samedi 14 mars 2009

L'angélus n'est plus ce qu'il était

Trouvé chez l'ami Hoplite.

Et dédié à Tsatsa, pour l'énerver un peu...



« J’ai quitté l’enseignement public non seulement parce que je m’y ennuyais à mourir, mais parce que je ne supportais plus d’y voir la langue française piétinée au point de n’être plus qu’un instrument de propagande de la pensée dominante. J’ai vu mourir une culture. J’ai dit, et je le maintiens, quoique cette affirmation m’ait naguère valu le pilori, que l’évacuation de la dimension littéraire de la langue au profit de sa démocratisation utilitaire a eu lieu en grande partie pour ne pas désespérer les enfants d’immigrés. Une langue sacrifiée à la paix civile, c’est la mort d’une culture millénaire. Je n’en rends nullement les immigrés responsables ; les semeurs de vent, ce sont les idéalistes post chrétiens et les marchands d’esclaves au pouvoir. Les reliquats hystériques du gauchisme ont fait le reste : évacuer la dimension spirituelle de la culture. On comprend dès lors que nous soyons méprisés par ces mêmes immigrés : comment l’islam, quand bien même il n’en serait pas l’allié objectif, ne trouverait-il pas à se renforcer au contact du nihilisme à l’œuvre en Occident ? »

(…) « Là ou l’islam est soluble, c’est dans l’innombrable multiculturel des USA. Plaçons le dans une petite société fragile telle le Québec, il devient le vecteur même de sa destruction, révélant par là sa vérité : 300 000 musulmans sur quelques millions de Québécois déchristianisés et nous avons une problématique libanaise. Si l’on excepte le moment dialectique de l’Empire ottoman, où, après son établissement, les autres religions ont été tolérées, force est de constater que depuis le VIIème siècle l’islam ne fait que détruire les sociétés où il s’implante, et aujourd’hui plus que jamais, parce que, ayant digéré McDonald’s, Disney et Microsoft, il rencontre un vide spirituel sidéral. Il ne nous est acceptable que par ses femmes et ses mystiques - transactions qui ont lieu dans le secret des chambres ou de l’esprit, et qui m’empêchent de voir cet autre comme l’ennemi absolu. »

Richard Millet, L’opprobre, 2008

27 commentaires:

  1. on peut s'auto-suicider d'ennui?

    Que l'oppobre sélect (pas popu) se précipite sur moi, et, alors je ne serais plus un anonyme...

    RépondreSupprimer
  2. J'espère que ce « J'ai dis » plus qu'incongru est de votre ami Ilote, sans quoi l'auteur du Sentiment de la langue doit voir en rêve son éditeur écartelé en place publique ou baignant vif dans de l'huile bouillante.

    RépondreSupprimer
  3. Chieuvrou : vous avez raison ! Je cours corriger...

    RépondreSupprimer
  4. Ces corps "étrangers" à la société française, Maurras les appelait les métèques; ils se sont faits tuer comme un seul homme sur les champs de bataille de la guerre de 14/18.

    RépondreSupprimer
  5. Avec ses raisonnements stupides Millet aurait sans doute revendiqué d'en revenir au moyen age au moment de la renaissance, au classicisme et au despotisme durant le siècle des lumières et au pétainisme après la libération.

    RépondreSupprimer
  6. Henri, j'ai vraiment de plus en plus de mal à vous suivre, là...

    RépondreSupprimer
  7. C'est bien simple mais sans doute je m'exprime assez mal, ce que je ne comprends pas c'est que vous que je considère comme un homme éclairé et lucide, vous vous laissiez séduire par des théories, des grandes peurs, du millénarisme, des fantasmes sur la mort du culturel; que diable, sur le charroi du progrès il y a bien entendu des scories mais combien en contrepartie d'extraordinaires avancées éducation (nombre d'enfants scolarisés), santé, culture (accès à la culture par l'écrit, l'audio,internet, etc.)comme jamais les siècles passées n'en ont connu. Je ne comprends guère ce que veut dire en cette occurrence "le vide spirituel", qui donc fait les statistiques du vide culturel,jamais dans l'histoire de l'humanité une telle pénétration du spirituel (au sens de l'esprit, je veux dire, c'est-à-dire dans un continuel mouvement et non dans une fixation rigide sur des valeurs passées) n'a irradié toutes les couches de la société. Alors Millet et beaucoup d'autres me semblent des écrivains à posture ou en tout cas portant leur culture avec, j'en ai peur, beaucoup d'arrogance quand il ne s'agit pas, plus grave encore, d'un "truc" littéraire.

    RépondreSupprimer
  8. Je suis assez de l'avis d'Henri, et ce discours sent un peu le dépit d'une élite auto-proclamée devant une mutation culturelle qui échappe en grande partie à son influence (en partie seulement).

    RépondreSupprimer
  9. Henri : à partir du moment où vous taxez de "fantasmes" ou de "millénarisme", ce qui me semble, à moi, être une réalité parfaitement tangible et mesurable, il devient évident que l'on ne pourra pas s'entendre, le souhaiterait-on.

    De plus, dans votre ardeur à prouver que tout va pour le mieux, vous le chargez un peu beaucoup, votre charroi ! Par exemple, qu'a à voir avec la culture le nombre d'enfants scolarisés ? Et les progrès de la médecine ? Et où donc voyez-vous cette "pénétration du spirituel" dans notre société ou, au contraire, il se retire de partout, sous la houlette enthousiaste d'un chef de l'État vulgaire et inculte ?

    Cela étant, je vous concède une certaine arrogance chez Millet, qui n'est pas un personnage très sympathique. Mais cela même me le rend précieux, dans ce monde où le "sympa" est devenu la première, sinon la seule, vertu cardinale.

    Le Coucou : La véritable élite ne peut pas s'auto-proclamer telle, dans la mesure où elle suppose un savoir, qui ne s'acquiert qu'avec patience et travail. D'autre part, je trouve le concept (bien commode, certes) de "mutation culturelle" tout à fait inadéquat à notre époque, où c'est bien à une destruction du culturel que nous assistons et à son remplacement, partout, par le divertissement, le loisir, la fête.

    Mais, bien entendu, il reste la possibilité, et personne ne s'en prive, d'appeler "culture" les petites manies de chacun, ce qui évite de se "prendre la tête" avec la culture (au sens désormais obsolète du mot).

    RépondreSupprimer
  10. Oui, on ne trouvera jamais sans doute un point cohérent où se rencontrer, j'ai peur qu'il y ait dans l'attitude de certains écrivains fonctionnant sur des axiomes de recul,en vertu de je ne sais quelle préhension du réel, faits divers, théories, trucs littéraires,etc. je ne définis pas dans ce que je dis, le meilleur des mondes, je prétends seulement qu'il n'est pas exemplaire d'une défaite de la pensée (ou du spirituel) qu'il n'avance pas plus mal aujourd'hui qu'il y a cinquante ans ou cent, ou mille et que l'histoire du monde est toujours faite d'incertitudes, de peurs mais que les raidissements conservateurs sont au moins aussi périlleux que les dangers qu'ils prétendent combattre.

    RépondreSupprimer
  11. Je ne pense pas que les raidissements conservateurs soient jamais périlleux, et pour une simple et excellente raison : ils sont "toujours déjà" vaincus.

    Mais, même vaincu, cela n'empêche ni les attachements, ni les nostalgies, ni même les convictions, aussi ridicules qu'elles puissent paraître. Et aucun ricanement ne m'empêchera de penser que la révolution française (telle qu'elle s'est effectivement déroulée) fut une déplorable chute par rapport à l'ancien régime – lequel, bien évidemment, exigeait d'être amplement amendé.

    RépondreSupprimer
  12. Et c'est bien parce qu'ils ne se supportent pas en régicides que les Français, depuis, se donnent à des Mitterrand ou des Sarkozy. De même que les hontes et les excès du colonialisme pousse beaucoup d'entre nous à s'agenouiller avec ferveur devant ce "rétro-colonialisme" que constitue l'immigration de masse actuelle.

    RépondreSupprimer
  13. Merci pour ce très beau texte.

    "force est de constater que depuis le VIIème siècle l’islam ne fait que détruire les sociétés où il s’implante, et aujourd’hui plus que jamais"...qui aujourd'hui dans les médias français, est capable de voir cela, ou même simplement de poser des questions sur ce sujet sans s'autocensurer par peur d'être taxé de "racisme" ???

    Rappelons que l'islam n'est pas une race, pour commencer.

    RépondreSupprimer
  14. Merci de la dédicace, mais je ne suis pas en colère, je suis peiné de voir que nous sommes incapables de nous exprimer simplement, et par là de nous comprendre.
    Concernant la disparition de la culture, je ne suis pas loin de penser comme vous, mais je n'en fait pas une fatalité inexorable, et je ne vois vraiment pas qu'on puisse établir un lien direct avec l'islam, ou bien il faudrait développer et argumenter longuement.
    De même, si l'immigration de masse constitue un problème, c'est avant tout parce qu'il s'agit d'une immigration qui cumule les difficultés (sociale, culturelle, économique), et que les banlieues concentrent.
    Le terme de retro-colonialisme me semble tout à fait inapproprié.
    La colonisation a constitué une atteinte aux droits fondamentaux de l'individu, ceux là même que nos sociétés prétendent défendre.
    Dites moi quels sont les droits fondamentaux que l'immigration menace ?
    Dites moi en quoi les musulmans menacent vos droits fondamentaux ?

    RépondreSupprimer
  15. @ tzatza : ce ne sont pas les musulmans qui menacent vos droits fondamentaux. La plupart sont des gens pacifiques qui veulent vivre en paix. C'est l'islam, l'idéologie, qui menace vos droits. L'islam est une idéologie basée sur la soumission, et dans les pays où elle devient la règle, elle s'appuie sur la charia.

    En terme d'islam, ça donne des femmes dont les droits sont bafoués chaque jour, des enfants endoctrinés, et des libertés individuelles au sens large piétinées. ça ne fait pas un seul soupçon d'argument pour être hostile aux musulmans en tant que tels, mais ça force tout de même à une certaine vigilance vis-à-vis de cette idéologie.

    à ceux qui en doutent, je conseille la lecture du rapport Obin (ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/igen/rapports/rapport_obin.pdf). C'est édifiant.

    RépondreSupprimer
  16. >LOmiG
    C'est un peu comme si on disait que les nazis ne sont pas dangereux mais que le nazisme l'est...
    En clair, il y a une incohérence dans votre discours qui vient du fait que vous ne savez pasou ne voulez pas voir l'islam avec les nuances qui sont nécessaire à tout homme de raison.

    RépondreSupprimer
  17. bonjour Tzatza,
    l'argument est bon, mais je n'ai jamais dit que les musulmans n'étaient pas dangereux, soyons précis.

    Certains musulmans sont dangereux, et je crois en qu'ils suivent une doctrine effectivement comparable au nazisme, et en tout cas fasciste. Mais ça ne permet à personne de dire que, parce quelqu'un serait né musulman en terre d'islam, il serait dangereux. Laissons à chaque musulman la chance de SORTIR de cette idéologie extrémiste. C'est exactement que cette idéologie ne permet pas : de la quitter. L'apostasie, en terre d'islam, est punie de MORT.
    Mais l'islam, bien sûr est une religion de paix et de tolérance.

    à bientôt

    RépondreSupprimer
  18. C'est ce que je dis, vous êtes incapable de comprendre la nuance.
    Les meurtres de masse du XX°(plusieurs millions de morts) ont été commis au nom d'idéologie sans Dieu.
    Pourquoi voulez vous que toutes les sociétés soient à l'image de la notre ?
    Le jour où les iraniens ou les saoudiens décideront de changer leur façon de vivre, ils le feront eux mêmes.
    On pourrait dire la même chose des chinois ou des russes, sont ils libres de parler de politique, de contester l'idéologie de leur gouvernement ?

    RépondreSupprimer
  19. C'est ce que je dis, vous êtes incapable de comprendre la nuance.

    C'est étrange cette antipathie. Moi je considère que tu comprends très bien les nuances, et c'est pour cela que l'on discute et que l'on cherche à échanger nos points de vue, non ?

    Pourquoi voulez vous que toutes les sociétés soient à l'image de la notre ?

    Je n'ai aucune volonté que toutes les sociétés soient à l'image de la nôtre, sauf sur un point crucial : le respect de chaque individu et de ses droits. Ce n'est pas le cas en terre d'islam. Et ce respect est à mon avis transculturel et universel. Je ne suis pas du tout favorable à un relativisme culturel sur ce point précis.

    Le jour où les iraniens ou les saoudiens décideront de changer leur façon de vivre, ils le feront eux mêmes.

    Ai-je dit le contraire quelque part dans mes commentaires ?

    On pourrait dire la même chose des chinois ou des russes, sont ils libres de parler de politique, de contester l'idéologie de leur gouvernement ?

    La grosse différence, à mon avis, c'est que ni les russes ni les chinois n'ont une volonté d'expansion idéologique, et que par ailleurs la tendance chez eux, malgré plein de revirements et de chaos, me semble aller plutôt dans un sens positif (ce n'est pas tout à fait le cas pour la russie). La régression à laquelle on assiste dans les pays musulmans est tout à fait préoccupante, et devrait faire - au moins sur le constat - l'objet d'un consensus...non ?

    RépondreSupprimer
  20. Lomig et Tzatza : je ne me désintéresse nullement de votre échange, bien au contraire ! Mais, étant au boulot, je n'ai pas trop temps pour m'en mêler.

    Mais, en gros, on aura deviné que je partage pleinement les vues de Lomig sur ce sujet.

    RépondreSupprimer
  21. Hé bien, voilà. Tu souhaites que toutes les sociétés de tous les pays du monde s'accordent sur ce point qui te semble crucial à toi : le respect de chaque individu et de ses droits.
    D'abord, il faut préciser exactement ce que tu entends par droits de l'individu, et respect de l'individu.
    Ensuite, il faut se figurer que ces concepts ne sont pas nécessairement innés, et semblent dans nos sociétés avoir été le fruit de plusieurs siècles d'histoire.
    Par ailleurs, ce qui nous semble désormais naturel du fait que nous y sommes accoutumés depuis la plus petite enfance, ne l'est pas pour d'autres exactement pour les mêmes raisons.
    Ensuite, il me semble en terme de volonté impérialiste et d'idéologie meurtrière que la Chine et la Russie représentent une menace bien plus grande que des pays comme l'Arabie Saoudite voire même l'Iran pourtant diabolisé par d'autres.
    L'islam comme la religion chrétienne a certes une dimension prosélyte et expansionniste, mais cette dernière ne me semble pas représenter une réelle menace à l'échelle du globe, et certainement pas à l'échelle de la France.
    Personne ne vous demande d'aimer l'islam ou la religion chrétienne, mais l'honneteté intellectuelle implique de reconnaitre que l'islam en France ne représente pas une menace pour le droit des individus.

    RépondreSupprimer
  22. « Personne ne vous demande d'aimer l'islam ou la religion chrétienne, mais l'honneteté intellectuelle implique de reconnaitre que l'islam en France ne représente pas une menace pour le droit des individus. »

    Ah ? Et pourquoi l'honnêteté intellectuelle impliquerait-elle de ne pas considérer l'islam comme une menace ? Où sont vos arguments ?

    De toute façon, votre petit tour de passe-passe consistant à mettre le christianisme et l'islam sur le même plan prouve assez votre mauvaise fois. Ou votre aveuglement.

    Du reste POURQUOI tenez-vous tant à ce que l'islam soit bénin (ex-Dahomey) ? Gentil ? Etc. ? En tant que Français, ou Européen, qu'avez-vous donc à vous reprocher, pour faire si bon accueil à vos futurs maîtres ?

    RépondreSupprimer
  23. Nul tour de passe passe, c'est votre vision qui est biaisée.
    Vous créez vous même une menace et souhaitez ensuite des preuves de son absence ? Lorsqu'on fait un procès, il faut apporter des preuves précises, des faits circonstanciés, ce n'est pas à moi de vous donner des preuves.
    Le problème c'est que vous êtes convaincu, donc toute personne qui va contre votre conviction est suspecte, d'où votre attitude à mon égard.
    Je n'ai jamais dit que l'islam était bénin, gentil, je dis qu'objectivement il n'y a pas de faits permettant d'en faire une menace universelle telle qu'ont pu l'être le fascisme et le communisme du XX° siècle.
    Dans ces conditions, je répète que les discours sur la menace universelle de l'islam ou les termes d'islamofascisme me semblent dénués de réel fondement.

    RépondreSupprimer
  24. Non, non, aucun fait, nulle part, vous avez raison : restons-en donc là.

    RépondreSupprimer
  25. Vous voyez !
    Vous êtes incapables de faire le moindre effort pour appuyer votre conviction ni même pour argumenter.
    Vous avez raison, restons en là.

    RépondreSupprimer
  26. "mais l'honneteté intellectuelle implique de reconnaitre que l'islam en France ne représente pas une menace pour le droit des individus. "

    euh, j'ai mis un lien vers un rapport Obin, plus haut. Je ne peux que t'inviter à le lire et/ou à aller te promener un peu en banlieue. Pas besoin d'aller très loin, à vrai dire. C'est étonnant d'être aussi aveugle. Nul n'est aussi aveugle que celui qui ne veut pas voir.

    à bientôt

    RépondreSupprimer
  27. "Laissons à chaque musulman la chance de SORTIR de cette idéologie extrémiste..." Convertissons tous les Musulmans au Christianisme! Je ne sais pas si vous voyez le ridicule de la chose. C'est tellement énorme que ça doit vous crevez les yeux. Ce sont les mêmes arguments que les prédicateurs jihadistes balancent tous les vendredi du haut de leur chaise. Rien d'étonnant à ce que la culture puisse sombrer dans ce pays parce qu'au lieu de parfaire leurs savoirs, les gens qui maîtrisent l'alphabet perdent leur temps à écrire des conneries en ligne.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.