dimanche 12 septembre 2010

Le Pardon de sainte Anne

Pour Madame la comtesse de la Crevette...



Fais venir et conserve en joie

Ceux à naître et ceux qui sont nés

Et verse sans que Dieu te voie

L'eau de tes yeux sur les damnés


Prends pitié de la fille-mère

Du petit au bord du chemin

Si quelqu'un leur jette la pierre

Que la pierre se change en pain


Tristan Corbière, Le Pardon de sainte Anne (extrait).


(N'ayant pas retrouvé le texte sur Internet, j'ai préféré supprimer tout à fait la ponctuation, plutôt que d'en risquer une fautive.)

14 commentaires:

  1. "Fais venir et conserve en joie
    Ceux à naître et ceux qui sont nés.
    Et verse, sans que Dieu te voie,
    L’eau de tes yeux sur les damnés !

    Reprends dans leur chemise blanche
    Les petits qui sont en langueur...
    Rappelle à l’éternel Dimanche
    Les vieux qui traînent en longueur...

    Prends pitié de la fille-mère,
    Du petit au bord du chemin...
    Si quelqu’un leur jette la pierre,
    Que la pierre se change en pain !


    Tristan Corbière, donc, in Les Amours jaunes (Poésie/Gallimard, n° 92)

    RépondreSupprimer
  2. Hello ,
    Que l'on pardonne mon indiscrétion, mais pourquoi ce poème ?

    RépondreSupprimer
  3. Christophe : merci pour la ponctuation !

    Corto : Comme ça, parce qu'il a resurgi de ma mémoire.

    RépondreSupprimer
  4. Magnifique!
    Suzanne, vous savez bien qu'en Bretagne, les églises ne sont pas fermées. Surveillées, certes, faut bien. A cause du vandalisme, qui sévit là comme ailleurs.
    Et il y a des cierges partout, petits signes de piété.

    RépondreSupprimer
  5. Il y a une telle compassion pour les humbles et les faibles dans ce poème que l'on se demande ce que ça vient faire dans ce blog de forts, si ce n'est pas une erreur. On pense aux roms, aux sans-logis, aux délinquants, etc.

    RépondreSupprimer
  6. @Tout le monde

    Le fameux Henri qui abreuse ce blog de commentaires insipides est aussi le Robin des bois qui casse les couilles à tout le monde. J'en avais l'intuition, et les adresses mais ou IP me l'on confirmé.

    Ce n'est pas grave, il en a le droit, mais je trouve bien que l'on puisse répondre à Henri ce qu'il convient de lui répondre:"ta gueule Robinet".

    RépondreSupprimer
  7. Et l'Indien, ce n'est pas lui aussi?

    RépondreSupprimer
  8. Carine, d'accord et pas d'accord. Promenons nous dans cent villages de moins de mille habitants, et nous verrons combien d'églises sont ouvertes, mais elles sont fermées à clé pour les raisons que vous dites.

    Signes de piété ailleurs un peu partout, oui. Fontaines et oratoires fleuris un peu partout .ah, ces grottes si moches en imitation de celles de Lourdes, effectivement toujours illuminées... Sans compter la fête annuelle de la petite chapelle de saint machin qu'on nettoiera juste pour cette occasion. Ce sont surtout les vieux qui entretiennent les traditions, tout de même.

    RépondreSupprimer
  9. Tiens c'est nouveau ça, XP, très heureux de l'apprendre. Robin, qui est-ce. Vous êtes flic? Délateur?

    RépondreSupprimer
  10. Souvenirs!! lorsque j'étais enfant nous allions toutes les années à Ste Anne,mais ça a bien changé de nos jours, il n'y a plus beaucoup de ferveur et on s'attends à trouver la baraque à frites pas loin et tout est pretexte à faire de l'argent!

    RépondreSupprimer
  11. Cher Henri/Robinet

    Vous savez faire preuve de nuance ? Vous qui êtes vigneron, vous devriez pourtant... la vérité est dans les détails... dans les interstices...

    Au lieu de ça... dés que vous entendez les mots "sans abris", "roms", "clandestins"... vous montez sur vos grands chevaux de défenseur des drôâdlomme. Vous parvez même à les glissez, les mots en question, quand ils n'ont pas lieu d'être.

    A présent qu'XP le dit... c'est exact, vous avez les mêmes postures que Robinet. C'est comique le coup de la délation venant de votre part, puisque vous n'agissez qu'en flic et en censeur de la pensée correcte ou pas.

    Je n'ai jamais pu comprendre pourquoi les gens de votre sorte prétendent être les seuls détenteurs de la justice, de l'amour du prochain et toutes ces choses qui dans vos bouches ressemblent à des mouches à merde. Des vertus chrétiennes devenues folles.

    Vous ne voyez que du Wacisme partout... de la haine... là où il n'y a que du mépris de votre part à l'égard de la moindre once d'intelligence.

    En vérité ce qui vous dépasse et que vous ne savez que trop bien dans la minable tanière qui vous sert de coeur, c'est que la sensibilité et la délicatesse se trouvent précisément chez vos ennemis politiques qui veulent que la France et l'Occident en général puissent conserver ces vertus en lieu et place de la barbarie communiste, nazie ou islamiste qui se profile à l'horizon et dont vous n'avez cure puisque vous avez déjà vendu votre âme.

    C'est triste... car en d'autres circonstances j'aurais volontiers trinqué avec vous.

    RépondreSupprimer
  12. Merci Didier (avec un peu de retard...je n'avais pas lu la dédicace...)
    (J'ai pris sainte Anne comme sainte patronne pour moi. C'est mon deuxième prénom.)

    RépondreSupprimer
  13. http://www.biblisem.net/meditat/corbraps.htm

    RépondreSupprimer
  14. "On pense aux roms, aux sans-logis, aux délinquants, etc." (Henri)

    1) Quand un poème parle de "petits en langueur", de "vieux", de "filles-mères", Henri-Robin pense aux Roms... et aux délinquants. Curieux.

    2) Henri-Robin associe donc les "humbles et les faibles" aux Roms et aux délinquants. Pas aux Français que volent ou que tabassent les délinquants et certains Roms. Bien.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.