samedi 7 mars 2009

8 mars, journée de la pipe (bien culottée)

Contrairement à ce qu'un vain peuple pourrait s'imaginer, à la suite d'un examen superficiel, le titre choisi n'est pas du tout une gaminerie provocatrice. Si je me suis remis à la pipe depuis une semaine, c'est moins dans le but d'augmenter mon pouvoir d'achat en diversifiant mes activités professionnelles (tout journaliste est plus ou moins une pute, et souvent encartée), que pour tenter de moins fumer. Comme je suis, on le sait, un incorrigible snob, j'ai élu un tabac danois portant le doux nom de Black and Bourbon – dans quoi on pourra voir la double preuve de mon alcoolisme et de mon antiracisme militant –, fabriqué en Allemagne et que je commande directement en Angleterre : ça classe un max.

Mais ce n'est pas de cela qu'il s'agit. Hier soir, affalés tous deux devant la télé, je m'ouvre à l'Irremplaçable d'un problème qui me taraude : l'une de mes pipes préférées a un culot tellement épais que, bientôt, je ne pourrai plus y glisser le moindre brin de tabac. Or, j'ignore absolument comment on s'y prend pour déculotter une pipe. Et j'expose mon problème en ces termes lapidaires : – J'irais bien voir sur Internet, mais si je tape "pipe" dans Google, je vais me retrouver envahi par des pubs de boules. Catherine : – Essaie d'affiner la recherche... Tape par exemple "déculottage de pipe". Moi (abasourdi) : – Tu veux que je tape "déculottage" et "pipe" dans la même recherche ? Mais c'est devant notre portail, qu'on va les retrouver, les vendeurs de gods et les fourgueurs de viagra ! Sans compter toutes les putes en demi-soldes de Haute-Normandie, les étudiantes en peine de fin de mois, les féministes déviantes, etc. Tu es folle, ma pauvre fille ! Elle : – Ta gueule, je regarde le film...

Heureusement, j'ai fini, juste avant de pondre ce navrant poulet, par trouver l'idée : j'ai tapé "fumeur de pipe". Non seulement j'ai déniché la superbe photo qui me sert d'illustration, mais je suis aussi tombé sur un site entièrement dédié à cette noble confrérie des suçoteurs de bouffardes. Comme il est trop tard pour l'aller explorer ce soir, j'y consacrerai ma journée de demain. Ce qui justifie pleinement mon titre, n'en déplaise aux ayatollettes festives qui vont sans doute se répandre demain dans toutes les rues de France en braillant des chansons idiotes.

C'est égal : on aurait renommé la fellation blow job, comme tout le monde, j'aurais eu moins de problème de déculottage.

12 commentaires:

  1. ah ! Je vois que vous parlez couramment l'anglais.

    RépondreSupprimer
  2. Bon sang, vous ne savez pas vous procurer un cure-pipe ? À défaut, un canif fera l'affaire.

    RépondreSupprimer
  3. Yanka, j'ai un cure-pipe ! Mais, là, c'est tellement épais que j'ai du mal. Et je me demandais s'il n'y avait pas une méthode miracle (Kärcher, acide sulfurique, cyprine, etc.).

    De toute façon, le seul but était de placer le titre, alors...

    RépondreSupprimer
  4. Est-ce que par hasard, anticipant la journée de demain vu que c'est une histoire pleine de filles à marier, Catherine aurait été en train de regarder Sense and sensibility (me too je parle anglais) d'après la merveilleuse Jane Austen ?
    Auquel cas sa remarque était très justifiée.
    Un régal, même quand on connait la fin.
    Et la pipe là dedans ?
    Rien.
    (non ,vous ne me ferez pas dire pas la queue d'une, non !)

    RépondreSupprimer
  5. le Père des Castors.7 mars 2009 à 20:59

    Ma mère ne devait pas être assez culottée,c'est sans doute pas par hasard qu'un 8 mars mon brave père cassait sa pipe. Respect donc...

    RépondreSupprimer
  6. Mère Castor, je n'ai évidemment pas dit à Didier de se taire (mission impossible). Et je ne regardais pas Sense and sensibility parce que ça ne passait pas en VO. Dommage. Je suis bien contente que vous aimiez Jane Austen aussi.

    RépondreSupprimer
  7. Père Castor : tirer sa révérence le jour des femmes, c'est d'une belle élégance, je trouve...

    RépondreSupprimer
  8. Blow job ? Ah non. "Nom d'un blow job !" est ridicule. Et puis on ne pourrait plus chanter "la pipe en terre" de la même façon...

    RépondreSupprimer
  9. Sans parler des pipières de Saint-Claude, qui devraient se reconvertir en blow-jobeuses... Ou, pis : en blow-jobardes.

    RépondreSupprimer
  10. Le problème de la pipe, c'est qu'à la longue, ça fait tousser…
    :-)

    RépondreSupprimer
  11. A lire :

    http://www.fumeursdepipe.net/trucsastuces.htm

    Trouvé sous Google avec les mots clés "déculottage pipe" ^_^

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.