jeudi 16 septembre 2010

À la niche, la Mère Fouettarde !

Hier nous parlions de nos amis belges et de nos envahisseurs attitrés d'Outre-Rhin ; aujourd'hui nous allons parler des Luxembourgeois, ou plus précisément des Luxembourgeoises, ou encore plus précisément d'une Luxembourgeoise, Viviane Reding, dite La Mère Fouettarde.

Sur l'échelle de Richter des ridicules, le Luxembourg arrive juste derrière Monaco. Il s'agit d'un Grand-Duché, qui produit un certain nombre de Grandes Duduches, dont celle qui nous occupe ce jour. Cette petite flicarde à la coiffure grotesque pantoufle à Bruxelles où elle s'occupe de la grosse commission, encore appelée commission Prodi. Pas Proxi : Prodi. C'est à ce titre qu'elle vient de nous faire un gros caca nerveux parce qu'elle trouve que reconduire une poignée de Rrrrrroms à la frontière après avoir lesté leurs poches d'un confortable viatique, c'est se comporter comme des Waffen – SS de haute époque. Dieu sait si je n'approuve que fort rarement les propos de M. Sarkozy, mais je trouve que sa réponse à cette péronnelle liberticide ne manque pas de sel. Car comme le rappelle mon ami Marc Cohen, dans un billet que je vous engage à lire, au Grand-Duduche on n'expulse jamais le moindre Rrrrroumain, ni même le plus petit Bbbbbulgare, pour la simple raison qu'on leur interdit formellement d'entrer – des fois qu'ils iraient marcher sur les pelouses, on n'est jamais trop prudent.

Bref, je propose une opération goudron-et-plumes pour cette mère Tapedur, dès que l'occasion s'en présentera. Ou encore deux semaines de vacances dans un camp de Rrrrromanos, entre le Périphérique et la voie de chemin de fer.

29 commentaires:

  1. Mouhahahahaha ! Sont cons ces luxembourgeois. Vous avez oublié le Liechtenstein et San Marin cher Didier...

    RépondreSupprimer
  2. Retenez-moi de dire ce que je pense de cette s***.

    RépondreSupprimer
  3. Ils font peur les ceusses à qui nous avons abandonné notre souveraineté tant ils ressemblent à ceux qu'ils dénoncent par ailleurs.

    RépondreSupprimer
  4. Didier, j'ai appelé Catherine sur son portable (mais elle ne répond pas).

    (Effacez ce message quand vous l'aurez lu)

    RépondreSupprimer
  5. Pas Catherine: Viviane.

    RépondreSupprimer
  6. Ah oui, merde, elle a finalement répondu (Viviane) et quand je lui ai dit ce que je pensais d'elle, elle m'a fixé RV la semaine prochaine derrière le tribunal. Je dois y aller emburqué, donc je cherche à louer une burqua de toute urgence.

    RépondreSupprimer
  7. Oh!!! La belle, la cinglante réponse de Nicolas Dupont-Aignan à Viviane!!

    RépondreSupprimer
  8. Vu le niveau de cet article, je comprends tout et notamment votre commentaire si courageux, à mon encontre, trouvé ici:
    http://merle-moqueur.blogspot.com/2010/09/irene-delse-celeste-et-les-autres-11.html

    "Je pense que si le réjouissant crétin mis en lien par Dorham persiste, il va bientôt intégrer mon asile. Avec cellule capitonnée, pour le moins."

    Il ne vous a pas échappé que Mme Reding est la gardienne des traités.
    Or elle ne fait que son travail même par ses propos brutaux, elle qui avait pourtant fait le choix de défendre jusqu'ici la France!

    Et quant au terme de "déportation", lisez la définition.
    Elle convient parfaitement, et étrangement, aux actes dénoncés:
    "action de chasser quelqu'un, plus souvent un groupe de personnes, de son territoire ou de son pays, en le maintenant en captivité ou non."

    L'Europe est aussi leur territoire depuis le traité de Lisbonne, tant voulu par Sarkozy!

    Quant à votre asile, je vous y laisse. Vous semblez être dans un environnement adéquat.

    RépondreSupprimer
  9. Vous vous moquez des luxembourgeois et parlez avec condescendance de ce Grand Duché, vestige de notre vieille Europe Impériale, mais... vous savez bien que c'est eux qui ont raison!

    En fait, vous êtes jaloux! Jaloux de leur cynisme assumé, de l'imperméabilité de leurs frontières, de leur industrie pharmaceutique et de leur accent - heureusement - inimité...

    Je me proposais depuis un certain temps de demander aux suisses d'envahir ma terre l'Alsace pour la libérer du joug français trop longtemps supporté, mais puisqu'ils tardent, je vais me tourner vers le Luxembourg.

    Laurent l'Anonyme

    RépondreSupprimer
  10. Désolé pour le double commentaire: mon doigt a fourché!

    Laurent l'Anonyme

    RépondreSupprimer
  11. Laurent,

    Pas grave, vous commenez à chopé la lose, les luxembourgeois approche, vous êtes dans le ton. Ils ont un Ministère des marches stupides au Luxembourg ?

    RépondreSupprimer
  12. oublié un "c"...

    Aucun rapport avec le passage de cpolitic... (vous allez croire que j'ai produit un fake, je m'en défends)

    RépondreSupprimer
  13. Encore un billet sexiste. Evidemment, on ne dit rien au chef du Vatican.

    RépondreSupprimer
  14. c-politic: on n'intègre pas si facilement l'asile de Didier Goux. On vous voit venir (chic, à moi le bond de fréquentation) mais il faut se démener un peu plus. Allez donc lire les blogs qui y nichent, et prenez-en de la graine. Pour l'instant, vous avez un petit talent, des dispositions, mais il vous faudra persévérer dans vos efforts et vous donner à fond.
    Bon, je dis ça, mais cépamoikikomande.

    RépondreSupprimer
  15. Elle devrait tenir un blog, la Viviane.

    RépondreSupprimer
  16. Suzanne,

    Ah mais quand même, Monsieur cpolitic excelle dans la caricature et le montage photo. C'est un savant mélange entre les Grosses Têtes et un syndicat de province.

    RépondreSupprimer
  17. Dorham, oui mais il était parodique, et pas très bien fait, son article sur le 11 septembre, non ? NON, pas parodique du tout ? Ah, bon...

    RépondreSupprimer
  18. Cpolitic : mon bichon d'amour, je ne peux pas te faire une meilleure réponse que celle de Suzanne.

    (Et, pardon, mais j'ai du mal à voussoyer les humains de moins de huit ans d'âge mental.)

    Pour les autres, à plus tard : j'ai du taf...

    RépondreSupprimer
  19. Mme Reding se moque totalement des Roms. La politique française l'indiffère complètement. Quant aux droits de l'homme elle s'en bat... tout ce qui vous viendra à l'esprit. Ce qu'elle voulait, c'est qu'on parle d'elle. C'est pas mal réussi, ma foi...

    RépondreSupprimer
  20. QU'ELLE CRÈVE, cette connasse ! Juste comme l'ÉVA JOLY, que personne n'a élu, avec son accent de merde !

    RépondreSupprimer
  21. "Cette petite flicarde à la coiffure grotesque pantoufle à Bruxelles où elle s'occupe de la grosse commission, (...) C'est à ce titre qu'elle vient de nous faire un gros caca nerveux"...
    Une production compulsive en somme...

    RépondreSupprimer
  22. Le côté amusant de la chose politique c'est que les français ont fait un bras d'honneur à cette Europe et que le petit Sarkozy leur a remis de force et par derrière. Le voilà maintenant en opposition officielle avec des traités qu'il a lui-même acceptés par cette démarche.
    D'où l'on voit que le peuple est plus constant qu'un pantin gesticulant !
    :-))

    [flicarde ? Ne dites pas de mal de la police ! :-) ].

    RépondreSupprimer
  23. On en deviendrait presque sarkosiste.
    Bravo pour ce billet. Et merde à la grande duduche. Ah mais!

    RépondreSupprimer
  24. Monsieur Poireau:
    "Le côté amusant de la chose politique c'est que les français ont fait un bras d'honneur à cette Europe et que le petit Sarkozy leur a remis de force et par derrière. Le voilà maintenant en opposition officielle avec des traités qu'il a lui-même acceptés par cette démarche."
    Voila, tout est dit.

    RépondreSupprimer
  25. Monsieur Poireau est un gros con indélicat.

    RépondreSupprimer
  26. Catherine : même pas vrai, j'ai maigri !
    :-)

    RépondreSupprimer
  27. Monsieur Poireau est un gros con indélicat.

    :-)

    RépondreSupprimer
  28. Monsieur Gros Con est un Poireau indélicat.
    :-)

    RépondreSupprimer
  29. C'est mal de se moquer des petits, putain, je vais monter un putain de parti des gnomes, on va tous vous mettre sur la gueule, vous l'aurez bien cherché !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.