mercredi 25 mars 2009

Daniel Cohn-Bendit est un sale con

Un sale con ou une enflure, comme vous voulez. M. Daniel Cohn-il-est-interdit-d'interdire-Bendit ne veut pas, mais alors pas du tout, que Jean-Marie Le Pen préside la séance inaugurale de la prochaine session du parlement européen, comme son statut de doyen des élus le veut. M. Cohn-soyons-réalistes-demandons-l'impossible-Bendit n'aime pas les idées de M. Le Pen ; c'est bien son droit : je ne les aime qu'assez peu moi-même. Dans les années de ma jeunesse, je suppose que les élus socialistes et communistes n'aimaient point trop non plus les idées de Marcel Dassault, qui, lui aussi, en tant que doyen de l'Assemblée nationale, fut plusieurs fois en vedette pour les mêmes raisons. Il ne leur serait pour autant pas venu à l'esprit de bâillonner l'avionneur quasi-centenaire en question. (Quoique, pour les communistes, il faudrait voir.)

M. Cohn-les-murs-ont-la-parole-Bendit, lui, est pour le bâillon. Mais comme il est aussi faux derche que vrai jésuite (je m'aperçois qu'il y a là une insulte à la Compagnie de Jésus, dont je prie que l'on m'excuse), il a trouvé le moyen de rendre son bâillon plus glamour, plus Star-Ac', plus “HALDE-là, qui va là, dragon d'Alcalà”. Oyez plutôt, mes miens compaings, ce piteux libelle :

« Nous sommes pour que ce soit la députée la plus jeune qui ouvre la session, non pas à cause de Le Pen, mais parce que c’est un signe pour l’avenir. Allons jusqu’au fond du symbolisme : on ne veut pas des croulants. »

M. Cohn-vous-reprendrez-bien-un-pétard-Bendit semble déjà croire que l'on puisse adresser un signe à l'avenir et aller au fond du symbolisme, ce qui est en soi inquiétant. M. Cohn-22-mars-lendemain-de-printemps-Bendit nous inflige surtout la preuve de son mépris pour les traditions librement acceptées, les règles démocratiques – et les personnes d'âge, comme on disait jadis.

Enfin, en employant ce terme de “croulant”, que je n'avais pas entendu depuis ma dernière poussée d'acné, il dénonce son propre canonicisme, si l'on veut bien me passer cette néologitude. Encore deux sessions et ce Vert, passé dans le rang des sépulcres blanchis, regrettera d'avoir ôté au doyen la faculté de pérorer une dernière fois avant de quitter la scène. À ce moment, il se traitera de sale con : même ça, je l'aurai fait avant lui.

22 commentaires:

  1. ce qu'il y a d'amusant avec ce gugusse c'est qu'il arrive à me faire partager votre avis sur sa personne : c'est un petit con.

    Dois-je développer un argumentaire ou la police libérale m'autorisera-t-elle cette fois d'y échapper ? ;)

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que ce croulant a des beaux restes, il vient encore d'en rajouter une couche, sur le détail de l'histoire.

    RépondreSupprimer
  3. Pas de police libérale ici : donc, repos, et vous pouvez fumer !

    Henri : quel croulant ? DCB ou JMLP ?

    RépondreSupprimer
  4. Pluton : merci !

    (À ce propos (tout à fait hors de propos), que devient Emma, que je trouve bien discrète, ces derniers temps ? Vous avez, je crois, mon mail privé...)

    RépondreSupprimer
  5. Bien vu, j'aime votre colère. sauf que la politique est pas intéressante.
    tiens, je ne sais pas pourquoi votre dernier commentaire est tombé direct dans les spams.. bon comme c'était pas très sympa, c'est mon blog qui était intuitif..
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  6. C'est un drame d'être toujours jeune. Ce n'est pas ce que je souhaite d'habitude à un vieux con, son bagage habituel ne devrait-il pas lui suffire ? Vous le dites très bien.

    RépondreSupprimer
  7. une grosse enflure progressiste et intolérante.
    à pendre d'urgence par les pieds à la façade du parlement européen comme le faisait le gentil laurent de médicis.

    RépondreSupprimer
  8. "Quoique, pour les communistes, il faudrait voir"

    Certainement pas : Dassault et le PC s'entendaient relativement bien, on dit qu'il avait survécu à Buchenwald grâce à Marcel Paul.

    RépondreSupprimer
  9. Pas d'accord avec vous, mais pas de quoi sauter au plafond non plus… Ah, une chose à dire tout de même:
    «Quoique, pour les communistes, il faudrait voir»
    Savez-vous qu'en déportation Marcel Dassaut a été protégé, dit-on, par l'organisation des prisonniers communistes qui partageaient sa captivité? Il en résulta une certaine complicité, durable, entre eux et lui (enfin, c'est ce qu'on m'a raconté)…

    RépondreSupprimer
  10. Albertine : j'ai été désagréable chez vous ? Je vais aller voir. si c'est le cas, je m'en excuse platement : je vous aime énormément.

    Mtislav : vous êtes encore plus fort que moi, pour les commentaires qui ne disent à peu près rien !

    Hoplite : non, même pas, il ne mérite rien de semblable : c'est juste un petit con. Depuis 40 ans.

    Schwann : vous avez parfaitement raison : le PCF de cette époque savait bien où était son intérêt : la classe ouvrière. Celui d'aujourd'hui, liquidé, court derrière Besancenot, les pédés, les gouines, les travelos, les clandestins, etc. : c'est pitoyable.

    Le Coucou : vous avez raison. Et je trouve cette solidarité "buchenwaldienne" assez belle. Bien au-delà de toutes ces petites égratignures anti-sarkozystes...

    RépondreSupprimer
  11. Le Con Bandit confirme simplement son inénarrable bêtise. Il devrait savoir que le plus jeune est vice-président de séance. La connerie à ce point devrait rendre inéligible. Il ferait mieux de dire clairement qu'il ne veut pas que JMLP parle. Au fond trouver des grands principes pour justifier une censure particulière, c'est très 68.

    RépondreSupprimer
  12. Albertine : je viens d'aller faire un tour chez vous. Et ne vois pas où j'ai pu vous déplaire...

    RépondreSupprimer
  13. Cette histoire me fait penser à la situation belge. En Flandre est un parti nationaliste (le Vlaams Belang, ex-Vlaams Blok) dont le slogan est (je traduis) « Crève Belgique ! ». Les partis dits démocratique se sont entendus pour créer un « cordon sanitaire » autour de ce parti, de sorte qu'il ne puisse jamais être associé au pouvoir, à aucun niveau. Et le VB, qui n'a ainsi jamais l'occasion de s'affadir, de se corrompre en exerçant des charges, s'est mis à progresser à chaque élection. À Anvers, seconde ville belge après Bruxelles, où le VB est fortement implanté (ville de diamantaires, donc de juifs), il a réussi déjà à obtenir plus de 40% des suffrages aux élections municipales, soit loin devant tous les autres (imaginez un FN à 45% à Marseille, Lyon ou Lille). Les autres se sont évidemment coalisés contre lui, si bien que ce parti n'est pas représenté, sinon dans l'opposition, bien sûr. Elle est belle la démocratie... Avec ça, comme le parti progressait jusqu'à devenir presque le premier parti de Flandre, d'autres partis, la Volksunie (nationalistes soft, sans racisme ni références... allemandes, dirons-nous) ou le CVP de centre-droit (dont est issu l'actuel Premier ministre et une flopée de ses prédécesseurs), se sont vus contraints de reprendre des thèmes du VB, ce qui a provoqué une surenchère électoraliste dont la Belgique est en train de crever pour de bon...

    Je n'ai aucune sympathie pour les partis xénophobes et fascistoïdes, mais je trouve qu'ils doivent être associés au pouvoir dès lors qu'ils possèdent une certaine audience. Si Le Pen et ses couillons avaient pu avoir des responsabilités nationales, le parti aurait été forcé de se coltiner avec la réalité, soit se démocratiser ou crever. On a d'ailleurs vu ce qui s'est passé dans les municipalités FN. On a vu ça aussi en Italie avec le MSI et en Autriche avec le FPÖ. Les partis extrémistes, quand ils sont associés au pouvoir, sont contraints de s'adoucir, si bien qu'aux élections suivantes une bonne partie de leurs électeurs se détournent d'eux et reportent leurs voix sur des partis groupusculaires (et crépusculaires souvent).

    Maintenant, Cohn-Bendit est effectivement un con (de seconde classe), tandis que Le Pen est un autre con (de première classe, rapport à son français).

    RépondreSupprimer
  14. non, je vous ai pas mis en ligne. je ne sais pas pourquoi je vous ai trouvé dans les spams en plus. je crois que c'était à propos de mon poème. vous me conseillez de me remettre à arrêter la poésie. de toute manière, je n'en écris que peu.

    bien à vous, je ne doute pas que vous m'aimiez bp, parce que c'est le cas de mon côté. et souvent c'est réciproque.

    RépondreSupprimer
  15. ce qui est étrange est qu'a priori, après vérification, le commentaire en attente chez moi signé Didier Goux ne correspond pas à votre adresse IP. C'est qu'on se sert de vous pour me dire des choses pas sympas !

    RépondreSupprimer
  16. Ygor : rien à changer, en ce qui me concerne, à votre commentaire. Je me demandais, il y a quelques minutes, sur un autre forum, pourquoi nous étions (nous, français) à avoir des leaders de droite aussi caricaturaux. Je n'ai évidemment pas de réponse...

    Albertine : De toute façon, la poésie me gonfle. Donc, n'y voyez aucune attaque personnelle...

    RépondreSupprimer
  17. Albertine-bis : ah, le coup de l'adresse IP, c'est bizarre, en effet. Cela étant, j'ai deux ordinateurs : le mien et celui dont je me sers au journal qui me fait (tant bien que mal) vivre. Donc, il est possible que ce soit moi malgré tout...

    RépondreSupprimer
  18. malgré tout, ouais..
    mais mon blog intelligent et intuitif vous met dans les spams quand vous êtes pas gentils.
    la poésie est un vrai problème à elle toute seule. je n'en écris plus, ou alors avec de la fièvre, parce que :
    - je ne sais plus ce que c'est
    - quand je crois savoir, je pense que je ne suis pas au niveau
    - quand je fais semblant de ne pas savoir et en écris, je suis malhonnête intellectuellement.

    bien à vous

    RépondreSupprimer
  19. Daniel Cohn-Bendit un plus de con, il est aussi un grand gueule, agitateur sans education.
    Je n´aime pas cette sale gueule de retardé mentale.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.