mardi 28 juillet 2009

Quand les bobos bourrent le crâne des bobos (avec votre argent et le mien)

J'ai découvert cette affiche, déjà un peu ancienne mais plus que jamais d'actualité, chez l'excellent Pélicastre jouisseur. Je vous invite chaleureusement à aller lire le billet que ce calamiteux document lui a inspiré (et à ne pas zapper les commentaires !). Je ne vois pas l'intérêt de gloser à mon tour sur ce qu'il a fort bien dit.

Simplement ceci : il faudra bien, un de ces jours, qu'on se décide à m'expliquer comment une société, une civilisation tout entière peut en arriver à ce degré de décervelage qui la pousse à chanter sur toutes les gammes existant en ce monde les charmes de la diversité, et, en même temps, à prôner le métissage qui en est la négation radicale, surtout s'il est généralisé et vu comme fin dernière de l'homme. Lorsque sera en effet accompli cette espèce de sabayon eschatologique, vous pourrez toujours vous brosser pour trouver de la diversité quelque part, mes doux agneaux.

En attendant, mérinos à béret basque et à baguette sous le bras que nous sommes, le 27 novembre prochain nous aurons plutôt intérêt à planquer nos lainages.

28 commentaires:

  1. Bien au chaud sous le béret, la pensée macère...

    RépondreSupprimer
  2. Comme le rappelle l'Ubiquiste, ce qui est insupportable, c'est quand le comble du moutonnisme s'érige en pourfendeur unique du... moutonnisme.

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, j'ai pensé à vous en découvrant une nouvelle catégorie je ne sais plus où sur le net. Après les Bo-bo, bourgeois bohèmes, voici les bo-no-bo, bourgeois non bohèmes !
    J'espère qu'ils gèrent bien leurs conflits !
    :-))

    RépondreSupprimer
  4. Le chinois qui embête Catherine devrait s'occuper de ce site islamiste, au moins il se rendrait utile.

    RépondreSupprimer
  5. Mais n'existe-t-il pas une culture américaine, ou brésilienne, ou argentine, etc. dans des pays métissés?

    RépondreSupprimer
  6. Toutes autres considérations mises à part, ce n'est pas gentil pour les moutons.

    RépondreSupprimer
  7. Refusant catégoriquement tout comportement moutonnier, je ne ferai aucun commentaire sur ce billet.

    RépondreSupprimer
  8. La bacchante : Tant qu'elle ne nous mène pas à la baguette...

    Criticus : oui, ce sont les "rebelles de confort" dont parlait Muray.

    Poireau : j'aime beaucoup, les bo-no-bo !

    Emma : vous avez raison : recyclons le Chinois !

    Henri : du métissage, aux États-Unis, ce pays communautariste en diable ? Quant à la société brésilienne, elle est d'une violence qui ne donne pas très envie de marcher dans ses traces...

    Appas : D'autant qu'eux restent silencieux, pendant que les bipèdes d'à côté semblent brailler à pleine gorge.

    PRR : puisque c'est comme ça, je ne ferai aucune remarque à propos de votre non-commentaire.

    RépondreSupprimer
  9. La diversité c'est bien. Ce qui est gonflant, c'est la société du slogan. Lisez "Le Tigre", à ce sujet (p.52)

    RépondreSupprimer
  10. Appas : très bon choix mais n'est ce pas là le numéro précédent de LeTigre, curieux magazine curieux ?
    :-)

    http://le-tigre.net/

    [La flemme de mettre le lien, copier-coller suffira !]

    RépondreSupprimer
  11. Vous savez, j'ai peut-être tort, mais j'essaie de ne pas avoir de jugements aussi définitifs que vous quand il s'agit d'humains (pour juger d'un vin, oui)et je ne juge surtout pas une société à travers la "relation" plus ou moins bien intentionnée de ses faits divers, mais je suis quand même assez effaré que l'on dise "a priori" qu'une société métissée est le gage d'un abatardissement d'une culture,ou de son uniformisation (ne sommes-nous pas, nous Français, le résultat millénaire de métissages?). Les lois génétiques peuvent sans doute faire varier la pigmentation de la peau mais pas l'intelligence, tout être humain a des désirs culturels, des désirs intellectuels, des désirs esthétiques, des désirs de spiritualité, quel pessimisme, ou quel désespoir vous portent à croire qu'en les confrontant, ou en les mêlant, on puisse commettre un méfait contre l'esprit.

    RépondreSupprimer
  12. Henri : NON, nous ne sommes pas le résultat d'un métissage ! La France a connu deux grandes invasions : la première au sixième siècle après JC, la seconde actuellement.

    D'autre part, aucune grande culture n'est née d'un quelconque "métissage" (voir Lévi-Strauss, à ce sujet). Et, du reste, métissage de quoi avec quoi ? Si on parle de CULTURE, quelle culture apportent avec eux les centaines de milliers de gens qui débarquent chaque année sur nos côtes ? En quoi ces malheureux sont-ils CULTIVÉS ? Ils viennent juste chez nous portés par l'espoir de bouffer deux fois par jour (ce en quoi on peut en effet les comprendre) : qu'est-ce que la culture a à voir là-dedans ?

    RépondreSupprimer
  13. Cher Henri, au point où nous en sommes, je m'en offre un petit dernier pour la route et je vais me coucher.

    RépondreSupprimer
  14. Diversité, diversité, c'est vite dit!On ne va quand même pas jusqu'à inclure les vieux sur cette affiche.

    RépondreSupprimer
  15. Bon, j'ai peu de choses à répondre si vous vous en tenez à cette lecture du monde.
    Tout humain pour moi, d'où qu'il vienne, porte en lui les questions essentielles de ses projets, de ses capacités créatives, de ses origines, de sa fin,et possède une aptitude à changer le monde, ce qu'il est m'intéresse et me sert et ce que je suis l'intéresse et le sert, vous préférez le définir et le voir globalement à l'intérieur de hordes incultes et affamées se précipitant sur nos côtes, vous le réduisez à la satisfaction de ses besoins primaires, pourtant combien d'artistes futurs dans ces groupes, combien parmi eux vont transformer la société, vont lui apporter du neuf, de l'inédit...

    RépondreSupprimer
  16. Henri : mais puisqu'on vous dit que dès le départ il y avait le français issu de la France telle qu'elle fut toujours et que ce modèle ne doit pas être remis en cause !!!
    M'enfin !
    :-))

    [Didier, un jour je vous ferai un article rien que pour vous sur le sujet et avec le sourire !!!].

    RépondreSupprimer
  17. "On note, en premier lieu, un éclectisme culturel assumé souvent de façon non-critique: les cultures sont simplement mises côte à côte et considérées comme substantiellement équivalentes et interchangeables entre elles. Cela favorise un glissement vers un relativisme qui n’encourage pas le vrai dialogue interculturel; sur le plan social, le relativisme culturel conduit effectivement les groupes culturels à se rapprocher et à coexister, mais sans dialogue authentique et, donc, sans véritable intégration. En second lieu, il existe un danger constitué par le nivellement culturel et par l’uniformisation des comportements et des styles de vie".
    Benoît XVI (Encyclique "Caritatis in veritate")

    Cela serait bien si on l'écoutait un peu, il me semble.

    RépondreSupprimer
  18. Geneviève : Amin Maalouf écrit presque la même chose dans son dernier essai "Le dérèglement du monde".
    Il dit aussi que le malheur de l'Islam, depuis la fin du califat, est de n'avoir pas de Pape :)

    RépondreSupprimer
  19. Suzanne : un "pape" musulman ? Pourquoi pas, à condition qu'il soit un tant soit peu "éclairé"...
    Cela contribuerait peut-être à mettre un peu d'ordre.

    RépondreSupprimer
  20. Ouh là! Que de n'importe quoi lis-je ici! La Frââânce! Laquelle ? La France est une bâtarde issue des amours et des viols entre peuples du Sud et du Nord, sur une souche celte plus ou moins rémanente. La France catholique ? protestante, juive ? la France franc-maçonne. La France du clivage Jacobins / Girondins, centralisatrice ou frondeuse et résistante à l'hégémonie.
    Heureusement que la diversité échappe à toute tentative d'uniformisation en dépit des efforts insensés que tout pouvoir déploie pour maîtriser la donne en instaurant le modèle "désirable" de l'honnête homme. Que serait la Frônce sans ses importés (je ne vais pas vous dresser la liste, elle est interminable). Quant à l'idée du Pape musulman, du grand n'importe quoi! Mais je dois mieux examiner cette maison. Peut-être me suis-je fourvoyée en y retrouvant des figures amies. je vous ai à l'oeil mon petit Didier!

    RépondreSupprimer
  21. @ Didier
    Les invasions germaniques m'ont représenté en fait que 160 000 personnes sur environ 10 millions d'habitants. C'est sans commune mesure avec ce avec quoi on se trouve en présence maintenant!

    @ Zoé
    Non. La France est peuplée par un substrat largement celte croisé avec la population préexistante depuis le paléolithique, particulièrement les chasséens (selon Fernand Braudel). Et cette population reste stable jusque vers 1860. Les apports latins de la conquête romaine et germaniques des invasions à la chute de l'empire romain ne représentent pas grand chose numériquement. C'est celle qui a véritablement construit et façonné ce pays.
    A partir de 1860 jusqu' 1939, l'immigration va être exclusivement européenne, un quart de la population actuelle est constituée par les descendants de cette vague d'immigration. La différence entre ses "importés" d'hier et d'aujourd'hui, c'est que les premiers ce sont pleinement assimilés et pas les seconds qui sont des français "de papiers".

    RépondreSupprimer
  22. Floréal : de quelle(s) source(s) ces infos ?

    Etant donné que la France est par définition une construction administrative, nous sommes tous des français "de papier" ! Nananère !
    :-))

    RépondreSupprimer
  23. De F. Braudel, entre autre, c'est écrit en toutes lettres et il suffit de lire.

    Précisément, ce sont des "français administratifs" et non pas des français autochtones. De français ils n'ont que la nationalité, c.à.d les papiers, parce que pour le reste ils ne sont pas de culture française, pas intéressés à l'être ni à le devenir un jour, d'ailleurs ils ne parlent pas même français mais la langue de leur pays d'origine et de provenance en famille, et le patois de leur cité en dehors de laquelle ils sont compris avec difficulté.

    Personnellement je pense que la France comme l'Europe a atteint ses limites d'absorbtion et d'assimilation de gens venus d'ailleurs et que par conséquent au de là de ce seuil ce sont les autochtones qui se trouvent contraint à s'assimiler au cultures exogènes, à l'islam en fait puisqu'il y a 50 millions de musulmans en Europe. Or plus de 80% de la population autochtone n'a absolument aucune envie ni aucun désir de s'y assimiler bien qu'on leur chante sur tous les tons qu'ils doivent le faire sous peine de passer pour d'affreux racistes qui ont peur de l'Autre décrit comme merveilleusement bon et dont la culture serait enrichissante. De sorte qu'on va vers une communautarisation étanche d'une société de plus en plus violente, une sudaméricanisation ou une balkanisation, au choix.

    RépondreSupprimer
  24. @ Poireau
    Ici c'est le blog de Didier Goux, pas wikipédia. Il est donc inutile de vous comporter comme un administrteur de wikipédia, d'autant que vous n'êtes pas l'administrateur du blog de didier Goux, que je sache. Par conséquent vous n'avez pas à me demander péremptoirement "des sources"comme si j'avais à me justifier, surtout quand je les donne déjà.

    En outre je vous remercie d'avance de garder votre hypocrisie pour vous: inutile de me mettre vos sourires virtuels :-)) quand vous effacez mes posts de votre blog. Gardez vos patenôtres pour vos bisounours mielleux comme vous et plus intolérants que ceux à qui il prêchent la tolérance. Vous me débectez, comme toute la cohorte poisseuse de vos bisounours qui a décidé derrière mon dos de me tenir à l'écart et de m'isoler en supprimant systématiquement mes posts, c'est à dire à m'utiliser comme une bouc-émissaire, une femme c'est plus facile, je sais, le fond de sexisme pour décrédibiliser une personne ou nier sa parole fonctionne toujours. Goujat gélatineux.

    RépondreSupprimer
  25. Floréal :
    . Petit un, je commente toujours avec le sourire comme ceci : :-)))
    . Petit deux : si je demande les sources, vous est-il venu à l'idée que je pouvais moi-même m'intéresser au sujet et pas simplement me contenter d'un commentaire en blog ? Echange culturel un jour, échange culturel, toujours !
    . Petit trois : je n'ai rien effacé sur mon blog. S'il m'arrive de la faire, j'ajoute un commentaire pour le signaler. Afin de ne point souligner le ridicule de cette histoire, je vous invite à vérifier que votre commentaire figure toujours en ligne. Vous vous rendrez compte par vous même que vous vous êtes simplement gourrée et n'avez pas commenté au bon endroit :-)))
    . Petit quatre : Je ne suis en rien responsable de vos problèmes de socialisation ni de vos relations aux autres, fussent-ils d'un autre sexe. Je dirais même plus : je n'y pense même pas !!!
    . Petit cinq : veuillez recevoir une floppée de sourires aimables : :-))))))

    [Didier : mille excuses pour l'occupation de votre espace !!!].

    RépondreSupprimer
  26. @ M.Poireau
    J'ai pu me tromper, c'est possible, je ne suis pas infaillible et je n'ai pas non plus cette prétention, en tous cas je n'ai pas retrouvé mon post. Mes excuses en l'occurrence.
    Il n'en reste pas moins que certaines de vos fréquentations se comportent à mon égard comme je l'ai dit, ce dont je ne vous impute pas la responsabilité. Et cela ne contribue certes pas à ce que je puisse avoir la moindre sympathie pour vous. Je n'attends rien de bon des adorateurs de Célestissima & Co, comme vous l'êtes, pour laquelle j'ai une antipathie profonde, durable et constante, et qui n'est pas près de passer. Pas davantage leur sourire, qui m'est suspect parce que je ne le tiens pas pour plus sincère que leur personne.

    RépondreSupprimer
  27. Floréal : dans la vie, ne détester personne fait gagner un temps fou et un bien considérable.
    Bien des gens sont détestables à mes yeux, puis-je les changer ? Alors à quoi bon ?
    Sérieusement, prôner la haine de l'autre, ça ne mène pas à grand chose.
    Je le sais, y'en a plein qui ont déjà essayé cette voie, ça ne marche jamais !
    :-))

    [En même temps, on peut considérer Dassault comme ayant réussi dans cette branche mais c'est surtout par ses amitiés, en fait… :-)) ].

    RépondreSupprimer
  28. @ M.Poireau
    J'ai absolument horreur des prêcheurs de bonté. Des donneurs de leçons de bonnasserie. Comme votre chèramie Célestissime qui n'est pas meilleure qu'une autre et qui se permet d'accuser tout ceux qui ne sont pas de son avis d'avoir la haine de l'autre, convaincus qu'ils sont, comme vous l'êtes, d'avoir le monopole de la bonté et de l'humanisme, ce qui fait qu'ils sont de véritables dangers publics, aussi nuisibles qu'un Dassaut dans un autre genre pour peu que l'occasion leur en soit donnée

    Comme elle, le passage chez un psy vous semble vous avoir fait détenteurs et dépositaires de l'alpha et de l'omega, plus sages au dessus du commun des mortels. Et moi je prétends que ça ne signifie ni ne prouve rien, qu'un psy coûte cher, que tout le monde ne peut pas se le payer, et qu'on en trouve rarement un bon; on trouve même plus facilement une tête de con qui vous fait payer les yeux de la tête pour vous rentrer dans les rangs que le patriarcat vous assigne. Croyez bien que je m'en voudrais de leur verser un centime et que je préfère rester comme je suis: non seulement je ne prêche pas la haine des autres même si j'ai des antipathies certaines, mais en plus je n'emmerde pas le monde avec un hypothétique nirvana de bonté bonne du matin d'après le grand soir.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.