vendredi 23 octobre 2009

Didier Goux dégaine son Bach à bouchons

Je ne sais pas si c'est le résultat d'une conspiration, ou plus simplement l'effet d'une négligence de ma personne. Il n'empêche : on ne me dit jamais rien, à moi. Par exemple, aujourd'hui, nul n'avait cru bon de m'avertir que les vacances de Toussaint des crétins boutonneux commençaient ce soir. Quand je l'ai su, j'étais déjà dans la nasse. Coup de fil de l'Irremplaçable : “ Au fait, Monsieur Futé (Bison de son prénom) vient d'appeler : il prévoit que tu seras à la bourre pour l'apéro, à cause des bouchons. ”

Je quitte donc Levallois à six heures, en serrant considérablement les miches. Dès le souterrain de la Défense, je comprends ma douleur : six à l'heure, à peu près. Immédiatement, balançant souplement mon bras droit vers la banquette arrière, j'empoigne ma veste pour en extraire mon putain d'iPod. Reste à choisir la musique.

On ne peut écouter n'importe quoi, dans les bouchons. Le jazz ? Mouais... D'abord, sur les trois files de l'autoroute A13, il y a déjà des nègres partout autour, inutile de s'en coller un de plus dans les esgourdes (smiley...). Ou alors, éventuellement, un nègre sous calmants à doses massives ; genre : les ballads de Ben Webster – le souffle, le regard lointain, le sourire en demi-teinte, le génie tranquille.

Je déconseille pareillement les musiques “d'énervés” : pas de Mahler, qui multiplie la densité de la circulation, encore moins de musique contemporaine : là, après trois morceaux de Varèse, cinq pièces de Stockhausen, vous vous prenez pour Michael Douglas, sortez de votre voiture et allez flinguer le premier épicier sud-coréen ayant eu l'imprudence de passer sa face de citron dans l'embrasure de sa porte. Encore, si vous trouvez un Sud-Coréen entre Meulan et Mantes-la-Jolie, vous pouvez flinguer à peu près tranquille : ces gens n'ont pas encore d'association de défense. En revanche, explosez la tronche à n'importe quel épicier arabe, et c'est la chaise électrique direct : les bouchons sont dangereux, principalement dans leurs conséquences juridiques.

Bref, comme à chaque fois, je choisis l'arme absolue et je dégaine mon Bach anti-bouchons. Je vous le dis : lorsque vous oscillez entre la première et la seconde durant vingt kilomètres, dans ce cauchemar absolu qu'on appelle la banlieue, il n'est de supportable que les cantates de Bach, ou la Messe en si, ou l'une des deux Passions. Si vraiment le bouchon s'éternise, n'hésitez pas à verser dans les drogues dures et plongez dans L'Offrande musicale (voire dans l'Art de la fugue, mais, là, faut éviter d'avoir à souffler dans le ballon).

Moi, j'ai de la chance : je suis fan de Jean-Seb' – hyper client, on va dire. Jean-Seb', c'est le mec, tu vois, même au fin fond de l'Essonne, on s'éclate à l'écouter. D'ailleurs, des fois, ils en passent des bouts, dans la back room où que je vais le samedi. Si tu t'es jamais fait éclater la rondelle en couinant les Variations Goldberg, alors, mon camarade, tu sais pas ce que c'est d'avoir une bite dans l'cul – crois-moi. Du coup (si je puis dire), pourquoi pas entre les Muraux et Mantes, hein ? Eh ben, je vais t'dire : ça s'est hyper bien passé, ce trajet. T'auras beau dire, mon lecteur-que-je-l'aime-tellement-que-je-le-tutoie, mais Jean-Seb', eh ben c'était un révolutionnaire. C'est not' contemporain, en fait. Tiens, s'il revenait, Jean-Seb', il f'rait du rap, tellement il est bon et en prise directe. J'peux pas mieux dire. Bordel.

23 commentaires:

  1. (il coupe par l'A14, le Bachelier ?)

    Ecouter du Bach avec un Ipod dans un bouchon sur A13, Ipoder Bach entre Poissy et Meulan, j'hésite entre un coup de rango dans la tronche pour cause de blasphèmes ou des salutations boudhistes pour l'ode à la sérénitude. J'hésite.

    RépondreSupprimer
  2. Ouais, il coupe, puisqu'il vient de Levallois et qu'il est pété de thunes.

    Sinon, quand vous aurez fini d'hésiter, merci de me le faire savoir...

    (Pour que j'ôte mes lunettes.)

    RépondreSupprimer
  3. Frapper un adorateur de Bach ! Mais Dieu lui même me punirait illico !

    RépondreSupprimer
  4. Totalement d'accord avec vous.Bordel.

    RépondreSupprimer
  5. Que vous êtes entêté !

    (J'adore Bach aussi !)

    RépondreSupprimer
  6. Bon, je vais faire mon chieur.

    On N'ECOUTE PAS DE VRAIE MUSIQUE DANS UNE VOITURE ! AVEC LA SONORISATION DE MERDE ET TOUT. La musique s'écoute dans des enceintes de qualité, le potard ni trop haut, ni trop bas, juste ce qu'il faut pour percevoir toute beauté et toute nuance !

    Vous êtes vraiment une racaille, vous !

    RépondreSupprimer
  7. Quel balaise, ce Jean Seb', d'avoir calculé la durée de la Messe en Si pour coller à la durée du bouchon, lui qui n'a connu, pauvre bougre, que les bouchons de carafe.
    Balaise, que dis-je, visionnaire !

    RépondreSupprimer
  8. Z'aviez qu'à écouter une radio auchisse comme tout le monde.

    RépondreSupprimer
  9. Mifa : ravi que vous soyez d'accord. Bordel.

    Zoridae : un clin d'œil, rien de plus...

    Dorham : je ne suis pas du tout d'accord avec vous. La voiture (si l'on dispose d'une installation de qualité, ce qui n'est hélas pas mon cas) est pour moi un excellent lieu d'écoute. En tout cas la nuit, lorsqu'on n'est pas distrait par le paysage.

    Mère Castor : c'est à des détails de ce genre qu'on reconnaît le vrai contemporain.

    Nicolas : je n'ai pas d'autoradio...

    RépondreSupprimer
  10. Pas d'accord avec Dhoram.
    C'est en voiture qu'il m'est arrivé de pleurer en écoutant de la musique . La première fois, c'était en écoutant Kirsten Flagstad ( ok, c'était pas du Wagner ... ) J'ai chialé pendant 10 km et j'ai même dû mettre les essuie-glaces.
    Et je n'oublierai jamais ce vieux monsieur qui se pâmait en écoutant des airs d'opéra sur un ducretet thomson de 1950 . Alors vos chaînes Hi-Tech, hein ...

    RépondreSupprimer
  11. Roalma : Flagstad en Isolde ou en Brunnhilde, c'est pas mal non plus...

    RépondreSupprimer
  12. Didier, je crains fort que ce ne soit pas une bite que vous ayez au cul avec pareil billet, mais la Halde. Mais bon, je témoignerai de votre bonne moralité, car un amateur du "Cinquième évangéliste" ne peut être tout à fait mauvais. Un tuyau en passant : ajoutez à votre Ipodothèque l'oeuvre complète pour orgue de Dieterich Buxtehude, que Bach admira tellement qu'il fit le pèlerinage de Lübeck à pied pour l'entendre.
    Henri Bès

    RépondreSupprimer
  13. Cher Monsieur Goux
    en vous lisant j'ai inévitablement pensé à http://www.youtube.com/watch?v=jLMzHKrgBZs

    Ne m'en veuillez pas , j'adore vos billets...

    RépondreSupprimer
  14. Cher Henri : le conseil est noté !

    Monsieur Anonyme : en effet, c'est tout à fait ça ! Et ça ne rajeunit personne...

    RépondreSupprimer
  15. Etre "à la bourre pour l'apéro, à cause des bouchons."

    Le jeu de mots de l'Irremplaçable n'a pas eu l'air de faire rire grand monde, même pas le "narrateur", sauf moi bien sûr.

    Et quand on pense, en plus, que "bouchon" est synonyme d'"embouteillage"...

    RépondreSupprimer
  16. J'arrive trop tard, Ch Borhen a trouvé ma réplique,
    entre être à la bourre pour l'apéro ET accompagné ( de l'Irremplacable que je salue) et y renoncer en allant dormir seul au studio, y avait pas le choix, sauf celui que vous avez fait.

    RépondreSupprimer
  17. D'accord avec moi-même, ce n'est pas parce que vous appréciez cela que cela représente une réelle qualité d'écoute optimale.

    Il n'y a qu'UNE SEULE FACON d'écouter de la musique. Pas deux. Une seule. La première condition est d'être entièrement à ce que l'on écoute. En conduisant, c'est impossible (à moins de souhaiter en finir). La deuxième condition, c'est le silence absolu. Et l'acoustique d'une voiture (même suréquipée) ne peut être que médiocre. Elle est déjà nécessairement perturbée par les bruits du moteur, du vent...et je ne rentre pas dans le détail d'un son qui nécessite un espace, un volume qu'une voiture n'aura jamais...

    Oui, je suis un ayatollah mélomane...

    RépondreSupprimer
  18. Dorham : vous avez évidemment raison dans l'absolu. Mais on peu aussi prendre plaisir à une écoute musicale dans des conditions non optimales.

    Après tout, au concert, vous avez le voisin qui croise et décroise les jambes, l'autre à trois rangs derrière qui se racle la gorge, etc.

    RépondreSupprimer
  19. Bien sûr !

    Moi aussi, j'écoute de la musique dans ma voiture.

    La promiscuité peut vraiment détruire toute la magie d'un grand concert. J'ai été voir David El-Malek samedi dernier, c'est une musique pleine de silence, et de spiritualité, avec des gars qui discutent à coté, c'est comment dire..."parasitant"...

    RépondreSupprimer
  20. Mais parfaitement, qu'il faut écouter du Bach, du Mozart, du Grieg et du Bruckner en bagnole ! Et plus fort qu'on ne peut le supporter dans l'habitacle ! Toutes fenêtres ouvertes ! La quintessence de la beauté occidentale balancée sans prévenir dans la gueule du populo arabanlieusardifié ! Le régal de voir les têtes se tourner, les regards s'embuer d'incompréhension bétaillère, la réprobation épidermique des meutes de Divers, la double surprise des anciens qui n'ont pas l'habitude de croiser ça tous les jours dans la rue et encore moins quand la bagnole est joliment pourrave ! C'est créer une véritable Zone de Reconquête Temporaire partout où l'on passe. Seul risque : sur un Dies Irae, par exemple, on se met à rouler en pleine ville comme sur une autoroute.

    RépondreSupprimer
  21. Joli le commentaire de Stag!
    Parfaitement, on résiste où et comme on peut!
    Cela dit, étranges, les effets secondaires de Jean Seb' sur Monsieur Goux.

    RépondreSupprimer
  22. Ben Webster ?

    Il se murmure que Coleman Hawkins a inventé le saxophone ténor (dans le sens où il est sans doute le premier à en avoir vraiment fait un instrument soliste). Il se murmure également qu'il aurait inventé Ben Webster... Ce n'est pas très sympa pour ce vieux Ben...

    Sinon, vous savez ce qu'est bien dans les embouteillages ? La "bataille royale", combinant les big band d'Ellington et de Basie. Les sophistiqués contre les marlous de banlieue ! Un pur régal.

    Un morceau extrait de ce bijou intemporel : "Wild Man a.k.a. Wild man Moore"... Je dis ça aussi pour nos excités de la civilisation un peu plus haut :)

    RépondreSupprimer
  23. On se retrouve toujours sur les fondamentaux, vous et moi ... !
    Jea,-Séb, il inventé le jazz, ouais, même que Misteur Jarrett n'a fait que reprendre la boutique à son compte ... et p't'être bien que, oui, s'il revenait, il f'rait du rap. ou du slam ... Paroles Abd Al Malik, Musique Jean-Séb ... ça aurait de la gueule, non ? ... Comment ça, non ???? !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.