mercredi 25 mars 2009

Victor Hugo plaide pour le bouclier fiscal

« Le jour où la misère de tous saisit la richesse de quelques-uns, la nuit se fait, il n'y a plus rien.
Plus rien pour personne. »

Choses vues, 1847.

10 commentaires:

  1. ce qui est merveilleux avec Victor Hugo c'est que vu la densité de son oeuvre on pourrait lui faire dire tout et son contraire

    mais c'est vrai qu'il aurait sûrement été du côté des Gad Elmaleh et autres vip à vouloir protéger leurs acquis :)

    RépondreSupprimer
  2. Mais Hugo a réellement dit tout et son contraire !

    RépondreSupprimer
  3. Le "travailler plus pour gagner plus", c'était lui, aussi ?

    RépondreSupprimer
  4. N'était-il pas "superbe et généreux"?

    RépondreSupprimer
  5. Yep ! C'est les Occasions du lion...

    RépondreSupprimer
  6. C'est tiré par les cheveux ! Enfin la barbe...

    RépondreSupprimer
  7. Sacré Victor qui ne perdait jamais le nord!

    RépondreSupprimer
  8. Victor Hugo parlait la citation couramment, alors.

    Exemples :

    "Madame, une baguette de pain, c'est le mat du navire de la vie."

    "Le sel est à la richesse ce que le poivre est à la pauvreté. Passez moi le donc."

    "La liqueur de la veille m'a vraiment fait Waterloo, pour le coup."

    "Ceci (désignant un bouquin) détruira cela (la vaisselle à faire), alors hein."

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.