jeudi 2 septembre 2010

Du calme, le fan club, ou je dissous le bazar !

Je me suis laissé dire, il y a une petite heure, que mon fan club du deuxième étage râlait plus ou moins parce que je n'ai rien publié ici depuis deux jours. D'abord, je leur ferai observer, à ces jeunes impudents, sûr d'eux-mêmes et dominateurs, que j'ai mis un lien, avant-hier, vers mon journal de juillet, lequel ne doit pas compter beaucoup moins de cinquante pages. Donc, camembert.

Ensuite, il se trouve que je viens de passer un long et bon moment à lire un article à deux voix, consacré aux États-Unis, au rôle de l'État, à l'assistanat généralisé et aussi à cette pratique dont j'ignorais tout : le homeschooling. Les anglophones l'auront compris, il s'agit d'éduquer ses enfants à la maison, de manière à les soustraire à l'influence néfaste du corps professoral, au bourrage de crâne modernœud, etc. L'idée me semble d'autant plus séduisante que, au nombre des raisons que je me suis forgées de n'avoir pas d'enfant, l'obligation de les livrer sans défense à une cohortes d'imbéciles incultes et en état de démence idéologique avancée en était une sérieuse. Voici ce qu'en dit, par exemple, le père Joseph Fessio, théologien mondialement réputé dont j'ignorais encore l'existence il y a vingt minutes :

« L'école à la maison est un signe d'espoir. En Europe, au temps des invasions, les moines abritèrent la civilisation pour un temps. Lorsque le calme fut revenu, la société médiévale put s'épanouir, en ressortant des bibliothèques de ces moines toutes les connaissances préservées. Pour moi, à l'aube du troisième millénaire, ces milliers d'écoles à la maison sont les monastères d'une fin de siècle troublée. Elles vont abriter les prochaines générations et des êtres formés ressortiront quand le calme sera revenu. Les maisons-écoles sont les graines de tout possible renouveau ».

Je vous invite à lire le long article que j'ai mis en ligne plus haut. Parce que ça fait toujours du bien de redresser ses idées tordues. L'invitation vaut pour les lecteurs normaux.

Pour le fan club du deuxième, c'est un ordre. Rompez, vous pouvez fumer.

57 commentaires:

  1. Mais non, il suffit de déménager, d'aller à la campagne, de mettre son enfant dans une petite école rurale, de lui apprendre à lire si l'instituteur ne le fait pas, entre 5 et 6 ans (dix minutes par jour pendant deux ou trois mois suffisent), de ne pas le laisser regarder trop la télé mais de lui fournir livres et films intéressants, et hop.

    RépondreSupprimer
  2. (ils sont fous ces curés... vivre avec des gosses, toute l'année, toute la journée... on voit bien qu'ils ne savent pas ce que c'est)

    RépondreSupprimer
  3. C'est un lecteur "sûr de lui-même et dominateur" qui vous remercie, ô Général de Goux, d'être revenu parmi nous.

    RépondreSupprimer
  4. À propos de démence idéologique, je connais même des instituteurs qui enseignent à leurs élèves que la Terre a plus de six mille ans et n'est pas plate...

    N'est-ce pas que ça fait peur ?

    RépondreSupprimer
  5. "L'invitation vaut pour les lecteurs normaux."

    Je suis perplexe.

    RépondreSupprimer
  6. "Suzanne a dit...

    (ils sont fous ces curés... vivre avec des gosses, toute l'année, toute la journée... on voit bien qu'ils ne savent pas ce que c'est)"

    Et j'ajoute : Même qu'il y a trop de vacances !!!

    RépondreSupprimer
  7. Ah non, pas décole à la maison... Je viens de passer deux mois et demi avec un trio agréable certes, mais enfantin, et je suis heureux de la rentrée... Enfin seul !
    (Pour le reste, d'accord avec Suzanne... Selon mes calculs tout à fait précis, 76% de l'éducation se fait à la maison... Discussions à table, films et docus regardés ensemble, lectures solitaires et jeux communs...)

    RépondreSupprimer
  8. J'avoue, j'avoue que malgré tout l'intérêt et la justesse de ce que dit le Padre, je recule depuis toujours devant le homeschooling... Je sors ravagée de deux mois de "vacances" et il est vrai, Yibus a raison, que 70 à 80% des "vrais" apprentissages passent par la famille... En fait ils n'apprennent pas grand chose à l'école, il faut bien le savoir et lorsqu'ils apprennent des bêtises,(95% du cours mais l'enfant ne retient que 5 à 10% en réalité) les parents un peu vigilants peuvent rectifier, même si c'est un peu usant. L'avantage, c'est que les gamins (plus grands)apprennent à se forger des arguments et ça n'est jamais inutile.
    Mais tout de même : l'école demeure un rouleau compresseur à conneries, c'est hallucinant.

    Pour les EU,le homeschooling se développe aussi à cause du fait que soit les écoles privées, excellentes, sont hors de prix, soit l'école publique est nullissime.Donc le homeschooling devient une bonne alternative d'autant que les américains le pratiquent avec pragmatisme, les enfants et les parents ne sont pas isolés et surtout ils sont simplement jugés dignes de confiance en s'occupant de leurs enfants ce qui stupéfie les français!

    RépondreSupprimer
  9. Peut-être se trouve-t-il des menuisiers (ou des bricoleurs ingénieux) parmi vos lecteurs.

    J'ai un problème insoluble (dans l'état, très moyen, de mes connaissances dans ce domaine). Je désire creuser un carré de 11 x 11 cm dans un panneau d'aggloméré de 16 mm d'épaisseur. Mais je ne veux pas creuser de part en part (ce serait simple), je ne veux pas découper le panneau, je veux précisément creuser un carré (une sorte d'empreinte, de cavité, si vous voulez) de 11 x 11 cm sur 10 mm de profondeur. Je ne trouve pas le moyen de réaliser cela (proprement)…

    Suzon ?

    RépondreSupprimer
  10. Solution 1:
    Vous devenez copain avec un type qui possède une fraiseuse.
    Solution 2:
    Vous percez de part en part votre trou dans un bloc de 10 mm d'épaisseur, puis vous collez (avec de la colle) un bloc de 6 mm sur celui-ci.

    RépondreSupprimer
  11. Merci. La première solution me paraît très hypothétique.

    Quant à la deuxième, je ne suis pas certain d'avoir bien compris. Vous voulez dire que je perce de part en part mon panneau d'aggloméré, et qu'ensuite je colle un carré de 6 mm d'épaisseur pour "refermer" le trou ? Pas bête, oui. Mais : ça va vraiment tenir (le fond va adhérer au panneau) ? J'ai besoin que ce soit très solide.

    RépondreSupprimer
  12. À tous : Bon, je comprends les parents ! Mais si l'école ne sert qu'à avoir un peu la paix, pourquoi pas le centre aéré ?

    Crevette : je pense que nous sommes loin de pouvoir adopter ce système en France. Regardez (plus haut) la réaction de Chieuvrou, qui est pourtant un homme sensé : éducation à la maison = la terre est plate, la Bible, fondamentalistes, etc. Il y a encore du boulot.

    Georges : je vous laisse avec Jazzman, car vous vous doutez bien que je ne puis vous être d'aucune utilité en ce domaine.

    RépondreSupprimer
  13. @Georges
    Non, je veux dire que vous remplacez votre panneau de 16 mm par le collage d'un de 10 et un de 6.

    RépondreSupprimer
  14. Georges je pense que la solution n° 2 de Jazzman est bonne. Il suffira après de fixer un panneau mince derrière, de la même grandeur que le panneau d'aggloméré.

    RépondreSupprimer
  15. @Georges, 1;l'outil idoine s'appelle une défonceuse (router en engliche).
    2;si vous souhaitez que cela soit tres solide, ne prenez pas d'aggloméré.
    3; si vous avez(une personne qui possede )une perceuse à colonne , trouvez aussi une meche à bois,(faites lui) regler la profondeur à 10mm et faites (lui faire)plusieurs trous assez pres les uns des autres puis avec un ciseau à bois gratter et évider .
    4;cherchez dans google les objets dont vous ne comprenez pas les noms ;)
    @Didier, désolé pour la pollution nocturne avec la défonceuse.Et bises à catherine.

    RépondreSupprimer
  16. Merci pour le lien cher Didier. Mais où donc vous cachez vous sur la photo..? ;))

    RépondreSupprimer
  17. Georges : autre solution, sans doute la meilleure : demandez à Fidel Castor de passer chez vous, puisque vous êtes voisins...

    Pluton : c'est moi qui prends la photo.

    RépondreSupprimer
  18. C'est vous, le premier en partant de la gauche, quand vous étiez plus jeune, plus chevelu et guévariste?

    RépondreSupprimer
  19. Georges, il faut attaquer la matière à l'aide d'un ciseau de sculpteur.
    essayez, vous m'en direz des nouvelles.

    RépondreSupprimer
  20. Didier : "Mais si l'école ne sert qu'à avoir un peu la paix, pourquoi pas le centre aéré ?"

    Ah! voilà la définition qui manquait! Effectivement, école=centre aéré aujourd'hui.

    Oui, l'école est censée servir de garderie à la place des parents que l'on considère comme incapables de s'occuper de leurs enfants, du coup à l'école on apprend à avoir des repas équilibrés, on apprend les règles du savoir vivre ensemble, on apprend à se laver les mains pour ne pas choper la Grippe, on apprend toutes sortes de formatages idéologiques mais pour le reste...

    RépondreSupprimer
  21. Je trouve que ce n'est pas si bête. Ensuite pour lui éviter toute influence nocive, à l'âge amoureux, on le gardera à la maison où il se branlera toute la journée; puis pour éviter toute rencontre au café, il se poivrera la gueule tout seul à la maison, et enfin après cette vie bien remplie et bien à l'abri d'autrui,lorsqu'il cassera sa pipe, on l'enterrera sous le canapé.

    RépondreSupprimer
  22. Passionnant le blog de Nicodème.
    L'impérialisme américain c'est pas trop mon truc, mais je reconnais que leur amour de la liberté n'a pas d'équivalent. Surtout quand il s'agit d'entreprendre, car par ailleurs il doit bien y avoir quelques failles à cette liberté, et cette dernière ne se résume pas à payer le moins d'impots possible. C'est juste une bonne base.
    J'ai bien aimé "un fonctionnaire n'aurait jamais inventé internet", ainsi que la charge contre nos peu enviables Halde et Urssaf.
    Par effet de miroir il ne fait aucun doute que le gouvernement UMP est en fait Socialiste. D'ailleurs Barouin vient de nous prévenir de très prochaines hausses d'impots, la meilleure façon de préserver la cohésion sociale étant que nous soyons un jour tous fauchés comme les blés.

    Je peux fumer?

    RépondreSupprimer
  23. Si j'avais envie de parler sérieusement, je vous dirais que le homeschooling me paraît une idiotie. Se retrancher dans son petit monde, afin d'éviter l'affreux monde extérieur, peut être intéressant pour qui se prépare à une vocation monacale. Et encore. Hormis les cénobites (tranquilles), les moines vivent en communauté. Tout ça demande un minimum de savoir-faire et de savoir-être sociaux.

    Tout ça relève de la trouille. Il FAUT que les enfants sachent dans quelle société ils auront à vivre. Une école, même publique et de merde, les y préparera mieux que la famille la plus attentionnée.

    Si cet apprentissage est difficile, il est TOUJOURS préférable à un cocon qui protège peut-être ceux qui le tissent de leurs propres angoisses mais qui ne laisse en son sein qu'une larve.

    RépondreSupprimer
  24. "Il FAUT que les enfants sachent dans quelle société ils auront à vivre"

    Effectivement, mais l'un n'empêche pas l'autre : d'un côté lire la Princesse de Clèves (la pauvre, elle aura été rudement mise à contribution ces derniers temps !) et pratiquer un sport de combat, de l'autre la citoyenneté et le vivre-ensemble.
    Et utiliser les connaissances acquises ici pour les confronter là, et vice-versa.

    Me paraît être un bon compromis…

    RépondreSupprimer
  25. Il est à remarquer que les parents d'élèves ne se manifestent guère en réunion dans les établissements sclaires. Savoir ensuite que les programmes scolaires sont définis par le GOUVERNEMENT QUE VOUS AVEZ ELU, les enseignants n'étant là que pour les enseigner du mieux qu'ils peuvent, même s'ils savent que ce ne sont que des idioties. Ils enseignent dans des conditions précaires, car les mômes ne sont pas "miros" et savent ce qu'ils veulent : apprendre autre chose ...cette rentrée dans le secondaire est celle de la génération perdue.
    Autre question : combien de parents sont à même quand à leurs disponibilité et leurs possibilités de faire l'école à la maison ? Il faudrait que l'un ou l'autre des parents puisse ne pas travailler et se consacrer à l'éducation, le ménage, la bouffe, les distractions éducatifes etc ... toujours 2 boulots en 1.parce que cela toujours à la femme que ce sort reviendra.
    Suzanne vous parlez d'école à la campagne, il n'y a plus d'écoles rurales, elles ont été "remembrées" et les gosses prennent l'autocar pour aller dans les gros villages où les écoles ont plusieurs classes et ne médisez pas des instituteurs leur métier est un des plus ingrats de la profession.
    Il faut reconnaître quand même que ni les uns ni les autres n'êtes volontaires, en tant que "grands instruits", à aller faire les "tuteurs" ou les remplaçants dans l'enseignement par manque d'effectif !

    RépondreSupprimer
  26. La Pecnaude:
    Mais comment pouvez-vous écrire tranquillement d'aussi grosses inexactitudes ? Vous savez combien il reste d'écoles à quatre, trois classes en France, sans compter les 600 et quelque écoles à classe unique ?
    Les test de CE1 et de 6ème montrent que les élèves ayant effectué leur scolarité dans une école avec des classes à plusieurs nivaux ont globalement un meilleur niveau en français et mathématiques.

    RépondreSupprimer
  27. et je ne vois pas où je médis des enseignants !

    RépondreSupprimer
  28. Henri et Jacques Etienne : Je ne vois pas en quoi le fait de soustraire un enfant au système éducatif implique de le faire vivre en reclus ! (Voir le commentaire de Nicozoc.) Je vous rappelle que, de la même façon, on tente de soustraire les enfants à la sexualité (avec des adultes) parce qu'on considère, probablement à juste titre, qu'ils n'ont pas l'autonomie intellectuelle et morale suffisante pour savoir ce qu'ils veulent vraiment ou non, parce qu'ils ne peuvent faire la part des choses. Ce serait, mutatis mutandis, un peu la même chose ici.

    La Pecnaude : je n'ai pas élu ce gouvernement, pas plus que vous. Et, de toute façon, au moins en ce domaine, il n'y a aucune différence entre la droite et la gauche : le désastre bat son plein au-delà des clivages de surface. Et puis, de toute façon, rien n'a jamais empêché les professeurs de se livrer à un intensif bourrage de crâne, quels que soient les programmes en vigueur. J'ai été à l'école, vous savez, et je n'ai pas une trop mauvaise mémoire...

    Fredi Maque : Nicomaque, pas Nicodème...

    RépondreSupprimer
  29. Toutes ces réflexions sur l'instruction : on voit que c'est la rentrée des classes, souvenirs, souvenirs...
    Mais, dites-moi, la photo, en illustration de ce billet, le doute m'habite.

    RépondreSupprimer
  30. Pourquoi: oui, il y a une autre raison,j'ai les pires préventions concernant les recommandations d'éducation, à l'encontre d'un conseiller de Benoit XVI comme je les aurais à l'encontre d'un conseiller du grand rabbin de France ou d'un grand Ayatollah.

    RépondreSupprimer
  31. Comme disait Cioran : "Ces enfants dont je n'ai pas voulu, s'ils savaient le bonheur qu'ils me doivent !"

    RépondreSupprimer
  32. Oui, Catherine, vous avez raison, je crois que la solution de Jazzman est la meilleure. Merci à lui. Le ciseau, Carine, je le réserve aux lecteurs de mon blog.

    RépondreSupprimer
  33. Pour la défonceuse, je crois que j'ai ça à la maison, toujours fidèle.

    RépondreSupprimer
  34. @Georges
    My pleasure, comme on dit outre-manche.
    Comme quoi l'Ecole Polytechnique ne forme pas que des abrutis.
    Ce n'est qu'après avoir joui de mon petit effet sur les auditeurs/lecteurs français que je complète Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne.

    RépondreSupprimer
  35. Jazzmann, vous n'auriez pas fréquenté "Macbidouille", par hasard ?

    RépondreSupprimer
  36. Navré, ce nom ne me dit rien, mais j'ai été MacManager d'un labo pendant 4 ans, je ne sais pas s'il y a un rapport...

    RépondreSupprimer
  37. J'aurais dû faire Goux-gueule d'abord, je vois que c'est un forum. Donc non.

    RépondreSupprimer
  38. beaucoup de commentaires possibles... mais , pas envie, je rentre de mes cours de rentrée.. mes 2 problèmes: que faire de X qui visiblement a des adultes pas trés propres pas loin d'elle et de Y qui lui a fait déjà un passage en hp après ts à 11 onze ans; l'année va être sportive, je sens...

    je me demande pourquoi vous pensez toujours que les enseignants, qui voient passer les réfores commes las vavhes les trains, ne sont pas capables de faire la part des choses et de faire leur boulot convenablement... Perso les parents que je connais, je rigolerais bassement s'ils se mettaient à l'école à la maison...

    et puis , dernier détail, l'école est obligatoire... ce qui n'est pas plus mal, parce que même comme ça, y'a 20% de la population qui ne sait pas lire....

    RépondreSupprimer
  39. les réformes, commes les vaches les trains...

    @ Georges, il faut une plaque de bois plein, creusé à la gougère..

    RépondreSupprimer
  40. je serais mal informée si, sur quatre enfants je n'avais pas TROIS professeurs des petites écoles et une belle-soeur psychologue scolaire !!! .... Drôle non ? Quand je parle d'un sujet, je l'ai étudié avant.

    RépondreSupprimer
  41. La Pecnaude, ah bon, si vous avez étudié le sujet...

    C'est extraordinaire.


    L'instruction, Geargies, pas l'école!

    RépondreSupprimer
  42. Merci Didier,

    Je lis votre blog depuis longtemps (comment m'y suis-je échoué, je l'ignore...), et en ces temps de rentrée, je me sens moins seul. Mes enfants sont scolarisés à la maison, par choix « politique » : fuite de l’éducation nationale et des écoles privées sous contrat qui en sont l’exact miroir. Votre comparaison avec le monastère qui se transmet la culture de génération en génération en attendant des jours meilleurs m’a plu ! J’en profite pour verser mon petit témoignage pour vos lecteurs, qui semblent ignorer eux aussi cette pratique autorisée en France (bien que très sérieusement contrôlée, et découragée, par les inspections académiques).
    Notre but est de nous assurer que leur tête ne soit pas déformée par des programmes imbibés d’idéologie. Pas du tout de les enfermer loin du monde : à moins de faire partie d’une secte, il est impossible de ne pas avoir de rapports sociaux, d’autant plus qu’il existe de nombreuses activités extra-scolaires : musique, arts plastics, sports, et j’en passe.

    Ca c’est le bon côté des choses. Après, il faut reconnaître que c’est un vrai métier pour ma femme qui ne travaille plus, parce que même si les cours par correspondance sont plutôt bien faits, ça demande quand même du travail pour le répétiteur.
    D’autre part, avoir fait ce choix, en ces temps de rentrée scolaire est parfois lourd à porter : Cela fait 48 heures que tous mes collègues qui savent que j’ai des enfants me demandent : alors la rentrée scolaire ? ça s’est bien passé.
    La quoi ? ah c’est aujourd’hui ? moi je les fais commencer lundi prochain car les cours où j’ai inscrit mes enfants sont découpés par semaine entière alors c’est plus simple pour moi !
    Quoi, ils sont par correspondance, alors tu es (rayez la ou les mention inutile) : juif / musulman fondamentaliste, témoin de Jéhovah, Mormon, intégriste, Scientologue, irresponsable… C’est interdit, l’école est obligatoire, tu vas aller en prison… tu vas les désocialiser, etc. et c’est parti pour les justifications :
    Non, je suis normal, les cours auxquels mes enfants sont régulièrement scolarisés sont agréés par l’état, je ne vais pas aller en prison, mes enfants vont bien et ils grandissent bien, je te rassure…

    RépondreSupprimer
  43. "Fidel a dit : désolé pour la pollution nocturne avec la défonceuse"

    Quel vantard !

    Sinon, je suis un pur produit du homeschooling que l'on pourrait traduire par "école à la maison" parfaitement compatible avec l'instruction obligatoire (et non pas l'école Geargies !). Ecole à la maison de la 5ème à la terminale, bac passé en candidat libre...

    Ensuite, j'ai obtenu un bac+5 en droit, été sous-off dans l'armée, dirigé un groupe de 1000 personnes et maintenant je gère mon entreprise en produisant et en commercialisant 6 tonnes de fromage par an...

    Certes, mes parents ne m'ont pas offert un milieu particulièrement défavorisé mais c'était pas Neuilly non plus... Et je connais plein de famille qui l'ont fait ou le font, sans multiplier les cas sociaux par la suite ! A priori, les inadaptés, c'est avant...

    RépondreSupprimer
  44. François & Antoine : un grand merci pour vos deux témoignages qui, arrivés pratiquement en même temps, se complètent parfaitement.

    RépondreSupprimer
  45. Etudier à la maison avec les cours du CNED, à partir du collège, demande un répétiteur à plein temps.
    à moins de partir en bateau, d'avoir un enfant surdoué, malade,sportif ou musicien, le CNED renâcle.
    J'ai appris à lire moi-même à mes enfants (je n'aurais pas voulu laisser cette joie à quelqu'un d'autre) et scolarisé mes enfants après, quand ils ont pris goût à la lecture, et je n'ai pas l'impression qu'on leur ait farci la tête de bêtises en primaire et au collège. Ils se sont ennuyés affreusement, par contre, sauf avec une minorité de professeurs, et beaucoup amusés (hum) avec d'autres.

    LaPecnaude, je ne sais pas dans quel pays vous vivez mais "En France métropolitaine et dans les DOM, plus des deux tiers des écoles publiques ont entre une et cinq classes."
    Plus de renseignements sur le site officiel du gouvernement:
    http://media.education.gouv.fr/file/35/7/2357.pdf

    RépondreSupprimer
  46. Suzanne - Parole de gouvernement et cochon qui s'en dédit !
    Il en est des chiffres comme des statistiques, vous les tournez à votre convenance. Après tout si cela vous chante !

    RépondreSupprimer
  47. Je croyais avoir laissé un mot sur le coup de 4 h du mat ménon. ... Flemme de recommencer mais ce n'est pas l'instruction qui est obligatoire mais la scolarisation; c'est à dire l'inscription et la présence dans une école ou établissement d'enseignement. Il faut une dérogation de l'inspecteur et/ ou du rectorat pour " garder " les enfants .. Quant à l'instruction c'est un autre débat mais qui en découle : quel niveau d'instruction souhaiter pour ses propres enfants? Perso j'ai souhaité à ce que leur accès aux connaissances soit supérieur au mien... En plus de ce que je sais bien sur ... Cela va de soit!

    RépondreSupprimer
  48. C'est rigolo, parce qu'il y a grosso modo entre 30 et 40 000 écoles qui ont entre une et cinq classes, (et les écoles rurales que fréquentent les enfants de mon secteur sont dans ce cas, bien entendu), mais pour la Pecnaude, ces écoles n'existent pas. Je pourrais en prendre vingt en photos, elle me rétorquerait sans doute qu'aux images on fait dire ce qu'on veut.

    Si des milliers d'écoles n'existent pas juste parce que la Pecnaude a "bien étudié son sujet" et affirme que, circulez, il n'y a rien à voir, on peut faire confiance à son discernement quand elle nous gonfle au sujet de nos fantasmes de burqa. C'est ahurissant, tout de même. Là, la ficelle est grosse, mais c'est toujours le même chanvre.

    La Pecnaude a du trop lire Teddy Chaplin, ou fumer du romarin transgénique.

    RépondreSupprimer
  49. Geargis maintient que la scolarisation est obligatoire et qu'il faut une dérogation pour faire l'école à la maison !

    Intéressant cet entêtement affirmatif basé sur... rien ! "Quod gratis affirmatur, gratis negatur" ai-je appris avec les Scolastiques...

    Mais comme je suis juriste et bien élevé, je vais étayer ma négation sur le code de l'éducation et plus précisément en son article L.131-2 tiré de la loi de 1882 (de Jules Ferry) : "L'instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l'un d'entre eux, ou toute personne de leur choix"

    Voilà qui évitera à certains de débiter des âneries et les rassurera : donner à ses enfants un niveau supérieur au sien est souvent moins compliqué que l'on pense, en fait ça dépend d'où on part...

    RépondreSupprimer
  50. Seriez vous aussi déformée que vos propos ? Vous aviez parlé d'école à CLASSE UNIQUE, et je vous ai répondu qu'elles n'existaient plus...en me faisant une restriction pour certaines écoles situées dans des lieux difficiles d'accès, comme les îles ou certains hameaux de montagne, ce qui ne représente pratiquement plus rien.
    Suite à la décentralisation, afin de réduire les frais on a regroupé les écoles en de plus grandes unités réparties en fonction des unités adminstratives ou territoriales.
    Et vous me faites un pataqués en déformant tout ce que je vous dis.
    J'ai également exprimé mon opinion sur le fait que TOUS les parents ne seraient pas forcément aptes à pratiquer l'enseignement à la maison.
    J'ai également exprimé mon opinion sur le fait que tous les beaux parleurs, dont vous êtes, ne seraient pas volontaires pour aller, selon les souhaits du ministre de l'EN, jouer les "tuteurs" ou les "grands instruits" en renfort des enseignants en déroute.
    Vous vous voulez spirituelle ? C'est grave ou triste ...

    RépondreSupprimer
  51. Il me semblait que ça tombait sous le coup de l'évidence : l'instruction est obligatoire, non l'école. Une amie à moi est passée par là (elle a mon âge), je veux dire l'absence d'école, et s'en trouve très bien. À son baccalauréat, en philosophie, elle a eu 18 sur 20.

    Si j'avais un enfant, aujourd'hui, il serait évidemment hors de question qu'on l'envoie à l'école.

    RépondreSupprimer
  52. En fait Oedipe doit être en train de se retourner dans sa tombe pour tenter de renouveler ses principes à l'étude du cas de Georges qui veut tellement avoir raison sur tout qu'il fait comme si ce blog lui appartenait. Un tel con, on a rarement vu. C'est presque incroyable.

    RépondreSupprimer
  53. La Pecnaude : ce que vous semblez ne pas vouloir comprendre, c'est qu'on se fout un peu des parents dont vous parlez. Eux continueront bien sûr à envoyer leurs enfants à la halte-garderie nommée par dérision cruelle “Éducation nationale”. Il s'agit, pour une courte minorité, de préserver ce qui peut l'être encore. Exactement, en effet, comme l'on fait les moine du haut Moyen Âge confrontés aux “invasions barbares”.

    Georges : oui, ça me semble aller de soi également. Mais, ceux qui l'ont noté ont raison, cela suppose beaucoup de temps disponible, un gros “investissement”, etc. Assez lâchement, je dois dire que je suis bien content de ne pas faire partie de ces parents-là.

    RépondreSupprimer
  54. Je remercie Antoine de me traiter d'imbecile ou d'inculte, ou des deux à la fois, mais venant d'un juriste, peu me chaut.... ;-)

    RépondreSupprimer
  55. Monsieur Goux, il ne s'agissait que de la pseudo-polémique de Suzanne, que vous n'aimiez pas L'EN en son état actuel est normal, surtout du fait que vous vous refusez toute descendance, ce qui vous laisse toute votre liberté d'expression. Reste à savoir si votre expérience vous permet d'en parler savamment.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.