vendredi 11 janvier 2013

Rions un peu avec la voix de la Russie

24 commentaires:

  1. C'est bien ça comme émission . Ca passe sur quelle chaîne ?

    RépondreSupprimer
  2. Je comme à bien aimer tout ces gens qui font des "doigts" à notre belle république… Depardieu etc…

    RépondreSupprimer
  3. C'est excellent, ça ! Merci Didier (bah... et Koltchak, évidemment), vraiment -)

    RépondreSupprimer
  4. Réponses

    1. Ben au moins c'est clair le système Poutine.
      Ca nous manque un peu je trouve, la clarté.

      Supprimer
  5. La Voix de la Russie (TV) c'est ici

    RépondreSupprimer
  6. Je rêve ou elle décrit bien un pays communiste en parlant de mon pays ?

    RépondreSupprimer
  7. Robert Marchenoir11 janvier 2013 à 23:05

    Le problème, c'est que cette émission n'apporte strictement rien.

    De tout ce que dit l'animatrice (je n'ose parler de journaliste), une partie, nous la connaissons déjà, et la Voix de la Russie n'y ajoute strictement aucune information inédite, ni aucune analyse originale et pertinente ; une partie, ce sont des mensonges et de la propagande anti-américaine grossière (le passage sur les Young Leaders : j'y reviendrai) ; et le reste, c'est de la propagande pro-russe, qui cherche à nous convaincre, comme du bon vieux temps de Radio-Moscou sur ondes courtes, que la Russie est le paradis sur terre.

    Ah ! et puis le quatrième tiers, ce sont des injures et de la vulgarité. Nous avons déjà cela en magasin à domicile, chère Madame, aussi bien parmi nos journalistes, que parmi nos politiciens ou nos "vedettes". Vous pouvez donc remballer votre langue de harengère.

    Les Young Leaders, donc. La propagande rouge-brune style Fdesouche, Dupont-Gnan-gnan et Marine le Pen trafique la réalité en présentant ce programme comme une subordination des dirigeants français à l'égard de leurs homologues américains.

    Ce que ne disent JAMAIS ces gens-là, c'est que ce programme est SYMETRIQUE. Si, effectivement, il permet à des espoirs français, futurs dirigeants présumés, de découvrir la culture américaine et d'aller aux États-Unis nouer des liens avec des personnalités locales, la contrepartie est que des espoirs américains, futurs dirigeants présumés de leur pays, sont invités en France pour se familiariser avec la culture française, et nouer des liens avec des gens importants en France.

    Par conséquent, tant qu'à échafauder des théories complotistes et paranoïaques, on pourrait dire, avec autant de vraisemblance, que le programme des Young Leaders est destiné à détruire la République libérale américaine en soumettant subrepticement ses futurs chefs à l'idéologie franchouillardo-socialiste, à ses principes d'assistanat, de mépris de l'effort, d'irresponsabilité et de pro-islamisme.

    Mais ça, évidemment, personne ne vous le dira chez les néo-communistes, parce que ça n'arrange pas la fable qu'ils veulent nous faire bouffer, à savoir que la Frônce est une pôv' petite victime innocente écrasée par le monstre américain et que rien n'est de sa faute, comme d'habitude chez les gauchistes.

    J'ajoute que si ce programme d'échange permet à deux-trois jeunes gens ambitieux et brillants, chaque année, de découvrir, par eux-mêmes, l'intérêt des premier et second amendements de la constitution américaine, et les résultats positifs des principes libéraux, c'est une très bonne chose.

    En réalité, c'est très simple : cet excellent programme a été monté par des gens, français et américains, qui cherchaient à mettre fin à l'hostilité et à l'incompréhension mutuelles entre les deux pays. C'est beaucoup plus banal et tout à fait légitime, mais c'est beaucoup moins rigolo, on ne peut pas faire de billets de blog indignés avec ça. Donc, personne n'en parle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le programme ne peut être qu'ASYMETRIQUE compte tenu du rapport des forces respectives

      Supprimer
    2. Robert, ce n'est pas par hasard que mon titre est “Rions un peu…”.

      Supprimer
    3. Je ne sais pas pourquoi mais les jeunes gens ambitieux et brillants dont parle Marchenoir, on a comme envie sans même les connaître de leur filer un coup de gourdin dans le nez. C'est certainement dû à la magie des mots qu'emploie de notre clown préféré.

      Supprimer
    4. qu'emploie notre ! (Quand le rire aveugle de ses larmes)

      Supprimer
  8. Robert Marchenoir11 janvier 2013 à 23:09

    La caractéristique principale de Laurent Joffrin n'est évidemment pas d'avoir fait un voyage d'études, dans sa jeunesse, aux États-Unis (comme d'innombrables Français, d'ailleurs, à des titres divers). La caractéristique principale de Laurent Joffrin est d'être socialiste.

    Mais c'est précisément ce que cherchent à faire oublier les socialistes de gauche, de droite et d'extrême-droite qui nous brouillent l'écoute avec les Young Leaders. Ils cherchent à faire oublier leur propre responsabilité dans les maux de la France.

    Communistes mis à la poubelle de l'histoire par la chute du mur de Berlin, ils cherchent à grimper hors de leur bidon malodorant, à rentrer par la fenêtre et à nous refourguer leur salade avariée, sous couvert "d'extrême-droite", d'opposition à l'immigration et de restauration de l'indépendance nationale.

    Je constate, pour finir, que Madame Russie est moche et fringuée comme un romanichel. C'est bien la peine de nous casser les couilles avec le fantasme des bombes sexuelles russes prêtes à se donner au premier Européen venu, et de finir par nous faire tancer par un tromblon pareil.

    Pour les crypto-socialistes qui aiment bien se faire latter par les dames, nous avons déjà la mère Rottweiler chez nous, et elle est légèrement plus baisable, excusez-moi.

    RépondreSupprimer
  9. Robert Marchenoir11 janvier 2013 à 23:27

    Encore un mot sur le sujet : pour avoir personnellement beaucoup écouté les radios des pays de l'Est du temps du communisme, y compris naturellement Radio-Moscou, je peux vous dire que la propagande y était beaucoup plus subtile.

    L'essentiel des programmes consistait en des "reportages" sur le pays d'origine de la station, censés faire comprendre à quel point le communisme était un système efficace.

    Certes, il y avait une certaine dose de propagande anti-américaine, mais jamais ces radios n'auraient commis l'erreur stupide de cet apparatchik poutinien femelle, consistant à insulter les personnalités et les institutions du pays dont elle souhaite convaincre les citoyens.

    Même la propagande communiste, c'était mieux avant, dis-donc...

    RépondreSupprimer
  10. Il y a en ce moment une intensification de la propagande antirusse, en provenance des Etats-Unis assurément, mais avec le soutien particulier de la France. L'attitude occidentale à l'égard de l'affaire Pussy Riot en est emblématique.

    En matière de propagande, je ne vois pas comment on peut faire mieux que ce que l'on propose actuellement sur la Syrie et il n'y a pas longtemps sur le Kosovo. Dans les deux cas il s'agit de montages américains, gentiment relayés par les idiots utiles européens. Il faut être d'une singulière mauvaise foi pour dénoncer la propagande de cette chaîne pro-russe et se taire sur le reste. J'ajoute qu'il ne faut pas manquer de souffle pour dénoncer la lourdeur d'une poutinienne femelle (sic) en employant des arguments dignes d'un poissonnier de bas étage.

    Et c'est avoir quelques trains de retard que de confondre la Russie d'aujourd'hui avec l'URSS d'hier, comme le fait Marchenoir dans sa dernière phrase, qui se veut sans doute comique et qui n'est que ridicule. On croirait que le bonhomme est resté bloqué à la guerre froide, et qu'il veut à tout prix défendre le camp de la liberté contre le goulag.

    Voir une intelligence sombrer, c'est toujours triste.

    RépondreSupprimer
  11. Robert: vous êtes un agent de la CIA et votre boite à idées est l'Amérique.
    Votre anti-soviétisme primaire est désolant.
    Mais la dame a du trouver les mots justes si j'en juge par votre réaction aussi longue que peu convaincante. Sa démonstration, par exemple, sur notre belle presse subventionnée est assez remarquable je trouve.
    Je vais vous dire: nous ne souhaitons pas être Russes ou Américains: nous voulons être nous.
    Et nous n'avons à le demander à personne et surtout pas à Robert.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir12 janvier 2013 à 00:27

      Hahaha, mais qu'ils sont cons.

      Evidemment, Fredi, que je suis anti-soviétique primaire, secondaire et tertiaire. Les Russes aussi, gros malin ! Vous n'avez pas remarqué qu'ils ont mis les soviets dehors ?

      Allez-y, expliquez nous ce qui était bien dans l'URSS. Défendez donc le communisme. Essayez de "nous" convaincre, puisque vous aimez tant le nous de majesté. Y'a pas de raison, j'y ai droit moi aussi, c'est un drouadlôm, visiblement, dans spéhi.

      Comme d'habitude, l'argument franchouille gauchiste alacon : puisque la propagande des médias français sur la Syrie est criticable (et aussi la propagande du gouvernement de Borobudur sur la rébellion inuit, et aussi douze mille autres propagandes à travers le monde), alors il ne faut pas critiquer un petit clip merdeux de propagande russe, parce que, n'est-ce pas, il faut critiquer tout à la fois ou bien ne rien critiquer.

      Réthorique infantile, improductive et stupide.

      Et c'est vous, Marco Polo, qui parlez d'intelligence...

      Supprimer

    2. Le petit clip merdeux vous a gaché votre nuit.
      Comme quoi des mots justes font plus d'effet qu'un bon café.
      Dodo Robert !!

      Supprimer
    3. Ben oui, Robert, dénoncer une affichette de propagande antisoviétique, en 1948, c'est dégueulasse. Ici vous hurlez de concert avec ceux qui, en ce moment, propagent les plus grands mensonges, sur la Syrie et la Russie comme hier sur le Kosovo. Qu'y puis-je, moi, si vous êtes dans le camp des menteurs officiels ? Et très franchement, je ne crois pas une seconde que vous soyez payé par la CIA, comme le suggère avec malice Fredi, mais vous dites exactement ce que vous auriez à dire si c'était le cas.

      "la propagande des médias français sur la Syrie est criticable", osez-vous dire. Vous vous payez notre tête ou quoi ? Il n'y a strictement rien de vrai dans la presse officielle française à propos de la Syrie. C'est un peu plus que vaguement criticable.
      Non, vous n'arrêtez jamais de dégueuler sur la France, mais quand elle se révèle aux ordres d'Israël et de l'oncle Sam, vous allumez de misérables contrefeux et dénoncez l'odieuse propagande russe, qui, c'est bien connu, bénéficie d'un pouvoir de nuisance gigantesque dans notre pays.

      Vous ne manquez pas de souffle.

      Supprimer
  12. L'Amérique nous fait chier avec sa malbouffe, son soft-power multicul et rappeux.
    De l'Est vient un vent frais.

    RépondreSupprimer
  13. Merci Didier pour cette bonne claque à Robert!

    RépondreSupprimer
  14. Oui les Us commencent à nous gonfler avec leurs gauchos Clooney Obama Hanks et autres histrions... Voui ,c'est un bon vent frais qui vient de Poutine !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.