jeudi 30 septembre 2010

Aimez-vous brame ?

À Jérôme Vallet, évidemment...


Au musée des Beaux-Arts de Dijon, où Adrien et moi fûmes cet après-midi, il y a des tas de peintres dont j'ignorais jusqu'au nom – ce qui ne devrait surprendre personne. Parmi eux, un certain François Bonvin ; ou Saint Bonvin, c'est selon. Exposé de lui, à Dijon, un tableau intitulé Nature morte avec violon. Donc, on peut, contrairement à ce que d'aucuns affirment péremptoirement.

Sinon, Catherine et sa sœur ont prévu d'aller, à la nuit tombante, crapahuter dans la forêt proche afin d'entendre le brame des cerfs – étant bien clair que je ne vous raconte cela que pour justifier mon titre imbécile. C'est d'autant plus inexplicable qu'il pleut et qu'on entend très bien les autres crétins boisés de la terrasse, un verre à la main, comme nous avons pu le vérifier hier soir. Enfin, bon, elles feront bien comme elles voudront, hein ?

23 commentaires:

  1. Et dans le verre, un petit blanc non moins boisé..?

    RépondreSupprimer
  2. Pour les photos de nuit il faudra un pied pour baisser en vitesse. Ou sinon aviser à stabiliser le systeme en s'appuyant contre un truc stable , genre un muret une branche.. Tout ça ..

    RépondreSupprimer
  3. C'est un faux ! (La copie est de Dijon Bourdier, célèbre faussaire des années 10.)

    RépondreSupprimer
  4. Georges, la dyslexie se soigne: Didier Bourjon.

    RépondreSupprimer
  5. Oui enfin attention le brame du cerf, ça peut être dangereux.

    RépondreSupprimer
  6. le brame ne s'use que si l'on sent cerfs

    RépondreSupprimer
  7. Aux innocents les mains pleines.
    Si la défense de ce que nous aimons doit être cryptée comme dans une vulgaire loge maçonnique à quoi bon?

    RépondreSupprimer
  8. Non, Fredo, ma dyslexie ne se soigne surtout pas, elle s'entretient soigneusement, au contraire. C'est comme une lampe que j'astique nuit et jour pour y voir mieux.

    RépondreSupprimer
  9. Georges : c'est un faux toi-même ! Cela étant, le tableau du musée de Dijon n'est en effet pas celui-là. Mais je n'ai pas trouvé celui que j'ai vu.

    RépondreSupprimer
  10. Georges a dit...
    Non, Fredo, ma dyslexie ne se soigne surtout pas, elle s'entretient soigneusement, au contraire. C'est comme une lampe que j'astique nuit et jour pour y voir mieux.


    Eloge de l'onanisme...
    Impossibilité de dire "nous".
    "Nous" est foutu.

    RépondreSupprimer
  11. Mais je n'ai pas trouvé celui que j'ai vu.

    ????????????????????????????????????????

    RépondreSupprimer
  12. Il n'est pas encore pixelisé?
    C'est ce que vous vouliez dire non?

    RépondreSupprimer
  13. Ce que je peux être lourd quand j'ai un verre dans le nez...
    Désolé.

    RépondreSupprimer
  14. Mais non mais non, à côté de Nicolas tout ça paraît d'une légèreté angélique.

    RépondreSupprimer
  15. Un petit coucou pour dire que je m'ai imprimé le journal d'août pour le ouikenne. Que je ferai aussi les autres mois petit à petit, archivé dans une boite qui va bien. .. bouqin maison ;-)

    RépondreSupprimer
  16. Remarquons : les Français disent 'nature morte" alors que les Anglais disent "still live"
    L'Europe, la langue de chat et le violon resteront pour moi un grand mystère.

    RépondreSupprimer
  17. Et rat homme (in direct live) : "Still-life" pas "still live" mais tout le monde aura corrigé, vif et naturel (oeuf corse)

    RépondreSupprimer
  18. Salut Didier. J'ai de quoi te faire bramer comme une bête. Pendant quer tu gambadais dans le Doubs, Aude Lancelin, Nouvel Obs, consacrait une double page à Philippe Muray !
    Ah, la double peine ! Brame, Brame, il restera toujours quelque chose, criait la bête sous le chêne frondeur !

    RépondreSupprimer
  19. Aude Ancelin, c'est bien cette actrice de X qui joue dans Everything Butt ? J'ai adoré.

    RépondreSupprimer
  20. Aude Ancelin ! Qui représente assez bien tout ce que Muray prenait plaisir à brocarder : j'ai bien fait de le rater, ce numéro du Vieil Obs...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.