jeudi 21 juillet 2011

Quand les hommes ont des mentalités de pisseuses


« Il est frappant d’observer que les apôtres de la déesse Marchandise produisent une rhétorique, des réflexes et des valeurs de pisseuse. Tout cela donne la nostalgie des confrontations franches d’autrefois. Il fut en effet un temps où la guerre était à la fois considérée comme la pire calamité possible et comme la mère de toutes les vertus. Quel paradoxe ! Mais toute vérité profonde n’est-elle pas paradoxale ? »

L'article de Romaric Sangars est à lire en son entier.

89 commentaires:

  1. Bonjour Didier,

    personnellement, je me méfierais d'un homme capable d'écrire "comme l'a brillamment démontré Jean-Claude Michéa", fût-ce en note de bas de page.

    RépondreSupprimer
  2. Très élégant, ce journaleux pour qui homme=courage=bien, le contraire étant la femme, oh pardon la "pisseuse", la "femelle" forcément lâche, soumise et vile.

    Une grande leçon de pensée, tiens...

    RépondreSupprimer
  3. Artémise : “pisseuse” n'est pas synonyme de femme : le mot désigne seulement une certaine catégorie de femmes. Un peu comme “couille molle“ ne désigne pas tous les hommes…

    RépondreSupprimer
  4. La seule chose que j'ai vraiment retenue, c'est que je ne suis pas une pisseuse, je suis, d'après ce que j'ai compris, quelqu'un de très très bien, puisque non seulement je n'ai pas de i-phone, mais je n'ai même pas de téléphone portable.

    RépondreSupprimer
  5. Ce jeune homme (il doit être très jeune me semble-t-il) aurait peut-être des choses pas complètement inintéressantes à dire, mais je dois avouer que sa rhétorique au marteau-pilon (Deutsche Kalität) et ses affirmations péremptoires ont eu raison de mon indulgence.
    Je crois que ma patience a touché le fond précisément avec cette phrase :
    "Avec désormais en ligne de mire la possible destruction de la planète elle-même, la marchandise poursuit sa course effrénée."
    Game over.

    RépondreSupprimer
  6. Marianne : moi, tout pareil. Et en plus, je ne suis même pas une femme.

    RépondreSupprimer
  7. Vous n'êtes même pas une femme ?
    C'est la bonne nouvelle de la journée !

    RépondreSupprimer
  8. Didier,

    Je sais bien, mais le journaliste aurait pu se dispenser de ce genre de qualificatifs, qui énervent plus qu'ils ne servent la réflexion, voilà tout.

    Et je n'ai pas d'Iphone non plus. Je ne suis donc pas une vraie femme. CQFD !

    RépondreSupprimer
  9. C'est un article à la con.

    Il n'y a pas que des conneries là-dedans, mais ce jeune homme palpe, les yeux fermés, la jambe de l'éléphant qui se trouve dans son salon, puis en conclut : c'est rond... c'est rugueux... c'est haut... j'ai trouvé ! c'est un arbre !

    "La phrase imbécile de Bastiat prétendant nous préserver de grands maux grâce à un déversement massif de camelote."

    Ce que Sangars appelle "la camelote" n'existait pas du temps de Bastiat. C'est donc la phrase de Sangars qui est idiote, pas celle de Bastiat.

    "Le chantage, la terreur sournoise et l’injonction autoritaire indirecte sont typiques du langage marchand."

    Bien sûr que non. Ceci caractérise le langage de certains marchands contemporains. Ce type de discours est extrêmement récent. Je dirais : pas plus d'une trentaine d'années. Il est aussi très localisé géographiquement. Je dirais : essentiellement en France socialiste.

    Ce langage n'existe pas aux Etats-Unis. Ou certainement pas dans les mêmes proportions.

    En régime libéral (puisque c'est de cela qu'il s'agit), les marchands ne peuvent pas exercer de "chantage", puisqu'ils sont en concurrence.

    Evidemment, en France socialiste, où règne en maître la capitalisme monopoliste d'Etat, en connivence avec la haute fonction publique, le chantage s'exerce d'autant plus librement que les Français approuvent et réclament leur asservissement aux fonctionnaires.

    Enfin, ce que j'appelerais du "langage de pisseuse", personnellement, c'est celui d'un type qui se permet de déverser son mépris sur les "boutiquiers" et de porter aux nues "l'esprit guerrier", tout en s'intitulant "journaliste littéraire" (et "animateur du Cercle cosaque").

    Un cyber-warrior, quoi.

    Je suppose qu'il se garde bien de se procurer de quoi se nourrir et se vêtir chez des "boutiquiers" (et encore moins dans des grandes surfaces, seraient-elles "de proximité").

    Les dieux de l'Olympe (à moins que ce ne soit sa maman) doivent lui apporter tout ça à domicile, livraison gratuite par UPS.

    D'ailleurs, ce genre de type qui fustige "les boutiquiers" est en général le premier à se plaindre de la disparition du "pitit commerce de proximiti".

    Va comprendre, Charles.

    RépondreSupprimer
  10. Hahaha, mort de rire, il y en a encore que j'obsède chez Causeur :

    "21 juillet 2011 à 16h26
    pirate dit

    C’est bien le problème voyez, parce que si tout le monde ne peut faire des commentaires, tout le monde peut les lire, et j’ai pas spécialement envie de me taper des Robert Marchenoire cherchant mon adresse, ou m’envoyant des mails, et autre délire du même acabit…"


    Ca fait des plombes que je ne mets plus les pieds chez Causeur, puisque les commentaires sont désormais réservés aux abonnés, mais je terrorise encore les pisseuses gauchistes...

    Auxquelles je n'ai jamais envoyé de mails, bien entendu, et dont j'ai mieux à faire que de "chercher l'adresse"...

    RépondreSupprimer
  11. Robert, vous me rassurez. Ce type a autant l'air d'un guerrier que moi de la reine d'Angleterre.

    Sur sa photo, il a quoi ? 18 ans et demi ?
    C'est trop choupi.

    RépondreSupprimer
  12. A moi aussi, il me plaît bien ce jeune cosaque de causeur.

    RépondreSupprimer
  13. Ben non, Marchenoir, on est tous échaudés,maintenant...

    RépondreSupprimer
  14. "Ben non, Marchenoir, on est tous échaudés, maintenant..." (NV)

    Bien sûr. Il y a juste deux degrés d'impossibilité entre la réalité et l'hypothèse évoquée par cette chochotte gauchiste de Pirate sur Causeur.

    Sachant que cette terrifiante hypothèse consisterait juste à "recevoir des mails" de ma part.

    Mais à part ça, "on est tous échaudés maintenant".

    Brrr... Quelle brute nazie je fais... A quelles tortures n'échappez-vous pas quotidiennement... Vous êtes vraiment trop habitués au cocon socialiste.

    RépondreSupprimer
  15. C'est par Didier qu'on est échaudés, voyons... Pas par vous...

    RépondreSupprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  18. Concernant l'évolution des mentalités, il me semble qu'il faille prendre en compte l'aspect démographique: une société plutôt âgée et féminine n'a pas du tout la même mentalité qu'une société plutôt jeune et masculine. Cette différence est frappante entre Européens et Magrébins. Je ne dirais donc pas que les Européens ont des mentalités de "pisseuses" mais que ces sociétés tendent démographiquement vers la mentalité "Mamie Nova".

    RépondreSupprimer
  19. Derville,
    Il suffit de prendre le métro de temps en temps et de considérer tous ces jeunes européens ou non, avachis sur les sièges, les écouteurs sur les oreilles, pendant que les "Mamie Nova" sont debout, pour mesurer à quel point vous avez raison.

    RépondreSupprimer
  20. Parlez-nous un peu des "pisseuses" de la photo.
    Je me souviens une année où j'étais partie en vacances à moto, avec un groupe d'amis.
    Tout le monde s'arrête pour pisser sur une route à découvert.
    Les femmes ont refusé de pisser. Moi, il fallait que je pisse.
    Les hommes attendaient, narquois, que je me mette dans la position de vos statues.
    Je suis restée debout, j'ai écarté une jambe de mon short et - sacrilège - j'ai pissé debout à leur nez et à leur barbe.

    RépondreSupprimer
  21. Mon cher Didier, je vais te raconter une histoire drôle:

    Il se trouve que j'ai connu Romaric Sangars il y a quelques années, c'était moi le souveraino-mongaulliste et c'était lui l'atlantiste pro-Bush. Etonnant, non?

    Cela-dit, j'en garde le souvenir d'un garçon très intelligent et très sympathique. Et il n(y a aucune raison que ça ait changé, à moins qu'il se soit fait mordre entre temps par un chien enragé, ou un truc de ce genre.

    RépondreSupprimer
  22. "Ce langage n'existe pas aux Etats-Unis. Ou certainement pas dans les mêmes proportions.

    En régime libéral (puisque c'est de cela qu'il s'agit), les marchands ne peuvent pas exercer de "chantage", puisqu'ils sont en concurrence."

    Putain de merde ! Tjrs aussi débile ce bob !!!
    Il récite sa petite leçon sans jamais y réfléchir. Te rends tu compte de l’ânerie que tu viens d'assener ! là, sans sourciller,,,
    Pour conclure par ce qui fait l'essence même du chantage : la concurrence. A ton avis sombre abruti, comment s'obtiennent les marchés, les marchandises, les droits des uns sur les autres pour être le premier, l'élu, le roi....

    "Évidemment, en France socialiste, où règne en maître la capitalisme monopoliste d’État, en connivence avec la haute fonction publique, le chantage s'exerce d'autant plus librement que les Français approuvent et réclament leur asservissement aux fonctionnaires."

    Contradictoire : pas de chantage ici, mais un autre forme d'asservissement de pisseuse sans doute.

    Sombre crétin , abruti, andouille, âne, bête, buse, con, idiot, imbécile, simple, sot, stupide.

    RépondreSupprimer
  23. XP : il faudrait le faire inviter où-tu-sais, la prochaine fois…

    Nychko : vous avez encore oublié de prendre vos petites pilules roses, on dirait !

    RépondreSupprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  25. Ni rose ni bleu Didier, mais je fais souvent, il est vrai, des réactions nerveuses face à autant de bêtises.
    Surtout quand elles sont écrites avec autant d'engouement, de certitude, et de confiance en son intelligence autoproclamée.

    La seule médication que je m'auto-administre et ce n'est qu'un placebo, j'en suis conscient, est la recherche de la vérité.

    "Les préjugés occupent une partie de l'esprit et en infectent tout le reste"

    Bob devrait s'en administrer une dose, au risque bien sur de chuter dans une maladie bien plus profonde que celle dont il est attend actuellement. Mais dont il sortirait sans nul doute grandi.

    Son aveuglement ne durerait alors que quelques temps, là ou aujourd'hui il ne s’aperçoit même pas de sa cécité.

    RépondreSupprimer
  26. je trouve l'article de causeur très bon, mais il faut bien en percevoir la visée, qui est morale, et non pas économique. L'univers mental du marchand est en effet sordide, comme l'ont dit et répété à peu près tous les penseurs, artistes, écrivains de notre histoire, et pas seulement les guerriers. L'exaltation de la paix marchande (qui est l'un des arguments préférés des européistes, soit dit en passant)est tout simplement anti-occidental, n'en déplaise aux libéraux du site, qui n'ont rien à redire (apparemment) à l'idéal du chiotte de yacht en or.

    RépondreSupprimer
  27. l'économie "marchande" ou libérale, c'est très bien, dans son registre, mais il faut la laisser à sa place, dans la cave, et exalter les valeurs qui méritent de l'être : fidélité, amour et amitié, honnêteté, solidarité charnelle, etc., qui sont à l'opposé des "valeurs" marchandes. On aura beau dire, même avec une concurrence non faussée et une "règle du jeu" bien claire pour tous, le marchand qui peut vendre à une mémée de la Côte d'Azur un chauffage électrique neuf alors que l'ancien suffit largement, ne va certainement pas s'en empêcher, sauf s'il a, aussi, des valeurs morales, qui alors entrent en concurrence avec l'esprit marchand.

    RépondreSupprimer
  28. Marco Polo : nous serions donc assez d'accord…

    (Purée, je vais me faire taper par Marchenoir et foutre de ma gueule par XP, moi !)

    RépondreSupprimer
  29. @Marco Polo

    Je dirais que vous avez raison... Dans l'absolu.

    Maintenant, il faut s'en tenir aux faits: Est-ce qui dans la vie réelle, les contempteurs de l'écconomie marchande et de la société de consommation sont plus généreux, moins obsédés par le fric, d'avantage portés sur les valeurs que ses laudateurs?

    Non seulement je ne le pense pas, mais j'ai même tendance à croire que c'est l'inverse.

    Des admirateurs d'Hayek ou de Bastiat, j'en ai croisé quelques uns, et je n'ai pas le sentiment que l'obsession du pognon avait une place particulière dans leurs vies et dans leurs relations avec leurs amis (ce n'est pas Didier qui me dira le contraire).

    Sur le plan collectif c'est la même chose. Pas du tout l'impression que le Japon ou les USA, les deux grands pays capitalistes de la planète, soient composés de citoyens particulièrement égoïstes, dénués d'empathies pour leurs prochains, incapables de se soucier de l'autre, en comparaison avec d'autres pays (le spectacle qu'ont donné les japonais dans le malheur nous l'a démontré).

    Si on compare notre époque qui baigne en effet dans la marchandisation, elles ne me semblent pas plus dures, moins solidaires et plus obsédés par le fric que les précédentes, celle par exemple décrite au Cinéma dans Jean De Florette. C'était à la campagne, la structure de la société était encore largement traditionnelle, on n'achetait pas encore des I phone, et pourtant, quelle obsession du fric et du paraître et que de mesquinerie...

    Les faits, rien que les faits.

    RépondreSupprimer
  30. "L'univers mental du marchand est en effet sordide, comme l'ont dit et répété à peu près tous les penseurs, artistes, écrivains de notre histoire, et pas seulement les guerriers"

    PENSEURS: Sartre était un "penseur". Il a eu tort toute sa vie.

    ARTISTES: S'ils pouvaient fermer leurs gueules, les artistes... On n'en a rien à foutre, de l'avis de connards qui n'ont jamais bossé de leur vie et qui se font du fric tout en critiquant ceux qui s'en font en travaillant.

    Il n'y a que deux catégories d'artistes:
    - ceux (celles) qui ont la chance d'être talentueux (ce dont ils sont pas responsables)
    - ceux (celles) qui sont là où ils sont parce qu'ils sucent après la sodomie

    Conclusion de l'histoire: ils la ferment. Ils sont les moins bien placés pour donner des leçons.

    RépondreSupprimer
  31. "L'univers mental du marchand est en effet sordide, comme l'ont dit et répété à peu près tous les penseurs, artistes, écrivains de notre histoire, et pas seulement les guerriers"

    On ne peut pas faire plus réducteur, en effet.

    Et puis opposer les sociétés marhandes aux artistes, c'est faire un sacré contre-sens historique.

    Florence la Marchande a produit Michel Ange, et pendant ce temps, la suisse austère et "spartiate" donnait au monde le Coucou, comme l'a dit Orson Wells.

    On peut aussi comparer le leg culturerl des pays de l'Est avec celui de l'Amérique marchande... Y a pas photo, comme on dit.

    La société marnhande, la "Marchandise", comme ils disent, c'est Ferrari, Bugatti, Porsche... Il faut être dénué de sensibilité artistique pour ne pas y voir d'authentiques oeuvres d'art... C'est en tous cas plus joli que les Lada.

    Quant aux chiottes en or des Yaths pour milliardaire, toute cette course aux frics, bin ça a donné la riviéra Française et ces villas magnifiques... Plus avant, il est probable que les nobles qui se faisaient batir des chateaux avaient l'ambition d'épater la galerie... Vices privés, vertus publiques...

    RépondreSupprimer
  32. Heimdal, vous êtes sérieux ?

    XP : Vous vous réfugiez dans la Florence renaissante pour ne pas voir ce que la société marchande est devenue au XIXe siècle. Interrogez Baudelaire ou Bloy, ou Poe, pour prendre un exemple américain, et vous verrez qu'il y a comme un "décalage" entre les artistes et la bourgeoisie mercantile.

    Bugatti et Porsche, oui, ce n'est pas ce que l'industrie et l'appât du gain ont fait de pire, certes. Mais je note que les voitures actuelles sont beaucoup moins racées que les anciennes. Même là il y a décadence, pour ne rien dire de l'architecture. On construit au plus bas coût d'horribles merdes.

    Quant à la magnifique production artistique de l'Amérique marchande, il faudrait demander à Pollock ce qu'il en pense, et si les marchands ont vraiment favorisé son oeuvre (de son vivant, of course). Il ne s'agit pas de dire que l'Occident marchand n'a rien produit de beau, mais on peut se demander si les valeurs "marchandes" favorisent cette production ou non, et si les vraies valeurs morales sont compatibles avec cette "civilisation".

    RépondreSupprimer
  33. Vanessa Taprendra22 juillet 2011 à 18:24

    XP donnant des références historiques...pourquoi pas des cours de grammaire pendant qu'on y est ?
    Et il cite Orson Welles en l'écrivant comme H-G Wells.
    Le coucou sera inventé deux siècles après la mort de Michel-Ange, mais ce qui compte c'est d'avoir du style...

    RépondreSupprimer
  34. Ah, je vois que la petite mongolienne est de sortie.

    Avec son QI de cagolle, elle n'a pas compris un mot de l'échange, alors elle relève les fautes de frappes... Tout est dans l'ordre.

    Mais surout, elle espère que d'autres camarades mongoliens(iennes) viennent faire masse et qu'ensemble, ils pourissent le fil.

    Mais la mongolienne va soigner ses aigreurs d'estomac toutes seules, j'ai autre chose à faire.

    RépondreSupprimer
  35. Vanessa Taprendra22 juillet 2011 à 18:44

    Je parle d'orthographe pour vous laisser votre porte de sortie habituelle, mais vous avez raison, allez réviser l'histoire suisse sur wikipédé, comme ça vous serez peut-être un peu moins ridicule la prochaine fois.

    RépondreSupprimer
  36. Vanessa Taprendra22 juillet 2011 à 18:47

    Les dates d'entrée des cantons horlogers dans la Confédération vont vous passionner.

    RépondreSupprimer
  37. La petite mongolienne qui relève les fautes de frappe où qui va sur Wiki, justement, pour vérifier les données historiques parce qu'avec sa cervelle de cagole elle ne peut pas faire autre chose, ça ne m'intéresse pas et je crois que ça n'intéresse personne.

    La petite simplette anonyme va faire le plaisir à tous le monde de retourner dans son néant pour y ressasser son ressentiment, j'espère?

    RépondreSupprimer
  38. Vanessa Taprendra22 juillet 2011 à 18:56

    Et vous retournez draguer Millie sur Ilys.

    RépondreSupprimer
  39. Je n'ai jamais entendu parler de la petite mongolienne, Comme tous le monde je ne sais pas d'où elle sort, mais la petite mongolienne lit Ilys dans les coins, apparemment.

    Mal, en plus.

    RépondreSupprimer
  40. Vanessa Taprendra22 juillet 2011 à 19:15

    Vous alliez dire dans les chiottes, mais vous avez réalisé à temps que le rapprochement était malvenu.

    RépondreSupprimer
  41. XP, si ça vous amuse de traiter les femmes de mongoliennes, sachez que ça n'amuse que vous.
    Vous savez, il n'est jamais trop tard pour apprendre les bonnes manières !
    Et ces fautes d'orthographe, putain, ça fait mal aux yeux, merde !

    RépondreSupprimer
  42. Vanessa, mon ptit, il faut arrêter, maintenant.

    Il n'y a pas que le blog de Didier Goux et XP, dans la vie.

    Tournez la page et lachez la grappe aux gens.

    @Marco Polo

    Quand je disais qu'elle cherher à faire masse, la mongolienne^^

    RépondreSupprimer
  43. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  44. @Anonyme

    Tout à fait!

    XP est un troll, et la fameuse Vanessa une auteure de blog que même ses détracteurs lisent en ne ratant jamais une ligne. D'ailleurs elle n'a aucune aigreur d'estomac.

    Quant à vous, vous n'êtes pas vraiment anonyme, tous le monde vous connais:)

    RépondreSupprimer
  45. L'anonyme bien connu22 juillet 2011 à 19:52

    "tous le monde vous connais"

    signé : XP (mais était-il vraiment besoin de le préciser ?)

    jeu : combien de fautes d'orthographe XP a-t-il réussi à glisser dans ces cinq mots ? Si XP avait écrit 120 mots tout en conservant la même proportion de fautes d'orthographe, combien cela en ferait-il ?

    RépondreSupprimer
  46. @Anonyme

    Tu as en partie raison. Je sais que les aigris qui croupissent dans l'anonymat et l'insignifiance sont excités pas l'orthographe.

    Pourquoi devrais-je me priver de jouer avec mes mongoliens?
    Au nom de quoi?

    RépondreSupprimer
  47. Oui, bien évidemment, l'orthographe est la science des ânes, et XP est le général de brigade des ânes bâtés.

    RépondreSupprimer
  48. Que l'orthographe soit la science des ânes, vous et les autres mongoliens anonymes qui essayez de me mordre les mollets, vous en êtes la preuve vivante, non?

    Vous ne croyez-pas?

    Posez-vous la question en toute honnêteté: pourquoi ce sont toujours les nazes,les aigris et les insignifiants dans votre genre qui mettent cette question sur le tapis?

    RépondreSupprimer
  49. Vanessa Taprendra22 juillet 2011 à 20:48

    C'est çui qui dit qui est, bisque, bisque rage.

    RépondreSupprimer
  50. J'avais dit, que les troll feraient masse...

    "Méfiez-vous, les ratés ne vous rateront pas", disait Bernanos.

    RépondreSupprimer
  51. Vanessa Taprendra22 juillet 2011 à 21:04

    Il est vrai que vous êtes assez lourd pour faire masse à vous tout seul...

    RépondreSupprimer
  52. Je vous avais conseillé de passez à autre chose, de tourner la page, la petite neuneu...

    Vous ne vous en souvenez-pas?

    RépondreSupprimer
  53. Vanessa Taprendra22 juillet 2011 à 21:19

    Oui, car vous aviez mieux à faire, je m'en souviens très bien, cher XPet.

    RépondreSupprimer
  54. "XPet"

    Tout est dans l'ordre, encore une fois.

    Le troll finit toujours pat tomber dans le scato.

    RépondreSupprimer
  55. Vanessa Taprendra22 juillet 2011 à 21:37

    Oui, mais si peu et avec style...

    RépondreSupprimer
  56. Mais mort de lol, quoi.

    Faut-il une autre preuve que le « commentaire » de Nyckho de 11 h 48 pour démontrer, une fois de plus, que l’anti-libéralisme est une religion ? Que dis-je, une religion : une croyance magique, car les religions, derrière leur visée surnaturelle, ont tout de même un fond de sagesse et de rationalité ?

    Il suffit de prononcer le mot « concurrence » (mais je suppose que « marché » ou « profit » feraient aussi bien l’affaire) pour qu’aussitôt, l’anti-libéral obsessionnel soit précipité au sol, saisi de convulsions, les membres atrocement tordus dans des poses grotesques, le visage déformé par la haine, un filet de bave verdâtre lui coulant au coin des lèvres.

    Dans les hurlements incohérents qui s’échappent de sa bouche, on croit entendre un flot d’insultes : « Sombre crétin, abruti, andouille, âne, bête, buse, con, idiot, imbécile, simple, sot, stupide ».

    Les gens s’assemblent à distance respectueuse autour de l’aliéné qui gigote, pour ne pas risquer un mauvais coup. Quelqu’un fait le 15. On entend au loin la sirène des gentils hommes en blanc, qui arrivent avec le beau manteau à manches nouées dans le dos.

    Je me fais vraiment l’effet d’être d’être un chasseur de vampires : un crucifix et une gousse d’ail brandis sous leurs yeux, et hop ! ils se désintègrent dans une dégoûtante crise d’épilépsie.

    De fait, la chasse à l’anti-libéral est encore plus facile que la chasse au vampire. Le pitit commerçant de proximiti qui vend les gousses d’ail spéciales est en RTT ? Pas de problème ! Tu dis à voix haute, en détachant bien les syllabes :

    -- Concurrence !

    -- Marché !

    -- Profit !

    -- Rentabilité !

    -- Main invisible !

    -- Dans ta gueule !

    Et aussitôt, l’anti-libéral français implose. Il n’en reste plus qu’un petit tas de cendres fumantes sur le trottoir.

    Evidemment, si ces gens-là étaient des nègres, et si l’on était en Afrique, ils seraient capable de me lyncher sur la place du marché, en m’accusant d’être un voleur de sexe.

    D’ailleurs, Nyckho est peut-être un nègre. Et s’il ne l’est pas, eh bien il est un signe que le pays se négrifie à toute allure. Il n’est pas besoin d’être noir pour être nègre.

    L’Afrique étend sur nous sa bienfaisante mentalité, qui l’a menée là où l’on voit.

    RépondreSupprimer
  57. Te fâche pas, Robert, merde : on est une bande de jeunes, on déconne !

    RépondreSupprimer
  58. Marchenoir, vous êtes sûr de ne pas en rajouter un chouïa ?

    RépondreSupprimer
  59. "Je vous avais conseillé de passez à autre chose" (sic : XP)

    défi pour un lecteur occasionnel :

    essaie de faire autant de fautes que XP tout en continuant à la ramener.

    RépondreSupprimer
  60. Bon, cela dit, c'est vrai qu'on exagère.

    RépondreSupprimer
  61. défi pour un lecteur occasionnel :

    essaie d'etre une merde sèche de la trempe du dénommé Marco Polo, d'être aussi creux, aussi insipide ettransparent que lui, et de faire tout de même la leçon aux autres en générale et à XP en particulier.

    Fais nous voir un seul texte de toi, mon garçon, prouve-nous que tu n'es pas la femme de ménage qu'on a aprçu en te lisant, et reviens nous voir après.

    Avant de prendre congé, indique-nous le site où l'on peut te lire et te juger, petit anonyme.

    RépondreSupprimer
  62. Je fais remarquer au passage que j'avais prévenu:les trolls allaient faire masse. On en laisse passer un, et les autres rappliquent.

    Et pour finir, c'est l'anonyme le plus abruti, le champion du monde, qui enfonce le clou et achève de bousiller le fil.

    RépondreSupprimer
  63. Cela dit, une merde sèche n'est pas totalement inutile. Dans certains pays extrêmement pauvres, non convertis aux beautés du libéralisme, elle sert de combustible, ce qui est déjà ça.

    La merde sèche intègre une plus-value par rapport à une merde humide.

    N'accablons pas les merdes, non plus.

    RépondreSupprimer
  64. @RM

    En voilà une bonne nouvelle, pour notre ami!

    Lui qui avait tout lieu de penser qu'il n'était absolument rien, qu'il était né pour rien, qu'il ne servirait jamais à rien ni à personne, voilà que tout d'un coup, il peut se dire qu'il peut faire autre chose que le troll chez Didier Goux, qu'on a besoin des merdes sèches dans son genre.

    Il doit se sentir tout chose.

    RépondreSupprimer
  65. Holala , non seulement je suis d'accord avec Heimdal... mais en plus Marchenoir me fait rire.. je dois couver un truc moi, rapport au temps de novembre sans doute..

    RépondreSupprimer
  66. XP, vous manquez d'humour.

    RépondreSupprimer
  67. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  68. Je l'avais dit, que tous les déchets de la toile allaient faire masse sur ce fil, si on en laiisait passer un seul!

    Encore un anonyme qui sort de son néant!

    RépondreSupprimer
  69. Comme c'est touchant, Didier Goux qui défend son illettré de service!

    RépondreSupprimer
  70. Je ne défends personne (et surtout pas XP qui fait ça très bien tout seul, je trouve) : j'ai annoncé hier que j'en avais ras-le-bol des anonymes, donc je les supprime. Un point c'est tout.

    RépondreSupprimer
  71. Il ne le défend pas, il essai de le calmer avant de se désolidariser totalement de ces propos pouvant tomber sous le coup de la loi.

    Juste pour essayer une dernière fois.

    Bob, mon bon bob, ce ne sont pas les mots que vous citez qui hérissent de vos interlocuteurs qu'ils soient "libéraux" ou non d'ailleurs.
    C'est bel et bien votre bêtise.
    Relisez calmement, et voyez les associations d'idées et de concepts qui sont les votre.

    Rien !

    Parlez de ce qui vous touche, n'intellectualisez pas.
    Crachez votre racisme, qui est le fondement profond de toute votre réflexion.

    Que vous soyez raciste ne me pose pas de souci majeur non plus d'ailleurs. Je le suis sans doute aussi à mes heures perdues.

    Non, c'est bel et bien votre bêtise.

    Je vous serre dans mes bras mon bon Bob.

    RépondreSupprimer
  72. C'est extraordinaire... Vous en chasser un, il en arrive un autre....

    Les trolls font vraiment penser aux cafards.

    Voilà à présent un etron qui s'appelle Benard, dont peronne ne lira jamais une ligne... cette petite merde insignifiante parmi tant d'autres surgit de l'égout lache un petit cri avant de disparaitre... Beurk

    RépondreSupprimer
  73. "il essai de le calmer avant de se désolidariser totalement de ces propos pouvant tomber sous le coup de la loi."

    Oh putain, le boulet. C'est nul en tout, ça ne sait rien sur rien, mais ça parle d'autorité sur tous les sujets.

    Monsieur je sais tous va me citer une seule phrase qui pourrait, même de très loin, tomber sur le coup de la loi.

    RépondreSupprimer
  74. Désolé XP,

    j'ai lu trop vite les enchainements de commentaires et je faisais allusion Bob, et non à vous.

    RépondreSupprimer
  75. XP, vous avez un sérieux problème d'ordre scatologique. Relisez vos interventions, vous verrez. Constipé, peut-être ?
    Et dénoncer les trolls, c'est d'un commun...
    Pourquoi ne laissez-vous pas plutôt...pisser, hein ?

    RépondreSupprimer
  76. En l'occurence XP, et Dieu sait pourtant que j'adore vous lire, il m'arrive de temps en temps d'être d'accord avec ceux qui disent que parfois, vous vous oubliez un peu en matière d'orthographe... mais seulement dans vos commentaires.
    Sur Ilys, vos textes sont extrêmement bien écrits et sans aucune faute. Je propose donc aux gauchiasses qui n'ont que cela à vous reprocher d'aller faire un tour sur Ilys, avant de la ramener sur ce point de détail...

    RépondreSupprimer
  77. Cher ami, tous ces nains connaissent parfaitement Ilys, pas seulement mes textes d'ailleurs, et pas uniquement les textes, mais aussi les commentaires, généralement très brillants.

    C'est ça qui les rend hystériques, et certainement pas l'orthographe.

    Puisque vous connaissez le blog, vous imaginer un de ces abrutis croiser le fer avec Aquinus, Vertumme, Denis l...? Eux non plus, d'où leurs caca nerveux ici^^

    RépondreSupprimer
  78. c'est quand même extraordinaire de continuer à se la péter comme ça alors qu'on aligne les fautes et qu'on ne fait que répéter en boucle le mantra de sa propre excellence, genre : "Moi j'écris sur Ilys, nananère..."
    Comme si écrire sur Ilys était un label de qualité, une sorte d'AOC. A mon avis, les commentaires n'y sont pas meilleurs que sur les meilleurs fils de Didier, par exemple. Mais ce qui est fascinant chez XP, c'est cette capacité à dire du bien de soi-même, alors qu'il suffirait de ne pas répondre. Ou alors, mais c'est plus compliqué, de ne pas faire de fautes.
    Cependant, après réflexion, cette hargne dans la répartie est plutôt à mettre à son actif : cela montre qu'il accorde un minimum d'attention aux autres, quels qu'ils soient, même s'ils lui chient dans les bottes.

    Finalement, XP, vous êtes un brave type.

    RépondreSupprimer
  79. "c'est quand même extraordinaire de continuer à se la péter comme ça alors qu'on aligne les fautes "

    Je ne sais pas si vous vous rendez compte de la bêtise de cette phrase.

    Je me pa pète, dites vous? Je n'ai jamais écrit que j'étais bon, dans l'absolu. Je dis par contre que comparer à un type aussi nul et insignifiant que vous, je me trouve pas mauvais.

    Sur la toile, il y a une règle: jamais un intervenant de talent ne
    commente l'orthographe. Jamais. Ca n'existe pas. Les gens qui font ca sont invariablement des nazes, et au vu de la nullité de vos interventions, vous confirmez la règle.

    Il y a une chose que vous devriez apprendre, c'est la modestie. Quand on a rien montré à personne, on ne se permet pas de critiquer.

    Quand au fait de laisser pisser ou pas... Vous étalez votre nullité et vous juger si l'on devrait y répondre ou non... Mais mon Dieu, vous êtes un con d'une envergure exceprtionnelle!

    Vous êtes une grosse merde et un frustré, et vous me procurer le plaisir de vous le dire et vous mettre le nez dans votre caca. Que demander de plus?

    RépondreSupprimer
  80. Pour en revenir à l'article :

    « si les marchandises ne traversent pas les frontières, les soldats le feront ». Cette allégation imbécile renferme un chantage implicite qui sous-entend : « si vous ne voulez pas jouer le jeu du grand marché mondial, on viendra mitrailler vos familles »

    C'est quand même inouï comme contre-sens ! Bastiat CONSTATE juste : s'il n'y a pas de commerce, il y aura la guerre.

    Comme si je disais : si vous laissez entrer pleins d'Africains en Europe, il y aura plein de problèmes. Je ne menace pas, je préviens de quelque chose d'inévitable (pour moi).

    On peut bien sûr trouver la formule de Bastiat contestable, naïve, simplette, ou même préférer la guerre.

    Mais certainement pas l'accuser d'une quelconque menace.

    Ce Sangars est malhonnête et/ou inculte.

    RépondreSupprimer
  81. "Sur Ilys, vos textes sont extrêmement bien écrits et sans aucune faute."

    C'est le genre de type qui n'aurait jamais pu écrire quoique ce soit sans la béquille internet.

    Imbécilus Internetus.

    Excellente remarque Gil.
    Encore un dont le réseau neuronal s'est forgé à partir d'idéologies existantes.

    Plus personne n'est capable de modifier le réel semble t il.

    RépondreSupprimer
  82. "C'est le genre de type qui n'aurait jamais pu écrire quoique ce soit sans la béquille internet"


    Cette phrase démontre à quel point vous etes un imbécile (tous ça après votre sortie judiciaire, décidemment, vous ne nous reposez jamais, vous).

    Internet sert au contraire à démasquer les gens qui n'auraint jamais pû écrire sans la bequille papier.

    Internet sert à montrer qui est capable ou pas de faire de vrais textes et de se constituer un vrai lectorat sans le la bequille d'un nom auquel s'identifier, d'une bio affichée, d'un renvoi d'ascenceur (un papier flatteur dans l'express écrit par un chroniqueur mais en réalité commandé par l'éditeur), et surtout il permet de mettre en lumière que 5 000 ventes, c'est en réalité 5000 livres commandés par les éditeurs, 2 000 achetés sur un mal entendu, 1 000 qui seront lus et 200 qui laisseront un souvenir au lecteur àprès un an.

    La plupart des gens qui publient sur le vieux support papier sont des frustrés, des crêves la faim, et internet sert à mettre au grand jour leur incapacité à séduire vraiment le lecteur... Ils s'aperçoivent qu'un gamin de vingt deux ans qui écrit pour s'amuser
    est en réalité meilleur que lui et qu'il a donc plus de lecteurs.
    Gagner sa vie en vendant trois mille exemplaires dun movais roman, c'est être un raté, un smicard.
    Les quelques écrivains papiers qui ont un blog sont aigris, et on peut le comprendre. Le passage à l'éléctronique montre qu'ils sont en réalité souvent lus par trois vieux à moitié débiles. Et on ne citera pas de nom par charité.

    Et puis le jeune lectorat s'interesse d'abord au support électronique, et la première marque du talent, c'est de séduire les jeunes et rebuter les vieux (exception faites des vieux qui sont jeunes et des jeunes qui sont vieux). Le jeune achète du papier quand il ne peut pas encore faire autrement. Quand on pourra acheter Philippe Roth en téléchargement, seuls quelques abrutis s'accrocheront encore à l'objet livre.

    les auteurs publiés électroniquement sont meilleurs que ceux du papier, et surtout le lectorat éléctronique est meilleur que le vieux lectorat papier. C'est une réalité difficilement contestable.

    RépondreSupprimer
  83. Quelques remarques pour XP :

    1. Vous écrivez : "Sur la toile, il y a une règle: jamais un intervenant de talent ne
    commente l'orthographe. Jamais. Ca n'existe pas. "
    Je ne suis pas d'accord. Il y a tellement de nuls en orthographe sur internet que l'orthographe est devenue un critère de qualité, disons plutôt le "minimum requis" pour avoir droit d'être pris au sérieux sur la toile. Il est implicitement établi qu'un posteur ne faisant pas de fautes (ou très peu) mérite intérêt, et les autres, ceux qui en commettent beaucoup, sont considérés alors comme des gamins et/ou des pauvres types.
    En disant cela je n'insinue pas que vous avez 14 ans ou que vous êtes un pauvre type, car je sais bien que ce n'est pas le cas, et qu'en plus vous êtes quelqu'un d'intéressant. Mais je regrette que vous ne fassiez aucun effort, pour finir même par vous vanter de votre vilain défaut. Il faut vous lire attentivement pour comprendre que votre fâcherie avec l'orthographe n'est pas due à votre nullité, mais entretemps vous contribuez à brouiller les pistes et à dégrader un peu plus les derniers indices de confiance qui permettent de ne pas perdre trop de temps dans l'évaluation de ce qui mérite d'être lu. Maintenant, je l'ai dit et je le répète : respecter l'orthographe c'est respecter le lecteur et honorer la France, ce qui est d'après moi le devoir de tous ceux qui veulent écrire en français.

    2. Vous me citez : "c'est quand même extraordinaire de continuer à se la péter comme ça alors qu'on aligne les fautes "

    et vous répondez :

    "Je ne sais pas si vous vous rendez compte de la bêtise de cette phrase."

    A mon tour de répondre : bin non, je ne vois pas du tout la bêtise de cette phrase. Se la péter alors qu'on fait des fautes à la pelle, c'est toujours ridicule, c'est comme ça. Mais vous en revanche, avec votre répartie à contretemps, vous ressemblez un peu à ces robots qui sur internet essaient de se faire passer pour de vrais intelocuteurs. Assez rapidement, à cause de phrases comme la vôtre, on a un soupçon.

    3. Vos élucubrations sur le "papier", qui serait tellement inférieur à internet, ne servent pas votre propos. Il n'est pas facilement démontrable, je crois, que Baudelaire ou Hugo (ou qui vous voulez parmi ceux qui ont pris la plume) auraient été vraiment meilleurs sur la toile. J'ai même un sérieux doute, et j'ai du mal à vous prendre au sérieux.

    4.Arrêtez de vous prévaloir d'avoir écrit des choses sur internet, et de reprocher aux autres de ne l'avoir pas fait. D'abord vous ne savez pas à qui vous avez affaire; ensuite, n'importe qui peut écrire sur internet, et les plus idiots ne s'en privent pas. Où est la démonstration ?

    5. Je cite cette phrase parce qu'elle mérite une grande attention :

    "les auteurs publiés électroniquement sont meilleurs que ceux du papier, et surtout le lectorat éléctronique est meilleur que le vieux lectorat papier. C'est une réalité difficilement contestable."

    j'aime beaucoup l'argument : "difficilement contestable".

    6. Vous ne pouvez vraiment pas vous empêcher de parler de caca ?

    RépondreSupprimer
  84. Vous me fatiguez. Vous avez l'esprit trop lent. Vous m'obligez à répéter en cinq phrases ce que vous devriez comprendre en une seule, voire avoir déjà compris. Et sans garantie de résultat.

    Maintenant, que les trolls ne me prennent pas aux sérieux ou plus exatement feignent de ne pas me prendre au sérieux, ce n'est pas grave. Compte tenu de la pauvreté de vos interventions, votre opinion n'a aucune importance.

    Il y a des commentateurs remarquables sur la toile, à ce titre leurs opinions méritent d'être pris en compte, mais pas la vôtre... Un peu de modestie.

    "respecter l'orthographe c'est respecter le lecteur et honorer la France"

    Et souveraino-mongaulliste, avec ça. Remarquez, tous ce tient.

    RépondreSupprimer
  85. Tant pis, moi qui voulais dire du bien de vous, XP.
    avant de vous quitter, ma contribution au relèvement du niveau :

    j'ai remarqué que vous vous trompez systématiquement sur le mot "tout", par exemple ici :

    "Remarquez, tous ce tient."

    C'est pourtant simple de corriger, ici, faites un effort. Voici un aide-mémoire :

    http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-14942.php


    Pour différencier "ce" et "se" ("Remarquez, tous ce tient.") c'est plus compliqué, ce sera pour une prochaine fois.

    Et n'oubliez pas qu'on vous charrie pour rigoler. Je partage quand même 97 % de vos idées (j'espère que ça ne va pas vous faire de mal d'apprendre ça).

    RépondreSupprimer
  86. "Tant pis, moi qui voulais dire du bien de vous, XP.
    avant de vous quitter"

    Pour ma part, je n'ai jamais éprouvé l'envie parriculière de dire du mal de vous. Je pense seulement que vous vous êtes un type très médiocre qui devrait apprendre à rester à sa place.

    "j'ai remarqué que vous vous trompez systématiquement sur le mot "tout", par exemple ici"


    Vous voyez bien que vous êtes un type très médiocre. Vous êtes une femme de ménage qui parle de la cravate du conférencier, parce qu'elle n'est pas en mesure de commenter autre chose.

    Vous aurez fait un grand pas en avant quand vous aurez compris que vous vous arrêtez sur des histoires de cravates et d'orthographe pour les mêmes raisons qui vous empêchent de laisser un commentaire qui tient la route.

    "Je partage quand même 97 % de vos idées"

    Non, certainement pas^^

    Nos idées respectives, nous venons sans y toucher de les mettre sur la table, et on vient de faire tous les deux la démonstration qu'on ne peut pas faire plus éloigné.

    RépondreSupprimer
  87. Et voilà, c'est arrivé : tout un texte sans faute d'orthographe (je passe sur les coquilles, ça ne compte pas) !

    Et après vous direz que je n'ai servi à rien, ingrat que vous êtes !

    RépondreSupprimer
  88. Je ne parle évidemment pas du support en lui même, qui est effectivement un média comme un autre.

    Non, je parle du fait d'écrire avec en arrière plan d’innombrables pages google qui servent de béquilles intellectuels avec pour seuls difficultés celle de taper une occurrence, un mot clef.
    La mémoire, la compréhension des concepts et la véritable créativité n'ont plus aucune valeur. Il suffit de coller des bouts de texte piqués ça et là.
    En bibliothèque, il y a au moins la démarche de chercher, de se rappeler, de lire. En se perdant, parfois on découvre,,,
    Avec internet on ne se perd presque plus.

    C'est sans doute la raison pour laquelle on pense écrire avec style. On ne pense qu'à la forme.
    Le fond est creux. Les enchainements de concepts digne d'un élève de 6eme.

    C'est une "écriture esthétique", non pas intellectuelle.
    Un des symptômes est la non maitrise de la langue française alors que l'on revendique une écriture de "style". Et encore, vive la correction automatique.
    ça ne me pose pas de soucis non plus
    sauf si on en revendique autre chose.

    ça me fait gerber ces pseudo écrivistes.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.