lundi 20 juillet 2009

Aux déserts que l'histoire accable



Aujourd'hui, c'est la Lozère qui tient la corde.
Le vide, l'absence...
Fendre l'air.

21 commentaires:

  1. La maison sur la 2ème photo me plaît bien.

    RépondreSupprimer
  2. Vous verrez les fâcheux arriver de loin.

    RépondreSupprimer
  3. Bon Didier, vous venez en Auvergne ou bien, la réponse sera oui OU non , mais plus du genre, on m'a pas invité :)

    RépondreSupprimer
  4. Catherine : un peu "pitchoune", non ?

    Christine : oui, et on lâchera les chiens.

    Fidel : mais c'est Catherine qui ne veut pas s'embarrasser de moi !

    RépondreSupprimer
  5. Faucon : oui, hein ? Et les maisons sont bien moins chères que dans le Gard...

    RépondreSupprimer
  6. Puisqu'on vous le dit que vous êtes invité, ne faites pas votre coquette. Et comme vous aimez les espaces et les pays encore un peu sauvages, vous serez servi.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Fendre l'air ou prendre racine ?

    Aux desserts que cette histoire de table !

    RépondreSupprimer
  9. Ah Didier, rien ne pouvait me faire plus plaisir que ces photos !
    Il y manque juste :-) une photo du Causse Méjean couvert de "cheveux d'ange" (stipa pennata pour les latinistes...) : au petit matin, on a l'impression d'avoir devant les yeux un paysage de neige - ce qui est assez fabuleux fin juin ou début juillet !

    RépondreSupprimer
  10. @ Pierre Robes-Roule : prendre racine dites-vous ? Mais les racines ne "soutiennent" que les espèces immobiles, par exemple les arbres.
    Fendre l'air donc.

    RépondreSupprimer
  11. Fendre l'air est un destin indolore, une ambition de coureur du tour de France dans la descente, un but de ballon de football. Prendre racine, voilà un destin de chêne ! Qui dit racine, dit culture. Qui dit air, dit qu'on sonne.

    Les racines ne mentent pas. Vingt Dieux !

    RépondreSupprimer
  12. C'est comme la mongolie et la bouffe est plus variée.

    RépondreSupprimer
  13. Prr et Chr. Borhen : Fendre l'air est le titre de l'un des volumes du journal de Camus... (là, le blogueur, ne reculant devant aucun sacrifice, gouge son cul de son fauteuil pour aller vérifier le millésime)... celui de 1989. D'où ma préférence.

    Nicocerise : ah oui : les sandwichs à la graisse de marmotte, très peu pour moi !

    RépondreSupprimer
  14. Ah Camus ! Vivement que je me sente enfin à la hauteur pour m'y attaquer. Pour l'instant, ce Camus là me paraît encore trop haut. C'est qu'il est exigeant le bougre. Bref, hors de question de me contenter de fendre l'air en essayant de lire.

    "fendre l'air" : expression de mon pays, désignant un état de bêtise : "con à fendre l'air". La version féminine est "conne à bouffer de la bite"

    RépondreSupprimer
  15. Navré de paraître libidineux mais l'harmonieux nichon est digne des BM...
    Beaux paysages en tout cas !

    RépondreSupprimer
  16. C'est l'Aubrac ou la Margeride que vous nous proposez là ?

    RépondreSupprimer
  17. PRB arrêtez de parler de "bougre" sans arrêt,.. quelque fois ça la fiche mal..
    geargies

    RépondreSupprimer
  18. Geargies: au contraire, ces pauvres mouches à qui l'on veut faire subir les derniers outrages sont bien des bougres ou bougresses.

    BOUGRE, ESSE, subst.
    A. Vx. Sodomite

    Dixit le TLF.

    RépondreSupprimer
  19. certes, mais il ne parle pas des mouches justement..; Geargies

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.