vendredi 17 juillet 2009

Ma rose mon giroflier...

Il devient urgent de se réfugier à Saint-Pierre-et-Miquelon. Ce n'est pas entièrement une plaisanterie. L'Europe s'écroule, la France avec, la France d'abord. Dans vingt ans, vos enfants (surtout si vous avez bêtement fait des filles) seront de semi-esclaves. Autour de vous sont des gens qui savent ce qu'ils veulent, de plus en plus nombreux – et ils ont absolument raison : vous leur donnez raison, chaque jour que Dieu fait.

Vous mourrez à quatre pattes, ou à plat ventre, aspergés par l'eau bénite laïque des mollahsonnes du type Céleste, qui vous haïssent parce qu'elles n'osent pas se haïr elles-mêmes, parce que les psychanalystes leur ont forgé cet égoïsme invraisemblable qui leur permet de vivre encore un peu. Vous êtes de terrifiants bisounours, qui ne voyez pas le monde que vous allez léguer à vos enfants – vos décervelés d'enfants.

Déjà aujourd'hui, vos filles, blondes ou même brunes, ne peuvent plus aller promener leurs petits culs dans la plupart des banlieues. Vous faites semblant de ne rien voir. Autistes. Elles vous en voudront, un jour ; elles se demanderont pourquoi vous ne les avez pas mieux défendues contre ces babouins agressifs. Vous leur direz quoi ? Comment vous justifierez-vous ? Et comment résisterez-vous à cette pulsion meurtrière qui vous saisira, lorsque cette même fille reviendra chez vous, le visage en sang et le corps dévasté ? Vous lui direz quoi ? Vous lui direz quoi ? Que c'est mal d'être raciste ? Oui, c'est vrai, c'est mal d'être raciste. Et ensuite ? Vous lui expliquerez comment, ce renoncement inexplicable à être vous-même ? Face à cette douleur incommunicable, vous lui prêcherez quelle tolérance ? Quelle solidarité ? Quelle vertu citoyenne ?

Pensez-y, mes frères, mes jeunes frères : aujourd'hui même, des pans entiers de ce pays sont interdits à votre fille (et aussi à votre fils). Il va devenir urgent de redevenir violent, cruel et injuste. Plus le temps passe et plus le sang sera abondant – et c'est vous (ou plutôt vos fils : vous êtes trop endormis) qui le feront couler. La faute en retombera sur cette génération de merde qui est la mienne : nous serons la honte de ce pays, ou bien sa fin.

67 commentaires:

  1. Et si ça se trouve, d'ici là, avec la fonte des pôles, Saint-Pierre-et-Miquelon aura été submergé par les flots...

    RépondreSupprimer
  2. waouhouwahouuwahouuu...

    (Sinon faut se méfier des communistes aussi, paraît qu'ils mangent les enfants)

    RépondreSupprimer
  3. And the sign said the words of the prophets are written on the subway walls, and tenement halls... »

    (Simon & Garfunkel, Sound of Silence)

    ... and Didier Goux... ;)

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Vous faites dans la science-fiction, maintenant, Didier ?... (enfin, j'espère...)

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup : « parce que les psychanalystes leur ont forgé cet égoïsme invraisemblable qui leur permet de vivre encore un peu. »
    C'est tellement vrai ! Mais c'est pas du Houellebecq, un peu, sur les bords ?...

    RépondreSupprimer
  7. - Dans la - proche - banlieue où je travaille, je croise régulièrement des femmes vêtues tout de noir, coiffées de noir, parfois gantées, parfois non, un seul espace sur leur masque, pour les yeux. Elles sont généralement accompagnées de deux enfants et poussent une poussette.
    Le voile "normal" y est monnaie courante.

    - Les brasseries y proposent toutes du couscous les jeudi et vendredi. On n'y voit jamais de femme seule ou attendant quelqu'un.

    - Ma collègue méprise les "blédards" , n'a jamais de mots assez durs pour les "rebeus" et leur machisme, mais n'envisage pas épouser quelqu'un d'autre qu'un "rebeu". Elle est d'ailleurs "rebeu" elle-même, et se reproche de n'être pas assez tournée vers sa religion.
    Jamais elle ne s'aventurerait dans une de ces brasseries toute seule, en tout cas.

    - La grand-mère de mon ex-petite amie croyait que Hallal était le nom d'une chaîne de bouchers franchisés. Elle n'en trouvait pas d'autres dans son quartier.

    RépondreSupprimer
  8. "Il va devenir urgent de redevenir violent, cruel et injuste."

    Voilà ce que l'islam et l'africanisation auront fait de nous.

    Et encore : ça, c'est dans le meilleur des cas.

    RépondreSupprimer
  9. Je crois que votre boule de cristal déconne un peu.

    RépondreSupprimer
  10. Ce sont toujours les pères qui envoient les fils à la guerre.

    RépondreSupprimer
  11. Ce sont habituellement les pères qui envoient les fils à la guerre.

    Mais ce ne sera pas le cas cette fois-ci.

    Voyez ce qu'en pense un fils :

    http://www.chezxyr.com/2009/06/my-generation.html

    RépondreSupprimer
  12. Vous vous répétez cher Didier...

    RépondreSupprimer
  13. Didier, je viens de lire le présent billet(et ses commentaires) après avoir lu le précédent (et ses commentaires). Eh bien, j'ignorais qu'autant de lecteurs prenaient tous vos écrits au premier degré... Bref, vous n'avez pas fini de les décevoir...

    (Je vous fais évidemment confiance pour ne pas prendre le présent commentaire au premier degré)

    RépondreSupprimer
  14. Le seul truc vrai là dedans, c'est le couplet sur la psychanalyse, on se sent bien seul à détester cette escroquerie géante. Merci de m'accompagner...

    Pour le reste, bon, je vais pas me répéter à mon tour, et puis là, Audine vient de provoquer en moi des images de vous déguisé en nécromancienne...

    RépondreSupprimer
  15. Par Allah quel pessimisme !

    Belle journée quand même...

    RépondreSupprimer
  16. « Vous faites semblant de ne rien voir. Autistes. »

    Euh... Parce que les autistes, les vrais, comme celui que nous avons à la maison, voient TOUT, jusque dans les moindres détails, et sont assurément incapables de faire semblant. Ceci en toute amitié, et avant que ma femme, mère dudit enfant, ne vous assassine pour crime de lèse-autiste... même si je vous défends, comprenant bien que vous ne vous moquez pas des autistes et que vous faites de ce terme une utilisation familière, comme moi quand je traite de mongol un imbécile implacable (pas d'exemple sur ce blog, à mon grand regret), sans avoir un seul instant l'intention de me moquer de... euh, ces braves gens (les mongols, les vrais, les purs et durs, avec leur tête de crevette avariée) !

    — Ygor, mon petit, au rapport !
    — Quoi ? Qu'ai-je fait ou dit encore ?
    — Des insanités !
    — Parce que je me suis moqué des crevettes ?

    RépondreSupprimer
  17. Très bon billet, Didier, qui se vérifie chaque jour, même à l'hôpital... Cela dit, je vois mal N. (nom de code Albertine) devenir semi-esclave. L'esclavagiste risque fort de se les bouffer...

    RépondreSupprimer
  18. Sans compter que les musulmans devront se lever de bonne heure s'ils veulent imposer à nos Chinois l'interdiction de manger du porc.

    (merde ! Je me demande si ça ne serait pas de l'humour de droite, ça)

    RépondreSupprimer
  19. n'importe quoi! moi je fais confiance au vivre ensemble. nous sommes tous frères, quoi merde! non?

    RépondreSupprimer
  20. Pour notre fin dernière, il y a quelque chose de plus redoutable encore que l'islamisme, c'est le cholestérol!

    RépondreSupprimer
  21. Chieuvrou : vous dites ça pour me faire de la peine, je le sens bien !

    Nefisa : tu peux sourire, charmante Elvire...

    Criticus : et en plus, vous m'obligez à lire de l'anglais ! (Belle chanson, néanmoins.)

    Pascal : je ne crois pas, malheureusement. Pour Houellebecq, vous avez raison : il dit des choses fort réjouissantes sur les femmes passées entre les griffes des analystes.

    Testonicque : vous aussi, vous voyez les choses qu'il ne faut pas voir ? On se croirait dans ce film de Carpenter (je crois que c'est de Carpenter) où des lunettes "magiques" permettent de voir la nouvelle réalité.

    Marchenoir : dans le meilleur des cas... qui ne sera pas réjouissant pour autant.

    Audine : on verra bien, ça ne devrait pas être très long. Cela dit, j'espère qu'elle déconne...

    Zoridae : mais c'est que la réalité s'obstine, que voulez-vous.

    Christophe : et vous prenez tout ça à quel degré, vous ?

    Dorham : j'avoue que l'image de moi-même en Madame Irma me plaît bien...

    Juliette : il y a des soirs, comme ça, oui.

    Yanka : ça va de soi, bien sûr. D'ailleurs, on ne dit pas Mongols (habitants de la Mongolie) mais mongoliens. Et toc !

    Pluton : cette génération sera peut-être moins avachis que nous ne le sommes nous-mêmes, c'est à espérer.

    Chieuvrou : Les Chinois risquent d'être plus coriaces à avaler, en effet.

    Hoplite : et si on faisait confiance au vivre-tout-seul, pour changer ?

    RépondreSupprimer
  22. Henri : sauf que, contre le cholestérol, il y a des traitements (j'en sais quelque chose).

    RépondreSupprimer
  23. Le lien donné par Robert Marchenoir : excellent billet, qui entre en résonance forte avec celui-ci.

    RépondreSupprimer
  24. @Marchenoir : Dites, Robert. Je me sens pas à l'aise sur le site de votre ami chezxyr (un nostalgique d'un IIIe Reich qu'il n'a pas connu, ceci expliquant en partie cela). /L'extrait d'Arte a un mérite : celui de montrer que l'agression n'a pas de couleur de peau. / La défense de soi est légitime, par la risposte aussi bien que par la fuite.

    RépondreSupprimer
  25. Il y a un traitement contre l'Islam, l'autre jour sur un papier identique à celui-ci (ils se ressemblent bigrement ces derniers temps) un de vos sectateurs que vous approuvâtes, avait trouvé une solution, faire signer un papier d'obédience à la république à tous les musulmans et d'expulser les réfractaires. D'accord, c'est un peu plus brutal que le Crestor ou le Taor, mais vous évoluez vers le radicalisme, alors...

    RépondreSupprimer
  26. Hahaha, Appas, vous ne vous sentez pas à l'aise chez Xyr ?... Sans blague ?... Bienvenue dans le réel, mon vieux.

    Xyr vous donne l'impression de se sentir à l'aise, lui ? Les millions de Britanniques qui doivent subir tous les jours le terrorisme des racailles décrit dans le filmounet d'Arte (fiction qui reflète fidèlement la réalité) vous donnent l'impression d'être à l'aise ?

    Quant à votre gros morceau de politiquement correct qui conssite à dire que "le film d'Arte a un mérite, celui de montrer que l'agression n'a pas de couleur de peau", vous jugez les oeuvres de fiction en fonction du fait qu'elles confirment ou non votre idéologie politique, vous ?

    Ca vous rassurerait, de vous faire casser la gueule uniquement par des Blancs ?

    Il se trouve qu'en Angleterre, les racailles qui tiennent les murs et agressent les gens dans la rue comportent une proportion notable de Blancs, en effet.

    Maintenant, je vous trouve bien imprudent de prétendre déduire des statistiques ethniques d'une oeuvre de fiction.

    Les statistiques ethniques dont on dispose, officielles ou non, en Angleterre, en France ou dans de multiples pays d'Europe, montrent sans aucun doute possible que l'agression a bel et bien une couleur de peau, et que celle-ci est foncée.

    Sans parler des témoignages. Vous connaissez beaucoup de gens qui se sont fait agresser par une bande de Blancs dans un métro ou une Fête de la musique ?

    Tenez, regardez ici. C'est pas une oeuvre de fiction, ça, c'est la réalité. Et celle-là est difficile à dissimuler :

    http://193.252.228.130/personnes1.asp?T=R

    RépondreSupprimer
  27. bel article.

    " il va devenir urgent de redevenir violent, cruel et injuste. "

    je pense que tout le discours humaniste volera naturellement en éclat quand "nos enfants" comprendront que c'est la soumission totale qui les attend, physique et intellectuelle, avec la bénédiction de l'Etat qui ne pense qu'à sa propre survie.

    RépondreSupprimer
  28. @ Appas : permettez que je vous nomme porte-parole de moi-même.

    @ Didier Goux : si vous m'aviez questionné hier soir, j'aurais répondu 12 degrés 5.

    RépondreSupprimer
  29. "Il va devenir urgent de redevenir violent, cruel et injuste."

    Cette phrase fait écho à une autre. Il y a exactement un an maintenant, l'auteur d'un blog européen islamo-vigilant parmi les plus sérieux, qui a consacré plusieurs années de sa vie à étudier l'islam et à dénoncer ses dangers, m'écrivait ceci:

    "Pour moi, l’affaire est classée: l’Europe sera musulmane, c’est-à-dire chaotique, médiocre et violente, d’ici quelques décennies et le mieux que j’aie à faire est d’en protéger mes enfants."

    Le lendemain, cet homme annonçait la fermeture de son blog, qu'il jugeait désormais inutile.

    Si l'Europe a encore une chance de survivre, ce sera grâce à des gens comme Xyr (moyenne d'âge : 23 ans, à la louche). Et aux vieux cons réacs qui les soutiendront par tous les moyens.

    RépondreSupprimer
  30. Et qu'est-ce qu'il est devenu votre bonhomme, Marchenoir: déchiqueté par les musulmans?

    RépondreSupprimer
  31. Henri : la chute de l'empire romain a pris plusieurs siècles, et seule une infime minorité de chrétiens ont été déchiquetés par les lions.

    J'aurais été romain à l'époque, cela ne m'aurait pas spécialement fourni motif à faire le malin.

    Sinon, pour répondre à ce que je crois comprendre de votre interrogation, oui, il ne manque pas d'Occidentaux déchiquetés par les musulmans, récemment : Theo van Gogh, Daniel Pearl, Sébastien Sellam...

    RépondreSupprimer
  32. @ Henri : I like your style.

    @ Robert Marchenoir : vous avez l'air tout énervé. Pas de vacances en vue ?

    RépondreSupprimer
  33. Chr. Borhen : ce que vous appelez énervement était, jadis, l'état normal d'une population en bonne santé, luttant pour sa survie. Il est symptomatique que vous pensiez pouvoir "soigner" une invasion étrangère par un départ en vacances.

    Ne faites pas trop le malin, cependant. Un jour, vous implorerez peut-être la protection de beaucoup plus énervés que moi, simplement pour rester en vie.

    C'est déjà le cas au Danemark, où une partie notable de la population approuve le "manifeste des chacals", écrit par le chef des Hell's Angels.

    Ce dernier est un meurtrier, condamné comme tel. Les Hell's Angels danois sont des voyous motocyclistes organisés en bande.

    Ils ont aussi résolu de lutter par la violence contre les exactions des immigrés musulmans envers la population indigène. Ceux qu'ils appellent les "chacals", ce sont les racailles musulmanes.

    Ils constituent désormais l'un des derniers recours des Danois qui veulent simlement vivre en paix, abandonnés qu'ils sont par leur police, comme c'est le cas dans tous les pays européens.

    Un homme politique du centre a reconnu que le chef des Hell's Angels, s'il le voulait, pourrait se faire élire comme député.

    Je répète qu'il s'agit d'un meurtrier.

    Le "manifeste des chacals" est un texte politique, de bon niveau intellectuel, et ne dit rien que de très raisonnable.

    Vous ne semblez pas avoir pris la mesure de ce qui est en train de se passer.

    RépondreSupprimer
  34. «Il va devenir urgent de redevenir violent, cruel et injuste.»
    Tout ce qu'est le camp d'en face, en somme.

    RépondreSupprimer
  35. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  36. Chr. Bohren, je crois qu'on est tombé en plein sur un nid d'humanistes hors pair: chacals, racaille, etc. on sent une fraternité spontanée sur ce site...

    RépondreSupprimer
  37. Bien vu, Henri, je ne suis pas un "humaniste" : je me contente d'être un homme. C'est plus difficile.

    Quant à la fraternité, parlez-en à vos amies : que mesdemoiselles les racailles commencent.

    RépondreSupprimer
  38. Votre note, cher Didier, conforte, sans que j'en retire un quelconque plaisir, ce que je ressens jour après jour, et qui me fait encourager mes enfants à quitter ce pays...
    "Je suis triste parce que je vois mourir la race blanche. ..." avait déjà écrit Paul Morand en son temps.
    Nous y sommes...
    lenonce

    RépondreSupprimer
  39. Voir mourir la race (?) blanche est quelque chose, le nonce, que l'on doit dire au bas mot depuis deux ou trois mille ans, donc on a le temps.
    Ce que disait Morand était plus la crainte de la disparition de sa caste de nantis méprisants que de celle des petits blancs sur lesquels il s'asseyait majestueusement.

    RépondreSupprimer
  40. "violent, cruel et injuste"

    déterminé eut été suffisant non ?

    Personnellement, il me serait violent, cruel et injuste de vous voir partir à S.P.E.M.

    RépondreSupprimer
  41. @ Robert Marchenoir : sans doute connaissez-vous ce mot du grand Céline : "Les révolutions ont toujours lieu dans les idées, souvent lieu dans les rues, jamais lieu dans les assiettes."
    Ce qui, avouons-le, pour celles et ceux qui préfèrent la soupe plutôt que le sang, n'est pas une très bonne nouvelle.
    Dès lors, fort de ce théorème célinien, j'accepte volontiers votre "reproche" : ne pas avoir pris la mesure de ce qui est en train de se passer.

    RépondreSupprimer
  42. « Ce que disait Morand était plus la crainte de la disparition de sa caste de nantis méprisants (...) »
    Quoique fils de petit blanc et petit blanc moi-même, je regrette la disparition de sa caste.
    Elle a été remplacée par une caste non moins nantie et non moins méprisante mais infiniment plus bête. Pas sûr qu'on y ait gagné au change.

    RépondreSupprimer
  43. Bon, on prend ses marques : vive Robert Marchenoir, Xyr bien sûr, Criticus, Suzanne, Catherine et Didier.
    Par contre incompréhension au sujet de Mohren, Pascal (l'angélisme parfois bloque l'objectivité), Appas, et même Nefisa ?
    Voilà il me semble que les tropismes se marquent mieux après un billet percutant.
    Bien d'autres encore, mais comme les réflexions émises varient selon certains critères (plus ou moins personnels et souvent obscurs) on a du mal à y voir clair.
    Signé :une groupie sans plus.

    RépondreSupprimer
  44. Nan Emma, ne vous méprenez pas, moi comme d'hab' je m'en bats les couilles que je n'ai pas.

    C'est le ton alarmiste très américain période guerre froide du billet de tonton qui me fait hurler de rire.
    Et maintenant je me demande si je suis l'Elvire de Don Juan ou si je dois me mettre à déclamer du Racine...

    RépondreSupprimer
  45. Ah ! Anna Emma ! Moi angélique ! Marquis des Anges ? Cela me fait du bien, d'entendre cela !

    RépondreSupprimer
  46. Elle a du caractère, la nièce au Didier ! Et la photo est magnifique.

    RépondreSupprimer
  47. @ Henri: votre interprétation de la pensée de Morand, dans son désir d' exonérer un auteur de pensées déviantes, me semble erronée.
    Morand est un raciste au sens strict du terme: il fait une différence entre les races sans forcément introduire de hiérarchie ... même si on comprend bien où va sa préférence!
    D'ailleurs quand Jacques Rivière lui demande lors de cet interview, pourquoi il préfère la race blanche, il répond tout naturellement: "parce que c'est la mienne." Ce genre d'appréciation est désormais interdit dans notre société...
    lenonce

    RépondreSupprimer
  48. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  49. Une petite question naïve avant de se mettre au lit : est-ce que, parmi les représentants de cette race blanche à la fin de laquelle il prétendait assister, ce bon Paul Morand daignait faire figurer les Juifs* ?

    On pourrait en effet conclure, à la lecture croisée de certains des commentaires qui précèdent**, que les meurtres de Daniel Pearl ou de Sébastien Sellam, en tant qu'ils furent commis par des musulmans, auraient pu émouvoir le vieil écrivain vichyste (pour peu, bien sûr, qu'il mourût à un âge jeannecalmentesque et non à 88 ans). Or, est-ce bien sûr ?

    *Juifs éthiopiens exceptés, naturellement. Ne poussons pas non plus le vice trop loin.
    **Procédé qui, je vous le concède, manque un peu de rigueur, mais bon, je n'ai pas non plus signé de charte de déontologie.

    RépondreSupprimer
  50. http://biendegagederrierelesoreilles.blogspot.com/2009/07/normal-0-21-jai-trente-ans-je-vis-en.html

    Nouveaux venus dans la "sphère"... à bientôt.

    RépondreSupprimer
  51. Testonicque:
    chacun ses goûts, je vous reconnais le droit d'aimer les castes méprisantes celles d'aujourd'hui ou celles d'hier.
    Le nonce:
    loin de moi l'idée de vouloir défendre Morand (je n'en ai pas le gout et il n'a pas besoin de moi),je n'ai pas non plus envie de l'accuser, je m'en tape et l'histoire s'en est déjà chargé.C'est une excellent écrivain que j'admire (pour sa littérature et seulement pour sa littérature) mais c'est un Nostradamus au petit pied, il s'est toujours trompé: il avait prévu la victoire de l'Allemagne,il avait prédit que les Soviétiques arriveraient jusqu'à Paris, que l'Europe ne se ferait jamais, bref c'est un voyant aveugle, alors son histoire de race blanche en disparition c'est de la roupie de sansonnet.

    RépondreSupprimer
  52. Alors là, il faudrait que l'on m'explique : vous distinguez plusieurs races humaines ? Je croyais qu'il n'y avait qu'une seule et unique race humaine, celle descendant de l'Homo Sapiens.

    RépondreSupprimer
  53. Bon, Tinou, on recommence depuis le début : il y a une seule espèce humaine (l'homme), divisée en plusieurs races (les Noirs, les Blancs, etc).

    C'est comme les chiens. Il y a l'espèce canine, divisée en plusieurs races : l'épagneul breton, le berger allemand, etc.

    Le propre d'une espèce est que tous ses membres sont fertiles entre eux : un Saint-Bernard peut monter sur un Yorkshire, et ça donnera un bâtard. (Oui, bon, là je prends un exemple extrême pour caricaturer : disons que les accouplements inter-raciaux ne sont pas, en général, caractérisés par des différences de taille aussi énormes, mais vous voyez l'idée).

    C'est pareil pour les hommes : un Blanc peut faire zigouigoui avec une Noire, ça donnera un petit métis.

    Les membres d'une race se ressemblent entre eux, et tendent à se reproduire et à vivre entre eux. Même si la possibilité biologique d'accouplements inter-raciaux existe, et se rencontre dans la réalité. Mais elle reste marginale. (Sinon, les races n'existeraient pas, eh, banane...) C'est le cas chez les animaux comme chez les hommes.

    Voilà. C'est tout simple. Ca fait quelques millénaires que tout le monde sait ça. D'autres questions ?

    RépondreSupprimer
  54. Non, pas d'autres questions. Votre réponse se suffit amplement à elle-même !

    RépondreSupprimer
  55. @Henri : Je ne suis pas sûr que nous nous soyons compris.
    Ce n'est pas la caste à laquelle Morand appartenait que j'aime, mais bien plutôt ce qu'elle cultivait et transmettait. Et j'aime aussi ce qui était cultivé et transmis dans des castes beaucoup moins nanties (mais tout aussi méprisantes, d'ailleurs. C'est peut-être le propre des castes).

    RépondreSupprimer
  56. Affiches placardées dans Paris, août 1893.
    " Citoyens, nous sommes envahis par l'étranger. Le peu de travail qu'il y a est fait par les étrangers allemands, italiens, belges, etc. Pendant que nous sommes astreints à toutes les charges des impôts du fisc et de l'impôt du sang, nous croupissons dans la misère, eux sont exemptés de tout et ratissent notre argent pour enrichir leur patrie.(...) Allons, camarades, suivons l'exemple de nos frères d'Aiguesmortes et de Nancy et chassons l'étranger. Montrons que c'est du sang français qui coule dans nos veines. Vive la France ! À bas les étrangers !" (Michel-Louis Rouquette, "La chasse à l'immigré", 1997)

    RépondreSupprimer
  57. Oui, bien vu, Appas, comme quoi la bande à Marchenoir & Co est d'un incroyable archaïsme dans sa chasse à l'étranger quand il ne se vautre pas dans l'ignominie en comparant les hommes à l'espèce canine, ouah, ouah, mon nonoss Marchenoir....

    RépondreSupprimer
  58. Mais l'affiche citée par Appas ne dit que des choses très raisonnables. Merci de l'avoir citée, Appas. Il est toujours utile de se référer à l'histoire.

    Henri, nous attendons la révélation de vos récentes découvertes biologiques qui, sans nul doute, d'après votre dernier commentaire, vont nous apprendre des choses sensationnelles en démentant ce que je viens d'écrire sur les races.

    Henri, futur prix Nobel ?

    RépondreSupprimer
  59. Non, là c'est bon, j'ai mon compte, Marchenoir, je rentre dans ma niche!

    RépondreSupprimer
  60. Je vous en prie, Henri. Si un jour vous retrouvez votre thèse de biologie, n'hésitez pas.

    RépondreSupprimer
  61. Appas : la phraséologie du texte que vous nous proposez (Citoyens, camarades...) semble prouver qu'il émane de la gauche. Ce qui ne m'étonne guère : dans les années 70, le PCF (rendons-lui au moins cette justice) a été le premier parti à comprendre quel danger les immigrés (bien à leur corps défendant d'ailleurs) faisaient peser sur les ouvriers français, sur ce qu'on appelait encore, mais plus pour très longtemps, le prolétariat.

    La technique des patrons mondialisés est désormais bien au point : on délocalise tout ce qu'on peut et, ce qui n'est pas délocalisable, on le fait faire par des immigrés, si possible clandestins (encore moins chers).

    RépondreSupprimer
  62. "Je me sens pas à l'aise sur le site de votre ami chezxyr (un nostalgique d'un IIIe Reich qu'il n'a pas connu, ceci expliquant en partie cela)."

    C'est un peu plus compliqué que cela. En fait, c'est même beaucoup, beaucoup plus compliqué. Mais bon.

    RépondreSupprimer
  63. Très beau texte, cher Didier, mais ce n'est pas le moment d'abandonner le terrain à l'envahisseur.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.