samedi 26 janvier 2013

D'où l'expression : en chier comme un Russe


Dans ses Terres de sang, plus précisément au chapitre qu'il consacre à l'invasion allemande de l'Europe de l'Est et de la Russie à partir du 22 juin 1941, Timothy Snyder fait observer que, durant l'automne de cette année-là, il est mort chaque jour autant de prisonniers russes que de prisonniers américains et britanniques durant toute la Seconde Guerre mondiale… À partir d'un certain degré, les mots comme horreur, abomination, etc. se vident de tout sens, et il se fait un grand blanc dans l'esprit du lecteur, qui se met à recevoir ces informations de la manière la plus passive et la moins réagissante qui soit. Ce qui est peut-être l'effet le plus effrayant de cette lecture.

23 commentaires:

  1. A l'occasion lisez, le 2eme tome suffira ( 1000 pages ) " Le Siècle " de Ken Follet, best seller grand public certes mais qui décrit parfaitement l'offensive allemande en Russie, ses " dégats " et la façon dont Staline et les autorités russes compensaient leur amateurisme en stratégie militaire à grands coups de chair à canon.

    nb: le 1er tome est aussi pas mal

    RépondreSupprimer
  2. Tiens ! Je croyais qu'on disait : "En chier comme un Druze".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah que nenni, on " en chie comme un Turc " !

      Supprimer
    2. Je suis bien certain que l'expression existe avec Russe, et depuis longtemps : il m'amusait beaucoup, enfant, d'entendre mon père dire, afin d'éviter le 'gros mot' : « J'en ai excrémenté comme un Soviétique »…

      Supprimer
    3. Sinon, mon cher Corto, j'avoue que votre livre ne me tente pas plus que ça…

      (Question : quand cet auteur sera mort, parlera-t-on de feu Follet ?)

      Supprimer
    4. Ce n'est certes pas de la grande littérature mais la passionnante saga de plusieurs familles de 1850 à 1948-49, bigrement bien chiadée dans les détails et très bien renseignée. J'y ai appris des tas de choses ( que je me suis empressé d'aller vérifier des fois qu un best-seller broderait et jouerait avec l'Histoire )

      Supprimer
  3. J'allais écrire que c'est le contraire d'en suer comme un riche, mais je crains d'être hors-sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les riches ne suent pas, on les fait cracher au bassinet.

      Supprimer
  4. Hors sujet

    Je ne sais si vous connaissez cette information Monsieur Goux : "Le médiéviste Jacques Heers est mort à Angers le 10 janvier à l’âge de 88 ans."; je suis certains que vous du lire un de ces ouvrages et pas un mot dans divers journaux enfin à ma connaissance , ne lisant que peu la presse et ne regardant peu les infos sur la télévision d' état.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un médiéviste ? Qu'est-ce que c'est que ça, un médiéviste ? Ça passe chez Ruquier, les médiévistes ? Non ? Bon, ben, alors, pourquoi donc qu'on s'occuperait de leur mort, hein ?

      Supprimer
    2. Vous avez raison, méa culpa,méa maxima culpa.

      Supprimer
    3. un médiéviste de grande qualité qui publiait régulièrement dans la Nouvelle Revue d'Histoire du captivant Dominique Venner dont le livre "Histoire et tradition des Européens", précieusement rangé dans ma bibliothèque à côté de "Nos ancêtres les Gaulois" de Brunaux, nous éclaire bien sur notre passé.
      De plus, j'ai pensé à vous M. Goux car au début, il fait référence à un auteur que vous appréciez si ma mémoire et bonne (n'aviez-vous pas fait un billet sur cet auteur ??...) : Ortega y Gasset.

      Supprimer
    4. Si fait, si fait ! Sur La Révolte des masses. Il est ici.

      Supprimer
    5. Ah oui, voilà.
      Et c'est grâce à ce billet que j'ai découvert cet auteur pour lequel, à l'époque, je me suis empressé d'acheter l'ouvrage "La déshumanisation de l'art" : le style est complexe mais il est vraiment visionnaire.

      Supprimer
  5. Un médiéviste qui bave sur l'Islam, il fallait le trouver.
    Grandpas l'obsessionnel, l'a fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ludovic pour rester correct , je vous emmerde, je vous pisse à la raie du cul et si vous ne croyez pas, donnons nous rendez vous, je passerais à l'acte avec grande joie.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir27 janvier 2013 à 21:59

      Mais tout le monde bave sur l'islam, mon ami, et à raison. A l'exception des musulmans, et encore...

      Pour ne pas baver sur l'islam, il faut être soit musulman, soit ignorant, soit malade mental.

      Sami Aldeeb, ex-responsable du droit arabe et musulman à l’Institut suisse de droit comparé :

      « Vous savez, pour devenir musulman, il faut être un malade mental. Quand vous connaissez l’intérieur de la prison, vous n’y entrez pas. Vous serez attiré par l’islam si vous l’ignorez. Moi plus je connais l’islam, plus je m’en éloigne. »

      http://www.fdesouche.com/346625-sami-aldeeb-plus-je-connais-lislam-plus-je-men-eloigne

      Supprimer
  6. Un médiéviste qui s'appelle Heers, c'est assez logique.

    Herse sarrasine


    RépondreSupprimer
  7. Ça a l'air pas mal, vos lectures.
    Pas si chiantes que ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais détrompez-vous : je ne lis que des trucs profondément chiants ! Des livres que je n'oserais même pas offrir à mon pire ennemi, si j'avais un pire ennemi.

      Supprimer
    2. Vous dites ça pour m'appâter.

      Supprimer
  8. Ah ben voilà!

    C'est bien l'impression que j'avais. Des lectures chiantes.

    Et il drague en plus!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.