dimanche 19 septembre 2010

Pascal Picq et Maman Goux

Ce matin, poursuivant sa lecture de la Nouvelle histoire de l'Homme de Pascal Picq, l'Irremplaçable est tombée sur ces deux phrases, assez énigmatiques dès lors qu'on les extrait de leur contexte, ce que je m'empresse de faire :

Les années 1960 et 1970 voient l'arrivée des femmes dans les universités ainsi que la conquête de leurs droits. La vie des babouins va en être bouleversée !

Certes, certes.

15 commentaires:

  1. En tant que babouin diplômé et décoré, je peux attester de la vérité de l'observation. Je me souviens parfaitement de l'introduction du sexe féminin dans les classes qui jusqu'à ce moment-là étaient seulement masculines. J'en ai redoublé ma quatrième et me suis fait détester de mon professeur d'anglais, passant mon temps à tirer sur les soutien-gorges des jeunes femelles qu'on posait devant moi avec un plaisir malin et cruel.

    RépondreSupprimer
  2. Nous sommes tous des babouins sacrifiés.

    RépondreSupprimer
  3. passant mon temps à tirer sur les soutien-gorges des jeunes femelles qu'on posait devant moi avec un plaisir malin et cruel.

    La mixité est une belle conquête de la civilisation mais ne s'adresse qu'à des gens...civilisés.
    D'aucuns la remettent en cause aujourd'hui, on se demande bien pourquoi.

    RépondreSupprimer
  4. Ah ça lui va bien, au Fredo, de se poser en parangon de la civilisation, tiens ! On voit bien que vous n'avez pas vécu ce choc des sexes.

    RépondreSupprimer
  5. @georges et DG

    A babouin, babouin et demi !

    (je me souviens même du prénom de la jeune fille à qui je tirais le sous-tif. Elle avait une paire de seins !!!!!!)

    RépondreSupprimer
  6. La mixité ds les classes était un coup monté des forces du Bien pour nous détourner d'une homosexualité latente chez chacun d'entre nous.
    Si , c'est vrai , ceci dit c'est dimanche matin...

    RépondreSupprimer
  7. « d'une homosexualité latente chez chacun d'entre nous »

    Et gna gna gna et gna gna gna.

    RépondreSupprimer
  8. Didier Goux parle par Picq interposé de l'arrivée des femmes à l'université.
    Le rapport avec la mixité en primaire et au secondaire? Sauf à considèrer que la mixité des classes a écrasé les mâles...
    Sinon, puisque vous parlez de mixité, le port généralisé du pantalon (du jeans) par les filles date de l'époque de la mixité, non? Il s'agissait plus pour les garçons de visiter sous les jupes des filles que de leur tirer sur le sous-tif, je crois. Donc, les filles se sont adaptées...

    RépondreSupprimer
  9. Quelle idée, aussi, de mettre ses enfants dans un banal établissement scolaire mixte, alors qu'il y a tant de bon collèges de Jésuites, d'eudistes ou autres, où la séparation des sexes préserve pendant les cours les bruns adolescents de l'essaim des rêves malfaisants. (Ah, quel malheur qu'on ait cédé devant la première femme qui a voulu s'inscrire à l'université de médecine, maintenant on risque sa vie en la confiant à des greluches chirurgiennes ou anesthésistes qui vous saboteront la cicatrice ou la réanimation si elles sont en période de règles douloureuses...)

    Le titre est du réchauffat de jeux de mots. Je suis contente, j'ai grillé Chieuvrou sur ce coup d'archiviste. Commentaire du 6 mai, 8h 54.

    RépondreSupprimer
  10. Suzanne : c'était en commentaire, donc c'est pas tromper.

    (Et je m'attendais vraiment à voir rappliquer Chieuvrou, sur un coup pareil...)

    RépondreSupprimer
  11. Didier, nous nous sacrifions sur l'autel de l'apéro vespéral...

    Suzanne, je vous rassure, mes règles sont totalement indolores... ;))

    RépondreSupprimer
  12. Tiens, Goux est irrité par Pascal Picq? Mon dieu, mon dieu. Comme on dit, il n'y a que la vérité qui blesse.

    RépondreSupprimer
  13. Dans le contexte (et hors aussi), les phrases font mouche.
    "Qu'est ce qu'une mouche ?" pourrait écrire sur un millier de pages Pascal Picq. "Un bon bout de forêt en moins", rétorquerait, en riboulant des yeux, l'âme à la dérive, Yann Arthus-Bertrand, sans qui la question manquerait de piquant.

    RépondreSupprimer
  14. Catherine, il y a Pascal Picq ce soir sur France Inter, dans l'émission "le téléphone sonne". Eloignez votre gouzounours s'il le faut !

    Pluton: ah, c'est malin !

    RépondreSupprimer
  15. Si tu le veux, très cher internaute, tu peux offrir ce babouin à ta chérie pour la prochaine St Valentin. Sont forts ces conards de singe...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.