vendredi 10 juillet 2009

M. Bonnet ne voit pas le rapport

L'ami "sabre au clair" semble guetter ce qu'on peut dire de lui dans ce cloaque qu'on appelle la blogosphère. Du coup, il répond, et il répond ceci :

« C’est tout à fait exact, mais il en faut de très loin, même si je déclarais ces 7650 € en plus, pour que je ne rentre dans la catégorie des bénéficiaires du bouclier fiscal. Franchement, je ne vois absolument pas le rapport. »

Où l'on voit, d'abord que M. Bonnet écrit le français à peu près comme la plupart des journalistes : n'importe comment – les rewriters ont encore de beaux jours devant eux. Lui ne voit pas le rapport : compte tenu de la manière dont il s'exprime, moi non plus, je l'avoue. Si on tente de remettre tout cela en langage un peu moins sabre-au-clair, on croit comprendre que M. Bonnet prend sur lui, depuis dix ans, multiplie ses impôts environ par deux parce qu'il ne déduit pas ces fameux 7650 € de ses revenus : on peut y croire, c'est vous qui voyez. Personnellement, je connais tout de même un peu mes camarades folliculaires – et je pouffe sous cape.

M. Bonnet nous signale d'autre part qu'il ne rentre pas dans la catégorie des bénéficiaires du bouclier fiscal. Précision inutile : s'il en bénéficiait, il aurait fermé son claque-merde (comme pour les 7650 €). De plus, pour bénéficier du "bouclier" en question, il convient de bosser, pas seulement de tenir un blog – même sabre au clair : donc, personne n'a jamais soupçonné M. Bonnet d'entrer dans ce genre de catégorie.

Du coup, il ne voit pas le rapport. Le rapport entre qui et qui ? Quoi et quoi ? Peu importe : il ne le voit pas. En revanche, si on le laissait faire, M. Bonnet, il nous réformerait ce pays en deux coups les gros – et d'une seule main encore.

Heureusement, pour un temps encore, personne ne demande rien aux MM. Bonnet de son espèce.

14 commentaires:

  1. Tu trouves vraiment que c'est un cloaque ?

    Elles sont où ?

    RépondreSupprimer
  2. C'est le rapport Bonnet

    Ne brulez pas les paillettes

    RépondreSupprimer
  3. "C’est tout à fait exact, mais il en faut de très loin, même si je déclarais ces 7650 € en plus, pour que je ne rentre dans la catégorie des bénéficiaires du bouclier fiscal."
    Quand je lis ça, je tire mon chapeau car il me serait impossible de m'exprimer de façon aussi absconse.
    Les rewriters sont-ils bien payés au moins?

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. ah, ce coté "rentre dedans" qui vous honore cher Didier, une ambition qui vous dévore n'est-ce pas, un feu intérieur, un péché d'humilité trop fragile. Rien de grave .....

    RépondreSupprimer
  6. Disparitus : j'ai dit un cloaque, pas un claque !

    Orage : oui, c'est assez curieux, comme construction. D'un autre côté, on a tous tendance à écrire trop vite, sur les blogs...

    PRR : merci, je commençais à être inquiet...

    RépondreSupprimer
  7. Je trouve la pertinence de Goux trop violente. Il aurait pu atténuer en étant moins clair, avec des phrase un peu mal foutues, par politesse.

    RépondreSupprimer
  8. Il a l'air d'en tenir une couche. Je suis prêt à parier qu'il ne voit vraiment pas le rapport. Ces gens-là finissent par croire à leur propre propagande. A force de produire de la merde, on en arrive à s'empoisonner.

    RépondreSupprimer
  9. Pauvre type. Il n'y a pas de rapport entre le bouclier fiscal et l'abattement des journalistes. Je ne parle pas des niches fiscales, je parle du bouclier. Je ne parle pas non plus des pipiers de St Claude ni du massacre des bébés phoques ni de tout un tas d'autres sujets. Et si j'ai répondu que je ne voyais pas le rapport entre le bouclier fiscal et l'abattement des journalistes, c'est parce que vous êtes venu sur mon blog m'interpeler et je vous ai répondu chez moi, comme on répond parfois à ses commentateurs quand on est poli. Enfin, quand on écrit des billets pour commenter la réponse d'un blogueur à son propre commentaire, là, effectivement, c'est qu'on n'a rien d'autre à foutre.
    Alors puisque vous parlez de claque-merde, fort élégamment, fermez le vôtre, et cachez mieux que ça votre profonde aigreur et votre nullité abyssale.

    RépondreSupprimer
  10. Le bouclier fiscal a été mis en place pour plafonner l'impôt (donc, concrètement, pour que certaines personnes en paient MOINS). L'abattement des journalistes a été – discrètement – mis en place pour que les journalistes paient, à salaire égal, MOINS d'impôt qu'un autre salarié.

    À part ça, non, en effet, aucun rapport...

    RépondreSupprimer
  11. Quant à ma supposée aigreur, je me demande bien d'où elle sort.

    RépondreSupprimer
  12. Ah oui, je confirme : il est vraiment con.

    "Je ne parle pas des niches fiscales, je parle du bouclier."

    Journaliste, hein. Si un plombier manifestait pareille désinvolture en faisant ses soudures, il aurait la police plombière au cul.

    RépondreSupprimer
  13. Non, non, il n'est pas con, il sait parfaitement ce qu'il dit : haro sur le bouclier qui ne me concerne pas et conservons les niches fiscales dont je profite depuis toujours.

    RépondreSupprimer
  14. "De plus, pour bénéficier du "bouclier" en question, il convient de bosser, pas seulement de tenir un blog – même sabre au clair : donc, personne n'a jamais soupçonné M. Bonnet d'entrer dans ce genre de catégorie."

    bien d'accord.Il faudrait pour être rémunéré que Bonnet rédige ailleurs que sur son blog de journaliste autoproclamé.Mais ça demande par exemple d'oeuvrer un peu, de chercher des infos de premiére main et non de taper des mots clefs sur google news...

    ps:merci à trublyonne qui m'a parlé de ce billet jouissif entre deux mojitos

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.