lundi 20 septembre 2010

Rien à vous dire, mais les culs de singe ça va cinq minutes...


Un petit mot tout de même, pendant que je suis là ? Alors, voyons... Le temps est beau... Le quatuor de Schubert aussi (celui dont on retrouve quelques mesures chez Jérôme V.)... Je devrais être occupé à écrire huit mille signes sur Paul Léautaud et son Fléau, mais comme je peux encore, à l'extrême rigueur, ne rendre l'article que demain, j'attends, au bord de l'hébétude... Voilà, c'est à peu près tout... Il y aurait bien le fait que ma pipe vient de s'éteindre, mais là, vraiment...

28 commentaires:

  1. le Fléau !

    C'est là que Dorham devrait venir commenter, lui qui ne pense qu'à des cochonneries depuis ce matin...
    Je vois écrits "Léautaud, le Fléau", je pense aussitôt à ce premier de l'an quand le Fléau relevait ses jupes et disait à Léautaud: et à lui, tu ne lui souhaites pas la bonne année ?

    RépondreSupprimer
  2. (Quelle femme, tout de même! C'était autre chose que Marie Dormoy!)

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas : n'est pas ?

    Suzanne : c'est une anecdote dont je comptais me servir dans cet article. il y en a d'encore plus explicite, mais un peu trop pour mes braves et bonnes lectrices. Enfin, peut-être pas pour les lectrices elles-mêmes, mais pour mon patron qui croit connaître les lectrices, oui.

    Enfin, tout cela devient absurde : je suis à là à discuter avec vous de Léautaud au lieu d'écrire sur lui comme je le devrais !

    Catherine n'a pas fini de se foutre de moi, tiens...

    RépondreSupprimer
  4. Vous écrivez sur Léautaud, vous ? Il a le dos large ?

    RépondreSupprimer
  5. Bravezébonnes lectrices, pft !

    Si elles lisent le journal de Léautaud dans son intégralité, elles ne le resteront pas longtemps, il n'était ni brave (encore que ça se discute, il avait des cotés courageux dans sa misanthropie ) ni bon, sauf avec les animaux.
    Finir le journal de Léautaud l'hiver, quand il fait froid et que les jours sont courts, et que sa vie à lui se rétrécit, brrr. Il faudrait presque garder les premières pages pour la fin. (Le bouquet de violettes offert à Verlaine...)

    RépondreSupprimer
  6. Nicolas : oui, et à la plume d'oie, comme lui !

    Suzanne : mais mes lectrices ne liront jamais Léautaud ! Sinon, d'accord avec le reste de votre commentaire.

    RépondreSupprimer
  7. Voilà, c'est à peu près tout...
    Ben c'est déjà pas si mal!
    Paul Léautaud...j'ai entendu une vieille (forcément!) interview de lui cet été: c'est fou ce que cet homme pouvait être misogyne. Nous le sommes tous un peu, mais lui...
    C'est de Monnet le tableau?

    RépondreSupprimer
  8. Je dirais plutôt de Stevens Alfred.

    RépondreSupprimer
  9. Suzanne a dit...
    (encore que ça se discute, il avait des cotés courageux dans sa misanthropie )

    La misanthropie ça vient avec l'âge. Pourquoi aurait-il échappé à la règle?

    RépondreSupprimer
  10. Fredi : Nicolas a gagné, mais comme il a forcément triché, il devra passer un tour dans la tournée des bières gratuites...

    RépondreSupprimer
  11. Mais je n'ai pas triché. Il suffit de cliquer sur la photo pour obtenir le nom du fichier qui contient le nom du peintre.

    RépondreSupprimer
  12. C'est ce que j'appelle tricher...

    Ce qu'il aurait fallu, c'est reconnaître le peintre !

    RépondreSupprimer
  13. Hé ho ! Déjà, je sais qu'il existe, c'est quand même pas mal.

    RépondreSupprimer
  14. Eh bien, moi, je ne savais même pas qu'il existe...

    RépondreSupprimer
  15. Nicolas a dit...
    Je dirais plutôt de Stevens Alfred.

    Ah oui.
    chez Monet aussi y'a plein de petits bateaux fumant.
    Et puis Monet ne prend qu'un "n"...

    RépondreSupprimer
  16. Didier,

    Je ne sais absolument pas comment ce type est entré dans mon crâne ! Je n'y connais strictement rien en peinture...

    RépondreSupprimer
  17. Oui, ce sont des choses qui arrivent. Ça me fait la même chose avec Karl Marx...

    RépondreSupprimer
  18. En rangeant un truc, je suis tombé sur un bouquin de lui qu'on avait étudié en terminale. Pauvres gosses...

    RépondreSupprimer
  19. "Enfin, tout cela devient absurde : je suis à là à discuter avec vous de Léautaud au lieu d'écrire sur lui comme je le devrais !"
    Question de priorité!

    RépondreSupprimer
  20. D'une pipe qui vient de s'éteindre, on dit qu'elle a cassé sa pipe.

    RépondreSupprimer
  21. Un peintre belge. Longtemps académique de surcroit, ce qui change des culs de singe.
    (je suis nulle en peinture mais ouiki est mon amie)

    RépondreSupprimer
  22. Le plus triste est qu'on n'a même pas la ressource de la qualifier de "peintre en bâtiment"...

    RépondreSupprimer
  23. Et nous aurons le plaisir de la lire où votre prose sur Léautaud, Mr Goux?
    Gloire au flic qui barrait le passage aux autos
    Pour laisser traverser les chats de Léautaud

    RépondreSupprimer
  24. Fumant..
    Fumants...
    C'est selon.
    Vous choisissez et venez pas me chercher des noises.
    Bonne nuit!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.