mardi 19 juillet 2011

Le réchauffement climatique bat son plein


De mémoire d'écrivain en bâtiment – qui n'est point très vaillante, on l'accordera sans peine –, c'est la première fois depuis que la caillance existe, que je mets, un 19 juillet (75e anniversaire de l'entrée en guerre des Républicains espagnols, soit dit en passant, les troupes de Franco ayant débarqué du Maroc la veille), vingt minutes de chauffage dans la Case avant d'y aller œuvrer à la littérature en bâtiment de demain. Chaque matin depuis une paire de semaines, le thermomètre extérieur affiche entre 7 et 8° – pas Farenheit, heureusement : des petits Celsius de souche, mais tout de même ; ensuite, il monte glorieusement à 13 ou 14 au plus fort de la canicule – et il a l'air d'en être pleinement satisfait, ce con.

47 commentaires:

  1. Mais vous n'avez rien compris ou vous faites semblant ?
    C'est justement une preuve supplémentaire qu'il y a bel et bien un réchauffement climatique.
    Il faut quand même être complètement tordu pour ne pas vouloir le comprendre !

    RépondreSupprimer
  2. Nicolas, c'est pas parce qu'on casse le thermomètre ou qu'on ferme les yeux que le froid va disparaître !

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas : vous me prenez pour un modernœud ?

    Mildred : mais je suis tordu ! enfin, mes doigts le sont… de froid…

    Catherine : c'est pourtant ce que font les amis du désastre, qu'ils soient de droite ou de gauche. Par exemple en refusant désormais de rendre public le nombre de bagnoles cramées dans les quartiers “populaires” chaque 31 décembre : si on fait silence sur le phénomène, le phénomène cesse d'exister. Et hop ! on peut penser l'esprit serein à la prochaine gay pride !

    RépondreSupprimer
  4. Didier,

    Il faudra former Catherine à la modernoeuderie. Cela dit, ce sont les gouvernements de droite qui ont décidé d'arrêter de publier les nombres de voitures brulées (et pas pour "ignorer" le phénomène mais pour éviter les "concours" entre patelins...).

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas : ça c'est la raison officielle. Et puis, en y, réfléchissant, elle est presque pire : c'est admettre que, chez certaines populations de “jeunes”, ce défoulement festif est désormais quasi institutionnalisé et qu'on ne peut absolument rien faire contre.

    Alors qu'évidemment, on pourrait se donner les moyens de “faire contre”. Mais alors, là, c'est la gauche célestiforme qui hurlerait au fascisme.

    RépondreSupprimer
  6. Didier,

    La gauche n'arrête pas de gueuler contre la baisse des moyens des forces de l'ordre, de l'absence de la police dans les "quartiers sensibles" et tout ça...

    Arrêtez de lui mettre tous les maux dans la gueule : c'est la droite au gouvernement depuis 10 ans qui échoue...

    D'ailleurs, si vous avez raison et si c'est bien pour masquer le phénomène, c'est bien la droite qui a pris cette mesure pour cacher son échec.

    Mais ça n'est pas le sujet de votre billet.

    RépondreSupprimer
  7. Faites comme moi, offrez vous une soirée avec feu de cheminée, un bon bordeaux et un bon film suivi d'un concert classique, c'est divin et on se croirait presque comme à Noël

    RépondreSupprimer
  8. La gauche gueule pour des raisons parfaitement opportunistes, vous le savez bien. À part Manuel Valls (qui représente le diable pour la “vraie gauche”) et quelques élus communistes isolés, la gauche persiste à dire que le malaise est avant tout “social” et dû à la fameuse “exclusion”.

    Cela dit, la droite actuellement au pouvoir ne vaut pas mieux, de ce point de vue.

    RépondreSupprimer
  9. Corto : et pendant que je serai au coin de mon feu à me piquer la ruche au bordeaux (je préfère d'ailleurs nettement le bourgogne blanc), c'est vous qui bouclerez les 45 pages qui restent à écrire de ce putain de BM ?

    (Tiens, au fait, rien à voir mais avez-vous reçu le mail privé que je vous ai envoyé avant-hier ? Si la réponse est non, soyez gentil de m'en envoyer un, de mail privé (voir mon “profil”), afin que je puisse être sûr d'avoir votre adresse en vigueur.)

    RépondreSupprimer
  10. Je souhaitais, en passant, remercier Nicolas pour sa force comique incontestable.
    "pas pour "ignorer" le phénomène mais pour éviter les "concours" entre patelins...)"
    Toi, on peut dire que t'en es un...

    RépondreSupprimer
  11. La même rigueur scientifique que Machenoir qui à partir de 3 témoignages de fonctionnaires français en déduit de grandes théories sur notre pays, Didier Goux parce qu'il a mis du chauffage dans son bled merdique, annonce haut et fort que la terre ne se réchauffe pas.

    RépondreSupprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  13. Je proteste, notre bled n'est pas merdique !

    RépondreSupprimer
  14. Vous croyez qu'il va se réfugier chez Suzanne, comme l'autre ?

    RépondreSupprimer
  15. "c'est admettre que chez certaines populations de "jeunes" ce défoulement festif est désormais quasi institutionnalisé"
    alors qu'il compte sûrement pour quelque chose aussi dans le réchauffement climatique.
    Ce qui pourrait même expliquer le froid présent, puisque eux, ils brûlent surtout pendant les fêtes de fin d'année.

    RépondreSupprimer
  16. M'en fous je pourrai aller aux girolles. Non mais.

    RépondreSupprimer
  17. Moi aussi j'ai allumé le chauffage ce matin...et en plus il pleut des cordes. Pour le réchauffement climatique c'est simple: ça chauffe, la calotte glaciaire fond, l'eau douce se répand dans l'eau de mer mais plus légère , elle reste en courant et suit les courants chauds, genre gulfe stream pour nous, tout en les refroidissant lentement bien sur ( mais quand même !). Et nos cotes baignées par le GS refroidi fait baisser la températures des côtés... Etc ... D' où temps de chien ...(13° icite)...

    RépondreSupprimer
  18. Explication by miss 2ème ;-) la scientifique de la famille..

    RépondreSupprimer
  19. les températures en été c'était mieux avant...

    #jesors

    RépondreSupprimer
  20. Avant 1981 ? Avant 1968 ? Avant 1958 ? Avant 1939 ? Ou avant 1789 ?

    RépondreSupprimer
  21. Gaël, détrompez-vous : je me souviens encore d'un été 65 (1900 bien entendu…) où il a fait un froid de gueux durant tout le mois de juillet. Période durant laquelle j'ai appris à nager, tous les matins, DANS LA MEUSE ! On en ressortait d'un très beau bleu…

    RépondreSupprimer
  22. ah non avant 1789 on avait un "petit âge glaciaire" (voir Brughel l'Ancien, bon d'accord deux siècles avant)

    non je pensais plus à l'époque des essais nucléaires dans le sahara, là il faisait bon nom de d'là ! :)

    #zutj'avaisditquejerestaispas

    RépondreSupprimer
  23. Etant né en avril 1966, je comprends maintenant que mes parents n'arrêtaient pas de baiser en aout 65 pour se réchauffer... Je croyais être né d'une longue histoire d'amour...

    RépondreSupprimer
  24. Ce n'est pas le gouvernement actuel qui a, le premier, décidé de se taire sur les voitures brûlées.

    C'est l'un des grands patrons d'une des grandes chaînes de télévision françaises, dont le nom m'échappe mais que l'on peut retrouver -- les documents existent.

    Au plus fort des émeutes de novembre 2009, il y eut un congrès de patrons de médias dans je ne sais quel pays européen (peut-être la Belgique).

    L'huile en question prit la parole devant ses pairs du monde entier et expliqua pourquoi, à partir d'une certaine date, sa chaîne avait décidé de ne plus parler des voitures brûlées : parce que cela ferait le jeu de Jean-Marie le Pen.

    S'il fallait une preuve que les grands médias français sont tous de gauche, la voilà.

    Par ailleurs, la décision de faire le blackout sur ces actes n'est pas forcément absurde. Il y a bel et bien un effet d'entraînement qui consiste à "passer à la télé" et à "faire péter le compteur".

    Bien évidemment, une telle mesure d'exception n'est acceptable que si elle est temporaire, et qu'elle sert de couverture à la police pour éradiquer les auteurs de ces méfaits pendant ce temps-là. Ce qui n'est à l'évidence pas le cas.

    J'ajoute que la gauche aura le droit à la parole sur ce sujet quand elle cessera d'alimenter le crime qu'elle fait mine de déplorer, c'est à dire quand elle se prononcera haut et fort pour une lutte résolue contre toutes les formes d'immigration, légale et illégale.

    On en est loin.

    RépondreSupprimer
  25. J'aime bien quand Bob fonde tout un argumentaire sur ce qu'il appelle une preuve...

    Non, Bob, c'est une décision de Brice Hortefeux d'empêcher ses services de diffuser l'information.

    Mais quand on est parano...

    RépondreSupprimer
  26. Il me semble bien aussi que la décision vient d'Hortefeux. Mais peut-être parle-t-on de deux choses différentes ? Je veux dire : d'une résolution d'un côté et d'une décision de l'autre.

    RépondreSupprimer
  27. Il fallait lire : les émeutes de novembre 2005. Le lecteur aura rectifié de lui-même.

    Oui, Nicolas, Hortefeux (et certainement tout un tas d'autre gens au gouvernement) on décidé de faire le blocus sur cette information.

    Oui, c'est mal.

    C'est ce que je disais dans mon commentaire.

    J'y disais aussi autre chose.

    Vous ne savez toujours pas lire.

    C'est normal, vous êtes de gauche.

    RépondreSupprimer
  28. Ah mais Robert, j'ai tout lu. Mais une telle erreur en début de commentaire sur un tel détail vous ridiculise d'emblée...

    RépondreSupprimer
  29. "Mais une telle erreur en début de commentaire sur un tel détail vous ridiculise d'emblée..." (Nicolas)

    Seulement aux yeux des imbéciles pompeux qui ne se trompent jamais.

    Et vous n'aviez pas vu l'erreur. Votre commentaire reste fallacieux, agressif, prétentieux et stupide, comme à l'accoutumée.

    RépondreSupprimer
  30. Qui est le pompeux ? Qui est intervenu ici pour dire le contraire de ce que je disais ?

    Et comment pouvez vous dire que je n'ai pas vu l'erreur alors que c'est moi qui la signale.

    Vous êtes insupportable de prétention.

    RépondreSupprimer
  31. J'en ai plus que ras-le-bol d'entendre parler de "réchauffement climatique", d'écologie, de "développent durable" et autres foutaises!
    Qu'on nous foute la paix avec tout ça!
    Et qu'on nous laisse tranquilles le peu qui nous reste à vivre!

    RépondreSupprimer
  32. Dites moi, cela ne fait il pas 2 ou 3 étés de suite que le temps est pourris ?

    Cela ne fait il pas 2 ou 3 hiver de suite que les chutes de neiges sont importantes ?

    Compte tenu du fait que le Giec fait son calcul de température sur relativement peu d'année compte tenu de l'âge de la terre, on peut dire que ces 3 étés et ces 3 hivers vont sérieusement faire baisser la moyenne...

    Modification climatique oui, réchauffement mon cul !

    RépondreSupprimer
  33. Mais Nicolas, Vous n'avez signalé aucune erreur et Marchenoir n'est pas intervenu pour vous contredire. Chacun pourra s'en rendre compte en relisant ce fil, encore court à cette heure. Vous, votre nombril, le monde autour, vous croyez vraiment que ça peut intéresser Marchenoir, ou quiconque ?

    Le président en question, c'était Carolis, qui avait décidé de rendre compte "avec modération (ou mesure, je ne sais plus) des émeutes. De même que lors de la mort de Khaled Kelkal, il avait coupé les mots d'un des gendarmes à la manoeuvre (juste décision ), ce fameux "finis-le" qui avait incité de grands humanistes à lancer une polémique qui n'avait finalement pas pris.

    RépondreSupprimer
  34. Dom,

    Ne refaites pas le monde, merci. Je suis intervenu juste après le premier commentaire de Bob où il disait le contraire de ce que j'avais dit avant...

    RépondreSupprimer
  35. suis comme Dom. ai rien compris.

    RépondreSupprimer
  36. C'est pas parce qu'on dit :
    "Ferme la porte, il fait froid dehors !"
    qu'il fait moins froid dehors quand la porte est fermée.

    Pierre DAC

    Duga

    RépondreSupprimer
  37. "Ce n'est pas le gouvernement actuel qui a, le premier, décidé de se taire sur les voitures brûlées."

    C'est ce que je disais.

    C'est exact.

    Je le maintiens, et je l'ai expliqué.

    Mon premier commentaire ne contredit pas le commentaire de Nicolas. Il ne fait que le compléter, du moins en ce qui concerne les faits.

    En revanche, il contredit l'analyse politique (si on peut appeler ça une analyse) qui est sous-jacente à la réflexion de Nicolas.

    J'espère qu'on a encore, sur la blogosphère, le droit d'avoir une analyse politique différente de celle de Monsieur Nicolas, et de l'exprimer.

    Chacun peut constater, à partir de ce bref échange qui n'en est pas un (pour ma part, je ne m'adressais pas, au départ, à Nicolas, mais à la cantonnade), ainsi qu'à partir du comportement général de cet individu, ici et sur d'autres blogs, que Nicolas est un troll chimiquement pur.

    Ordinairement, cependant, le troll maquille son objectif de foutre la merde sous une certaine couche de contenu. Il se dissimule, il emballe un minimum.

    Ce qui est tout à fait unique avec Nicolas, c'est que c'est le premier troll que j'ai rencontré (et j'ai quelques kilomètres au compteur...) qui se contente de mentir, de se livrer à des attaques personnelles et d'insulter sans arrêt.

    Il n'y a rien d'autre dans ses interventions. Il ne fait même pas semblant.

    Même une racaille afro-maghrébine, spécialiste de l'embrouille de rue, emballe sa haine et sa volonté de nuire derrière un semblant de stratégie, de théâtre, de prétextes.

    Et Dieu sait que le logiciel de la racaille est mono-neuronal.

    Nicolas, non. C'est le chihuahua qui se précipite systématiquement pour mordre le mollet du visiteur en couinant, et croit qu'il est un rottweiler.

    Personne ne le prend pour autre chose qu'un chihuahua qui salit vaguement le bas du pantalon, mais ça ne fait rien, il recommence à chaque fois, il est câblé pour ça.

    C'est très curieux.

    RépondreSupprimer
  38. Bob, l'homme qui me fait un procès à charge comme si quelqu'un en avait quelque chose à cirer.

    Mais à cinq heures du matin, quelle abnégation, bravo !

    RépondreSupprimer
  39. Il faut reconnaître que Marchenoir a raison dans le fond, mais qu'il a grandement tort dans la forme. Il attaque Nicolas le jour où, précisément, pour une raison qui m'échappe, Nicolas dit quelque chose d'un peu précis et argumenté. Sans doute qu'étonné lui-même, Marchenoir a décidé de tuer dans l'oeuf cette velléité.
    N'empêche, on n'est pas obligé de sortir l'artillerie lourde à chaque fois. Il faut une montée en puissance, commencer gentiment, parce que tirer dans le tas tout de suite à la douze-sept (référence privée, tant pis pour ceux qui n'ont pas fait leur service), c'est inutilement brutal. Marchenoir, vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi Nicolas vient squatter Didier Goux ? Mais c'est de toute évidence parce qu'il est travaillé par sa conscience, et cherche de bonnes raison de ne pas se convertir au droitisme. Ne lui en fournissez plus !

    RépondreSupprimer
  40. Marco, j'en conclus donc que si Didier "passe sa vie" dans mes blogs, "c'est de toute évidence parce qu'il est travaillé par sa conscience, et cherche de bonnes raison de ne pas se convertir au gauchisme."

    RépondreSupprimer
  41. De ne pas se REconvertir au gauchisme !

    RépondreSupprimer
  42. les anciens fumeurs sont les pires... :)

    RépondreSupprimer
  43. oups : bonnes raison"s";

    Nicolas : bin oui, il craint visiblement une rechute,le sieur Goux.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.