vendredi 17 juillet 2009

Mon île au loin ma désirade

On avait d'abord envisagé la Nouvelle-Zélande. Mais il y a la barrière de la langue : se mettre à l'anglais à mon âge, franchement... Mais alors où aller ? Pour être certains d'être vraiment peinards, inatteignables, pour ainsi dire soustraits du monde tel qu'il va.

Eh bien, on a trouvé ça : Saint-Pierre-et-Miquelon. Plus improbable que Saint-Pierre-et-Miquelon, je ne vois pas. Personne n'aurait l'idée d'aller passer sa retraite à Saint-Pierre-et-Miquelon, absolument personne : c'est loin, il n'y a rien à faire, il fait froid et très humide – le rêve, quoi. Autre immense avantage : aucune liaison directe avec la métropole, il faut passer par le Canada, Terre-Neuve ou Halifax, je ne sais pas trop. Enfin bref : aucun risque de voir débarquer les fâcheux au moment des vacances. De toute façon, l'été à Saint-Pierre-et-Miquelon, c'est 15° et brouillard à tous les étages : ça calme.

Et puis, dites : 6345 habitants pour 242 kilomètres carrés, 26 péquins au kilomètre, pas un de plus – ça fait envie, non ? Avec ça, pas pressés de sortir de chez eux, à cause de la neige qui bloque la porte du garage et du vent glacial qui déboule du Labrador. Alors, on ne sort pas. On relit L'Œuvre des mers d'Eugène Nicole, magnifique écrivain originaire de ces îles (dont je ne suis pas foutu de trouver le nom des habitants).

En clair, on se prépare une retraite tellement paisible, tellement monotone, tellement chiante, qu'elle va nous sembler merveilleusement longue. Quand le temps nous pèsera trop, on s'offrira un saut de puce jusqu'au Québec pour aller vider un flacon avec Ygor Yanka. On parlera de la France et on reprendra deux fois des rillettes. Après ça, on rentrera à la maison, retrouver nos chiens (des labradors, évidemment) que nos sympathiques et très vieux voisins auront gardés en notre absence. On leur rapportera un petit cadeau qui leur fera bien plaisir, et ils diront : « Mais non, il ne fallait pas ! »

À la fin, mais alors complètement à la fin, on mourra tranquillement, en choisissant un jour de brouillard pour avoir moins de regrets – et personne n'en saura rien car nous serons, depuis longtemps déjà, oubliés de tous.

41 commentaires:

  1. Jean Jaurès aurait aimé passer sa retraite à Saint Pierre et Miquelon

    RépondreSupprimer
  2. Sinon, à l'inverse 8 habitants au metre carré, vous avez Roux et Combalusier, petite ile adepte de l'ascenceur social.

    RépondreSupprimer
  3. Didier, votre billet me donne de ces envies de solitude... et de fraîcheur !!
    Fidel Castor : je monte toujours à pied, histoire de brûler les carburants illicites..!

    RépondreSupprimer
  4. Et Catherine y prendra de si belles photos. C'est le genre d'île de rêve qui me tente aussi, fraicheur et solitude.

    RépondreSupprimer
  5. perfide est le castor!!!!17 juillet 2009 à 13:18

    @Pluton bonjour (et Emma n'itou).
    @Didier bonjour et Cathe ether).
    Didier parle de fin de vie sur son ile, humide et froide, terminer sa vie sur l'ile que je décris en s'envoyant en l'air, c'est pas banal.

    RépondreSupprimer
  6. La Désirade, c'est en Guadeloupe, plutôt, non ?

    RépondreSupprimer
  7. A priori, on dit Saint-Pierrais et Miquelonnais, du moins si l'on croit ce qui est écrit ici.

    Sinon, veillez bien à être exigeant sur la provenance de vos rillettes.

    RépondreSupprimer
  8. Jusqu'au jour où Dorham débarque et c'est le drame, mais il aura une caisse de vin d'Argiolas.

    RépondreSupprimer
  9. alors déjà que pour vous avoir à ma table, c'est compliqué, là, ça va être carrément mort.

    RépondreSupprimer
  10. Essayez Ouessant. Dans votre cas, ça sera suffisant.

    RépondreSupprimer
  11. Les gens, vous faites un peu chier, à tout le temps parler quand je ne suis pas là !

    Bon, pour Ouessant, je ne ne connais pas. Mais l'île de Sein nous tentais assez, quand on y est allé...

    Je trouve quand même que S-P-e-M a plus de gueule.

    Chieuvrou : je savais que vous diriez ça...

    Pascal : possible, mais c'est Apollinaire qui commande...

    Dorham : si vous venez "chargé", vous serez le bienvenu. Et je vous ferai lire Eugène Nicole.

    Les autres : on va faire S-P-e-M le dernier endroit où il FAUT être !

    RépondreSupprimer
  12. Didier, vous oubliez que cet archipel dépend de la Métropole et de sa grasse redistribution fiscale aux collectivités territoriales d'outre-mer... Quand la France aura percuté le mur vers lequel elle va droit, le robinet à subventions se tarira...

    RépondreSupprimer
  13. Criticus : merde, vous avez raison ! Je vais créer le parti autonomiste saint-pierre-et-miquelonais...

    RépondreSupprimer
  14. Demandez plutôt le rattachement de Saint-Pierre-e-Miquelon au Québec.

    Ce serait la logique même : si la France a gardé Saint-Pierre-et-Miquelon lors du Traité de Paris (1763), c'était pour conserver un domaine de pêche. Or, aujourd'hui, la pêche au poisson-torpille, hein...

    RépondreSupprimer
  15. L'idée est d'autant moins sotte que Catherine ayant la double nationalité il me serait facile de devenir canadien...

    RépondreSupprimer
  16. Du reste, le Grand Nord canadien pourrait être une solution de repli...

    RépondreSupprimer
  17. Encore mieux : le Manitoba. J'y suis allé à l'hiver 2006. Province centrale du Canada, 1,2 million d'habitants, avec même une ville francophone dans la banlieue de la capitale provinciale Winnipeg : Saint-Boniface. Croyez-moi, Didier, vous vous y replieriez en sûreté...

    RépondreSupprimer
  18. Je note le Manitoba sur mes tablettes...

    RépondreSupprimer
  19. Voici une (belle) vue satellitaire : http://maps.google.fr/maps?f=q&source=s_q&hl=fr&geocode=&q=manitoba&sll=53.760861,-98.813876&sspn=10.48155,19.753418&ie=UTF8&t=h&z=6

    RépondreSupprimer
  20. Vous voulez marcher sur les traces de Dantec ou quoi (et ne me dites pas que vous le détestez ! (car avec tous ces camusiens qui le détestent, hors SLRC...))

    RépondreSupprimer
  21. J'irazis volontiers m'installer à Thompson : ç'a l'air vraiment loin de tout...

    RépondreSupprimer
  22. Pascal : j'ai lu dix pages d'un de ses romans, qui m'est tombé des mains (oublié le titre : un truc de SF) Feuilleté aussi son journal, beaucoup mieux, sans doute, mais pas de quoi crier au génie (ni cryogénie d'ailleurs), à mon avis.

    RépondreSupprimer
  23. interlude —

    Pourquoi, mais pourquoi, en apprenant que le pape s'est fracturé le poignet, j'ai éclaté de rire ?

    — fin de l'interlude

    Je rentre d'avoir été chassé le caribou, ma chainsaw à la ceinture, ma chemise carreautée maculée de poutine, et je lis que Ti-Goux envisage de venir chasser sur mes terres à sa retraite... M'en vas au dépanneur chercher de la bière, sti !

    RépondreSupprimer
  24. La prohibition a fait la fortune de S.P.E.M, il me semble. Prions pour qu'elle revienne.

    RépondreSupprimer
  25. Pour trouver du gris frois et 15° l'été, pourquoi ne pas rester en Normandie ?

    [Dites, quand j'avais 13-14 ans, j'avais une correspondante dans le coin ! ça a l'air d'être des gens charmants ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  26. Ygor, gardez quelques mousses : on arrive (dès qu'on peut...)...

    RépondreSupprimer
  27. Yanka, pour paraphraser votre (très) regretté compatriote Jacques Sternberg, je pense que Benoît a dû oublier de se donner la bénédiction, hier soir, avant de se mettre au lit.

    (oui, oui, je sais, les amis : en Iran, on ne se permettrait pas une telle plaisanterie avec le guide suprême, et gnin-gnin-gnin, et gnin-gnin-gnin)

    RépondreSupprimer
  28. Allez y passer un hiver, déjà, ça vous donnera des goûts de j'irai revoir ma Normandie.

    "L’archipel survit en partie grâce aux subventions directes et indirectes de la métropole. Le tiers de ses actifs sont des agents de l’Etat."
    C'est bien, vous aurez de gentils camarades.

    "Nombreuses sont les associations culturelles (théâtre, chant, peinture) et sportives."
    Il n'y a pas de danse, dommage.


    "Sur le plan économique, l’élevage et l’agriculture sont ­limités : 70 ha de terres arables et un climat peu propice à la culture ne permettent pas de grandes productions. Le ravitaillement en vivres dépend des importations."
    Adieu les marchés, le jardin,les produits frais. Vive la viande de phoque bouillie, rôtie, braisée, en brochettes, en papillotes ou en hachis, et le camembert stérilisé en tube.

    "Toute l’année, de nombreuses manifestations ont lieu comme la fête des marins, la fête du cheval, le festival musical des Déferlantes atlantiques, la fête basque, la fête western, etc"
    Ouf, sauvés.

    J'ai tapé "Saint-Pierre et Miquelon ennui" dans Google, j'ai obtenu 38 900 entrées.

    RépondreSupprimer
  29. Suzanne : je vois qu'on a "tapé" les mêmes sites ! On joue avec l'idée, rien de plus... mais elle est séduisante...

    RépondreSupprimer
  30. Beau billet. Attention, Goux, vous allez finir écrivain.

    RépondreSupprimer
  31. "le dernier endroit où il FAUT être !" Il faut placarder ça sur les portails de cimetière.

    RépondreSupprimer
  32. Hé ho ! Sans lire les commentaires, avant de vous casser, n'oubliez pas que vous me devez une bière.

    RépondreSupprimer
  33. Suzanne, voyons, les hivers sont moins froids et moins enneigés qu'à Québec !
    Criticus, pourquoi pas le Saskatchewan pendant vous y êtes !

    RépondreSupprimer
  34. @ Catherine

    « Criticus, pourquoi pas le Saskatchewan pendant vous y êtes ! »

    Pourquoi pas, en effet ? C'est le grenier à blé du Canada, pas de risque d'y mourir de faim. Et puis, comme au Manitoba, il y a une communauté francophone pour Didier, qu'on appelle les « Fransaskois ».

    RépondreSupprimer
  35. Criticus, j' HA-ÏS les têtes carrées ! Et je connais aussi bien que vous la géographie du Canada...

    RépondreSupprimer
  36. Loin de moi l'idée de vous faire un cours de géographie du Canada, que je serais bien en peine de vous donner, Catherine. Mais les problèmes dont parle Didier s'appliquent également, dans une moindre mesure certes, au Québec et à l'Ontario. Alors qu'au Manitoba et en Saskatchewan, ça va...

    RépondreSupprimer
  37. Essayez aussi le Causse Méjean : 1,4 habitants au kilomètre carré !
    Bon, en juillet/août, il y a quelques touristes, mais comme ils n'empruntent que les chemins fréquentés...
    L'automne et l'hiver sont très longs, et très très calmes là-haut !
    Geneviève

    RépondreSupprimer
  38. Criticus, pour l'instant ! Et puisque je vous dis que je ne veux pas vivre au Canada anglais !
    Geneviève, voilà qui est tentant et... moins loin !

    RépondreSupprimer
  39. « Et je connais aussi bien que vous la géographie du Canada... »

    Sauf qu'on dit LA Saskatchewan et non LE...

    Et le Nunavut ? Un peu frette, mais bon, si c'est pour rester de toute façon à l'intérieur...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.