'est bien confus, ce que vous racontez, Suzanne. "
    oh, j'en conviens.
    L'armée a aussi des missions en temps de paix, c'est toujours mieux que de fantasmer sur des milices entraînées au kravmaga pour guerroyer contre la vermine.
    Encore une fois, "se déclarer en guerre contre", ce n'est pas être en guerre. Je ne vais pas vous recopier la définition du mot guerre sur Wikipédia, on va rebondir sur Wikipedia et la culture en creux des modernoeuds.
    Concernant l'affaire Halimi: j'avais fait sur mon blog quelques billets, pendant le procès. J'avais été choquée par les reportages chez les jeunes du quartier qui disaient "mais c'est banal, un enlèvement comme ça, nous on fait ça souvent, etc, etc". Pareil avec l'agression de l'étudiant à écharpe écossaise, quand la SNCF avait dit "mais des agressions graves comme ça, on en a au moins une par semaine, on ne comprend pas tout de foin pour un type de plus, juste à cause de cette vidéo..."
    Je n'envisage pas la guerre raciale pour autant. On peut peut-être essayer autre chose avant ?

    RépondreSupprimer
  126. "On peut peut-être essayer autre chose avant ?"

    avant la guerre "raciale" ?
    Oui : Marine Le Pen, mais elle ne sera pas élue.

    RépondreSupprimer
  127. C'est ce que vont dire 80 % des Français, ne paniquez pas.

    Une solution ?

    RépondreSupprimer
  128. Dans ses fantasmes de "stratège" géopolitique autoproclamé, Breivik envisageait aussi de s'allier avec les islamistes, pour se procurer des armes biologiques à utiliser contre des objectifs occidentaux, en échange d'un "nouveau Yalta" : "on" vous laisse instaurer le califat au Moyen-Orient et au Maghreb, en échange vous nous laissez tranquilles en Europe, et "vous" nous filez des armes pour lutter contre nos gouvernements.

    On voit bien à quel point ce type est délirant, en plus d'être criminel.

    Breivik, c'est aussi le type qui allait à Prague pour acheter des armes (l'a-t-il vraiment fait, ou simplement imaginé ? je ne sais), et qui avait conçu le plan génial de demander aux chauffeurs de taxi et aux prostituées locales où l'on pouvait trouver des gens pour vous vendre un flingue...

    Cela dit, ce genre de "réflexion stratégique" en chambre rappelle des choses souvent lues sur Fdesouche.

    Le fantasme "on va s'allier avec les islamistes parce que nous on est des warriors et des ethno-différencialistes comme eux" est bien présent en France.

    C'est la tendance Alain Soral. Ou Three Piglets, un commentateur jadis omniprésent sur la réacosphère, qui laissait toujours entendre qu'il avait un "plan" (et une brigade de 1 000 insurgés avec lui pour l'exécuter), plan dont il gardait soigneusement secrets les détails, mais qui était toujours à la base de : dans un premier temps, on s'allie avec les musulmans, dans un second temps on les encule, parce qu'on est les plus forts. (Gros soupir...)

    RépondreSupprimer
  129. Marchenoir: tiens, il y a un roman de Spinrad 'son dernier)exactement sur ce thème:
    Oussama

    Allons, allons, Marchenoir...Même si l'occident grevé, pourri, plie devant les islamistes, vous croyez que la Chine avalera le morceau ? Les Nouvelles Brigades Rouges nous sauveront du Péril Vert.
    Et puis, il y a des petites choses qui bougent dans le monde arabe, la tendance dure de l'islam est comme qui dirait sur le déclin...

    RépondreSupprimer
  130. Ah ! c'est ça votre espoir : les Chinois ! Fallait le dire tout de suite.

    RépondreSupprimer
  131. En fait il semblerait que la solution soit d'élire un socialiste. J'ai eu tout un cours la dessus chez Marianne 2 et il paraissait évident qu'une fois l'épouvantable Sarko détrôné, un vrai démocrate humaniste permettrait magiquement aux "religions de retrouver leur vraie place" et à l "intégration de se faire tout naturellement". Que demander de plus ?
    Suzanne si ça vous tente....

    RépondreSupprimer
  132. Ecoutez, on peut toujours s’écharper sur les mots, parler de guerre, ou parler de conflit récurrent générateur de violences unilatérales à motivation ethnique, après on peut revenir à la réalité :

    Y a-t-il, oui ou non, des groupes à base ethnique allochtone, installés en Occident, animés par la haine raciale / ethnique / religieuse à l’égard des autochtones ?

    Ces groupes expriment-ils cette haine de façon claire, répétée et dépourvue d’ambigüité ?

    De nombreux membres de ces groupes joignent-ils les actes à la parole, de façon indiscutable, répétée, fréquente, identique dans des lieux très éloignés et pouvant se situer aux extrémités opposées du globe ?

    Ces actes se traduisent-ils par des violences graves, extrêmes, allant jusqu’aux crimes les plus barbares punis par les lois de tous les pays civilisés ?

    Ces actes se répètent-ils depuis des décennies ?

    Ces actes sont-ils commis quasi-exclusivement par les groupes ethniques allochtones à l’encontre des groupes ethniques autochtones, sans pratiquement aucune représailles de ces derniers ?

    La réponse à toutes ces questions est oui.

    Si vous ne pensez pas que cela constitue un grave problème, c’est que vous n’êtes pas réveillé.

    Après, vous appelez ça comme vous voulez : guerre, ou schblum pataforique à rotation inversée, je m’en fous.

    RépondreSupprimer
  133. Suzanne:
    aimer, ne pas aimer quelqu'un à partir des blogs … vous avez raison.
    Mais quand même, vous savez aussi bien que moi que des sympathies et des antipathies se créent, évoluent, se défont, se refont.
    C'est le pouvoir des mots, quand on ne connait pas les gens "de visu".
    La même personne, on ne l'apprécie pas et on l'apprécie dans la même page. Les gens sont complexes, ou inintéressants.
    Regardez le cas de Robert Marchenoir: selon le thème qu'il traite, je le déteste ou l'admire.
    Là, aujourd'hui, je peux dire que j'aime ce qu'il a écrit à 14:59 et à 15:27.
    C'est un militant (peut-être à son corps défendant), pas quelqu'un qui écrit pour faire joli. Il a des choses à dire et les dit.
    Moi, j'aime ça. Qu'il m'en excuse !

    RépondreSupprimer
  134. "C'est là où le Norvégien tape juste (symboliquement, pas moralement) : il s'est attaqué aux pré-collabos."

    Exact.

    RépondreSupprimer
  135. "Je n'envisage pas la guerre raciale pour autant. On peut peut-être essayer autre chose avant ?"

    Si vous ne voulez pas des urnes, vous aurez pire.
    On vient d'avoir une idée de ce pire.

    RépondreSupprimer
  136. Oh là la... C'est l'acte d'un digue, pas un présage de l'apocalypse !

    RépondreSupprimer
  137. C'est là où le Norvégien tape juste (symboliquement, pas moralement) : il s'est attaqué aux pré-collabos

    Bah voyons. Les pré-collabos, voilà un concept qui a de l'avenir !

    Il faudrait savoir, chers intervenants de ce fil : soit on juge un homme à ses idées, et là, ceux qui partagent celles de Breivik se retrouvent dans le même sac et nous les appellerons "pré-terroristes" par souci de cohérence ; soit on les juge aux actes, et la notion de pré-collabo est absurde, et signe l'inanité morale de ceux qui la prononcent.

    RépondreSupprimer
  138. "Ben, non. Si on change des mots dans la phrase, le sens se modifie. La phrase devient fausse."

    Bravo Marchenoir. Vous (je suis sincère, si, si...malgré nos petites divergences passées) venez de donner une définition parfaite de ce qu'est la morale.

    Vous avez vu la Horde sauvage ?


    " - He gave his word.
    - He gave his word to a railroad.
    - It's his word.
    - That ain't what counts! It's who you give it to! "

    Et ne me tombez pas dessus! C'est VRAIMENT un message de soutien!

    RépondreSupprimer
  139. Carine : de quoi diable devrais-je vous excuser ?

    Tcheni : on juge évidemment un homme à la fois à ses idées et à ses actes.

    La différence (et elle est fondamentale) est que le jugement, au sens où des tribunaux prononcent des jugements, doit être limité aux actes, et ne pas toucher aux idées.

    C'est un critère discriminant pour distinguer un régime politique libre d'un régime oppressif.

    Le jugement intellectuel, moral, politique, s'applique évidemment aux idées aussi bien qu'aux actes.

    C'est le même mot, mais ce sont deux notions tout à fait différentes.

    "Juger un homme à ses idées" ne veut pas dire l'envoyer en prison pour autant, ni l'empêcher de les exprimer.

    Ce qu'un gouvernement a le pouvoir de faire, via ses tribunaux.

    RépondreSupprimer
  140. Pour préciser : afin d'apprécier la notion de jugement, il faut tenir compte de la nature de celui qui émet le jugement, et des conséquences possibles pour le jugé.

    Si celui qui émet le jugement est un représentant du gouvernement dont les décisions sont soutenues par la force armée, et qui a le pouvoir de priver les gens de liberté, voire de les faire exécuter, c'est une chose.

    Cela, c'est la responsabilité juridique. Les conséquences possibles étant graves, il convient que son champ soit le plus limité possible.

    Si celui qui émet le jugement est le peuple assemblée suivant les modalités prévues par la constitution, et qui juge ceux qui sont appelés à le diriger, les conséquences pour les jugés sont l'accès au pouvoir, ou le fait de s'en voir chassés.

    C'est la responsabilité politique. Les conséquences possibles sont importantes, mais moins graves. Il est donc justifié que le champ de ce type de jugement soit plus large que celui des tribunaux.

    Si celui qui émet le jugement est n'importe qui, les conséquences du jugement ne sont que la diffusion d'une opinion, l'établissement d'une renommée positive ou négative.

    C'est la responsabilité individuelle. Les conséquences ne sont pas nulles, loin de là, mais le pouvoir de ce type de jugement, émis par un individu sans pouvoir institutionnel à l'égard d'un autre, est tout à fait limité. Il est donc légitime que son champ soit maximal, avec les limites imposées par l'usage et par la courtoisie.

    On ne peut donc pas tout mélanger.

    RépondreSupprimer
  141. NV : je ne suis pas sûr d'avoir vu la Horde sauvage (je ne retiens jamais le nom des films), mais je tâcherai de raccrocher les wagons...

    RépondreSupprimer
  142. Tout le monde aura compris qu'en brisant l'équilibre naturel que je viens de décrire, en promulguant des lois "anti-discrimination", "anti-racistes", "mémorielles" et autres, les gouvernements occidentaux, poussés par l'idéologie de gauche, ont criminalisé les idées.

    Ils ont donc introduit dans le droit une perversion tout à fait similaire à celle de la "théorie du genre".

    Une perversion qui n'est pas viable, et qui créera inévitablement des réactions d'auto-défense, désordonnées et dangereuses, de la part du corps social.

    Comme celle de Breivik.

    Le conservatisme, au bon sens du terme, protège contre ce genre de folie.

    If it ain't broken, don't fix it.

    Maxime américaine. Pays libéral-conservateur.

    RépondreSupprimer
  143. Marchenoir,

    Tcheni : on juge évidemment un homme à la fois à ses idées et à ses actes.

    Soit. Vous ne m'apprendrez pas que je suis capable de juger, estimer, respecter, mépriser qui bon me semble, fût-ce un parfait innoncent, pour peu que, par exemple, je juge ses idées sur la pêche à truite parfaitement repoussante. Cela, je le sais.
    Cependant, le "précollabo" ne juge en réalité ni des actes, ni des idées : il préjuge des actes à venir (parce qu'ils étaient jeunes, je suppose, donc pas encore tout à fait collabo, seulement en instance, et il s'agissait de les empêcher préventivement de le devenir). Accordez-moi que c'est un peu léger, comme jugement, particulièrement quand il est puni de mort. Ce qui ne l'empêche pas de pouvoir être émis, et d'ailleurs, vous ne m'avez pas vu agiter mon bâton, je l'autorise tout à fait, du haut de mon autorité régalienne. En revanche, et là à mon tour d'exercer ce droit souverain détaillé dans votre commentaire précédent : je tiens pour des nains de morale ceux capables de le prononcer, comme je le disais plus haut. C'est une pensée de nihiliste, de négateur, de déboussolé.

    RépondreSupprimer
  144. "If it ain't broken, don't fix it."

    Une petite traduction, siouplait, pour les nuls en langue ?

    à Tcheni :
    Guerre civile ou pas, l'avenir est triste, c'est une certitude. Mais qui a créé les conditions de la catastrophe ? Des crétins qui se réunissent sur une île pour souhaiter ensemble plus d'immigration ont quand même une responsabilité. ça ne mérite pas la mort, parce que la guerre n'est pas officiellement déclarée, mais faire venir des barbares, ça porte un nom : haute trahison.

    Une question qui me taraude : que faisait un gosse de 14 ans dans une réunion de "jeunes travaillistes" ? Le travaillisme, en Norvège, c'est une secte ?

    RépondreSupprimer
  145. Marco Polo : si ça fonctionne, n'essayez pas de le réparer.

    RépondreSupprimer
  146. Tcheni : le séminaire des jeunes socialauds norvégiens était consacré aux moyens de lutter contre la xénophobie et l'islamophobie.

    Par conséquent, "pré-collabos" est excessivement indulgent. Je suppose que cette expression de Marco Polo fait allusion à leur jeunesse. Elle leur accorde le bénéfice du doute, la possibilité d'un repentir ultérieur.

    Collabos aurait été plus exact.

    Et personne n'a dit qu'il fallait les tuer. Juste que c'étaient des salopards.

    La morale est donc bien du côté de ceux qui dénoncent les collabos. Pas du côté de ces derniers. Ne pas confondre l'opprimé et l'oppresseur.

    Ou alors, c'est encore une position Degauche. Seul le Degauche a le droit de distribuer les brevets de morale et de montrer du doigt les salopards.

    Car quand le Dedroite montre les salopards du doigt, son doigt est en réalité un fusil.

    Mais pas celui du Degauche. Le Degauche est un Gentil. Il ne veut pas faire de mal à une mouche. Jamais. Cépapossib.

    RépondreSupprimer
  147. "Car quand le Dedroite montre les salopards du doigt, son doigt est en réalité un fusil."

    Excellent.

    Lois Pleven, Gayssot etc. Assimilation des pensées aux actes (les pensées de droite). Soviétisme.

    Dire du mal des étrangers = leur faire du mal (car opinion de droite). Interdit.

    Dire du mal des Français historiques = pas leur faire du mal, voire accomplir une tâche morale nécessaire (car opinion de gauche). Presque obligatoire.

    RépondreSupprimer
  148. Merci pour la traduction !

    RépondreSupprimer
  149. On dirait bien que le Norvégien fait "bouger les lignes" comme disent les progressistes qui ont habituellement horreur des amalgames ; vous avez vu ce qui se passe sous ce billet ?

    Marco Polo, NV, Suzanne, Carine et...Marchenoir, qui réfléchissent ensemble, se parlent calmement et, mieux encore, expriment leur accord sur le fond, malgré des joutes homériques sur de récents fils. J'aimerais bien savoir si ce rapprochement s'opère aussi hors les blogs, et dans combien de têtes ?

    Mais l'optimisme m'emporte, cette concorde doit être une manifestation du choc post traumatique, ça va passer.

    RépondreSupprimer
  150. "Marco Polo, NV, Suzanne, Carine et...Marchenoir, qui réfléchissent ensemble, se parlent calmement et, mieux encore, expriment leur accord sur le fond, malgré des joutes homériques sur de récents fils."

    Oui, c'est cool.
    Mais je regrette la disparition de Blablator. Outre un pseudo remarquable, il était percutant.

    RépondreSupprimer
  151. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  152. Dom. La question est de savoir si on insiste sur ce qui nous rapproche ou sur ce qui nous sépare.

    Exemple :

    Au début, consacré au marxisme culturel, de son « compendium » (je suis actuellement autour de la page 300, il y a des parties rédigées par lui-même, assez intéressantes et très bien écrites, avec un certain humour même, et des parties composées de textes péchés ça et là, articulées de manière un peu indigeste, mais rappeler aux gens qui les ignorent les analyses de Bernard Lewis ou de Bat Ye’or n’est pas inutile) Anders Breivik cite un universitaire australien revenu de ses premières amours marxistes.: « Cultural relativism claims there are no absolute standards for assessing human culture. Hence all cultures should be regarded as equal, though different».

    Je traduis : « Le relativisme culturel considère qu’il n’y a aucun critère absolu pour mesurer la valeur d’une culture. Par conséquent, toutes les cultures doivent être regardées comme égales, bien que différentes ».

    A part quelques gauchistes égarés sur ce blog, il est évident que personne ici ne pense que toutes les cultures doivent être regardées comme égales, bien que différentes. Donc, tant que les efforts des uns et des autres consistent à moquer les abrutis qui défendent une telle thèse, tout va bien, et l’histoire du norvégien, conduit, il faut bien l’avouer, la réacosphère à resserrer les rangs face aux attaques prévisibles…

    Mais attendez seulement qu’on essaie de voir pourquoi les gens pensent que les cultures ne peuvent être regardées comme égales.

    Vous aurez des gens qui pensent que la notion d’égalité des cultures est dépourvue de sens. Dans leur esprit, l’égalité est un concept juridique. Le droit peut donner aux cultures une valeur égale (ouvrir un accès égal à l’enseignement, aux médias, voire dépénaliser ce qui relève d’une culture différente) mais les cultures ne sont pas égales entre elles par elles-mêmes. Cela n’a pas de sens.

    Vous aurez des gens qui pensent qu’il y a des critères absolus pour mesurer la valeur d’une culture. Ces critères leur sont fournis par leur foi, par leur sens moral, ou par leur conception d’un monde régi par une rationalité objective qui donne les instruments pour distinguer le vrai du faux. Il est évident qu’à partir du moment où on croit à l’existence de critères absolus, on ignorera les conséquences que tirent nos adversaires de la conviction qu’il n’y en a pas.

    Vous aurez aussi des gens qui sont seulement gênés par le « par conséquent ». Ils doutent qu’il y ait des critères absolus pour mesurer la valeur d’une culture, mais ils ne voient pas pourquoi il faudrait en tirer la conclusion que toutes les cultures sont égales entre elles (ou pourquoi il faudrait, pour donner un sens plus concret à la notion d’égalité, les traiter de manière égales). Le problème avec ces gens-là, c’est qu’ils peuvent partager tous les objectifs de ceux appartenant à la catégorie précédente sans avoir avec eux aucune communauté dans les modes de raisonnement. On peut fréquenter sans frottement exagéré de sensibilités un ennemi, qui « pense » comme vous, mais qui en raison de vos différences d’origine, de classe ou d’intérêts, se trouve dans le camp d’en face. Avec lui, vous reconnaissez être de part et d’autre de la barricade, et vous discutez tranquillement, en attendant la reprise du combat. Mais les discussions avec ceux qui luttent du même côté de la barricade, et qui ont des modes de justification totalement différents, peuvent être autrement violentes et menacer l’efficacité de la lutte elle-même.

    RépondreSupprimer
  153. C’est d’ailleurs exactement ce qui se passe, non seulement ici, mais partout ailleurs à droite. Nous sommes tous dans le même camp, mais il y a des gens qui croient en Dieu et des athées, des juifs et des antisémites (chrétiens ou athées), des rationalistes et des nietzschéens, des libéraux et des dirigistes, des défenseurs de l’in-nocence et des défenseurs de la nocence nécessaire, des libertariens et des crânes rasés… Comment voulez vous que ces gens-là s’entendent quand ils parlent entre eux ? Un moment, un court moment, quand la menace provenant du camp d’en face s’intensifie, ils luttent ensemble sans trop réfléchir…Mais cela ne dure pas, malheureusement…

    RépondreSupprimer
  154. Oui NV, mais quand la guerre fait rage il y a moyen de serrer les rangs durablement. Regardez l'équipe hétéroclite autour du général de Gaulle en 1940 : ils sont restés relativement unis même après la victoire. C'est l'objet de la mythification de l'épopée, d'ailleurs : maintenir un lien puissant entre des gens qui n'ont en réalité que peu de points communs.
    Le risque, je pense, n'est pas tellement dans les tendances divergentes qui agitent le camp "national", mais dans l'absence de guerre déclarée, ce qui pourrait bien ne jamais autoriser cette réunion, même pour un temps limité. On n'a jamais vu dans l'histoire de France un Etat ouvrir ainsi ses portes aux barbares, détruire sa propre société et conserver le monopole de la violence légitime. C'est le paradoxe qui explique (sans la justifier) l'extrême "solution" du Norvégien. Qui évidemment ne résout rien, mais donne à réfléchir.

    RépondreSupprimer
  155. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  156. Marco Polo. Oui, bien sûr, je suis assez d'accord avec vous. Je constatais seulement qu'en attendant la guerre,en ce qui nous concerne, et à quelques exceptions près que tout le monde reconnaitra, nous passons l'essentiel de notre temps à nous battre entre nous.

    Vos engueulades avec XP ou avec moi, mes engueulades avec Marchenoir, les engueulades entre XP et Carine, (et je n'oublie pas la participation constructive (ou destructive) de Dom, de Gil, de Dxdiag, de Blablator et de tant d'autres qui je l'espère me pardonneront), sous l'oeil mi-paternel, mi-exaspéré du taulier, sont des engueulades entre nous !!!

    Ce n'est effectivement peut-être pas déterminant pour l'avenir de l'occident, mais je ne vois pas bien comment cela pourrait arranger les choses.

    Alors que faire, comme disait Lenine ? On devrait peut-être, comme au parti de l'in-nocence, commencer toutes nos interventions par Cher X..., cher Y... Cela fait un peu niais (un peu beaucoup même...) et "alcooliques anonymes", mais c'est sur qu'après, les injures scatologiques arrivent nécessairement moins vite...

    RépondreSupprimer
  157. NV:
    Je trouve vos échanges avec Gil, Dom et Marco polo vraiment intéressants.
    il n'y a pas d'engueulades véritables entre nous, il y a discussions.
    Les plus virulents ? Marchenoir et XP, d'accord.
    Mais il y a une grosse différence qualitative:

    Pour autant qu'on lise ce qu'il tente péniblement d'écrire, Xp n'a aucune considération pour nous, nous méprise, nous insulte et vous remarquerez que ça s'arrête là. On ne sait jamais ce qu'il pense, lui.
    Tout se passe comme si les insultes lui tenaient lieu d'avis personnel. C'est nul et sans intérêt ni importance. Il se drape juste dans le fait qu'il est un ami du proprio, mais ça ne nous regarde pas et sa participation s'arrête là. Il me fait penser à quelqu'un d'autre, mais dans l'autre camp. C'est troublant de voir comme leurs interventions se ressemblent.

    Alors que Marchenoir, c'est une autre dimension. Il nous engueule car il tient à nous convaincre, c'est noble, c'est louable. Il y réussit pas mal d'ailleurs, à mon avis. C'est pédagogique, sans sirop, j'aimais bien les profs à son image, pas démagos. C'est militant.
    Et il ne rechigne pas dans la quantité, il croit à ce qu'il dit et veut nous faire partager.
    Je l'en remercie, pour ma part, il me fait avancer.
    Comme d'autres, bien sûr, comme vous tous, sans oublier la géniale Dxdiag et Aristide, plus d'autres, sur d'autres blogs.
    Mais bon, on ne va pas mourir demain matin, ni faire des remerciements de mémoire de thèse…

    RépondreSupprimer
  158. Chère Carine, si, si ,c'est le moment des remerciements au contraire ! Au sujet des professeurs, il y a 25 ans beaucoup ressemblaient à Marchenoir, indépendamment de leur inclination politique d'ailleurs (la plupart était déjà de gauche). Mais ils savaient marquer avec brio la frontière entre leurs convictions et la possibilité que ceux d'en face eussent aussi un regard pertinent et agissant sur le réel. Aujourd'hui cette capacité a pratiquement disparu ; le premier degré, l'absence de distanciation, d'auto-dérision, ou simplement d'humour, ont disparu du corps enseignant, jusqu'aux universitaires. Et justement, vous avez mis le doigt sur quelque chose avec Marchenoir, il incarne, vivante et bondissante, cette nostalgie du temps béni de la disputatio. C'est pour ça qu'il est si "clivant", sans parler d'une virilité que son verbe porte haut et qui doit agacer la tripotée de gauchistes qui ne cessent de clamer qu'ils en ont une grosse pour se rassurer (mais je digresse).

    Cher NV (vous avez raison pour l'in-nocence, mais ce "cher" ne saurait prévenir les volées de bois vert dont la cruauté est justement exacerbée par la finesse d'expression), merci pour votre juste développement. Sans que je sache trop pourquoi il m'a remémoré une phrase de Chesterton (il est tendance ce gars-là, c'est fou !) : "celui qui n'attend rien recevra une merveilleuse surprise"

    RépondreSupprimer
  159. J'aurais aimé vous avoir comme professeur de géographie.

    RépondreSupprimer
  160. Dom
    je partage totalement votre appréciation.
    Ca fait un bien fou !

    RépondreSupprimer
  161. Une analyse intéressante de la Crevette. Je n'ai rien lu de tel ailleurs.

    RépondreSupprimer
  162. "Pour autant qu'on lise ce qu'il tente péniblement d'écrire"

    Ha ha ha!Hi hi hi!

    Elle doute de rien, la vieille triso!

    RépondreSupprimer
  163. Qu'est-ce que je disais : ils se ressemblent.

    RépondreSupprimer
  164. Ayant passé de nombreuses années à m'occuper d'enfants handicapés , je peux affirmer que les trisomiques sont le plus souvent des individus très gentils...ce qui fait que monsieur XP, j'en suis certaine, n'en est pas un.

    RépondreSupprimer
  165. XP, vous êtes parti du mauvais pied, mais je crois savoir que vous êtes capable de mieux. Laissons tomber les attaques et rejoignons-nous en ce moment difficile pour les natios, identitaires, souverainistes et autres droitards, enfin, tous ces tueurs d'enfants travaillistes, quoi.

    C'est l'union sacrée ou la mort !

    (je dis ça en rigolant, mais pas tant que ça peut-être).

    RépondreSupprimer
  166. Marco Polo
    c'est peine perdue.
    XP n'est de aucun camp, sauf du sien.
    Il écrit.

    RépondreSupprimer
  167. Par ailleurs, mes services viennent de réaliser une petite enquête sur les idées du sieur Tcheni concernant la pêche à la truite, et je suis au regret de vous dire qu'elles sont parfaitement nauséabondes.

    Je suis choqué, oui, choqué.

    D'ailleurs je viens de faire un signalement à la haute autorité de défense des truites et de l'arc-en-ciel.

    Cette truitophobie ne peut plus durer.

    RépondreSupprimer
  168. Et surtout pas des souverainistes et autres maurrassiens à babouches.

    Vous auriez lu mes textes, vous éviteriez de me faire des propositions aussi saugrenues, et vous seriez que je suis sur la toile la personne qu'ils détestent le plus (avec les cathos tradis, les CAB).

    "XP, vous êtes parti du mauvais pied"

    Il faudrait apprendre l'humilité, mon garçon. On ne "part" pas le jour où l'on vous rencontre. J'ai écrit des dizaines de billets, et des abrutis en ont déjà consacré presque autant à m'insulter, pour ma plus grande joie.

    RépondreSupprimer
  169. J'ajoute qu'il y a des limites à la grossiereté et la provocation, Marco Polo.
    Me proposer de rejoindre les Souverainistes et les CAB, ca va un peu loin.

    RépondreSupprimer
  170. Je vous avais prévenu, Marco Polo.
    Quand je pense qu'il y a des gens qui tuent pour que d'autres puissent avoir le loisir de s'inventer un petit monde...

    RépondreSupprimer
  171. Oui, j'ai tenté ma chance, mais cette petite expérience n'est pas tout à fait inutile. Ce qu'il y a de clair, avec XP, c'est que s'il y a la guerre un jour, il vaut mieux l'avoir en face de nous, côté ennemi, pour ne pas risquer une balle dans le dos. Une telle faculté à se rendre haissable en toute circonstance force cependant le respect.

    RépondreSupprimer
  172. Chers tous (sauf ceux qui veulent pas),

    J’avance assez lentement dans le compendium d’ABB, la suite peut évidemment m’amener à un renversement total de position, mais il faut bien admettre que pour le moment (page 400), si on met de côté le passage à l’acte, rien, absolument rien, ne permet de qualifier ce monsieur de fou, de salaud, de délirant, d’anormal, d’inhumain…

    Les choses vont sans doute se gâter, mais, je le répète, pour le moment, cela n’a aucun rapport avec la bible du terrorisme en 1518 pages dont nous parle Marchenoir ( je vais encore me faire allumer, moi, alors que, bis, ter repetita..., je suis d’accord avec 98% de ce que dit Marchenoir… sourire suppliant…) .

    Pour l’instant, et il va bien falloir que la réacosphère l’admette, il n’y a aucune différence majeure, ni dans le fond (critique de l’islam, du marxisme, des conséquences académiques, politiques et médiatiques du tout-vaut-tout culturel, de la construction européenne, des ratés de la démocratie occidentale…), ni surtout dans la forme ( ABB réfléchit, pèse le pour et le contre, essaie de prévoir les objections futures…) entre le compendium de l’assassin et la littérature que l’on trouve dans l’essentiel du blogroll de Didier. On trouve notamment des analyses critiques de modernoeud sous toutes ses formes qui ne dépareraient les meilleurs fils de céans.

    Jusqu’à la page 400, ABB est même infiniment plus modéré que XP ou que Marchenoir.

    A ce stade, je me demande si nous n’allons pas être amenés à choisir entre plusieurs thèses, toutes problématiques.

    La première est de dire que l’assassinat de 90 personnes est une monstruosité qui découle nécessairement des thèses erronées développées dans le compendium. Dans ce cas, même Laurent Joffrin est indulgent quand il exonère Zemmour et Elizabeth Levy de la responsabilité dans cet assassinat.

    La seconde est de dire que l’assassinat de 90 personnes est une conséquence dommageable mais nécessaire historiquement des justes thèses développées dans le compendium (400 premières pages). Vous voyez tous où risque de nous mener une telle thèse.

    La troisième est de d’arriver à découpler les thèses développées dans le compendium de l’assassinat de 90 personnes, malgré le fait que le compendium et l’assassinat ont un auteur commun. Mais alors là, il va nous falloir des trésors de rhétorique…

    Bon, j’anticipe déjà la réaction. Pourquoi il la ferme pas tant qu’il n’a pas fini ? Et bien parce quoi qu’on trouve plus loin, ces 400 pages ont été écrites. Et qu’elles sont ce qu’elles sont , déjà, indépendamment de ce que je vais trouver plus loin.

    RépondreSupprimer
  173. Marco Polo, je n'ai qu'un seul mot à vous dire, merci.

    RépondreSupprimer
  174. Mais non, NV, vous n'allez pas vous faire allumer.

    Je préviens tout de suite que non seulement je n'ai pas lu la totalité du gros caca de Breivik, mais que je n'en ai lu qu'une toute petite partie.

    Mais ce que vous avez lu (je suppose) n'est qu'une copie de ce que d'autres ont écrit. N'importe qui peut pomper, ou paraphraser, des analyses pertinentes faites intelligement par des gens comme Fjordman, Bat Ye'or, etc.

    Vous verrez quand vous lirez la suite que la coexistence des différentes parties (théorie et trucs et astuces, par exemple) démolit la partie théorique. C'est dans la partie pratique qu'on voit que ce type est un psychopathe.

    Il y a aussi un passage où Breivik affirme que son texte est un ouvrage de science-fiction. Ce type n'a visiblement aucun ancrage dans le réel.

    Il ne faut pas le lire en se disant : bon, voici un intellectuel, ou même un militant, en tous cas un type honnête et raisonnable, un type qui étudie, puis qui réfléchit, puis qui écrit ce qu'il pense, puis qui pose des actes en cohérence avec ce qu'il pense...

    Ca, c'est l'illusion universitaire. Ou l'illusion selon laquelle tout le monde est un "intellectuel" à la française, ou plutôt un quelqu'un qui se conforme à la vision que l'intellectuel français a de lui-même -- qui a souvent un rapport éloigné avec ce que l'intellectuel français est réellement.

    Ce n'est pas parce que c'est un machin avec de l'encre sur du papier (ou des électrons dans un pdf) que c'est un livre. C'est un machin avec des mots dessus, ça oui.

    Cela dit, continuez votre compte-rendu, ça m'intéresse. Moi, je n'ai pas le courage d'en lire beaucoup plus...

    Voyez aussi le billet de la Crevette que j'ai signalé, il explique ça très bien.

    RépondreSupprimer
  175. "Il y a aussi un passage où Breivik affirme que son texte est un ouvrage de science-fiction. Ce type n'a visiblement aucun ancrage dans le réel."

    Possible qu'il ait dit ça, avant le passage à l'acte, pour ne pas être pris pour un monstre.
    On peut dire des horreurs dans un écrit de SF, et Dieu sait si l'islamophobie est une horreur !
    Donc la SF fait passer la pillule.
    Evidemment, maintenant...

    RépondreSupprimer
  176. Ok, Marchenoir, compris. En fait, j'espère que vous avez raison. Sinon, on est vraiment très mal.

    La crevette a bien sûr raison de raisonner comme cela à partir de ce qu'elle a vu. Mais a-t-elle lu?

    Je vous tiens au courant.

    RépondreSupprimer
  177. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  178. Le fait que Breivik ait pompé l'essentiel de son manifeste est éclairant, de même que les bribes de son existence dont nous avons connaissance.

    Le type est mû par un fort désir d'approbation, il imite, il fait "comme si" : adolescent il protégeait les plus faibles des harceleurs,
    il fait ensuite une école de commerce (plus conformiste ET valorisant en même temps, y'a pas),
    il emprunte tous les chemins intellectuels et comportementaux qui lui permettront, espère-t-il, de se sentir vivant, structuré et autonome. Mais quoi qu'il fasse le traumatisme narcissique* de sa prime enfance empêche toute authenticité, il est constamment en suradaptation. Ni la religion, li les francs maçons, ni l'écologie, ni tous ses beaux uniformes, ni son job ne peuvent le construire.

    La plupart des personnalités de ce type passent une vie entière sans passage à l'acte violent, pour la bonne raison qu'une telle explosion briserait à jamais leur désir de conformité et d'approbation et les précipiterait pour toujours dans l'angoisse dont ils cherchent à sortir.

    Mais dans le cas présent, deux dimensions supplémentaires entrent en jeu :
    - un narcisson qui trépigne, composante explosive et paradoxale car plus associé à un paranoïaque (discours-type : "ils vont voir ce qu'ils vont voir", "je ne me laisserai pas faire" et autres manifestations d'un moi hypertrophié) q'à un faux self, caméleon et soumis par essence,
    - un contexte historique qui valorise la célébrité (et c'est là que les commentaires de NV, Marchenoir et la Crevette se rejoignent), car finalement, pour un Breivik, quel cadre, quel modèle sont les plus "réconfortants" et les plus en vue ? Ceux que défendent aujourd'hui des mal-aimés dans la lumière - Freysinger, Wildeers, l'EDL et tant d'autres en Europe - et, manque de chance pour nous, Breivik s'identifie à eux.

    C'est ce moule qu'il a choisi, non pour son métal, mais pour les bénéfices narcissiques que sa personnalité poreuse pensait y trouver.

    RépondreSupprimer
  179. Dans son glossaire:
    "Eurabia: the merging of Europe and the Middle East.
    Eurabia project (or EUs Eurabia project): EUs deliberate strategy to merge Europe with
    the Middle East."

    RépondreSupprimer
  180. "C'est ce moule qu'il a choisi, non pour son métal, mais pour les bénéfices narcissiques que sa personnalité poreuse pensait y trouver."

    Gaffe, dom... les bénéf' narcissiques ne sont-ils pas ce que nous cherchons tous en priorité ? Même en discours, même sous pseudo ? Ça pourrait mener loin : pourquoi nous "combattons" ? Pourquoi souffrons-nous de ce qui nous arrive ? En souffrons-nous ? N'avons-nous pas trouvé un sens à nos vie ? Trouver un sens à sa vie n'est-il pas narcissique ? Tout ça est peut-être banal. Je reviendrai moins bourré pour lire ce joli fil, encore.

    RépondreSupprimer
  181. "Vous auriez lu mes textes, vous éviteriez de me faire des propositions aussi saugrenues, et vous seriez que je suis sur la toile la personne qu'ils détestent le plus" (XP)

    Petite explication de texte :

    "Vous auriez lu mes textes" : Oui, XP écrit des textes, c'est un auteur, un écrivain. Tous les gens bien se doivent de lire XP. C'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnaît.

    "Vous seriez" (au lieu de "vous sauriez") : XP est un écrivain, mais il confond le verbe être et le verbe savoir, comme beaucoup d'élèves de CE2. Il est vrai que la proximité phonétique est réelle, ce qui constitue une bonne excuse (pour un élève de CE2, s'entend).

    "je suis sur la toile la personne qu'ils détestent le plus" : là, on touche au sublime. La toile est vaste, mais un homme est assez puissant, significatif, original et donc incompris pour faire l'unanimité contre lui : XP, l'égal en renommée d'Hitler et peut-être même de Sarkosy, l'homme qu'on aime détester.


    Un jour XP va prendre un fusil et dézinguer quelques dizaines de types, sur une île ou ailleurs, et les psychiatres de la police iront chercher ses interventions sur la toile pour dresser son profil pshychologique. Ils comprendront alors q'XP n'avait plus toute sa tête depuis longtemps, qu'il souffrait d'un complexe d'infériorité surcompensé par des poussées d'histrionisme aigu. Toute la réacosphère sera condamnée et traînée dans la boue pour avoir laissé s'exprimer un tel psychopathe.
    Mais un homme pourra se lever et dire : "Non, je ne suis pas coupable, j'avais prévenu l'humanité !".
    Aujourd'hui je prends date : vous ne pourrez pas dire que vous ne seriez... pardon : que vous ne saviez pas.

    RépondreSupprimer
  182. Gil, la frontière entre le normal et le pathologique est parfois ténue, mais dans le cas de Breivik, et peut-être me suis-je mal exprimée, le narcissisme s'inscrit dans le pathologique. Un dingue asymptomatique n'est ni moins dingue ni moins dangereux qu'un excité en plein accès maniaque, la preuve avec Breivik.

    Et je suis sûre que votre recherche de satisfactions narcissiques à vous est parfaitement compatible avec un psychisme sain et une vie sociale équilibrée, pleine d'interactions gratifiantes.

    Néanmoins, nous allons diminuer cette consommation d'alcool et commencer par prendre 60 gouttes de largactil le soir au coucher.

    RépondreSupprimer
  183. "Norvège : Obama a le 'coeur brisé'. "

    Le commandant en chef de la première puissance militaire du monde a le coeur brisé, parce qu'un fait-divers a causé la mort de 70 jeunes cons socialistes dans un pays où on bouffe du pâté de renne entre deux tranches de pain noir et gluant.

    Je pense qu'il est temps de sortir de l'OTAN.

    RépondreSupprimer
  184. Il a surtout le coeur brisé parce que dans quelques jours, les USA ne sont plus en état de paiement.

    RépondreSupprimer
  185. même si je ne sais pas trop ce que ça va impliquer.

    RépondreSupprimer
  186. Je viens de lire l'intervention de la Crevette, recommandée par Marchenoir, à propos du tueur norvégien. Eh bien je crois que c'est la tentative d'explication la plus faible qu'il m'ait été donné de voir. Il s'agit tout simplement de présenter celui-ci comme le plus banal tueur en série qu'on puisse imaginer. Non pas un terroriste, mais un simple tueur, qui aurait pu tout aussi bien "défendre" la "cause" de l'extrême gauche ou de l'Islam, et qui prend le prétexte de la lutte contre le multiculturalisme uniquement parce que l'extrême droite a le vent en poupe.
    Il faudrait donc imaginer un tueur en série sans idéologie, uniquement motivé par le goût de la mort, et qui pond 1500 pages de manifeste simplement pour donner le change. C'est la tentative la plus dérisoire et en même temps la plus scandaleuse que j'aie vue pour s'exonérer complètement de penser les causes de ce drame.

    Qu'il s'agisse d'un tueur, c'est sûr; qu'il s'agisse d'un fou, c'est probable; qu'il s'agisse d'un tueur simplement assoiffé de sang, c'est ce que tout dément.

    Le Norvégien nous fait peur précisément parce qu'on se reconnaît en lui, nous, je veux dire, les "réacs", en tout cas les allergiques au multiculturalisme. Car nous savons, pour le vivre, que ce multiculturalisme est une folie, et une folie qui nous rend fous, hébétés, écrasés par sa puissance nihiliste. Nous sentons confusément que face à ce délire nous pourrions basculer, peut-être pas dans le crime à grande échelle, mais dans quelque chose de malsain. Voir morts toutes ces crevures qui pourrissent notre pays, nous l'avons souhaité plus d'une fois, non ? Comme un voeu qu'on ne cherchera pas à réaliser, bien sûr, mais qui nous soulage. Cette situation proprement incroyable d'un continent entier qui change en quelques décennies de population et de culture nous oblige nous-mêmes à changer, à nous durcir, à avoir la haine, comme ils disent. Et c'est peut-être pour cela que Breivik nous fait peur. Intelligent, intégré socialement, il nous ressemble.
    Bref, le contraire d'un tueur en série, qui ne nous ferait certainement pas tant causer.

    RépondreSupprimer
  187. Marco Polo
    Vous avez sans doute raison.
    Mais la Crevette aussi, en faisant un appel d'air, quand tout le monde nous tombe dessus et appelle à l'interdiction de toute expression en dehors de la pensée unique.
    Son analyse est morale et psychologique. Tenons-nous en à celle-là, je crois que c'est préférable.
    Il y a déjà des vagues et des exclusions chez MLP.

    XP a fait un commentaire intelligent chez Crevette.

    RépondreSupprimer
  188. Marco Polo, c'est bien tenté mais vous avez commis une erreur, vous êtes allé trop vite.

    Les réacs sont gens légalistes, les réacs sont raisonnables et versent moins que les autres dans le passage à l'acte, parce que leurs mécanismes de défense sont très puissants. Ils ne sont ni crapules ni meurtriers en raison du primat qu'ils donnent au politique.

    Si ce qui est arrivé en Norvège s'était produit il y a 25 ou 30 ans, votre commentaire m'aurait remémoré les plus belles opérations des services russes : crise des SS20, discrédit jeté sur Pie XII, faux mémo d'un général américain prévoyant d'occuper l'Europe de l'ouest face à la menace soviétique ; opérations réussies grâce à des caisses de résonance multiples, toutes plus insoupçonnables les unes que les autres.

    Votre incitation à un déballage aussi ignoble que fantasmé "hein que vous rêvez de les tuer, hein ?" relève du même type de procédé. Désolée, ça prend pas.

    RépondreSupprimer
  189. Marco Polo, c'est bien tenté mais vous avez commis une erreur, vous êtes allé trop vite.

    Les réacs sont gens légalistes, les réacs sont raisonnables et versent moins que les autres dans le passage à l'acte, parce que leurs mécanismes de défense sont très puissants. Ils ne sont ni crapules ni meurtriers en raison du primat qu'ils donnent au politique.

    Si ce qui est arrivé en Norvège s'était produit il y a 25 ou 30 ans, votre commentaire m'aurait remémoré les plus belles opérations des services russes : crise des SS20, discrédit jeté sur Pie XII, faux mémo d'un général américain prévoyant d'occuper l'Europe de l'ouest face à la menace soviétique ; opérations réussies grâce à des caisses de résonance multiples, toutes plus insoupçonnables les unes que les autres.

    Votre incitation à un déballage aussi ignoble que fantasmé "hein que vous rêvez de les tuer, hein ?" relève du même type de procédé. Désolée, ça prend pas.

    RépondreSupprimer
  190. dom-tom (rires gras du public), j'ai relu votre intervention ce matin et je me rends compte que vous avez l'air d'une redoutable psychologue, et que j'ai donc intérêt à faire gaffe (entre autre avec mes histoires de tomboys)(mais je vais continuer à boire)...

    RépondreSupprimer
  191. Marco Polo
    Quelqu'un vous a pillé chez le Pélicastre.
    D'après les heures, je ne crois pas que ce soit dans l'autre sens.

    RépondreSupprimer
  192. En gros, dom et la Crevette disent la même chose : dom parle de la conjonction d'un narcissisme pathologique et d'un contexte historique, la Crevette d'une "cause" (celle que prétend défendre ABB) qui n'est qu'un prétexte à sa folie.

    Ouais. C'est ça, sans aucun doute. Et pourtant il y a un petit quelque chose qui ne me convainc pas et que je n'arrive pas à exprimer.

    RépondreSupprimer
  193. Carine, je viens de lire l'intervention de ce cereste, qui ressemble en effet salement à celle de Marco Polo.

    Je vais aller fureter sur d'autres blogs de la réacosphère pour voir combien de fois ce type de commentaires a été dupliqué.

    Infiltration, manipulation, intoxication ; gaffe à tous...

    RépondreSupprimer
  194. Désolé les amis, mais je pense que vous n'allez pas assez loin dans l'exploration. Qu'y a-t-il d'étonnant à craindre chez soi des réactions extrêmes quand la situation est elle-même extrême ?
    Pour le comprendre, il faut faire un petit détour par l'histoire. Je ne prendrais qu'un exemple : la guerre d'Algérie et les fameuses tortures. Evacuons d'emblée le discours gauchiasse typique et voyons la réalité en face. Vous êtes soldat, sous-officier ou officier français et vous devez combattre un ennemi particulièrement retors, dégueulasse, qui mutile les prisonniers d'une façon qu'on à peine à croire, par exemple, ou qui s'arrange pour faire exploser des bombes à la sortie des écoles, enfin l'horreur, quoi. Et vous avez la possibilité de faire cesser le massacre, en tout cas de dégommer un certain nombre de ces salopards. Mais pour cela il faut torturer.
    Je dis qu'il y a peut-être un point commun à ces situations, dès lors que l'on juge extrême l'invasion que nous subissons, et qui, en soi, a quelque chose de bien pire qu'une révolte d'Arabes en Algérie. Ces situations extrêmes nous placent devant une responsabilité, et en même temps devant le gouffre de nous-mêmes. Que sommes-nous capables de faire ? Jusqu'où serions-nous prêts à aller ? Evidemment, il est beaucoup plus sympa de renvoyer tout ça à une bête question de psychopathologie, mais je tiendrais pour peu perspicace celui qui le ferait concernant la question de la torture en Algérie.
    Ce qui gêne certains dans mon commentaire, je pense, c'est qu'il ne dédouane personne. Comme si l'on pouvait se débarrasser du problème de la torture (par exemple) en affirmant que seuls des psychopathes s'y livrent !
    La folie de Breivik ne nous est pas totalement étrangère. Non qu'on en porte la responsabilité (stupidité gauchiste de circonstance), mais parce qu'elle nous interroge sur notre avenir de Français dans un monde qui, dans 20 ou 50 ans, ne sera plus du tout le nôtre. Nous aurons de plus en plus l'impression de nous enfoncer dans un monde de fous, et il faudra résister à la tentation d'être aussi fou que lui. Seuls les plus timorés, les plus socialement intégrés, les mieux lotis aussi, n'auront aucune peine à résister à cet appel. D'autres, conscients de la situation, écoeurés, devront puiser dans leur réserve de stoïcisme. D'autres, tels Breivik, s'effondreront et verseront du côté obscur.
    Mais penser une seule seconde que ce genre de massacre et de folie n'est que le "dérapage" d'un tueur en série, c'est difficile.

    RépondreSupprimer
  195. Marco Polo
    Oui, mais toute vérité n'est pas bonne à dire.
    Ou alors faites votre propre blog, si je peux me permettre.

    RépondreSupprimer
  196. je viens d'aller voir le Cereste de chez le Pélicastre. Ce n'est pas de la citation, mais du plagiat. Sauf que le Cereste ne conclut pas, comme moi, sur une interrogation métaphysique (pardon pour les grands mots) mais se réjouit que la peur change de côté. Ce n'est pas ce que j'ai dit ni voulu dire, merci de ne pas "amalgamer".
    La peur est toujours de notre côté, hélas, mais c'est aussi, désormais, la peur de nous-mêmes.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.