lundi 9 mars 2009

De quoi Didier Goux est-il le nom ?

Et finalement c'est vrai. Le lisant noir sur blanc, j'ai bien dû me rendre à l'évidence : je suis une chimère ; un rêve ou un cauchemar ; une idée d'homme – je n'existe pas. Les boutonneux et les décolorées en blouse blanche doivent bien rire de leur potacherie algorithmique : dans leurs rutilants laboratoires, où l'on concasse le futur pour le rendre assimilable par l'organisme humain, encore absurdement attaché aux gros morceaux durs de passé, ils ont réussi à configurer une plate URL en cette silhouette pataude et ricanante, que les plus anciens indigènes de la banlieue sud disent avoir vu passer parfois dans leurs rues, et même stationner dans leurs débits de boissons, du temps de leur jeunesse. Moi-même, l'alcool a réussi quelquefois à me faire croire en une existence tangible, charnelle et précaire ; j'aurais bien juré que les os craquaient, vers le soir, que la viande se divisait contre elle-même – je crois avoir été contraint, deux ou trois fois, de m'absenter pour pisser, c'est dire. Mais c'est que mes petits démiurges n'avaient négligé aucun détail réaliste pour établir leur supercherie au visage du monde. Ils m'avaient programmé des dégoûts et des colères, des appétits, des borborygmes, des attendrissements, des tristesses et un peu d'envie – aussi quelques érections intempestives. Ils ne reculèrent devant rien, même l'illusion de la terre ferme sous mes pieds ils y ont pensé : comment aurais-je pu mette en doute, dans ces conditions ? Avec tout le reste m'était venue la crédulité, forcément ; et elle a fait son oeuvre. La seule chose dont il ne sont pas parvenus à me doter, c'est la parole, vivante et sonore. C'est pourquoi l'un d'eux – je le revois encore – a eu l'idée de ce clavier au bout de mes doigts, tout est devenu clair et sans conséquence palpable. Je pouvais désormais frapper, piller, massacrer, tuer même, dès le lendemain matin l'écran était de nouveau propre et lumineux, la vie repartait da capo. J'étais devenu le seul homme vraiment libre et infantile, je riais d'aise en découvrant ma merveilleuse inutilité. À force de m'entendre rire, ils ont fini par prendre peur, mes créateurs – les Opaques. Il était temps de faire cesser cette comédie et de rendre le contrôle aux véritables hommes ; de révéler mon imposture – car ils n'ont pas hésité à appeler leur forfait ainsi : mon imposture. Mais quand ils sont entrés dans le simulacre de bureau où j'étais enfermé, c'était trop tard. Bien en boule entre mes deux balises, j'avais disparu au coeur d'un interminable code html qu'aucun d'entre eux n'était déjà plus capable de déchiffrer. Inexistant mais éternellement vivant – prêt à nuire.

70 commentaires:

  1. Et si vous vous échappiez du script?

    RépondreSupprimer
  2. Je vais faire appel à Nef, la spécialiste des codes HTLM, pour te retrouver. Si tu crois m'échapper... gnark, gnark, gnark...

    RépondreSupprimer
  3. Attention la schizophrénie vous guette.

    http://img49.xooimage.com/files/d/9/5/psychose-8a8194.jpg

    RépondreSupprimer
  4. Et les chimères adorent boire de " la Croix- Chabrières" , c'est bien connu..!!
    (Smiley smiley)

    RépondreSupprimer
  5. Savoir que Didier Goux n'existe pas à un côté soulageant.

    RépondreSupprimer
  6. De l'imaginaire à la réalité, c'est une naissance en soi !

    RépondreSupprimer
  7. C'est moi où vous êtes un peu mégalo quand même ?!! :)

    RépondreSupprimer
  8. Mais qui donc s'est assis un jour de décembre dans la cuisine de Mère Castor ? Une image en 3D ?
    Le progrès n'en finit pas de m'étonner.
    Mère Castor, amatrice de marionnettes, d'illusions et de fariboles.
    A la suite deux billets excellents, c'est le printemps.

    RépondreSupprimer
  9. Je ne peux répondre à personne, hélas : je suis coincé dans mon code html...

    RépondreSupprimer
  10. Vous pouvez nous chanter un air de Cosi Fan Tutte pour voir ?

    RépondreSupprimer
  11. Enfin, "entendre" plus précisément, je me rappelle que les étudiantes se montraient souvent pointilleuses.

    RépondreSupprimer
  12. Restez-là, je teste la victoire de mon collège...

    RépondreSupprimer
  13. Dorham,

    Par égard, n'oublie pas qu'on est obligés de lire les commentaires.

    RépondreSupprimer
  14. Et après ça, on va nous faire croire que le Rital généreux, lui, existe vraiment...

    (Ou alors c'était un prototype sommaire, qui a juste servi pour élaborer les modèles suivants.)

    RépondreSupprimer
  15. Vous n'êtes pas sortis de l'auberge, on en est à la V 12, il en reste 23 pour atteindre la quintessence de notre projet qui - soyez en certains - changera la face du monde.

    Comme pour l'invention du sachet d'emmental rapé zippable, il y aura un avant et un après...

    RépondreSupprimer
  16. Nicolas,

    allez, la blogosphère serait triste sans moi... Imagine que je suis une forme plus ou moins aboutie de contre-poison...

    RépondreSupprimer
  17. Un Rital généreux, ça bouffe de l'emmental râpé en sachet ??? Vous mériteriez d'être passé par les armes, tiens ! Ou d'être réexpédié au labo pour un démontage intégral.

    RépondreSupprimer
  18. D'où vient le R de rital ? il date de quand, ce mot ?

    RépondreSupprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  20. Didier,

    Certes non ! Mais ça a entendu parler de l'invention car ça ne vit pas dans une grotte. En général, ça rape soi-même son parmesan et quand c'est fatigué, ça a une boite hyper-étanche pour conservation...ça croit savoir que la parmesan rapé vendu en grande surface (moins bon, car souvent acre) a adopté le sachet refermable, ce qui est moins pratique car il faut s'appliquer pour le fermer (faut-il que la grande glissière soit en face de la longue bande latérale). De toute façon, le rital généreux est très francophile question fromage. S'il aime, cela va de soi, le Provolone bien poivré, le Gorgonzola bien moisi, il préfère de très loin l'Epoisses cendré ou le Saint Nectaire ou encore (pour être simple) un bon camembert fermier de Normandie au lait cru, sinon, il n'y a pas de plaisir.

    En revanche, la charcuterie toscane a toute son adhésion. Pleine, sincère, sans failles.

    ---

    Suzanne,

    Il date d'hier. C'est Didier Goux qui l'a inventé. Vous êtes priée de suivre un peu, s'il vous plaît.

    RépondreSupprimer
  21. Dorham:

    J'abandonne. Ce blog devient trop ésotérique.

    RépondreSupprimer
  22. Et puis, un Rital qui mange du camembert et de l'Epoisse (après des spaghetti aux vongole abondamment aillées, je présume), à part s'en tenir à quinze pas prier pour lui et , que faire ?

    RépondreSupprimer
  23. ...à quinze pas ET prier pour lui.

    RépondreSupprimer
  24. (on voit bien que ce n'est plus la journée de la Femme.)

    RépondreSupprimer
  25. Dorham : bien que franchouillards jusqu'au bout des orteils, nous râpons également le parmesan nous-mêmes (enfin, surtout Catherine...). Ensuite, sachez qu'il se conserve excellemment au congélateur. Pour le reste de vos goûts fromagers, je ne puis que vous suivre.

    Suzanne : ne l'écoutez pas : je n'ai rien inventé du tout, pas même la râpe à parmesan. Mais il est vrai que l'apparition de ce R est surprenante, quand on y pense.

    RépondreSupprimer
  26. Ma chère Suzanne,

    "s'en tenir à quinze et prier pour lui ?"

    Même corrigé, j'y comprends toujours rien. Vous voulez dire que ça charge l'haleine ? Bé, oui, vous avez raison, on n'ingurgite pas de la nourriture de fillettes nouz'aut' !

    Avec un verre bien vaillant de Rocca Rubia (vin de Sardaigne bien connu des décanteurs patients), ça vous emmène loin, très loin. Mais je m'arrête là, car, voyez-vous, c'est carême et c'est assez dur comme ça.

    RépondreSupprimer
  27. Bon. Vous savez pas utiliser Google.

    "Rital est une déformation de « les Itals », une apocope de « les Italiens »"

    RépondreSupprimer
  28. Par contre, je ne sais pas ce qu'est une apocope, j'ai rien compris à la définition.

    RépondreSupprimer
  29. Nicolas : c'est le contraire d'une aphérèse.

    RépondreSupprimer
  30. Oui, mais pourquoi le "r", c'est ça que demande Suzanne...

    RépondreSupprimer
  31. Cela dit "ital" serait l'apocope (suppresion d'une ou plusieurs syllabes finales) de "italien". Mais pourquoi ce "R" ? La question demeure entière.

    (Exemple d'aphérèse : le pitaine pour le capitaine.)

    RépondreSupprimer
  32. Didier,

    Je plaisantais à moitié (j'ai compris la définition) ! Je ne vois juste pas en quoi rajouter une lettre au début serait une apocope.

    RépondreSupprimer
  33. Faudrait arrêter de parler tous en même temps, ça rend mon dernier (au moins) commentaire ridicule.

    RépondreSupprimer
  34. En somme, "ital" est l'aphérèse de "rital" ?

    RépondreSupprimer
  35. J'ai twouvé ! En fait, c'est Tonnegwande qui a inventé le mot. Plus exactement, il a apocopé "Italien" en "Ital" et son intewlocuteuw a cwu qu'il disait "wital".

    RépondreSupprimer
  36. Dorham :
    Oui, j'ai oublié un mot MAIS je me suis relue après et j'ai corrigé (vous êtes vexant, tout de même, à sauter un commentaire sur deux, à croire que je cause trop pour qu'on lise tout)

    Nicolas: allons donc, j'ai consulté le TLF. Apocope, je veux bien, mais comment est-elle arrivée là ? les Zitals, j'aurais compris, mais les ritals ?

    RépondreSupprimer
  37. Mais oh, Suzanne, vous êtes susceptible. Il vous faut une autre journée de la femme à mon avis...

    J'ai compris que vous aviez corrigé. Mais même corrigé, j'ai rien compris.Je dois dire que je suis un peu con, mais un con "doué" maintenant, grace à Monsieur Goux ! ça change tout !

    RépondreSupprimer
  38. Dorham,se tenir à quinze pas de quelqu'un... comment expliquer ?
    hop, mettez vous debout. Oui, voilà, comme ça. Faites un pas. Vous constatez que vous vous éloignez. Deux pas. Encore plus loin, non ? eh bien, faites quinze pas. Je vous imagine de grandes jambes. Quinze de vos pas, ça doit représenter douze mètres. Donc, à douze mètres, même si vous avez mangé du Gorgonzola millésimé et un tonneau d'anchois des Tropiques, l'odeur ne sera pas gênante.

    Une autre journée des Femmes ? rien que pour moi ? Je ne pourrais pas avoir plutôt une journée du chocolat ?

    RépondreSupprimer
  39. Suzanne,

    mais vous n'avez jamais écrit "pas"...

    (...)

    Ah si...en fait, j'avais mal lu...du coup, vous avez raison, vous devez trop écrire, je n'arrive plus à suivre !

    ---

    La journée du chocolat ?

    Ah non...trop de mauvaises blagues me viennent...sortez ! sortez ! et puis, ici, en ce lieu où les trolls transgéniques rôdent...vous comprenez, hein, vous me comprenez, Suzanne ?...

    RépondreSupprimer
  40. "Je vous imagine de grandes jambes."

    Je vous aide à me situer en taille. Vous voyez un mètre ? Non ? Rajoutez donc 66 centimètres et me voilà... Mais je suis bien proportionné sinon, élancé même...

    RépondreSupprimer
  41. C'est triste, la schizophrénie transalpine...

    RépondreSupprimer
  42. Tonnegrande aussi, il faut ajouter 66 cm.

    RépondreSupprimer
  43. à la base, c'était un très beau billet littéraire, qui suivait un autre billet. On flottait dans un univers un peu fantastique, un peu onirique avec en arrière fond des thèmes de solitude cybérienne et de parole entravée.

    Et puis, et puis....

    RépondreSupprimer
  44. D'ailleurs, le taulier doit éprouver une certaine solitude...

    RépondreSupprimer
  45. Non, non ! le taulier bosse, mais il arrive tout de même à suivre...

    RépondreSupprimer
  46. Quelle fayotte cette Suzanne !

    RépondreSupprimer
  47. Wik*ipedia dit :

    ↑ « Déformation pop. de les Itals, apocope de Italiens (cf. riné) ; sans doute aussi influence du r de liaison dans parler-/r/-italien. 1890 [Esnault] » — Jean-Paul colin, Jean-Pierre Mével, Christian Leclère, Dictionnaire de l'argot français et de ses origines, Larousse, Paris, 2002 (pour la nouvelle édition ; première édition 1990)

    RépondreSupprimer
  48. Catherine, merci !(enfin un peu d'intelligence !)

    RépondreSupprimer
  49. C'est pour les autres que je dis ça, hein, Catherine. Surtout pour le buveur de r'chianti r'classico :)

    RépondreSupprimer
  50. C'est bien les gonzesses, ça.

    Il y en a une qui recopie le dictionnaire et l'autre qui signale son intelligence.

    RépondreSupprimer
  51. Didier,

    C'était pas le billet de Mtislav qui devait battre un record de visites ?

    RépondreSupprimer
  52. Quoi ??? Il y aurait de l'intelligence sous mon toit et on ne m'en aurait rien dit ??? Mais de quoi je vais avoir l'air, moi, maintenant ?

    RépondreSupprimer
  53. Nicolas : j'espère que Mtislav ne m'en voudra pas, ni s'imaginer je ne sais quel complot contre lui...

    RépondreSupprimer
  54. Si je lâche la ribambelle d'étudiant(e)s, vous allez voir ce que c'est que de MOTIVER LES JEUNES.

    RépondreSupprimer
  55. Suzanne, mdlol, les femmes brillent par l'intelligence de leurs remarques, ici. On est d'accord.
    Nicolas, couché ! C'est la journée de la Suzanne et du chocolat !

    RépondreSupprimer
  56. SUZAAAAANE !!!

    Non, rien !

    (vous croyez quand même pas que je vais me laisser insulter sans rien dire ; vous m'avez pris pour une sorte d'inoffensif Garibaldi ou bien ?)

    RépondreSupprimer
  57. Nicolas : moi-même, j'ai l'impression de m'être trompé de blog.

    Mais il y a plus grave : depuis dix jours je croyais écrire un Brigade mondaine et je viens de m'apercevoir que je suis en train de rédiger un roman Harlequin, avec sérénades clair de lune et tout le toutim.

    Mais c'est qui, ces messieurs en blanc, qui viennent d'entrer dans le jardin et se dirigent par ici, avec leur drôle de petit lit portable ?

    RépondreSupprimer
  58. De plus, j'ajoute que si ce "r" "r"ajouté provient des caractéristiques de l'accent transalpin, Nicolas avait vu tout bon en faisant l'idiot sans même avoir recours au dico.

    Je cite :

    "J'ai twouvé ! En fait, c'est Tonnegwande qui a inventé le mot. Plus exactement, il a apocopé "Italien" en "Ital" et son intewlocuteuw a cwu qu'il disait "wital"."

    Ebouriffant de justesse...

    RépondreSupprimer
  59. Et en plus, il croyait dire une connerie...le plus beau des génies est celui qui apparaît malgré lui.

    RépondreSupprimer
  60. Catherine, Suzanne, Didier,

    Rassurez-moi. Dois-je prendre les derniers commentaires de Dorham comme un compliment ?

    RépondreSupprimer
  61. Non seulement Dorham fayote, mais avec le mauvais taulier, en plus...

    RépondreSupprimer
  62. Didier : Dans les les Harlequin, il n'y a pas de roumaines congelées.

    Dorham : oh, moi ce que j'en dis, de votre dialecte, hein... J'aime beaucoup les Italiens. Don Camillo, surtout.

    Catherine:on va faire un tour sur les blogs normaux ?

    RépondreSupprimer
  63. C'est vraiment le dernier salon où l'on cause ici.

    (j'dis ça j'dis rien, c'est juste pour faire un compte rond de 70 commentaires)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.