jeudi 9 juillet 2009

Le café devait être un peu fort

- Et la fille, là, celle qui entre dans l'immeuble, tu la trouves comment ?


- Plutôt jolie. Et puis, elle a un cul éminemment... spirituel.


- Spirituel, vraiment ? Et comment tu définirais ça, toi : un cul spirituel ?


- Eh bien... disons que c'est un cul avec lequel l'honnête homme a envie de prendre langue.

17 commentaires:

  1. Mais où, cher Didier, avez-vous trouvé cette fascinante photographie ?

    RépondreSupprimer
  2. Ils avaient la braguette derrière, à cette époque ? Très pratique.

    RépondreSupprimer
  3. Cher Marcel Meyer, j'ai simplement tapé "joli cul" à l'emplacement idoine, et Mme Goux gueule a fait le reste...

    Nicolas : de là aussi l'expression "être raide comme un passe-lacet"...

    RépondreSupprimer
  4. alors ainsi du temps d'un Louis, les stars du X portaient déjà des strings et laissaient volontiers leurs ombrelles aux oubliettes pour faire bronzette sur la pelouse de Versailles?
    (oui, le café était très fort.)

    RépondreSupprimer
  5. Oh, Mélina, c'était bien pis que cela... elles optaient pour le pratique, à cette époque-là...

    Ah, Ah, Nicolas, y'avait aussi les culottes à trappons, qui suivaient plis ou ouvertures de robe... faut tout leur dire à ces "petits"...

    RépondreSupprimer
  6. Fascinante langue française. Merci de ce bon moment :)

    RépondreSupprimer
  7. Un cul qui a de l'esprit, ça permet de longue conversation !
    :-))

    RépondreSupprimer
  8. Je ne sais pas pour vous, mais moi, je n'y vois pas qu'une femme. Reculez vos yeux, pour voir.
    Mais c'est sans doute mon imagination galopante.

    RépondreSupprimer
  9. D'un autre côté, l'expression "il n'a pas sa langue dans sa poche" perd du charme.

    RépondreSupprimer
  10. Marine et Catherine, vous avez vraiment l'esprit mal tourné !

    Nicolas : sauf sir c'est une scène entre kangourous.

    Poireau : oui, bon, faut pas en abuser non plus, hein !

    Faucon : Tant qu'on ne vous invente pas la sein-taxe...

    RépondreSupprimer
  11. Une femme ? Ou cela, une femme ?

    Souhaiterait prendre date pour en tirer partie

    RépondreSupprimer
  12. C'est très-charmant et d'un goût bien français. Sinon, le rapport texte/image installe un paradigme critique dont les sens multiples diffractent au delà du langage même, interrogeant ainsi un ailleurs dont chaque instance reproduit en elle, comme en miniature, le tropisme du vouloir-être. Et je trouve ça chouette.

    RépondreSupprimer
  13. Ouais, ça diffracte à donf !

    RépondreSupprimer
  14. Appas doit être chercheur en didactique, non?

    RépondreSupprimer
  15. Je ne sais pas à qui appartient ce cul, mais il est très appétissant...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.