dimanche 5 juillet 2009

La République sauvée de justesse à Valmy-Beaumont

Mais qu'ils sont donc mignons, dans leurs jolis uniformes tout chamarrés de conscience républicaine ! Comme ça leur va bien, ce rose d'émotion aux joues ! Tellement fiers ils sont, on voit bien qu'ils n'ont pas fini de raconter l'épopée à leur descendance. Et, pour commencer, de se la rappeler entre eux, demain, autour de la machine à lavasse du couloir.

– T'as fait quoi, toi hier ?
– Ben... le matin, je me suis réapproprié les berges de la Seine avec mes potes du roller club, et l'après-midi, j'ai emmené Céleste et Babarine, mes jumelles, à un spectacle de danses Mbuties, pour les ouvrir à la diversité – la routine, quoi. Et toi ?
– Moi, mon gars, j'ai fait front républicain dans le Pas-de-Calais et j'ai sauvé la patrie en danger !
– Ah, ouais, quand même ! Trop cool...

Donc, tous, de la gauche première communiante à la droite rosière, ces derniers jours, ils se sont arrimés par les bras, telles des barrières de sécurité un jour de défilé militaire, et ils ont arrêté le tsunami brun qui affichait une méchante envie de déferler sur... sur... sur Hénin-Beaumont ! Voilà. On est tellement vigilants sur le chapitre du fascisme, nous autres modernes, que désormais on te monte des fronts républicains pour sauver des trous de 25 000 habitants, où personne n'aurait l'idée de mettre les pieds – même pas Dany Boon, mais lui c'est parce qu'il est trop loin et qu'il n'avait pas de correspondance à New York.

Tiens, on va faire des comptes rapides ; comme ça, pour rire, à la louche. Sur 25 000 habitants de cette improbable commune, on enlève déjà 30 % d'étrangers qui, on se demande bien pourquoi, sont momentanément privés du droit de vote : restent 16 000 pékins, d'où il faut déduire les moins de 18 ans, les débiles profonds, les abstentionnistes chroniques, ceux qui n'étaient pas au courant parce qu'ils avaient du sommeil en retard. Il doit nous rester 6000 personnes pour être allées voter aujourd'hui. Là-dessus, environ 45 % vont avoir choisi le Front national, soit 2700 personnes. Si l'on examine les motifs de leur vote, on devrait s'apercevoir que 99 % l'ont décidé pour exprimer leur écœurement face au bandit de grand chemin socialiste qu'ils se sont coltinés toutes ces années, et leur profond découragement face à l'incurie, la mauvaise foi et la bonne conscience (elles sont mariées, ces deux-là) des autres candidats sur un certain nombre de problèmes, que ces abrutis de franchouillards moisis (avant on disait : le peuple, c'était plus court mais moins clair) ont le mauvais goût de trouver importants, voire préoccupants.

Il reste donc, à Hénin-Beaumont, 27 fascistes. La moitié de la France – dont la quasi totalité de la presse – et 500 m2 de Los Angeles, avec piscine et tennis, garage pour cinq voitures, ont donc constitué un bouleversant front républicain pour barrer la route à 27 fascistes. Et après une si éclatante démonstration de bonne santé mentale, magnifique mais épuisante ô combien, certains parmi ces patriotes que rien n'abat, les plus en vue, les plus exposés, ceux qui se sont vraiment mis en danger, t'vois, ceux-là auront encore suffisamment de courage, d'énergie et de pugnacité pour aller s'auto-congratuler en couronne chez Ruquier ou Ardisson, en faisant de grands jean-moulinets avec les bras pour bien marquer leur irremplaçable rôle de sémaphores idéologiques, de gardiens du bon goût citoyen, de ludions vertueux montant dans le tube en verre de l'avenir : c'est La Nursery guidant le Peuple, avec “Bébé à bord” sur la lunette arrière.

Les plus purs, les plus exaltés iront jusqu'à lancer une souscription pour le futur tombeau de Dany au Panthéon, mais ils ne seront pas suivis ; car, en France, voyez-vous, c'est triste à dire, on est des tièdes et des mous de la tige de jade. Ces héros se consoleront en montant une association subventionnée, un comité de vigilance antifasciste auquel ils trouveront un nom destiné à claquer au vent de l'Histoire et à inscrire leur glorieux combat parmi tous ceux du passé et ceux, encore plus nombreux, à venir.

Pour les enfants de demain, ils resteront comme Les Révoltés du Boon ch'ti.

36 commentaires:

  1. Nice shot !

    (Comme Dany Boon, je suis américain)

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Plus inquiétant, en effet, est le plébiscite pour Dany Boon.

    RépondreSupprimer
  4. Didier Goux, vive vous!
    (je n'ose pas dire que je vous aime fraternellement)

    RépondreSupprimer
  5. Didier, vous êtes mon idole.

    RépondreSupprimer
  6. Didier,

    Il y a du André Malraux en vous !

    RépondreSupprimer
  7. Le front républicain a été monté pour faire oublier que le maire pourri, la honte de la république, l'enculé du pacte social, à Hénin-Beaumon, ce n'est pas Marine le Pen, mais un socialiste.
    Cependant, je me sens soulagé à présent que le péril brun a été repoussé de nos terres. C'est génial, j'ai presque envie d'aller manifester.

    RépondreSupprimer
  8. C'est sûr, à défaut de messe, il vaut mieux passer son dimanche chez Ikéa.
    Les saines activités du dimanche !

    RépondreSupprimer
  9. Vous battez pas les filles, c'est moi qui l'ai vu la première. Il devait avoir 6 mois.

    RépondreSupprimer
  10. Hank : merci ! Venant de vous, ce comliment est ma Légion d'honeur ! (Comment ça, j'en fais trop ?)

    Commentaire supprimé : bien d'accord avec vous.

    Appas : C'est le grand boon en avant (purée, j'ai l'impression de faire du Nicolas !).

    Marine : vous pouvez...

    Èlise : charriez pas, tout de même, charriez pas !

    Nemo : André, sors de ce corps ! (Avec ton terrible cortège...)

    Paul : allons-y ensemble, alors. Et n'oublions pas nos pin's Jean-Moulin.

    Poireau : Ah ! les beaux dimanches chez Ikéa ! Ikéa est l'avenir du monde ! Même l'islam ne peut pas tenir la route, face à Ikéa !

    Catherine : éloigne-moi ces deux excitées, 'ai du travail, là !

    Pierre : je vous l'offre, si vous voulez...

    RépondreSupprimer
  11. Je vois que vous soutenez les fachos, c'est bien Monsieur Goux, continuez comme ça, vous êtes un bon lecteur de Monsieur Camus, je vous félicite.

    RépondreSupprimer
  12. Vous avez le talent de décrypter avec humour un événement pathétique.
    En effet, court-circuiter un vote sans ambiguïté part une alliance improbable (mais républicaine!) c’est une grande leçon de démocratie.

    RépondreSupprimer
  13. La république vacille toujours :

    Voici quelques semaines, une vingtaine de lycéens ont fait irruption dans une salle de classe d'un lycée de banlieue parisienne. Pendant de longues minutes, ils ont vilipendé, agressé, menacé une enseignante à cause d'articles qu'elle avait publiés dans le e-journal Riposte Laïque. Ce groupe de lycéens se réclame ouvertement du salafisme et semble très lié à l'une des mosquées locales.

    http://www.marianne2.fr/Un-prof-de-Riposte-Laique-agresse_a181443.html

    RépondreSupprimer
  14. Ca vient de tomber "Hénin-Beaumont: le futur maire agressé au gaz lacrymogène". Le feuilleton franchouille continue. Tant de fumignènes pour masquer tout le reste.

    RépondreSupprimer
  15. Il doit bien y en avoir quelques quelques-uns qui ont voté pour de nobles raisons.

    RépondreSupprimer
  16. Henri : si vous pensez qu'on peut avoir de nobles raisons de voter pour le FN, vous êtes mûr pour le cabanon ! C'est en tout cas là que vous allez finir si ça vient à se savoir dans les milieux z'autorisés.

    RépondreSupprimer
  17. Bon, je crois que je ne voterai jamais pour le FN, mais vous, je ne sais pas, car ne donnez-vous pas les nobles raisons, je vous cite "exprimer leur écoeurement face au bandit de grand chemin socialiste" "face à l'incurie" "face à la mauvaise foi et à la bonne conscience", si, sous votre plume, ce sont de mauvaises raisons,je suis d'avance terrorisé par celles que vous jugeriez bonne, et je crois dans ces conditions que nous pourrons aller tous les deux au cabanon.

    RépondreSupprimer
  18. Henri : je n'ai plus de carte d'électeur depuis 25 ans. Donc...

    En admettant que j'en prenne une, il y a une raison et une seule (et en plus, elle n'est pas très bonne) qui pourrait m'inciter à voter FN à une élection quelconque : ce serait de faire un bras d'honneur au cercle vertueux des donneurs de leçons.

    Il y a aussi que je commence à en avoir plus que marre de ce sempiternel topique qui consiste à trouver que voter pour le FN est horrible, immonde, anti-républicain, fascistoïde, alors que voter pour le NPA serait très fun, très cool, généreux, etc.

    Et, pendant qu'on y est, j'aimerais qu'on m'explique (mais avec de vraies raisons, pour changer) pourquoi un crétin professant des idées nazies ira tout droit en prison, tandis qu'un imbécile se revendiquant communiste se verra rembourser ses frais de campagne électorale. Mais, là, je pense que je peux encore attendre un bout de temps...

    RépondreSupprimer
  19. Je me garderais bien de donner les vraies raisons, je n'en ai pas la compétence, les fausses me suffisent déjà largement, il y a un humanisme dans l'idée communiste qui se préoccupe du sort des humbles, de leur accès à la connaissance, à la justice, à l'art de vivre, il n'y a pas d'humanisme dans la doctrine nazie qui privilégie la force, l'idée de nation, l'idée de caste, l'idée de race et je ne sais quoi encore.Voilà ce que je ressens. A peine ai-je dit ça, que je vais voir déferler, à juste titre d'ailleurs, les exemples sanglants des deux idéologies lorsqu'elles sont à l'oeuvre.
    J'en reste toutefois à ma façon de penser, l'idée communiste n'est pas intrinsèquement mauvaise, l'idée nazie l'est.
    Si vous me demandez s'il faudrait enfermer les nazis et les militant staliniens, je dis oui.

    RépondreSupprimer
  20. Henri, faites-vous la distinction entre nazisme, neo-nazisme, fascisme et nationalisme ?

    RépondreSupprimer
  21. Fesfury, je ne sais pas en dire plus sur ce problème et sur les distinctions que vous faites et qui du faible niveau de compétence où je me trouve, me paraissent fort subtiles. En règle générale je ne suis pas intéressé par les idéologies d'extrême droite ou d'extrême gauche,j'ai répondu comme un candide à la question qui était posée, à l'aide de mes quelques lectures, des besoins de solidarité constants et nécessaires dans toute société humaine, et des leçons de l'histoire. C'est peut-être peu mais c'est souvent aussi comme ça que se déterminent les peuples.

    RépondreSupprimer
  22. Henri je ne mets pas en doute vos compétences, mais comparer le front national et ses électeurs à des nazis me semble être un poil exagéré.

    RépondreSupprimer
  23. Fastfury, je n'ai pas traité les électeurs FN de nazis, je répondais à la question: "Pourquoi un crétin professant des idées nazis ira tout droit en prison, tandis qu'un imbécile se revendiquant communiste se verra rembourser ses frais de campagne électorale"

    RépondreSupprimer
  24. Vous avez raison de dire qu'il s'agit d'un non-évènement gonflé abusivement. Il y a tout de même un point sur lequel je ne suis pas d'accord avec vous: communisme et nazisme ne vont pas dans le même sac, je suis de l'avis d'Henri. D'autre part, pour moi les électeurs du FN ne sont pas de braves gens égarés, mais objectivement les héritiers de ces Français qui furent frappés d'indignité nationale à la fin de la guerre. Pendant longtemps, ils n'osaient plus s'afficher, puis on les a laissé reprendre du poil de la bête.

    RépondreSupprimer
  25. Il y aurait donc, à Hénin-Beaumont (mais sans doute aussi dans le reste de la France) un peu plus de 47 % de nostalgiques de Vichy et, par voie de conséquence, du nazisme.

    L'analyse est fine, pas à dire.

    RépondreSupprimer
  26. Comme vous y allez! Je ne parle pas de nostalgiques de Vichy au sens strict, d'ailleurs la plupart d'entre eux ne sauraient pas ce que cela signifie, mais de gens vivant des fantasmes vichystes.

    RépondreSupprimer
  27. Ah! Et puis, pour les 47%: la France à plat-ventre et plus ou moins collabo devait représenter sans doute un plus fort pourcentage!

    RépondreSupprimer
  28. Ah, vous me rassurez ! Si ce n'est pas "au sens strict" et que c'est juste des fantasmes, alors ça va.

    RépondreSupprimer
  29. En France d’un côté, nous avons le FN, les colons, la droite, le patronat, les royalistes, les catholiques, le pape et de l’autre les Justes …

    RépondreSupprimer
  30. Y'a de la rage dans ce billet, très drôle à lire. Merci pour cet excellent mmoment (trop rare). Là où je ne te suis pas (mais c'est pas un problème ni surtout un reproche, juste mon opinion), c'est que tu sembles justifier le vote FN par de la colère (une colère qui serait expliquée par les exactions des socialos et par les "problèmes" "actuels"). Mais à mon avis, ils savent très bien pour quelles idées ils votent. Et je ne suis pas sûr qu'il s'agisse d'un vote anti-socialo. C'est sans doute un vote anti-républicain (ce qui justifierait la montée au créneau des républicains (pseudo républicains, nous sommes d'accord). Je ne sais pas si voter FN (ou NPA, ou voter quoi que ce soit) soit le meilleur moyen de redonner sa vertu à la république, ou mieux, de la mettre à bas. Salutations.

    RépondreSupprimer
  31. Les habitants de Hénin Beaumont et d'ailleurs veulent du travail, un salaire décent, mais est-ce en VOTANT qu'ils l'obtiendront ?
    La question n'est pas, au fond, de voter FN ou autres (ils sont aussi truands les uns que les autres), mais de croire encore qu'en votant, ça change quoi que ce soit. Ca n'a jamais été le cas.

    RépondreSupprimer
  32. Alors il leur reste quoi, aux "habitants de Hénin Beaumont et d'ailleurs"? Quand on vote, on a l'illusion de pouvoir influer sur le cours des choses. Supprimer cet espoir revient à pousser les braves gens à la révolte. La rue et les grèves plutôt que la politique?

    RépondreSupprimer
  33. @ Marine

    Je n'ai aucun conseil à donner aux gens de Henin Beaumont, en effet, et ce n'était pas mon intention.
    C'est plutôt à titre personnel que je me faisais cette réflexion.
    Ayant voté, à plusieurs reprises par le passé (sans effet), ayant défilé, manifesté (sans plus d'effet), je me dis finalement que l'espoir n'est pas forcément une bonne chose.
    Et que le moment que j'attends est peut-être celui où je ne serai plus trompé par cet espoir, qui m'a souvent empêché d'agir.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.